Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: Tough girl in the fast lane, tough girl whose soul aches

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ex-Serpentarde ; étudiante en journalisme ; assistante à la Gazette.
ϟ AVATAR : AnnaSophia Robb


ϟ LIENS : Smile, the worst is yet to come.

As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : As a little bird of prey | Seamus [Clos] Sam 28 Déc 2013 - 22:38


As a little bird of prey

Le cours de vol sur balai venait de se terminer pour les deuxièmes années. En effet, une floppée d'élèves, tous aussi petits et bruyants les uns que les autres, s'échappait de l'entrée des tribunes, leurs capes bien attachées autour du cou. Ils parlaient, tous plus surexcités les uns que les autres après avoir vagabondé sur leur balai. Sybella regardait tout cela d'un œil affable. Voir de si petites choses, si facilement impressionnées par trois fois rien l'amusait toujours autant et la rassurait. Elle ne se lassait jamais de tester leur malléabilité et leur côté influençable, que ce soit pour son simple plaisir ou parce qu'elle avait vraiment besoin d'un mini-sbire pour transporter son sac. En parlant de larbin, en voilà un de Poufsouffle qui la regardait avec insistance, fascination craintive et béatitude … La proie parfaite !

La Serpentarde s'avança de son habituelle démarche étudiée. Paraître la plus gracieuse, la plus légère possible, c'était ce qu'elle avait l'habitude de faire. L'élève, qui voyait la verte et argent s'approcher de lui au fil des secondes, eut l'air de pâlir – de peur ou d'émotion, seul Merlin le savait -. La blonde lui adressa un de ses sourires les plus douceâtres et lui tendit ce qui avait tout l'air de contenir un Souafle, des gants d'entraînement et une petite bouteille d'eau. « Va poser tout ça sur un gradin. » Paresse ? Abus de pouvoir ? Que nenni : c'était du Sybella dans son élément le plus seyant. Se penchant quelque peu vers le petit Blaireau, la demoiselle rajouta, avec une petite moue qui en disait long sur le cadeau empoisonné qu'elle lui faisait. « Un petit conseil, ne fais rien tomber. Ce serait vraiment dommage pour toi. »

Alors que tous ses petits camarades avaient la chance de pouvoir filer et de ne pas traîner trop près de miss Tyrel, le brave garçon, lui, dut obéir comme on le lui avait sagement souligné. Sybella avait prévu de s'entraîner seule, et un peu de Quidditch en solo n'allait pas lui faire de mal ! Il fallait bien ça pour lui changer les idées. Pour l'aider à se défouler. Le mieux aurait été la danse, mais elle le savait depuis bientôt sept ans : les couloirs de pierre de Poudlard n'abriteraient jamais un studio suffisamment convenable pour effectuer entrechats et grands écarts.

Le deuxième année avait réussi sa tâche pendant que Syb' rajustait les protections à ses coudes et se débarrassait de sa cape d'extérieure. Elle n'avait pas confié son précieux balai au Poufsouffle, qui aurait encore été capable de l'abîmer. On ne pouvait pas non plus faire faire tout et n'importe quoi à un disciple d'Helga ! D'ailleurs, celui-ci avait l'air toujours aussi hagard et hébété et la regardait, ses grands yeux écarquillés. La blondinette fronça les sourcils, son timbre de voix soudainement bien moins caressant, beaucoup plus menaçant. « Qu'est-ce que tu fiches encore là ? Tu veux une photo dédicacée peut-être ? Va t'en ! »

Prenant ses jambes à son cou, le concerné qui n'en demandait pas tant fila enfin sous l’œil goguenard de la Serpentarde. Non, vraiment, ces petits bonheurs simples là allaient lui manquer à la fin de l'année … D'ailleurs, en parlant de fin d'année, elle n'avait encore aucune idée de ce qu'elle ferait à sa sortie de l'école. Le foyer des Tyrel l'attendait, sa mère l'attendait, son détestable frère aussi … Et son père. Un frisson parcourut son échine, et celui-ci n'était peut-être pas du au léger vent frais qui s'était levé.

Ce ne fut que lorsque la jeune fille alla chercher son Souafle qu'elle remarqua dans les rangées en hauteur une silhouette familière. Elle plissa les yeux. Dominant depuis le début le terrain du haut de son perchoir, le fameux élève avait sans doute du la voir débarquer et faire son petit manège avec le deuxième année. Il ne s'était jusque là pas manifesté, et en reconnaissant l'identité de son spectateur imprévu, la verte et argent s'étonna avec un sourire emprunt de sarcasme que le Gryffondor – car c'en était un – n'eut pas réagi plus tôt pour s'interposer en valeureux héros.

« Tiens tiens Finnigan, qu'est-ce que tu fais par ici ? Tu viens voir comment il faut se servir d'un balai ? » La jeune sorcière avait élevé la voix, un sourire toujours accroché aux lèvres, observant Seamus avec attention.

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
© okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: See our friends, see the sights, feel alright.

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Surveille les hiboux de la poste de Pré-au-Lard en duo de choc avec Dean
ϟ AVATAR : Joseph Dempsie


ϟ LIENS :
fiche
liens
courrier

As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : Re: As a little bird of prey | Seamus [Clos] Dim 16 Fév 2014 - 21:01

Don't be shy
For if you are shy for tomorrow

Avec elle, il a parfois l'impression de remettre en cause une bonne partie de ses valeurs. À la base, il refuse de parler à ce genre de personne. Il les déteste, ne fait pas un compte avec leur présence. Il ne peut pas les supporter. Ce sont des gens sans cœur, qui aiment blesser gratuitement les autres, se servir de la gentillesse ou des peurs de certains. Ils n'ont rien à envier. C'est pour ça qu'il a des idées très arrêtées sur ces personnages. Habituellement, il les fuit comme la peste, mais pas que. Dès qu'il est en la présence d'une de ces personnes n'ayant aucune considération pour les autres, il est méchant, direct. Il les rabaisse, n'hésite pas à leur dire ce qu'il pense d'eux, ce qui est au moins à quatre-vingt-dix-huit pour cent négatifs. En gros, il n'y a aucune chance pour que l'un d'eux soit un jour son ami. C'est la théorie, la manière de fonctionner de l'Irlandais. Mais tout a des exceptions, et c'est ce qui rend la vie beaucoup plus fun, drôle et vivable. C'est ce qui le motive à se lever tous les matins, les événements inattendus. Sinon, il resterait au fond de son lit à attendre que les heures passent, tranquillement au chaud dans ce cocon douillet.

Mais ce matin-là, il s'est levé et s'est rendu jusqu'au terrain de Quidditch. Et quand il la voit, là, embêter un élève de deuxième année, il se rend compte qu'il a eu raison. Pour une fois, il ne dit rien. Il n'a pas spécialement envie de tomber dans une routine qui tuerait leurs relations si compliquées. Sybella est une fille tellement spéciale, il a du mal à savoir comment se comporter avec elle. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir réfléchi. Oui, réfléchi. L'Irlandais pourtant réputé pour être direct et naturel avec les autres a réfléchi à propos de son comportement vis-à-vis d'une personne. Si Meredith avait été de cet acte, ça ne fait aucun doute qu'elle aurait été fière de lui. La Gryffondor lui avait tout de même demandé de faire cet effort des centaines de mois pendant les années où ils ont dû se côtoyer dans la tour des rouge et or.

Elle est comme les autres. Mais elle reste tout de même totalement différente. Normalement, il se servirait d'elle comme exemple, le stéréotype de la fille qu'il n'aime pas. Il devrait refuser plus de cinq minutes dans la même pièce qu'elle. Elle n'a pas de respect pour les autres, elle les traite mal. S'il l'avait rencontré normalement, par le biais d'une quelconque intervention de protection des petits Gryffondors, un climat de haine mortelle se serait sûrement installé entre eux. Pourtant, ce n'est pas le cas. Seamus ne peut pas la haïr. Peut-être juste parce qu'elle est aussi nulle que lui en potions ou mieux, qu'elle est Irlandaise. Foutaises, ce n'est pas son genre. Il aime penser quand il y pense qu'il est plus mature qu'il ne veut bien le montrer, qu'il arrive à avoir des amis différents de lui. En réalité, elle est son opposé. Il a en quelque sorte pitié d'elle. Il ne peut pas l'ignorer comme il le fait pour tous les autres.

Il la voit venir vers elle. Il soupire, recrachant la fumée de la cigarette qu'il est en train de fumer. À la base, il n'est pas fumeur. Il ne sait même pas lui-même pourquoi il a acheté des cigarettes, il y a un mois au Londres moldu en se baladant. Enfin si, il sait. Il y a trop de choses qui le tracassent, le SEPPOM, son avenir, les examens, le fait que les filles ne l'intéressent pas tant que ça. Alors il fume de temps en temps, à l'occasion. Jamais devant ses amis, parce que même s'il n'en a jamais parler à Dean, il n'est pas sûr que celui-ci apprécie le geste. Il l'écoute. Encore une remarque qui se veut méchante, ridicule. Si elle espérait vraiment lui faire du mal, elle s'y prendrait autrement. Du moins, c'est ce qu'il se dit, ou alors elle n'est vraiment pas douée. Mais ce n'est pas n'importe qui qu'il a en face de lui. C'est Sybella, et elle est très douée pour blesser les autres, faire du mal autour d'elle. Ce n'est pas une Serpentard pour rien. Alors, il lui répond d'un simple sourire, presque heureux. Ça ne le dérange pas tant que ça qu'elle soit là, même si à la base il avait envie de calme.

    — Moi aussi, ça me fait plaisir de te voir Sybella. Il n'a pas envie de partir sur un débat sur le Quidditch. Il y a des tonnes de raisons qui pourraient pousser les deux élèves à s'engueuler. En fait, il n'y a presque que ça. Il a énormément de mal à savoir où ils sont capables de s'entendre. À ses yeux, nulle part, et pourtant. Ce sont des êtres humains, c'est dans leur capacité, leur programmation de base. Toujours aussi chiante à ce que je vois. Tu crois qu'un jour, tu apprendras à être aimable ?


C'est la preuve qu'il ne comporte pas avec elle comme avec toutes les autres. À une Serpentard quelconque, il aurait sûrement dit quelque chose de méchant, une vanne pourrie sur sa probable beauté, ou autre chose. Il aurait trouvé, ça vient en fonction de la personne. Mais avec elle, il se contente de rester à la limite du raisonnable sans savoir pourquoi. Peut-être qu'au final, il la trouve tout de même sympa, malgré ses airs de mademoiselle supérieure à n'importe qui.

_________________

We wake up, we go out
smoke a fag, put it out
See our friends, see the sights
feel alright
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tough girl in the fast lane, tough girl whose soul aches

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ex-Serpentarde ; étudiante en journalisme ; assistante à la Gazette.
ϟ AVATAR : AnnaSophia Robb


ϟ LIENS : Smile, the worst is yet to come.

As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : Re: As a little bird of prey | Seamus [Clos] Dim 16 Fév 2014 - 22:13



Seamus Finnigan était une vaste énigme à lui tout seul. Ou plutôt, le fait qu'elle lui adressait la parole et qu'elle tolérait sa présence à ses côtés comme ses remarques cinglantes en était un. On avait bien souvent attribué à miss Tyrel un côté excessivement mauvais et hargneux envers les rouges et or. Pour le cas Finnigan, il y avait des circonstances atténuantes : ils étaient tous les deux des catastrophes ambulantes en potions, ce qui lui permettait de relativiser ses propres dégâts. Un compatriote de plus dans son entourage lui évitait de temps à autre d'avoir le mal du pays. Et puis, surtout, il y avait son caractère.

Sa franchise. Son abominable et bruyante franchise. Cette royale épine plantée dans son pied l'avait longtemps agacée. Elle s'y était fait avec le temps, mais elle devait reconnaître que si une honnêteté aussi suicidaire envers autrui l'exaspérait, elle l'inspirait de temps à autre à en faire de même. Bien sûr, entre dire et faire, il y avait un monde à franchir, et pour l'heure la réputation de Syb' se cantonnait toujours à la perfide et douceâtre menteuse qu'elle était. Seamus n'avait donc pas changé la donne, il n'avait pas fait naître une nouvelle femme sous les traits de sa camarade, tout comme Sybella n'avait en rien dénaturé le lion dans sa personnalité.

Ce qui ne les empêchait pas de graviter tous deux ensemble, de temps à autre, pour des échanges assez piquants, c'était le moins qu'on puisse dire. A sa façon inimitable de la saluer, la septième année éclata d'un rire indéfinissable – entre vraie hilarité et faux semblant – et haussa les épaules. Elle, aimable ? « Pour un mec mignon, s'il faut … Peut-être. » Bien évidemment. Un sourire malin plaqué sur ses lèvres, la jeune fille enjamba la première rangée de gradins d'une poussée et escalada paisiblement les quelques étages qui la séparaient de la hauteur où s'était installé paisiblement le septième année. Le Souafle coincé sous son bras droit, la blondinette s'assit aux côtés de Seamus sans un mot.

Son attention se porta sur ce que le jeune homme tenait entre ses doigts. Elle était persuadée d'avoir déjà vu ça quelque part sans se rappeler du nom de cet artefact qui lui était quasiment étranger. « Qu'est-ce que c'est que ça ? » La blonde attrapa l'objet de ses interrogations sans demander – charmante fille -, renifla l'odeur que dégageait l'objet, et une grimace déforma l'expression de son visage. « Ça pue, ce truc. » Adorable Sybella ... qui n'y connaissait rien du tout, ça c'était clair comme de l'eau de roche. On ne pouvait pas nier que la jeune fille avait sans doute ses vices – cachés ou imaginables -, mais en matière de cigarettes et d'alcool, on ne faisait pas plus prude qu'elle. Ce détail surprenant s'expliquait au final par son comportement : pour quelqu'un qui tenait absolument à toujours tout contrôler chez elle, la désinhibition que procurait une cigarette 'magique', un verre d'alcool enchaîné à dix autres ou de la vapeur de sauge n'était franchement pas pour lui plaire.

Ayant terminé son analyse, la Serpentarde lui rendit son bien. Que Seamus puisse s'amuser avec ce genre de babioles suspectes l'indifférait un peu, bien que son odorat lui faisait penser que ces cigarettes n'auguraient rien de bien agréable au goût. « Ce serait pas moldu ton machin ? Pourquoi tu fumes ça ? » La question relevait davantage de la curiosité que de la petite leçon de morale sous-jacente. L'irlandaise n'avait pas assez de souvenirs des aspects non-sorciers de la vie de son père pour pouvoir être sûre de ce qu'elle avançait au sujet de cette chose dont Seamus aspirait et recrachait la fumée âcre. Et puis son père ne l'intéressait guère. Elle préférait carrément l'enfouir sous une masse de silences et de mensonges plutôt que de repenser, avec une vague nausée, à son paternel.

Son regard clair se perdit vers le néant du paysage. « J'espère que t'as pas donné rendez-vous à tes potes ici pour que vous vous mettiez tous la tête à l'envers avec vos .. cirajettes ou j'sais-pas-quoi. » Une manière détournée de se renseigner sur des détails futiles comme, oh par exemple, est-ce qu'une tripotée de mecs de sa maison allaient se rameuter d'un instant à l'autre et l'empêcher de voler tranquillement ? Pire encore, est-ce que Thomas, Blum, Weasley ou Potter allaient pointer le bout de leur nez ? Syb' n'avait clairement pas envie de chercher la confrontation directe.

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
© okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: See our friends, see the sights, feel alright.

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Surveille les hiboux de la poste de Pré-au-Lard en duo de choc avec Dean
ϟ AVATAR : Joseph Dempsie


ϟ LIENS :
fiche
liens
courrier

As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : Re: As a little bird of prey | Seamus [Clos] Dim 23 Fév 2014 - 20:53

Don't be shy
For if you are shy for tomorrow

Cette fille est chiante au possible, il n'y a pas à se poser de questions là-dessus. Elle a l'art d'agacer n'importe qui à Poudlard, même les personnes les plus zen qui résistent normalement à la colère. Oui, même ceux-là, Sybella est capable de les rendre fou juste avec ses paroles. C'est sans aucun doute la force de la blonde. Et c'est sûrement pour cette raison précise qu'il est mitigé quand il s'agit de dire s'il apprécie ou non la jeune Serpentard. Elle ment. Elle ment comme elle respire, c'est la conclusion qui s'est dessiné au fil des années. Et Seamus déteste les mensonges. Ça fait très héros, chevalier en armure d'affirmer une chose pareille mais ce n'est pas le cas. Sept ans qu'il est à Poudlard, sept ans qu'il a prouvé qu'il était capable d'être direct et franc en toute situation. Ce n'est pas rien. Les gens ne se rendent parfois pas compte que c'est beaucoup plus compliqué que de mentir. Lui, il sait. C'est pour ça qu'il ne peut pas l'apprécier totalement. Si on suit cette logique, Sybella est faible. Mais pourtant, elle est forte. Elle est capable de faire réagir n'importe qui. Elle manipule qui elle veut. Aucune personne sensée ne peut trouver ça insignifiant. Ensuite, on peut trouver ça bien ou mal. Ce sont des valeurs particulières qui dépendent de chacun. Si on veut rester dans la neutralité, il suffit de dire que c'est un exploit, rien d'autre.

Un sourire apparaît sur ses lèvres lorsqu'il entend sa réponse. Oui, il apprécie leurs conversations parce qu'ils ont beau avoir des valeurs tout à fait différentes, ils ne sont pas mieux que l'autre quand il s'agit de charrier le monde. Un mec mignon. Il aime bien l'entendre sous-entendre qu'il ne l'est pas, ça le fait plus rire que ça le vexe. Il est très susceptible à la base, mais avec elle, il arrête de prendre les choses mal. Il y a une raison assez logique à ça. Ça lui ferait beaucoup trop plaisir de le voir s'énerver, s'offusquer. Et après tout, il se fiche totalement qu'elle le trouve ou non mignon, c'est loin d'être son problème. Il n'a jamais voulu que la blonde s'intéresse à lui, ça n'allait pas commencer aujourd'hui, ni demain d'ailleurs. Ce serait la fin. S'il faisait des efforts pour lui plaire, ils ne seraient plus capables de se supporter et en aucun cas il n'a envie que ce genre de situation arrive.

    — Ouais, si tu le dis. Par contre, je suis désolé mais je pense que même aimable, aucun mec ne voudra de toi.


Il ne peut pas s'empêcher de rentrer dans son jeu, de la charrier à son tour. C'est bête parce qu'au fond de lui, il sait que c'est un mensonge. Il n'est pas particulièrement intéressé mais il sait que ce n'est pas le cas de tout le monde. Il se rappelle lorsqu'il apprit qu'elle sortait avec Dean. D'abord, il a été choqué, puis il s'est énervé. Il ne sait toujours pas pourquoi d'ailleurs. Peut-être qu'il trouvait que Sybella n'était pas assez bien pour son meilleur ami. Mais la conclusion est là. Elle a plu à son ami, elle a plu à plusieurs mecs. Seulement, il ne ment pas réellement. Il se venge juste de ce qu'elle lui a dit juste avant. Et dans le fond, c'est son avis personnel. Ça fait sept ans et il se demande toujours comment certains peuvent être assez bêtes pour être intéressés par elle. C'est comme aimer le diable, une mauvaise idée.

Il ne fait aucun commentaire lorsqu'elle vient s'asseoir à côté de lui. Il soupire juste, pour la forme. Après tout, il faut toujours sauver les apparences. Il ne voudrait pas lui faire croire qu'il l'apprécie réellement. Elle risquerait de lui rappeler jusqu'à la fin de leurs scolarités – ce qui est en fait une durée assez courte maintenant – puis de le retrouver dans la vie active pour l'embêter avec ça. Il n'a jamais su de quoi elle était capable au fond alors il préfère se méfier.

Il aurait dû choisir un autre endroit, maintenant il en est persuadé. Il s'attendait à tout sauf au délire de Sybella sur les cigarettes. Il grogne un peu lorsqu'elle lui arrache des mains mais ne fait pas le moindre commentaire. Il n'a pas envie de partir dans un débat avec elle, c'est peine perdue. Et puis, il l'imagine très mal fumer alors il se doute qu'elle va lui rendre. L'innocence de la fille le fait finalement rire. C'est triste de venir d'une famille de sang pur, on ne connaît rien à tout ce qui est moldu. Lui-même préfère largement le monde sorcier mais certaines choses de l'autre monde – les cigarettes, la musique, certains alcools – lui laissent penser qu'il peut être particulièrement fier des origines de son père.

    — On dit cigarette Sybella. Cigarettes. Et oui c'est moldu. Il reprend le tube de tabac entre ses doigts et recommence à fumer tranquillement. Pourquoi fallait-il qu'elle le fatigue avec ça ? S'il fume, c'est qu'il n'est vraiment pas d'humeur à se prendre la tête avec des bêtises. Les autres ne vont pas venir. Rassurée ? Il fait tomber la cendre de son mégot. La cigarette est quelque chose de drôle, passionnant. Ils ne savent pas que fume.


La gaffe. Il n'aurait jamais dû dire ça, il s'en rend compte que trop tard, quand la phrase est déjà prononcée. Maintenant, elle a un moyen de lui faire pression. Elle pourrait par exemple aller en parler à Dean – pour lui, c'est sûrement celui de qui Sybella est le plus proche dans sa bande d'amis – et celui-ci serait loin d'être content en apprenant la nouvelle. En gros, il est mal mais s'il lui dit de ne pas en parler, elle saura à quel point l'information qu'elle vient d'obtenir est importante ce qui sera clairement pire. Il se retient de soupirer. Quelle idée aussi de cacher une chose pareille à son meilleur ami. Il n'a pas le choix, c'est sûr. Il se doute qu'il n'apprécierait pas, et s'il l'apprend d'elle, ce sera pire.

_________________

We wake up, we go out
smoke a fag, put it out
See our friends, see the sights
feel alright
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tough girl in the fast lane, tough girl whose soul aches

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ex-Serpentarde ; étudiante en journalisme ; assistante à la Gazette.
ϟ AVATAR : AnnaSophia Robb


ϟ LIENS : Smile, the worst is yet to come.

As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : Re: As a little bird of prey | Seamus [Clos] Jeu 27 Fév 2014 - 18:35

Il aurait été indubitablement mesquin de sa part de lui rappeler qu'il y avait des garçons qui avaient voulu et voulaient bien d'elle. Le meilleur ami du Gryffondor ayant été dans la catégorie première, Sybella ne se sentait pour autant pas le cœur d'en rajouter une couche : peut-être parce que ça paraissait toujours un peu étrange de dire à voix haute un secret qui était supposé en rester un. A part Seamus, qui savait ? Lui-même n'aurait d'ailleurs normalement jamais du tomber sur eux. Mais il y avait des hasards qu'on ne pouvait pas prévoir ou déjouer d'avance et même si le septième année avait bien d'autres chats à fouetter que de révéler des pots aux roses de ce type, ni Dean ni elle n'avaient vraiment eu envie de continuer à jouer à un jeu aussi risqué, surtout quand ils avaient bien vite compris que ça n'avait pas plu à Finnigan.

Il était comme ça, l'irlandais. Franc, entier, inchangeable. A prendre ou à laisser. Syb' s'amusait toujours autant de le voir aussi protecteur avec ses amis – sûrement avait-il du sermonner pendant un jour entier Thomas en s'insurgeant avec des phrases du genre « mais mec, elle est pas convenable ! C'est Tyrel quoi ! » -. C'était mignon, il fallait l'avouer : elle-même ne se sentait pas si possessive et attentionnée avec son entourage, sans doute parce qu'il n'y avait pas à être vraiment touchée et maternelle avec la moitié des Serpentards avec qui elle prenait ses repas et passait les cours.

On en revenait toujours au même point : quand elle sortirait de Poudlard, qu'est-ce qui se passerait pour elle ? Qui resterait, qui s'effacerait volontiers de sa mémoire et de son paysage ? C'était le genre de questions qui revenaient de plus en plus souvent, comme un goût acide et désagréable qui s'insinuait avec latence dans votre bouche, sur votre langue. Nul doute que les bons sentiments des uns leur assuraient d'être bien entourés dans l'avenir proche ; Syb', elle, présumait qu'elle devrait se refaire une place là où elle irait.

« Un peu, oui. » avoua la blonde sans détour à son compère. Un peu beaucoup, qu'elle était rassérénée de ne pas devoir affronter un quatuor de mâles remontés comme des coucous suisses contre elle ! Malheureusement, toute la gent masculine poudlardienne n'était pas encore acquise à sa cause … L'espoir fait vivre.

Un sourcil franchement étonné se haussa alors que le rouge et or finit par lâcher le morceau et confesser à sa camarade que ces derniers n'étaient pas véritablement au courant de ses petites pauses fumette personnelles. Une sorte de plaisir solitaire dont il ne se vantait pas, et pire encore, qu'il cachait. Dans l'esprit de Tyrel, une guirlande de Noël semblait s'être éclairée et un feu d'artifice d'hilarité éclata sous la forme d'une moue qui aurait pu faire croire que Sybella trouvait tout ça très drôle, très naïf, très rafraîchissant. Sauf que ça sentait drôlement fort le sarcasme. « Ils savent pas ? Mais … Oh grands dieux, par Merlin et Morgane, est-ce que j'ai bien entendu ? » Son rire s'estompa, le sourire lui persistait. « Seamus Finnigan qui cache un truc à sa p'tite bande. On va finir par croire que je déteins sur toi. » Oh, il allait rugir de mécontentement, le lion, elle l'attendait déjà au tournant, mais impossible de ne pas le chercher sur ce plan-là.

Bon. En soi, ce n'était franchement rien du tout, son petit mensonge d'omission. Mais comme elle connaissait un minimum l'irlandais, sa consoeur avait soudainement envie de le faire mariner dans son jus. « Tu me files quoi pour que je garde le silence ? » Question pleine d'innocence et de spontanéité. Un ange d'angoisse passa alors que Sybella finit par rajouter, avec une pointe de malice qui ne présageait rien de bon. « Oh allez, je plaisante. Sois tranquille, avec moi, les secrets sont bien gardés. » Son sourire mordant disait clairement l'exact contraire mais disons que pour le moment, Seamus devait malheureusement se contenter de cette maigre annonce réconfortante. « Donc tu fumes en solitaire. Pourquoi ? Ils ne comprendraient pas que tu fasses ça ? » Elle faillit presque rajouter un aimable 'Je pensais que tous les gentils Gryffondor ne jugeaient jamais rien ni personne et que vous étiez tous frères et sœurs' mais elle soupçonnait que ce n'était pas le bon timing et le bon interlocuteur pour ça. « Ces trucs moldus sont nocifs, je suppose … ? »

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
© okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: See our friends, see the sights, feel alright.

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Surveille les hiboux de la poste de Pré-au-Lard en duo de choc avec Dean
ϟ AVATAR : Joseph Dempsie


ϟ LIENS :
fiche
liens
courrier

As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : Re: As a little bird of prey | Seamus [Clos] Mer 5 Mar 2014 - 14:00

Don't be shy
For if you are shy for tomorrow

Il hallucine, s'énervant presque lui-même.
Il déteste se retrouver dans ce genre de situations gênantes. Il déteste ne pas savoir. Normalement, il n'a pas besoin de se poser la moindre question, il sait. Tout simplement. Mais là, il est incapable d'émettre le moindre jugement sur la présence de la blonde à ses côtés. Il ne sait pas s'il doit être heureux ou agacé. Oui, il n'est pas seul et habituellement, il n'apprécie pas la solitude. Sauf quand c'est nécessaire. Et à ce moment précis, il a cette impression qui ne veut pas partir, celle qui lui dit que dans le fond, ça l'est. Il a besoin d'être seul, seul sans personne pour lui faire des remarques, des reproches, rien. Et il a fallu que ce soit elle. Sybella, la dernière personne qu'il aurait aimé voir. Il ne la déteste pas comme il déteste certains Serpentards. Elle ne lui a rien fait, rien. Il a juste la très nette impression qu'elle est la personne la moins compréhensible du monde. Ce n'est pas méchant, il ne dit pas ça parce qu'elle n'est pas dans sa maison. Il le pense même s'il n'a pas de réelles preuves sur lesquelles s'appuyaient. Il dit la même chose de Ron, il dit la même chose de plein de monde. Accessoirement, il dit la même chose de lui.

Il la laisse parler, l'écoute religieusement.
Il a envie de la stopper, de la supplier de se taire. Elle a toujours eu l'art de l'énerver. Cette fois, les raisons sont juste un peu particulières. Il ne sait pas s'il se rend compte qu'elle dit la vérité. Pas qu'elle déteigne réellement sur lui, non jamais, mais il cache bel et bien quelque chose à ses amis. Il le sait mais il se le cache. Il se dit que toutes ces choses qu'il ne leur dit pas, c'est pour leur bien. Il réussit à se convraincre que c'est pour ne pas les embêter avec ses problèmes qu'il agit de la sorte. C'est pour ça qu'il refuse de le dire à Dean ou Caesar. Parce qu'il n'a pas spécialement envie qu'ils s'inquiètent. Il se voile la face et c'est pour ça que, sur le coup, il n'a jamais autant détesté la blonde. Elle le met devant la vérité, pure et simple, sans lui laisser le choix que de voir les choses en face. Et c'est dur. Normalement, c'est son travail, son rôle au sein de sa bande d'amis. Normalement, c'est lui qui refuse les mensonges, préfère être franc. Et pour la première fois, il se rend compte que tout ça, toutes ces incompréhensions dans sa vie le chamboulent plus qu'il ne veut l'admettre. Que ce soit elle qui lui fasse remarquer a juste un côté comique.

    — Laisse tomber Syb, tu pourrais pas comprendre. Ou peut-être que si, mais Seamus se voit mal se confier à Sybella. Il préfère même aller parler de tout ça à un professeur, Clément par exemple, que d'expliquer les raisons de ce changement à la Serpentarde. Il a confiance en elle parfois, mais pas pour ça. Ça fait partie des limites à ne pas dépasser. Et de toute façon, ça te regarde pas.

Et voilà. Il finit par redevenir le Seamus que tout le monde connaît, celui qui est trop direct, trop franc pour que les gens normaux puissent réellement l'apprécier. Mais heureusement pour lui, Sybella n'est pas normale. Il ne sait d'ailleurs toujours pas comment elle fait pour le supporter. Ils sont censés être incompatible, chacun est en quelque sorte le stéréotype de ce que l'autre déteste. Et pourtant, ils sont là, à parler. La vie vaut le coup d'être vécu, au moins pour ce genre de surprise. Il soupire en l'entendant. Pourquoi ça ne l'étonne pas qu'elle tente de marchander quelque chose ? C'est Sybella après tout. C'est pour ça qu'il ne peut pas s'empêcher de sourire en même temps. Au fond, il sait très bien que c'est pour ça qu'il l'apprécie.

    — Ce que je te file ? Je détruis pas toute ta réputation, ça te va ? Des menaces en l'air, toujours. Ce n'est pas son genre d'agir de la sorte de toute façon. Il n'aime pas les gens qui se comportent comme ça, il ne risque pas de commencer à s'y mettre. Je suis tellement rassuré. Il insiste sur le tellement, pour bien faire ressortir l'ironie de sa phrase. C'est vrai, qui serait assez fou pour faire confiance à Sybella là-dessus.

Au final, il se rend compte qu'il s'en fiche pas mal. Qu'est-ce que ça change si ses amis apprennent qu'il fume ? Rien. C'est son problème après tout. Et puis, il ne fume même pas régulièrement, pas de quoi s'alarmer.

    — Je sais pas... Il aurait voulu dire un truc classe, qui aurait laissé entendre qu'il se fiche pas mal de ce que ses amis peuvent penser de ses actes mais c'est la vérité qui est encore une fois sortie. Il n'a aucune idée de la réaction que pourraient avoir les autres. Je suis pas sûr qu'ils apprécient, c'est tout. J'ai pas envie qu'on me juge pour des conneries en ce moment. Il ne sait pas pourquoi il lui dit tout ça. Après tout, ils ne sont pas réellement ce qu'on pourrait qualifier d'amis. Il écrase le mégot de cigarette avant de sourire face à son ignorance. Que c'est mignon. Tu as deviné ça toute seule ?

Il aurait aimé faire une blague sur les sangs-purs aussi, sur leurs esprits fermés, mais ce n'est pas le moment. C'est un sujet presque tabou actuellement, même pour lui qui est loin de renier les origines de son père.

_________________

We wake up, we go out
smoke a fag, put it out
See our friends, see the sights
feel alright
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tough girl in the fast lane, tough girl whose soul aches

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ex-Serpentarde ; étudiante en journalisme ; assistante à la Gazette.
ϟ AVATAR : AnnaSophia Robb


ϟ LIENS : Smile, the worst is yet to come.

As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : Re: As a little bird of prey | Seamus [Clos] Sam 15 Mar 2014 - 14:50

La blonde éclata de rire, son regard pétillant d'une lueur d'amusement singulière. C'était bon à savoir que sur les deux élèves, il y en avait au moins une qui y trouvait son compte. « Ah oui ? Et pourquoi je ne comprendrais pas 'ça' ? » Chiante. Cette fille était chiante, quand elle le voulait. Une vraie plaie. Mais on ne pouvait pas lui dire, parce que ça n'y changerait rien et parce qu'elle en avait déjà parfaitement conscience. « Tu devrais savoir depuis un petit moment que ce qui ne me regarde pas me regarde quand même, au final. » Faisant rouler le Souafle entre ses mains, la Serpentarde s'amusait en son for intérieur de rendre chèvre Seamus. Elle ne niait pas qu'il était l'une de ses victimes préférées à ce jeu-là, notamment parce qu'il savait très bien s'y prendre pour lui renvoyer la balle à sa manière.

Même si là, l'irlandaise remarquait une légère faiblesse aujourd'hui de la part de son interlocuteur. Elle n'était pas très adepte de l'analyse comportementale – parce que comprendre les gens n'était franchement pas son domaine de prédilection ou son hobby journalier – mais il ne lui fallait pas beaucoup d'observation et d'attention pour saisir que le rouge et or était dans ses pensées. Perdu ou ailleurs, perplexe ou fatigué. Il y avait tellement de possibilités, beaucoup trop pour que Syb' commence à enquêter là-dessus. Elle était curieuse, soit, et il y avait toujours une partie d'elle prête à fouiner pour obtenir la clé de chaque détail étrange à son univers. Mais la motivation n'était pas présente et la jeune fille se contenta d'accorder du répit à Seamus sur son état moral. Quand il serait à court de vannes et qu'elle n'aurait plus de quoi lui répondre, peut-être qu'elle reviendrait le titiller là-dessus.

Que le septième année évoque le danger qu'il pouvait être pour sa réputation la fit lever les yeux au ciel. « Trop chou de ta part. » Elle n'en croyait surtout pas un mot. Finnigan avait du mérite pour bien des choses : ses remarques directes et douloureuses, son patriotisme irlandais et son soutien infini pour sa maison rentraient dans la catégorie, mais en rien le jeune homme ne pouvait prétendre à détruire des images et des apparences aussi bien tenues. Il n'en avait ni les capacités, ni l'intérêt. Syb' se considérait donc bien à l'abri de ses menaces de ce côté-là.

C'est en écoutant finalement ce qu'on pouvait grossièrement qualifier comme aveu de la part de Seamus que la serpentarde arqua un sourcil d'étonnement. Elle abandonna son Souafle sur ses genoux pour croiser les bras, attendant que le jeune homme ait terminé pour rajouter son grain de sel. « Attends un peu. Vous, les Gryffondor, vous êtes pas censés, genre, ne jamais vous juger et tous vous aimer les uns les autres comme des frères, version non incestueuse ? » Oui, le moment était toujours bon pour charrier les bons principes de la maison adverse. Un soupir inexplicable quitta ses lèvres pendant qu'elle repoussait quelques mèches blondes derrière son oreille. « Parce que pour une simple histoire de cigarettes en cachette, franchement, je pense qu'ils seraient moins gênés de ça que de toi et moi discutant tranquillement de la pluie et du beau temps. » Aussi surprenant que c'était, Sybella avait pour une fois fait preuve d'une conscience accrue et honnête. On aurait presque pu penser qu'elle éprouvait une forme d'empathie pour son camarade ; qu'elle essayait de se mettre à sa place. Ce qui ne dura bien sûr que quelques secondes avant qu'elle lâche un « Oh bon sang j'ai l'impression de jouer les psys. » comme si être aimable pendant un court laps de temps l'avait vidée de toute énergie.

Lui se moquait déjà de nouveau de son ignorance partielle au sujet du monde moldu. Grand bien lui fasse. Ses épaules se haussèrent sous l'impulsion d'une légère nonchalance alors qu'elle répondit à son voisin de manière laconique. « Un peu, et c'est pas bien difficile même pour une sang-pure. Ça a la même odeur infecte que les pipes sorcières. Et j'en ai déjà entendu parler. Ces trucs craignent, c'est tout ce que je sais. » Pas qu'elle se souciait de sa santé ou de ses poumons, de toute façon il devait déjà être au courant et c'était peut-être même en partie pour ça qu'il bravait l'interdit moral de ne pas consommer un peu de tabac. « Et pourquoi tu fumes alors ? » Le ton était bien plus intrigué que moralisateur – ce n'était pas vraiment Sybella qui allait faire la leçon à Seamus -.

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
© okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: See our friends, see the sights, feel alright.

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Surveille les hiboux de la poste de Pré-au-Lard en duo de choc avec Dean
ϟ AVATAR : Joseph Dempsie


ϟ LIENS :
fiche
liens
courrier

As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : Re: As a little bird of prey | Seamus [Clos] Lun 21 Avr 2014 - 2:45

Don't be shy
For if you are shy for tomorrow

Il n'est qu'un adolescent de base ayant les réactions les plus normales au monde. Il n'est qu'un humain aux réactions égoïstes, persuadé que personne dans ce monde ne peut comprendre pourquoi il va mal. Il se conforte dans cette idée parce que ça lui fait du bien. Il se sent protéger, comme si personne ne pouvait le percer à jour. Et même lorsqu'il prend conscience que ses réactions sont totalement ridicules, il trouve le moyen de se contourner la douleur que ça lui procure. Il cherche à oublier une multitude de choses, le fait qu'il puisse perdre ceux qu'il aime, qu'on pourrait le juger de travers. Sa présence, à elle, la peste de Serpentard, n'aide pas. Elle a l'art de lui faire remarquer les détails qu'il a réussi à enfuir au fond de son cerveau, ceux auxquels il arrive à ne jamais penser. Il soupire en écrasant son mégot. Tout ça pour une simple cigarette, pour un peu de tabac agrémenté de nicotine qui risque de le mener tout droit au cancer. Il n'aura plus jamais la paix, elle ne le laissera jamais tranquille. Elle est invivable mais il ne parvient même pas à être agacé par son comportement. En temps normal, il aurait mis sur le dos de l'habitude mais là, il a la conviction que c'est différent. Il se fiche pas mal de ce qu'elle peut dire, il se contente de répondre par simple réflexe, peut-être parce que juste avant qu'il était seul dans ses pensées.

Il hésite à reprendre une cigarette. Il n'en a pas spécialement envie mais il aime faire parler les gens. Il trouve ça marrant, au détour d'un couloir d'entendre parler d'une explosion qu'il a provoqué, d'un première année qu'il a réussi à faire pleurer. Il se demande comment elle réagirait, si elle le réprimanderait, si elle se moquerait de lui ou si elle se mettrait en tête de le classer dans la case « drogué aux conneries moldus. » Pourtant, il ne le fait pas. Il n'a pas spécialement envie de se tuer la voix, la gorge et tout le reste. Il aime cette sensation provoquée par la cigarette mais n'en a jamais fumé plus d'une en dix minutes. Il a toujours considéré ça comme sans intérêt ne voit pas pourquoi il devrait commencer maintenant. Sybella parle suffisamment comme ça, c'est un fait.

Une grimace naît sur son visage. Des frères, version non incestuese. Il aura vraiment tout entendu de la part des Serpentards désormais. Lui, ça le fait bien rire cette réputation que sa maison a obtenue au fil du temps. Il trouve ça totalement niais, même si la description décrit parfaitement sa relation avec Dean. Pour Harry et Ron, c'est différent. Ce sont des amis de longue date avec qui il ferait tout et n'importe quoi mais ils ne sont pas si proches de ça. Surtout lui. Il s'est séparé de la bande, de cette famille d'adoption qui est la sienne à une période et ça juste parce qu'il a été incapable de croire Harry. Ce sont des choses qui arrivent, il en a pleinement conscience. Il s'est également promis qu'il ne recommencerait jamais, qu'il arrêterait de douter pour un rien, même si ça fait partie de son caractère. Il a promis à Dean qu'il ne se séparerait plus d'eux pour une raison stupide. Et il échoue, comme s'il était trop faible pour réussir ce genre de performance.

    — En fait, tu nous prends vraiment pour une bande de gros niais, c'est ça ? Non mais sérieusement, Sybella, tu crois quoi ? Que le soir, dans les dortoirs, on se fait des câlins en se souhaitant bonne nuit et qu'on s'offre des fleurs et des chocolats quand l'un de nous est triste ? Arrête de fantasmer. Il rejette encore une fois la certitude qui naît en lui, celle qui lui rappelle qu'il vient de décrire sa relation avec Dean. Tout ça lui rappelle trop qu'il a peur pour son ami, peur qu'il lui arrive quelque chose ou qu'ils soient un jour séparé. Il fait un sourire moqueur à la blonde. Des fois, il se demande comment elle peut être aussi stupide, ou simplement si elle le fait exprès. Il sait parfaitement qu'elle joue un rôle, qu'elle ment à tout le monde en commençant par elle-même. Il est juste incapable de savoir si la naïveté entre en compte. Mais il n'aura jamais la réponse, à moins de rencontrer la vraie Sybella, ce qu'elle ne permettra sans doute jamais. Sérieusement Syb, oublie. C'est beaucoup trop compliqué pour ton petit cerveau qui analyse seulement les choses au premier degré. Sans te vexer bien sûr. Tu sais très bien que je ne voudrais pas blesser une pseudo-princesse comme toi. Ta cour de Serpentards bêtes et méchants risque de ne pas me le pardonner.

Il est de retour, le vrai Seamus moqueur qui sait se faire respecter. Il enfouit au fond de lui le nostalgique, celui dont il a honte. Celui que personne ne devrait jamais avoir l'occasion de voir, et surtout pas elle. Mais c'est entièrement de sa faute, il n'a pas fait assez attention en venant ici. La prochaine fois qu'il aura besoin de prendre l'air, il ira à un endroit où il ne tombera sur aucun Serpentard chiant. Pour le coup, il a l'impression d'être tombé sur la pire, comme si le sort s'acharnait sur lui sans raison.

    — Ça fait passer le stress. Tu sais, tu devrais essayer au lieu de gaver tout le monde avec ta soi-disant pureté de sang. Tout le monde s'en fiche de toute façon, moi le premier. Alors pas la peine de me le rappeler, tu n'en tireras aucun respect. À la limite, la seule chose que ça peut faire, c'est me donner envie de vomir en voyant que tu te soucies encore d'un truc pareil. En fait, non. Elle n'aurait pas dû parler de sangs purs. Il n'est pas le genre à s'énerver pour ça là-dessus, mais c'est au-dessus de ses principes. Ils le fatiguent tous avec ça. Il n'a jamais réussi à comprendre pourquoi ils en faisaient toute une histoire. Ça lui fait mal. Avec tout ce qui se passe, ce sont eux – les jeunes, les élèves de Poudlard – qui devraient réagir et changer d'opinion au sujet de ce critère. Les adultes sont bornés, il n'y a plus d'espoir. Ils sont ceux qui peuvent changer les choses mais tout le monde s'en fiche. L'égoïsme collectif n'a pas de limite.

_________________

We wake up, we go out
smoke a fag, put it out
See our friends, see the sights
feel alright
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tough girl in the fast lane, tough girl whose soul aches

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ex-Serpentarde ; étudiante en journalisme ; assistante à la Gazette.
ϟ AVATAR : AnnaSophia Robb


ϟ LIENS : Smile, the worst is yet to come.

As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : Re: As a little bird of prey | Seamus [Clos] Mar 6 Mai 2014 - 14:58


Vexé, l'irlandais ? Peut-être, peut-être pas. Elle en doutait beaucoup : la blondinette avait depuis bien longtemps fait goûter à son interlocuteur le délicieux plat des préjugés. Et il lui avait déjà aussi servi quelques répliques en représailles assez sévères. Les traditions étaient inébranlables : entre un serpent et un lion, la querelle chauvine n'était jamais bien loin. Mais Sybella n'imaginait en réalité pas l'amitié inter-Gryffondor autrement que dans l'excès de gentillesse et de confiance : ils étaient profondément et sottement liés les uns aux autres. Qu'elle jalouse ou qu'elle grimace devant ça, peu importait : le constat pour elle était véridique.

Aussi resta t-elle silencieuse alors qu'il lui démontrait par a + b qu'elle était dans un délire certain et erroné. Un fantasme, le mot était franchement excessif. Elle avait des fantasmes, c'était indéniable : tout le monde en avait, même le plus odieux, le plus ingrat, le plus idiot ou le plus impassible des individus se trouvait des rêves inavoués et un brin honteux. Mais clairement, tout ce qui pouvait concerner de près ou de loin la camaraderie des rouges et or n'en faisait pas partie.

Et le voilà qui ravivait les braises. Les Serpentards sont des toutous ralliés aux plus précieux d'entre eux. Ca ne la dérangeait pas vraiment, pour le coup, qu'il puisse penser ça. Quitte à mener une bergerie d'imbéciles, autant la tenir solidement par la laisse pour qu'ils ne fassent rien de trop idiot. Un sourire curieux passa sur son visage tandis qu'elle agitait la main dans l'air, faisant mine de ne pas être touchée par la moquerie. « T'inquiète Seamus, pas d'offense. De ta part, ça fait très 'Sainte-Mangouste qui se fout de la charité' ! » Puis de froncer les sourcils, un air désapprobateur s'imprimant fugitivement sur son visage. « Et arrête de m'appeler Syb. » Parce que ça, oui, ça l'énervait un peu. On ne pouvait pas dire, les marques d'affections chez Sybella Tyrel, ce n'était pas monnaie courante. Même Gaya, même Sydney, n'importe qui de son dortoir aurait pu la faire grogner dans son coin en lui attribuant un surnom. C'était une idée stupide que d'inventer ce genre de procédés. Que ça soit pour rabaisser son voisin ou lui montrer qu'on l'aime, d'ailleurs. Idiot.

Un petit soupir hautain filtra de ses lèvres. Plus dédaigneux, tu meurs. L'irlandaise aurait pu agiter sa crinière blonde fièrement et ânonner qu'elle valait mieux que toutes ces cochoncetés, qu'on ne la piégeait pas avec des petites provocations de ce genre, qu'elle aurait eu mieux fait d'ingérer des feuilles de mandragore directement plutôt que de se tuer à petit feu avec ça. Avec ce truc, ce tabac. Sauf qu'elle n'avait pas besoin de grands discours pour agacer le Gryffondor : une fois de plus, son attention s'était focalisée sur l'information la plus essentielle pour balayer le reste, qui n'était que futilités. « J'ai pas besoin de ça, je stresse pas. Moi. » L'insistance était trop forte pour être hasardeuse et innocente. Elle allait l'ennuyer avec ça. Forcément, qu'elle allait fouiller, mettre son nez là où ça ne la regardait pas. Des fois, c'était à se demander si Seamus ne la cherchait pas volontairement. « D'ailleurs ta cigarette ça marche pas du tout, on dirait que tu pestes comme McGonagall qui aurait bu trop d'hydromel. » poursuivit-elle tranquillement avant d'achever d'un ton anormalement badin. « Et donc … Tu cherches à te relaxer. On a quelque chose sur la conscience, Saint Finnigan ? »

Sybella en avait conscience, ce qu'elle faisait n'était pas pour lui plaire à elle-même. Elle avait une sainte horreur des curieux et des petits malins qui voulaient toujours tout connaître de vos moindres faiblesses : surtout, elle les détestait quand ils s'attaquaient à sa propre personne. Mais bien évidemment, sa propre logique survolait ses goûts personnels et défiait le calme déjà ruiné depuis cinq minutes du septième année assis à côté d'elle. « Si tu m'annonces que t'angoisses à cause des ASPIC, laisse-moi cinq bonnes minutes pour rire. »

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
© okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: See our friends, see the sights, feel alright.

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Surveille les hiboux de la poste de Pré-au-Lard en duo de choc avec Dean
ϟ AVATAR : Joseph Dempsie


ϟ LIENS :
fiche
liens
courrier

As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : Re: As a little bird of prey | Seamus [Clos] Ven 6 Juin 2014 - 22:20

Don't be shy
For if you are shy for tomorrow

Il finit par se sentir mal Seamus, mal avec lui-même. Son comportement actuel vis-à-vis de Sybella est totalement ridicule. Même s'il faut toujours faire bonne impression en perpétuant la rivalité amusante entre les Serpentards et les Gryffondors, là il sait qu'il y a quelque chose d'autres. Et ce petit plus ne vient pas de la blonde qui pour une fois, lui semble particulièrement calme. Peut-être qu'elle voulait juste se détendre en faisant du Quidditch. Peut-être qu'elle n'avait pas la moindre envie de le croiser pour l'entendre se plaindre de tout. Il est réputé pour son entrain habituellement. Il est censé être celui qui remonte le moral du groupe quand tout le monde est en train de broyer du noir à cause d'une mauvaise nouvelle. Il doit être le pitre qui amuse tout le monde par ses bêtises à répétition. Mais aujourd'hui, à ce moment précis, il n'est bon à rien. Il s'en veut un peu au fond de lui. L'idée que Sybella ne mérite pas de supporter ça lui traverse plusieurs fois l'esprit en quelques secondes. S'il a toujours été franc et direct avec elle, il se dit qu'il y va peut-être un peu fort. Habituellement, il lui explique clairement ce qu'il pense. Là, tous ces mots sont remplis de mépris. Elle ne le mérite sûrement pas.

Alors il soupire, comme le blasé de la vie qu'il est actuellement. Il se demande ce qui cloche chez lui, pourquoi il est dans un état pareil. D'habitude, voir l'Irlandaise est toujours une chose qui le réjouit, parce qu'il a accepté l'idée qu'elle n'est pas fondamentalement mauvaise. Cette fille est juste ce qu'il y a de plus faux au monde. Elle a su manier à la parfaitement l'art de mentir à tous ceux qui l'entourent. Et même s'il n'approuve pas ce procédé, il lui pardonne pour un ensemble de ressentis sur lesquels il a toujours été incapable de placer le moindre mot. C'est Sybella après tout, la blonde des Serpentards, la fille qui pourrait sûrement être gentille si elle faisait un peu d'effort.

Il aimerait pouvoir dire quelque chose, répondre à sa provocation. Mais pour une fois, il reste muet. Quelque chose sur la conscience, c'est vague. Bien sûr, il a bien une petite idée en tête mais jamais il n'irait se confier à elle, de peur que tout Poudlard soit au courant le lendemain au moment du repas du soir. Il n'a jamais su de quoi elle pouvait être capable alors il préfère se méfier. C'est préférable avec ces personnes. Mais en tout cas, il sait qu'elle a raison. Fumer n'est pas la solution, il n'est pas détendu et il ne peut pas mettre uniquement la faute sur sa présence. Il doit trouver autre chose. L'envie de se confier se fait de plus en plus présente au fond de lui. Bien sûr, ce n'est pas facile. Il s'est résigné pourtant. Il sait que plus le temps passe, plus ça devient pressé. Alors il a imaginé tous les scénarios possibles mais un seul est resté dans son esprit comme étant vraisemblable. Meredith. Il n'y a qu'à elle qu'il pourrait parler de ce qui le tracasse. Personne d'autre que la rousse serait capable de répondre à toutes ses questions. Alors, il a premièrement pensé aller la voir, à Fleury & Bott, puis il s'est dégonflé. Alors il cherche à écrire une lettre, dont plusieurs essaies ont fini brûlé dans les toilettes tellement il les trouvait nuls.

    — Si carrément. Les ASPIC m'angoissent à mort. Imagine, je réussis pas à avoir un Optimal dans toutes mes matières, ma vie est foutue. Surtout en potion, c'est ma matière préférée ! Il n'y aurait sûrement pas pensé tout seul mais la remarque de l'Irlandaise l'avait fait sourire. Seamus qui angoisse pour ses ASPIC, c'est vrai que le scénario a quelque chose de comique. Il a l'impression de ne jamais avoir dit quelque chose d'aussi ridicule de sa vie mais au moins, ça le dépend. Il en a besoin en fin de compte. Il a envie de se changer les esprits, de faire une paix passagère avec la Serpentarde parce qu'elle le mérite parfois. En fait, je rêve de devenir apothicaire, c'est pour ça. D'ailleurs, j'aurais besoin d'une assistante, vu que je compte vendre des potions toutes faites. Et vu que je suis sûr que tu rêves de rester toutes tes journées à mes côtés, je te propose le poste. Et puis, comme ça les Serpentards viendront m'acheter des trucs, et on sera riche. Il finit par lui sourire tellement ses propos n'ont aucun sens.

Il range le paquet dans la poche intérieure de son pull, à l’abri des regards et des remarques de Sybella. Il ne sait pas ce qui est le plus fatigant d'ailleurs. Que les gens le jugent sans rien dire, ou qu'elle le fasse en accompagnant cela d'un lot de réflexion en tous genres. Après tout, il l'a toujours su. Elle est spéciale l'Irlandaise mais ça paraît logique. Tout le monde lui a toujours dit qu'il l'était, sûrement à cause de ses origines. Alors, il finit par se dire que ça vient de là, parce qu'ils sont nés d'un amour baigné dans le whisky après tout.

_________________

We wake up, we go out
smoke a fag, put it out
See our friends, see the sights
feel alright
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tough girl in the fast lane, tough girl whose soul aches

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ex-Serpentarde ; étudiante en journalisme ; assistante à la Gazette.
ϟ AVATAR : AnnaSophia Robb


ϟ LIENS : Smile, the worst is yet to come.

As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : Re: As a little bird of prey | Seamus [Clos] Mer 18 Juin 2014 - 21:37

L'irlandaise éclata de rire. Pour une fois elle ne mentait pas : Seamus venait vraiment de l'amuser. Elle le connaissait assez pour savoir qu'il n'était franchement pas membre du club des intellos angoissés par la moindre notation, loin de là. Pourtant peut-être auraient-ils du prendre les choses moins à la légère : leur avenir, aussi incertain était-il à cette heure, dépendait en grande partie de leur réussite hypothétique aux ASPICs. « Si le sujet en Potions est 'réalisez le plus beau feu d'artifice possible', tu auras un O, c'est sûr. » répondit Sybella avec un petit sourire entendu. Elle était un désastre quand on la mettait aux commandes d'un chaudron, tout comme son homologue Gryffondor. Elle avait donc tous les droits de le charrier, lui-même ne s'en privait pas quand elle faisait vrombir les murs de la salle de cours à la moindre de ses préparations de philtre.

Voilà donc presque que les deux élèves plaisantaient, comme n'importe quels amis normaux le feraient. C'était toujours curieux pour autrui – et encore plus pour eux-même – de se dire qu'ils arrivaient bizarrement à se supporter et à avoir ces moments où la rivalité inter-maisons s'effaçait et laissait voir que leurs personnalités étaient capables de s'entendre, de s'harmoniser. Ca ne durait jamais éternellement, parce qu'il y avait cette image de chien et de chat à entretenir, parce qu'il demeurerait toujours des points de discorde trop gros pour être ignorés. Mais l'avenir réservait peut-être, avec le changement apporté par le temps, des surprises.

Face à sa révélation cousue de fils blancs, la jeune fille fit mine de se mordre la lèvre, feignant la gêne à outrance. Pot aux roses incroyable découvert ? Sûrement pas, ça non. Syb' n'en pinçait guère pour l'irlandais. « Mince, Finnigan, t'as percé mon plus noir secret. Je vais devoir effacer toute trace de cette découverte. » rétorqua t-elle avec une douce pointe d'ironie avant de l'écouter raconter ses idioties de projets futurs avec elle dans le rôle de l'assistante sage et dévouée. « Deal. Après tout, personne ne résiste à mes talents de commerciale. » Elle aurait du se lancer là-dedans tiens ! Elle aurait fait fureur à n'en pas douter, surtout s'il fallait persuader les clients d'acheter rien qu'à la menace de ses mots et de sa baguette magique ... « Ceci dit j'ai peur que notre petit business nous mette sous les barreaux. Tu comprends, les risques d'empoisonnement mortel, tout ça ... » tempéra avec raison la blonde, qui n'avait pas vraiment envie de finir à Azkaban.

Ce qui expliquait pourquoi elle n'était pas prête de rejoindre pour de vrai les Mangemorts. Elle avait une trouille bleue de ce que ça lui demanderait de faire, et elle n'était pas certaine que ce choix de carrière lui assure une vie longue et sereine. Tout ça signifiait pourtant s'éloigner de la plupart de ses amis et du chemin qu'elle avait jusque là choisi par facilité. Si Sybella Tyrel décidait de ne pas se joindre aux Sangs-purs dont elle prônait tant la valeur, qu'allait-il advenir d'elle ? Vers qui pourrait-elle bien se tourner ? Et vers quelle carrière professionnelle ? Trop de questions sans réponses qui avaient trop de risques de la rendre anxieuse. Elle les balaya d'un sourire et se redressa sans prévenir du gradin, poings sur les hanches et détermination en bandoulière.

« Bon mon p'tit Seamus, c'est pas que je m'ennuie avec toi, loin de là, mais j'étais venue pour voler moi ! » La septième année se pencha pour récupérer balai et Souafle qu'elle avait posés à ses côtés et enjamba l'assise de bois en dessous d'eux, redescendant d'un étage. Elle se tourna de moitié pour adresser un coup d'oeil malicieux au rouge et or. « Tu peux rester admirer ma technique et prendre des notes si tu veux. » Comme s'il n'allait pas répliquer ! Il était chauvin, le lion. Mais sans lui en laisser le temps, Sybella s'échappa à ses réflexions et descendit pour retourner au centre du terrain enfourcher son balai. Ils avaient encore, Merlin merci, un peu de répit salutaire et enfantin avant de penser aux choses sérieuses d'adultes.

Spoiler:
 

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
© okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: See our friends, see the sights, feel alright.

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Surveille les hiboux de la poste de Pré-au-Lard en duo de choc avec Dean
ϟ AVATAR : Joseph Dempsie


ϟ LIENS :
fiche
liens
courrier

As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : Re: As a little bird of prey | Seamus [Clos] Sam 2 Aoû 2014 - 20:45

Don't be shy
For if you are shy for tomorrow

Il est assez content de lui-même. Faire rire la bonde n'est pas une chose facile. Mais il trouve ça tellement cool. Quand il parvient à accomplir cet exploit, il est face à la Serpentarde qu'il apprécie vraiment. La drôle, la Sybella capable de rentrer dans ses délires. Il prend un petit air supérieur qui ne lui va pas du tout quand elle affirme qu'il a percé son secret. Bien sûr, il n'a aucune chance que ce soit la vérité, c'est sûrement la chose la plus éloignée du possible. Elle ne le déteste pas, mais ils ne se supportent pas assez pour ça. Ils finiraient sûrement par s’entre-tuer ce qui serait sans aucun doute mauvais pour les affaires. Enfin, s'ils survivent au premier jour de confections de potions par Seamus.

    —Sérieusement Syb. Si le sujet c'est ça, et qu'on a le droit de se mettre en duo, tu me feras l'honneur d'être ma binôme. Là, ils devront carrément inventer une note pour nous. Genre, mieux qu'un Optimal. L'idée l'enchante. Il abandonnerait Dean en moins d'une seconde. De toute façon, il se doute que son ami refuse de passer ses ASPICs avec lui.

Sybella vendeuse. Il ne sait pas pourquoi mais cette perspective est loin de le rassurer. Il l'imagine plutôt derrière, dans l'arrière-boutique où elle ne pourra pas faire de chantages aux clients. Mine de rien, il est persuadé que la blonde est capable de faire acheter n'importe quoi à un inconnu qui passe par là. La façon dont elle le fait par contre, c'est autre chose. Ils auraient sûrement les policiers sur le dos en moins de deux semaines. Il lui sourit. Elle n'a pas tort quand elle sous-entend qu'ils finiraient à Azkaban en un temps-record.Il se doute qu'une vague de morts par empoissonnement sévirait assez rapidement en ville, sans qu'on ait à se demander pourquoi. Il suffit de demander à n'importe quel élève de Poudlard ayant eu vent de leurs réputations communes pour se dire ce binôme en apothicaire, ce n'est pas sain du tout.

    —Il faut que tu arrêtes de t'en faire pour des détails. Regarde le bon côté des choses, on pourra partager la même cellule. Tu rentreras dans l'histoire. La première Serpentarde incarcérée aux côtés d'un Gryffondor. Parfait pour ton image de marque. Le ton est un peu ironique. Il aime la charrier, se moquer gentiment d'elle. Leur relation est basée là-dessus après tout.

Il soupire, hausse les sourcils quand il l'entend parler de voler. Sybella a beau faire partie de l'équipe des Serpentards, il aime lui faire comprendre qu'elle ne devrait pas monter sur un balai, prétextant sa nullité. Même si ce n'est pas le cas, tant pis. Il y a des choses à faire, toujours sauver les apparences.

    —Va, va. Je vais peut-être rester un moment pour faire une liste des choses à ne pas faire en Quidditch. C'est un peu abusé. Il dépasse peut-être un peu les bornes. Elle n'est pas si nulle. Mais j'en doute. Je crois que la liste est déjà assez longue quand je regarde les Serpentards joués pendant les matchs. Je sais pas comment ils vont faire sans toi l'an prochain. Un compliment. De la part de Seamus. Voilà de quoi choqué Sybella, c'est sûr. Mais il faut faire des efforts pour cultiver les amitiés de temps en temps, c'est comme ça que fonctionnent les relations sociales. Sinon, c'est pas que je m'ennuie moi aussi, mais je dois aller trouver Dean pour lui dire que j'ai passé un peu de mon temps avec toi. Histoire de l'embêter, tu comprends.

Il s'en va, lui fait un au revoir de la main. C'est tout bête mais il se sent mieux. C'est pour ça qu'il hésite à en parler. De toute façon, il ne parlera pas de tout ça à Sybella, parce que ça signifierait que tout Poudlard serait au courant en moins d'une heure. Mais sa présence est agréable, comme celle de beaucoup de monde. Elle lui fait en quelque sorte oublier la situation gênante dans laquelle elle est actuellement.

_________________

We wake up, we go out
smoke a fag, put it out
See our friends, see the sights
feel alright
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


As a little bird of prey | Seamus [Clos]
MessageSujet : Re: As a little bird of prey | Seamus [Clos]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» dortoir de Ron, Harry, Seamus, Neville et Dean
» INTRIGUE [Sept.] Quand Seamus cesse d'y croire...
» [réservée]Le secret du Black bird...
» Le bal du clos aux lys - j'veux pas y aller tout seul
» Partition mythique [Clos]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Poudlard :: Extérieur et alentours du château :: Le terrain de Quidditch-