Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: What time is it? Adventure Time!

ϟ ÂGE : 15
ϟ FONCTION : Serpentard - 2ème année
ϟ AVATAR : Asa Butterfield


ϟ LIENS : That's how you know it's an adventure!
Now, my dad, he was a great man.

Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)]
MessageSujet : Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)] Lun 20 Jan 2014 - 23:22




There's all these things I should know ; yet she won't even say his name.


Parfois, les gens, il y en avait trop. Parfois, il aurait bien aimé connaître un sort qui permette d'éliminer la population mondiale de moitié.

C'est ce qu'il s'était dit la première fois que sa mère l'avait emmené à Londres et qu'il n'en avait que modérément profité à cause de la foule trop dense qui le pressait de tous les côtés. A croire que même un enfant ne pouvait recevoir de considération de la part de gens pressés. Il s'était fait la même réflexion en arrivant à Poudlard, en pénétrant pour la première fois dans la Grande Salle bondée. Dire de lui qu'il n'avait pas l'habitude de côtoyer tant de monde de manière quotidienne était un euphémisme. Mais ça n'avait pas l'air de les déranger, par contre, tout ces gens. Ils parlaient fort et riaient plus fort encore. Pas que Woody ait été lui-même de mauvaise humeur pour sa rentrée à Poudlard, bien au contraire. Il s'était simplement senti un peu oppressé.

Mais il s'y était habitué. Quelques mois plus tard, le sentiment d'oppression avait complètement disparu, laissant place seulement à un certain agacement lorsque, parfois, il devait jouer des coudes pour traverser un couloir bondé ou se glisser tant bien que mal entre un sixième et un quatrième parce qu'il n'y avait plus de place à table. Et comme une légère amertume, aussi, à ne pas avoir l'occasion d'arpenter le château en solitaire.

Amertume qui l'avait rapidement poussé à se promener dans le château après la fin des cours, où la plupart des étudiants et professeurs avaient regagné leurs pénates pour se poser un moment avant de manger. Cependant, ce n'était pas encore tout à fait désert, pas avant le dîner dans la Grande Salle. Dîner à la suite duquel il y avait un couvre-feu. Un couvre-feu. Sa mère ne lui avait jamais imposé d'heure de couché – il fallait dire qu'en général, il s'endormait de lui-même assez tôt – et ça ne l'avait jamais dérangée qu'il soit encore avec elle passé 23h, gentiment occupé à lire allongé à ses pieds. La notion de couvre-feu entrait en total désaccord avec ses convictions ; si quelques personnes pouvaient effectivement prétendre à exercer une certaine autorité sur lui, il trouvait absolument ridicule le concept de couvre-feu et d'autres règles inutilement spécifiques et infantilisantes.

Et donc, ce soir-là, Woody avait décidé de braver le couvre-feu. En réalité, ce n'était pas vraiment la première fois qu'il tentait le coup, mais jusqu'ici il n'avait fait que vaguement vadrouiller dans les sous-sols, à proximité de l'entrée de la salle commune. Histoire de tâter le terrain. N'ayant pas été surpris par un quelconque professeur ou concierge en ces occasions, le garçon avait pris courage ; cette nuit, la véritable exploration commençait.

Frôlant les murs telle une ombre, il n'eut aucun mal à atteindre le pallier du rez-de-chaussée. Il ne s'y attarda pas et grimpa rapidement et silencieusement les marches du grand escalier. Une fois arrivé au premier, il se faufila dans un premier couloir et manqua presque un battement de coeur en voyant quelqu'un bouger à sa hauteur. Il lui fallut un instant pour réaliser qu'il s'agissait seulement d'une femme peinte qui venait de se déplacer dans son cadre. Il soupira légèrement puis, toujours aussi silencieux qu'une souris, se glissa dans la salle des trophées.

« Lumos ! » murmura-t-il et eut la satisfaction de voir le bout de sa baguette s'illuminer.

Woody s'approcha de la vitrine la plus proche et se mit à lire avec application les noms inscrits sur les plaquettes des différents prix et trophées. Même s'il n'avait aucune idée du nom de son père – même ça, sa mère n'avait jamais voulu le lui dire -, il espérait que l'un d'eux lui parlerait plus que les autres et qu'il devinerait instantanément qu'il s'agissait de lui.

Évidemment, il lui était inimaginable que son père n'ait pas gagner au moins une dizaine de prix au cours de sa scolarité.
Voir le profil de l'utilisateur http://heralia.tumblr.com/
avatar

ϟ ÂGE : 36
ϟ FONCTION : Psychologue scolaire ; Fantôme en déni ; Ex-Serdaigle.
ϟ AVATAR : Hugh Dancy
https://redcdn.net/hpimg11/pics/256635tumblrmo8pqsLzd81r0jkkko2r1250.gif

ϟ LIENS : You won't like me when I'm psychoanalyzed.
Therapy doesn't work on me.

Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)]
MessageSujet : Re: Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)] Dim 2 Fév 2014 - 7:39

Oh my god,

It's a child.
what should I do ?

Certains jours, il aurait préféré se transformer en ours et rester hiberner durant des mois au fond d'une grotte avec un oreiller pour seul compagnon. Et aujourd'hui en faisait partie. Il pleuvait des cordes, ce qui signifiait que faute de pouvoir aller jouer dans le parc, les élèves grouilleraient dans les couloirs et se précipiteraient dans son cabinet durant leurs heures de trou, persuadés d'avoir une maladie mentale qui les dispenserait de cours pour pouvoir plonger sous leurs couettes par ces temps déprimants. Mais les prenant à leur propre jeu, le docteur Cabble avait été voir à Albus Dumbledore pour prendre une journée de repos. Le vieil homme se faisait clairement trop de souci pour lui. Il suffisait de voir sa tête à chaque fois qu'il venait lui rendre visite : on aurait crû qu'il venait de voir un fantôme. C'est donc son après-midi accordée que Fray resta dans sa tour d'ivoire à essayer de faire des origamis. Le résultat fut peu concluant et des boules de papier chiffonné de toutes les couleurs vinrent décorer sol de son bureau déjà jonché de vieux bouquins qui sentait le moisi, de cadavres de nourriture qui devaient traîner là depuis des lustres et de chaussettes sales, faute de procrastination permanente lorsqu'il en venait au sujet du rangement.

Comme d'habitude, il n'avait pas vu le temps passer, et laissa un soupir de soulagement s'échapper de ses lèvres lorsqu'il vit qu'il était déjà vingt-trois heures. Grâce au génie qui avait inventé les couvres-feux, tous les élèves devaient être dans leurs dortoirs à présent, et il pouvait errer dans les couloirs sans qu'on lui fasse la moindre réflexion sur sa pâleur digne d'un personnage de manga , ni qu'on vienne lui pleurer dessus dans l'espoir de trouver une épaule réconfortante, en confondant son titre de psychologue avec celui de « mère Thérésa ». Et puis, il avait beau apprécier cet espace composé uniquement d'objets rassurants et rangé à sa manière – autrement dit dans un foutoir monstrueux – il étouffait et avait besoin de prendre l'air. Ça s'était manifesté comme un poids oppressant dans sa poitrine, comme si une main invisible s'amusait à compresser son cœur. Et puis, il avait commencé à avoir cette impression qu'on l'observait. Que son propre reflet dans le miroir se moquait de lui, pauvre aveugle refusant de voir une évidence.

Il prit donc par précaution une triple dose de paracétamol qu'il mélangea dans un thé aux herbes très spéciales et peu légales qui lui provenaient tout droit du Pérou avant de quitter précipitamment son bureau. À la base, il s'était dirigé vers le chemin de ronde, mais par un tragique concours de circonstances liées à son sens de l'orientation légendaire et à la fourberie des escaliers magiques, il s'était retrouvé à l'exact opposé de l'endroit où il voulait se rendre. Bon d'accord, c'est facile d'accuser le reste du monde quand la véritable fautive se trouve se trouve en plein dans sa tête. J'ai bien sûr nommé sa conscience, qui prenait un malin plaisir à lui hurler des choses comme « J'me sens un peu décédée moi aujourd'hui, pas toi Fray ? Non ? Alors à quand remonte ton dernier vrai repas ? Et quand est-ce que tu as pris contact pour la dernière fois avec ta famille. Ça remonte à loin quand même, qu'est-ce qui se passe ? Et. Oh. Oh, les effets du paracétamol commencent à faire effet, j'ai bien fait de le mélanger avec ce thé magique. Tout va bien. On se détend, mon gars. Mais c'est quand même bizarre tous ces trucs de dates, non ? T'aimes pas regarder les calendriers ? Et pourquoi t'évites comme ça les miroirs. T'as grossi, t'es devenu moche ? Oh bordel, qu'est-ce que tu fais dans la salle des trophées ? »

Oui, sérieusement qui irait se promener au milieu de toutes ces vieilleries n'ayant guerre plus de valeur que du toc, vu que toutes les personnes figurant sur ces médailles étaient décédées depuis au moins trois siècles ? Et c'est à ce moment là qu'il remarqua ce qui clochait. Non, ce n'était pas la fée clochette qu'il voyait en hallucinant ni une luciole mais bien l'extrémité illuminée d'une baguette magique. Se rapprochant du gêneur, il distingua la silhouette d'un gamin qui devait être en première année tout au plus. Au secours ! Mon dieu, et s'il se mettait à pleurer ou à lui demander de psychanalyser sa tortue domestique ? Non, sérieusement, pourquoi il fallait que ça tombe sur lui ? Et que pouvait-il faire maintenant qu'il l'avait vu ? Il ne pouvait décemment pas tourner le dos et repartir l'air de rien. Attendez une minute, que faisait ce gosse pas plus haut que trois pommes à l'extérieur en dehors de l'heure du couvre-feu ?

«Vous savez, elles n'auront pas bougé demain si vous souhaitez les contempler. Mais il y a une heure pour aller dormir, et elle est largement passée depuis. Oh, deux heures. » Il s'était faufilé derrière lui – ce qui est à peine flippant, surtout quand ça vient d'un fantôme  - et avait parlé sur un ton légèrement réprobateur.

« Au lit. Avant que j'enlève des points. À moins bien sûr que vous n'ayez perdu quelque chose de vital sans quoi vous ne pourrez pas dormir ? Un doudou, peut-être ? » L'enfant ne s'étant pas encore retourné, Fray avait décidé de croiser des bras pour se donner l'air plus crédible, adoptant la posture d'un père grondant son fils rentré trop tard de boîte de nuit. Mais en réalité, il avait autant d'aisance qu'un homme de Cro-Magnon devant coopérer avec un Furby.

_________________
Rudolph with your nose so bright,
Won't you guide my sleigh tonight ?

« Rudolph the Red-Nosed Reindeer
Had a very shiny nose
And if you ever saw it
You would even say it glows
•• .unbreakable »
Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-petillantes.blogspot.fr/
avatar

: What time is it? Adventure Time!

ϟ ÂGE : 15
ϟ FONCTION : Serpentard - 2ème année
ϟ AVATAR : Asa Butterfield


ϟ LIENS : That's how you know it's an adventure!
Now, my dad, he was a great man.

Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)]
MessageSujet : Re: Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)] Mer 5 Fév 2014 - 18:47

Olivier LeCornu, Agatha Dampwood, Ernest Jolihorse, Lucius Reckager, ... Mais qui étaient ces gens ? D'illustres inconnus, voilà qui ils étaient. Woody eut un claquement de langue agacé. En plus, la plupart des plaques indiquaient des dates bien trop anciennes pour pouvoir concerner son père. Ah, James Potter. Ça, il connaissait, mais ça ne le rapprochait pas plus de son but. Et puis, la lueur émanant de sa baguette n'était pas aussi forte qu'il l'aurait voulu, si bien qu'il devait constamment plisser les yeux pour déchiffrer les inscriptions, ce qui ne devait pas manquer de lui donner l'air d'une taupe. Aussi dévoué qu'un apôtre à son apostolat, il n'était cependant pas prêt d'abandonner, pas aussi facilement, pas avant qu'un nom ne lui parle.

Concentré qu'il était sur sa tâche, il n'entendit pas Fray derrière lui avant que ce dernier n'ouvre la bouche, bien qu'il fut fort à parier qu'il ne l'aurait pas entendu non plus s'il avait délibérément tendu l'oreille. Le garçon sursauta et, ce faisant, faillit heurter la vitrine qu'il était en train d'étudier de son front.

« Vous savez, elles n'auront pas bougé demain si vous souhaitez les contempler. Mais il y a une heure pour aller dormir, et elle est largement passée depuis. Oh, deux heures. »

Woody, dans un geste très adulte qu'il devait avoir inconsciemment pris chez sa mère, se passa la main sur le visage pour se donner un peu de contenance, sans toutefois encore se retourner.

« Au lit. Avant que j'enlève des points. À moins bien sûr que vous n'ayez perdu quelque chose de vital sans quoi vous ne pourrez pas dormir ? Un doudou, peut-être ? »

Ah, les points. La menace de quelques points en moins contre un indice, peut-être, le rapprochant de son père disparu. C'était aussi efficace que de tenter de le priver de salade alors qu'il s'appliquerait à arracher d'un tombeau piégé une couronne en or sertie de gemmes. Le garçon se retourna enfin, l'air clairement pas impressionné, sa baguette pointée à mi-hauteur afin de les éclairer tous deux. Comme il s'en doutait, ce n'était pas l'un de ses professeurs, il aurait reconnu sa voix. Non, c'était ce type, Fray Cabble – Woody avait noté tous les noms du personnel de l'école dans son journal de bord, il détestait ne pas être au courant -, le psychologue de l'école, qui rayonnait de toute sa pâleur translucide. Il mit quelques secondes de plus à observer l'homme, s'attachant à avoir l'air complètement détaché, et remarqua qu'il tentait visiblement lui aussi de se donner une contenance en croisant les bras d'un air sévère. Cela le rassura quelque peu. L'homme ne devait pas avoir l'habitude des enfants, sinon il aurait su que ces derniers avaient tendance à être capables de juger si vous étiez réellement en colère contre eux. Cabble n'était pas une personne avec laquelle il s'était attendu à avoir affaire dans un avenir proche, étant donné que celui-ci semblait passer la majorité de son temps dans son bureau et que lui-même ne ressentait pas le besoin de consulter, merci bien.

Le petit Serpentard eut un reniflement dédaigneux.

« Encore faudrait-il que vous sachiez à quelle maison les retirer. » Le garçon était en effet vêtu de marron et gris.

Ça n'avait pas été dans son intention de se montrer malpoli, mais l'homme avait été le premier à l'être en faisant cette remarque à propos d'un éventuel doudou perdu. Il se détourna pour se concentrer à nouveau sur la vitrine.

« Et non, pas un doudou. Mon père. » Il tourna son visage vers Fray pour ajouter : « Il est mort. » d'une petite voix fragile dans le but délibéré de le faire se sentir coupable.
Voir le profil de l'utilisateur http://heralia.tumblr.com/
avatar

ϟ ÂGE : 36
ϟ FONCTION : Psychologue scolaire ; Fantôme en déni ; Ex-Serdaigle.
ϟ AVATAR : Hugh Dancy
https://redcdn.net/hpimg11/pics/256635tumblrmo8pqsLzd81r0jkkko2r1250.gif

ϟ LIENS : You won't like me when I'm psychoanalyzed.
Therapy doesn't work on me.

Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)]
MessageSujet : Re: Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)] Dim 16 Fév 2014 - 23:19

Anak- Woody !

I am your father.
Nooooooooooooooooooooooo !

D'aussi loin qu'il s'en souvienne, Fray avait toujours eu du mal avec les enfants. Pire encore, il les redoutait comme la peste. Non seulement, ils étaient trop chétifs à pleurer pour un caprice ou un biscuit, mais il les trouvait sales à courir partout, de la terre entre les ongles et de la morve dégoulinant de leurs narines. Et puis il y avait ce bruit incessant, présent dès qu'un gamin était dans les alentours. À croire qu'ils ne savaient faire que brailler, hurler et taper du pied. Heureusement pour lui, l'école de Poudlard n'accueillait pas les morveux en dessous de la barre des onze ans. Mais est-ce que les adolescents en valaient vraiment le change, avec leurs phases de pseudo-rébellion, leurs hormones en feu dès qu'ils voyaient une mini-jupe et leurs problèmes de croissance qui les faisait ressembler à des Frankenstein en mutation ? Pas sûr.

Heureusement, toutes ces années d'expérience à Poudlard lui avaient permis de mieux comprendre ce public et de s'y adapter. Alors, certes il faisait pale figure en matière d'autorité à côté de ses collègues, mais il savait au moins comment comprendre ses élèves lorsqu'il devait les psychanalyser ou avoir un minimum de relations sociales et courtoises avec eux. C'est pourquoi, il avait opté pour le ton de l'avertissement sur un timbre de voix qui se voulait maîtrisé. Mais en réalité, ses propres mots l'avaient surpris. Qu'est-ce que ça pouvait lui faire, que cet avorton vagabonde dans les couloirs ? Il n'était pas son directeur de maison, et encore moins son père. Lorsque l'autre s'était retourné pour lui répondre, le sang du docteur Cabble avait fait un tour. « Oh non. Pas lui. », s'était-il dit. Sérieusement, comment pouvait-il attirer à ce point la malchance ? Dans une vie parallèle, il avait dû briser un millier de miroirs et passer sous des échelles tous les vendredi treize avec son chat noir en guise de rituel satanique.

Parce que non, ce n'était pas n'importe quel morveux. Il avait fallu qu'il tombe sur celui-ci.
Woody dont-il-avait-volontairement-fait-abstraction-du-nom-de-famille.
Ou plutôt dont il savait le nom, dans un coin reculé de sa mémoire. Ce même coin où se concentraient tous ses petits tracas qu'il devait absolument régler avec Freud.

C'est en le fixant de ses yeux accusateurs que Woody Foreman s'était retourné vers lui. Trop bleus, ridiculement bleus. De la même couleur si particulière qu'il voyait chaque matin dans son miroir lorsqu'il était encore – encore quoi déjà ? Toujours est-il que depuis quelque temps, le docteur Cabble fuyait comme le choléra toutes les surfaces risquant de lui renvoyer son propre reflet.

De tous les gosses qu'il avait pu croiser dans ce château, celui-ci était le seul qui avait réellement réussi à le terrifier. Il ne savait pas pourquoi. C'est comme s'il lui hurlait sa culpabilité en lui mettant sous le nez une évidence qu'il avait préféré oublier. Et pourtant, Fray ne pouvait s'empêcher de vouloir le protéger. Mais de loin. Ce qui avait plutôt bien marché jusqu'à présent, vu qu'ils n'avaient même pas échangé un seul « bonjour ». Seulement, aujourd'hui le destin en avait décidé autrement.

« Il me suffit de la demander à un enseignant référent. Ne m'y obligez pas, d'accord ? Aucun de nous deux n'aimerait cela. » Autrement dit, avoir un contact social. Brrr. Sa meilleure arme contre cette provocation avait été le chantage. Chose qu'il détestait faire, mais c'était pour la bonne cause. Au fond, il aurait juste aimé ne jamais avoir croisé la route de ce foutu gosse.
Pour toute réponse, l'autre lui balança aussitôt sec une autre accusation en plein dans la figure. Non, il n'avait pas perdu sa peluche pour dormir, mais son papa. Pire encore, il était mort.

C'était vil. Utiliser la pitié pour acheter sa clémence. Non pas que Fray ait lui-même été confronté au décès d'un être cher, mais il pouvait comprendre sa douleur. «  Oh ». Un simple oh. Pas un « oh » désolé, ni un « oh » apitoyé sur son pauvre petit sort. Juste « oh ». Parce qu'il n'y a rien d'autre à dire dans ces cas-là. « Ce sont les choses de la vie. Je comprends que ce soit difficile, mais ça n'explique pas que vous rodiez dans les couloirs à une telle heure. » Avait-il dit les choses de la vie au sujet de son père qui n'en faisait plus partie ? Quel imbécile.

L'air de regretter ce qui allait suivre, il soupira. « Enfin. Les choses de la... peu importe. Pourquoi ne m'expliqueriez-vous pas ce que vous faisiez ici à une heure pareille ? » Il avait doucement froncé des sourcils pour se donner plus de crédibilité. L'idée de fuir en douce lui paraissait toujours très tentante, mais c'était un peu tard maintenant. Surtout après sa bourbe monumentale. « Mais faisons les choses dans l'ordre. Quel est votre nom ? » Avait-il ajouté sur un ton un peu trop mielleux pour être sincère, comme pour lui dire « je t'offre une séance gratuite en échange de ton silence sur mon manque de professionnalisme ».

_________________
Rudolph with your nose so bright,
Won't you guide my sleigh tonight ?

« Rudolph the Red-Nosed Reindeer
Had a very shiny nose
And if you ever saw it
You would even say it glows
•• .unbreakable »
Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-petillantes.blogspot.fr/
avatar

: What time is it? Adventure Time!

ϟ ÂGE : 15
ϟ FONCTION : Serpentard - 2ème année
ϟ AVATAR : Asa Butterfield


ϟ LIENS : That's how you know it's an adventure!
Now, my dad, he was a great man.

Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)]
MessageSujet : Re: Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)] Lun 2 Juin 2014 - 10:40



Lorsqu'il s'était retourné pour lui faire face, Woody aurait pu jurer que le type avait affiché une sorte de réluctance en le reconnaissant. Non mais, ils se ne connaissaient même pas, et il l'avait déjà pris en grippe ? Quoi, comme ça, simple délit de faciès ? De quoi l'énerver encore plus. Parce que oui, d'accord; les adultes le prenaient généralement rapidement en grippe. Mais là il n'avait encore eu le temps de rien faire, alors c'était quand même un petit peu abusé ! Non, et puis, c'était un fantôme, pas vrai ? Ça aurait dû lui passer par-dessus la tête, les étudiants qui trainent dans le château après le couvre-feu; il était mort bon sang, n'avait-il pas dépassé ce genre de préoccupations futiles ?

Il lui balança donc la mort de son père à la figure, comme il lui arrivait parfois de le faire dans ces cas-là. En général, ça marchait plutôt pas mal. Mais bon, il était mort aussi. Peut-être que ça le toucherait moins. Peut-être qu'il s'en foutait. Woody n'était pas sûr d'accepter le fait que quelqu'un puisse s'en fiche, de la mort de son père. Même de la part d'un fantôme.

Ce sont les choses de la vie, lui disait l'autre. Le garçon plissa les yeux et l'écouta se reprendre avec un mélange d'exaspération et de colère. Oui, il était exaspéré. Il ne dérangeait personne - pour une fois - à parcourir les vitrines à la recherche d'un souvenir de son père, peut-être, et ce type, cet ectoplasme, qui venait l'embêter. Ils avaient tous les deux mieux à faire, non ? Enfin, lui, en tout cas, avait mieux à faire.

Woody laissa le silence planer un moment en le fixant d'un air mécontent, les sourcils froncés et la moue boudeuse. Le temps que ça devienne un peu gênant - pour l'autre -, il finit par ouvrir la bouche:
« Si vous saviez comme je peux m'en fiche, que vous m'enleviez des points. Moi, je suis venu pour trouver mon père. C'est quand même un peu plus essentiel que ces histoires de points débiles. » Il en avait, du reste, déjà fait perdre pas mal à sa maison. « Je m'appelle Woody Foreman. »

Ensuite de quoi, il lui tourna résolument le dos, pointant à nouveau sa baguette sur la vitrine poussiéreuse.



Spoiler:
 

_________________

Attrape-moi si tu peux !
Voir le profil de l'utilisateur http://heralia.tumblr.com/
avatar

ϟ ÂGE : 36
ϟ FONCTION : Psychologue scolaire ; Fantôme en déni ; Ex-Serdaigle.
ϟ AVATAR : Hugh Dancy
https://redcdn.net/hpimg11/pics/256635tumblrmo8pqsLzd81r0jkkko2r1250.gif

ϟ LIENS : You won't like me when I'm psychoanalyzed.
Therapy doesn't work on me.

Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)]
MessageSujet : Re: Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)] Mar 29 Juil 2014 - 2:33


A dad
is a son's first hero

C'était plus fort que lui. Les mots sortaient tout seuls de sa bouche avant qu'il puisse mesurer leur impact. C'était comme un mécanisme de défense face à la peur qu'infligeait ce gamin à son subconscient. Gamin qui soi-dit en passant, n'était pas plus haut que deux gobelins et qui avait l'air aussi dangereux qu'un pot de yaourt à la fraise. Alors pourquoi ? Certes, le psychologue n'était pas vraiment reconnu comme étant quelqu'un de très courageux, mais là ça devenait sacrément ridicule ! Il était littéralement figé sur place, le pouls s'accélérant et l'estomac se nouant. Inspire. Expire. Tu es l'adulte ici. Ce gamin n'a que onze ans, il te suffit de le renvoyer dans son dortoir illico presto, et après tu seras tranquille. C'est le règlement, c'est lui qui l'a manqué. C'est de sa faute !

Ah, l'autorité ! Autrement dit un domaine qui était complètement étranger à Fray qui se laissait marcher sur les pieds par les élèves, et ce sans même le réaliser. Ce n'était pas tant qu'il était incapable de s'énerver. C'était plutôt qu'il était trop mort pour ça. Autrefois, il était même réputé pour ses coups de gueule lorsqu'il partait dans une colère noire pour protéger ceux qu'il aimait, ou qu'il poussait sa dernière crise de jalousie parce qu'un Poufsouffle avait louché un peu trop longtemps sur le décolleté de sa Emily ou sur les fesses de son Wallace. Mais à présent, les choses n'avaient plus aucune importance et les insultes semblaient glisser sur lui comme de l'eau sur le dos d'une baleine. Mais heureusement pour lui, Lawrence Sullivan était toujours partant pour réparer l'injustice en collant tous ces petits plaisantins dès qu'il les attrapait la main dans le sac.

Où était passé le psychologue empathique qui savait toujours comment interpréter les signes ? L'air vexé et les joues gonflées de Woody auraient du l'alarmer, mais plutôt que de changer de tactique, Fray ne fit qu’aggraver les choses. C'était comme si l'accumulation du déni de sa propre mort et de son propre fils avaient fait planter tous les serveurs de son cerveau. FATAL ERROR. Réinitialiser Fray Oak Cabble ? Il ne pouvait pas lui faire face. L'air accusateur de ce gamin était comme un miroir sur son propre passé. Il avait l'impression de se revoir plus jeune pendant une crise en plein milieu du supermarché parce qu'il n'avait pas eu le dinosaure en lego de ses rêves.

« Si vous saviez comme je peux m'en fiche, que vous m'enleviez des points. Moi, je suis venu pour trouver mon père. C'est quand même un peu plus essentiel que ces histoires de points débiles. » 

« Trouver son père ». Ce pauvre petit était décidément dans une impasse. C'était ridicule de vouloir trouver un défunt ailleurs que six pieds sous terre, ou réduit en cendres pour l'éternité. Mais Fray se garda bien de lui dire, car l'espoir dont il faisait preuve avait quelque chose de touchant. S'il avait été en séance avec ce morveux, il l'aurait même poussé à s'accrocher à ce rêve. C'était toujours bon d'avoir un échappatoire, il était bien placé pour le savoir.
Mais la cruelle réalité le frappa de plein fouet aussi soudainement qu'une piqûre d'abeille lorsque le nom fut prononcé.

« Woody Foreman, hm? » répliqua t-il, songeur. Il ne réalisait pas que son ton était devenu beaucoup plus triste, et qu'il avait l'air bien plus dérouté que prévu. « C'est drôle, vous portez le prénom que j'aurais aimé donner à mon fils. » et le nom de ma femme, accessoirement.

C'est presque par réflexe qu'il flotta vers lui dans un tourbillon de brume. Il ne pouvait pas en rester là, il avait besoin de lui parler et de rattraper son mauvais départ avec lui. Et puis au fond il pouvait se résoudre à le laisser.

« A-Attendez, je vais vous aider ! À deux ça ira probablement plus vite. » Il baissa la tête, un peu honteux. « Je suis désolé, monsieur Foreman. Je ne voulais pas avoir l'air rude, c'est juste que- Disons que je suis censé suivre le règlement. Mais on va dire que tant que je suis avec vous, c'est moi qui décide de votre sort, n'est-ce pas ? » Souffla t-il dans un sourire. « Rassurez-vous, je ne vous enlèverai pas de points. Dites-moi juste où chercher, d'accord ? »

_________________
Rudolph with your nose so bright,
Won't you guide my sleigh tonight ?

« Rudolph the Red-Nosed Reindeer
Had a very shiny nose
And if you ever saw it
You would even say it glows
•• .unbreakable »
Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-petillantes.blogspot.fr/
avatar

: What time is it? Adventure Time!

ϟ ÂGE : 15
ϟ FONCTION : Serpentard - 2ème année
ϟ AVATAR : Asa Butterfield


ϟ LIENS : That's how you know it's an adventure!
Now, my dad, he was a great man.

Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)]
MessageSujet : Re: Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)] Jeu 16 Avr 2015 - 15:11



Woody faisait de gros efforts pour ignorer la présence du fantôme derrière lui, mais quelque chose dans sa façon de répéter son nom le fit se retourner, intrigué. Il fut surpris par son expression.

« Bah quoi, vous avez pas eu le temps d'en faire un, ou quoi ? » fit-il en fronçant les sourcils. « C'est pas la peine de pleurer, hein. »

Le voyant approcher sous une forme on ne peut plus brumeuse, il fut parcouru par un léger frisson, ayant toujours un peu de mal à s'habituer à côtoyer les fantômes. Il avait toujours su qu'ils existaient, mais entre le savoir et les fréquenter, il y avait un monde. Alors, se retrouver comme ça, face à l'un d'eux, c'était un peu bizarre. Bizarre, seulement, parce qu'il n'avait certainement pas peur de ce pauvre type. Son nez remua légèrement de gauche à droite, lui donnant l'air plus méfiant qu'autre chose. Il finit cependant par hocher la tête, bon prince. Il avait beau être têtu, il n'était pas du genre à refuser des excuses lorsqu'elles étaient sincères.

« Ok, d'accord. » Il se frotta légèrement le nez, ennuyé. « C'est que, je sais pas trop. Mon père était quelqu'un d'exceptionnel, vous comprenez; alors je me suis dit qu'il avait forcément dû gagner un ou deux prix au cours de sa scolarité. » Il fit mine d'y réfléchir, ses sourcils presque comiquement froncés tant il affichait un air trop sérieux pour son âge. « Jetez un oeil aux trophées de Quidditch, je pense que c'était un grand champion. »

Woody se détourna ensuite du fantôme pour reporter son attention sur une vitrine de prix d'excellence, mais il semblait pensif. « Maman a eu des prix aussi. »

Tandis qu'ils se concentraient sur les vitrines, la Dame grise apparut dans la pièce en traversant un mur et se mit à flotter distraitement derrière Fray.

_________________

Attrape-moi si tu peux !
Voir le profil de l'utilisateur http://heralia.tumblr.com/
Contenu sponsorisé


Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)]
MessageSujet : Re: Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ce qui devait finir par arriver [pv Fray (papa ♥)]
» Je vais finir vieille fille si ça continue XD
» Candy Fray - SP
» Finir le jeu
» Brevet où comment finir en beauté l'année scolaire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Poudlard :: Étages inférieurs :: Salle des trophées-