Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: You shout and no one seems to hear. And if the band you're in starts playing different tunes I'll see you on the dark side of the moon.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Membre de l'Ordre/Employée au Ministère
ϟ AVATAR : Alexa Chung



[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie Jeu 23 Jan 2014 - 0:15

Le soleil se couchait à cette extrémité du globe et Electre tenait toujours, de ses mains tremblantes, cette modeste feuille de papier.

Asterdre. Oreste Asterdre Wilde.

En un sens, la jeune femme avait toujours su que son frère serait sa gloire et sa perte. L'élément qui pouvait lui permettre de survivre, d'espérer, comme l'exact inverse. Oreste allait la perdre, mais l'imaginer mort, abattu par les nouvelles directives du ministères pour attente au monde magique, Electre en avait eu des frissons. Pendant un moment, Electre Wilde s'était demandée si Folengrain ne s'était pas trompé de destinataire en envoyant cette lettre. Si Oreste n'était pas celui qui allait être menacé, car c'était elle qui faisait partie de l'Ordre, malgré sa discrétion toute naturelle. Le fait d'imaginer qu'il faisait peut-être partie d'un ordre secret qui, ne serait donc pas celui d'Albus – elle le saurait, elle l'aurait vu, et elle savait que Oreste détestait tout ce qui se rapportait à leurs parents et au directeur de Poudlard. Les Mangemorts. Il était donc sûr à 90 % qu'Oreste soit lié aux Mangemorts et que le ministère le sache.

Que ressentit Electre Wilde à ce moment-ci de sa vie ? Elle ne sut pas vraiment si ce qui la déstabilisa le plus fut la menace, ou bien la révélation que son frère faisait hypothétiquement partie du mouvement terroriste qu'elle haïssait le mieux. Un peu des deux, sans doute, le tout étant soigneusement dosé. La lettre rédigée à la plume, signée de la main de leur ministre de la magie reposait sur le bureau. Electre n'y avait pas touché pendant deux ans, la regardant fixement comme si elle risquait de bouger et de lui fixer au visage. Imaginer que Asterdre fut un mangemort était terrible, l'imaginer mort était encore pire. Faisant partie de l'Ordre du Phoenix, elle se voyait mal interroger un de ses compagnons, mais la famille passait avant tout.

Electre se rappela avec une grimace de sa dernière entrevue avec son frère jumeau : des insultes, de ce qu'il lui avait craché à la tête, du reste. Oreste avait été si indélicat qu'elle en avait été choquée...mais tout de même, de là à le souhaiter voir mort. Elle lut ensuite le nom, la femme qu'elle devrait interroger : mademoiselle Graham était une jeune femme des plus honorables. Elle était polie, jolie et faisait partie de l'Ordre, Electre le savait très bien, même si elle ne faisait pas partie de ses proches fréquentations. Blanche, elle regarda la date de l'interrogatoire, sachant qu'elle n'aurait pas le temps de prévenir Jodie. Les mains du ministre étaient clair : elle devait trouver que Jodie était coupable, et non innocente, pour sauver Oreste...il ne s'agissait donc pas d'un réel jugement, mais juste d'une contrefaçon.

Lentement, la jeune femme enleva ses vêtements de moldus pour se vêtir de la parure des sorciers. Noires, digne, elle ajusta le chapeau, son col, enfila des chaussures confortables avant de transplaner. La demoiselle atterrit très facilement dans ces toilettes-là, avant de prendre la route vers le département de la justice magique. Se présenta, dit qu'elle était ici pour faire passer un interrogatoire...ses collègues la connaissaient, elle avait souvent fait une fête ou deux avec eux, au ministère. Les gens de la justice magique n'étaient pas méchants et, à ce moment-là très exactement, Electre eut l'impression qu'ils compatissaient. Son cœur qui battait la chamade accéléra d'autant plus quand elle entre dans la pièce, se saisit du dossier qui était posé dans la pièce et l'ouvrit.

« Jodie Graham. »

Elle était juste devant elle, la femme aux cheveux roux, mais elle refusait de la regarder dans les yeux. Electre Wilde était une femme courageuse, elle n'avait pas peur, lorsqu'il s'agissait de mener une mission dangereuse, d'être la première à constater un dégât matériel, mais...cette situation était tellement différente du reste. Un dilemme qu'elle ne pouvait encaisser. Sa main gauche trembla légèrement, tandis qu'elle prenait la plume et la remplissait d'encre. Écrit le nom complet de Jodie sur le parchemin vierge à sa droite...les preuves qui s'accumuleraient contre elle...

« Jodie Graham...Vous êtes soupçonnée d'être membre d'une organisation terroriste. Qu'avez-vous à dire là-dessus ? »

Sa voix était étrangement plus forte qu'elle ne l'aurait cru. Electre Persephone Wilde aurait imaginé un petit filet, trop effrayé de refaire surface pour supporter la pression régnant dans la pièce. Elle ne savait pas ce qu'il se passerait pour Jodie si jamais elle avouait, mais elle savait ce qu'il se passerait pour son frère...et après la mort de Sirius, de Maugrey, elle n'arriverait pas à encaisser un décès de plus, surtout celle de sa moitié, peu importait s'il la haïssait ou non. La jeune femme avala difficilement sa salive, sentit que ses mains étaient moites. Ses cheveux tombaient sur ses yeux, elle avait envie de se gratter. Elle était mal, juste mal. Elle était gênée, terriblement mal à l'aise et cette situation était de très loin la pire dans laquelle elle avait pu se mettre depuis longtemps.

Se rendant compte qu'elle portait toujours son couvre-chef, elle le posa sur le côté, plia les jambes.

L'interrogatoire allait commencer.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Vivre, c'est être au coeur d'un prodige.

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Vendeuse à temps partiel chez Honeydukes ; Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Alison Sudol


ϟ LIENS : Trick or treat ?

[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : Re: [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie Ven 31 Jan 2014 - 13:01

What the hell are you doing here ?

I though I could trust you...

Et si elle esquivait, que se passerait-il ? Est-ce que le ministère l’oublierait simplement ? Ou peut-être des agents viendraient-il la chercher chez elle ? Est-ce qu’elle finirait comme Sirius…
Une dernière fois elle relut lentement la lettre qu’un affreux hibou venait de lui apporter. Département de la Justice Magique. Aujourd’hui même. La SEPPOM. Un interrogatoire… Elle aurait voulu partir en courant, se ruer jusqu’au quartier général de l’Ordre, pleurer dans les bras de Clément et ne jamais mettre les pieds au ministère. Cependant il aurait été suicidaire de prendre le chemin du square Grimaud alors qu’elle était sans doute surveillée. Et le ministère avait poussé le vice jusqu’à la convoquer dans l’heure qui suivait, ne lui laissant ainsi pas le temps nécessaire pour passer en coup de vent à Fleury&Bott où sans doute elle aurait trouvé un peu de soutien.

Du dos de sa main tremblante Jodie essuya la larme qui coulait le long de sa joue avant de prendre une profonde inspiration. Le ministère tentait de la déstabiliser avant même qu’elle ait mis les pieds dans le bâtiment, mais si le temps lui manquait elle refusait à ce qu’il en soit de même pour le courage. La jeune femme n’avait jamais brillé autrement que par son incorrigible maladresse, avait encore moins marqué les consciences par son implication décisive au sein de l’Ordre. L’occasion de finalement prouver qu’elle n’était pas simplement un passager clandestin qui s’était échouée par hasard dans l’organisation se présentait aujourd’hui. Elle aurait souhaité que ce moment ne se présente jamais, mais il était temps de prouver qu’elle était capable de faire les choses correctement.
Décidée tout aussi qu’angoissée, la mâchoire serrée sous la détermination autant que l’anxiété, Jodie attrapa un manteau, enfila une paire de baskets qu’elle oublia tout de même de nouer, dit au revoir à ses poissons rouges et transplana jusqu’à la cabine téléphonique qui faisait office d’entrée des visiteurs.
Le lieu était sombre, impersonnel, désagréable, donnait simplement l’irrésistible envie de prendre ses jambes à son cou. Mais plutôt que de faire demi-tour, Jodie demanda timidement son chemin et se fit indiquer le deuxième étage.

Une fois dans le bon département, un employé, constatant qu’elle tournait sur elle-même, parfaitement perdue et ne sachant pas où aller, eut finalement pitié et l’accompagna jusqu’à la salle de l’interrogatoire.
Contre toute attente il ne s’y trouvait encore personne. La jeune femme prit donc place face au bureau et commença à faire tapoter nerveusement ses ongles sous sa chaise.
Désormais assise seule dans cette pièce trop exiguë et trop sombre, Jodie fixait la porte, attendant avec une anxiété toujours grandissante l’arrivée de son bourreau. Lorsqu’une silhouette longiligne et trop familière entra sans même la gratifier d’un regard, il lui sembla que son cœur venait de cesser de battre. Un carré brun sous un large chapeau, un visage fermé mais aux traits facilement reconnaissables, l’identité de l’employé ne laissait aucun doute possible. Quelle traitresse ! Electre vint s’asseoir face à elle, les yeux toujours baissés, préférant fixer sa plume plutôt qu’affronter l’air abasourdi de Jodie.
Pourquoi faisait-elle cela ? Elle aurait pu refuser de mener cet interrogatoire. Electre aurait DÛ refuser. Trouver une excuse, n’importe quoi qui justifierait son absence aujourd’hui. Jodie, la bouche ouverte, était semblable à un poisson sorti de l’eau. Employé du ministère certes, mais aussi et surtout membre de l’Ordre, Electre n’avait pas même eu la décence de trouver un moyen de la prévenir.
La vendeuse était habituellement vide de mauvais sentiments, cependant elle ne pouvait ressentir que de la colère vis-à-vis de cette jeune femme sur qui elle pensait pouvoir compter, quand bien même elle ne pouvait pas la considérer comme une amie. Jodie avait toujours cru qu’entre membres d’une même communauté on se serrait les coudes, mais aussi fallait-il croire qu’elle s’était trompée. Mais aujourd’hui, elle se tenait sur le bord d’une falaise, à deux pas du vide, et Wilde était celle qui lui donnait un grand coup dans le dos afin d’être certaine que la chute ne soit pas évitée. Il semblerait que cette lâche d’’Electre était finalement avant tout fidèle à ce ministre corrompu.

Dans un regard Jo’ regroupa tout le mépris dont elle était capable. Dommage qu’Electre n’ai pas levé la tête pour le prendre en pleine figure.
La première question fut suivie d’un silence de quelques secondes. Non pas qu’elle hésitait à nier, plutôt qu’elle songeait à quel point la situation était aberrante.

- Je suis désolée mais ne sais même pas de quoi vous parlez. Je fais que vendre des sucreries, alors en cas de campagne de recrutement c’est pas vers moi qu’un quelconque groupe terroriste se tournerait.
Une organisation clandestine ? Non. Bien sûr que non. Elle n’en avait jamais rien su, ne connaissait personne qui en fasse partie et allait jusqu’à ne pas se soucier de son existence même. Comment Electre pouvait-elle la soupçonner ?
- Vous vous êtes sans doute trompée de personne, madame.
Ses bras se croisèrent sur sa poitrine lui donnant un air décidé qui était étonnamment convaincant.
- Mais je comprends que qu’il y ait eu méprise, reprit-elle non sans une pointe de cynisme dans la voix. Après tout il paraît que ça pullule de partout les hors-la-loi, y’en a peut-être même au ministère.

_________________
It’s where happiness hides
Il ne suffit pas d'être en vie, il faut être vivant . C'est à dire savoir à chaque instant qu'on est au coeur d'un prodige et être en contact, en harmonie avec lui. C'est difficile, mais lorsqu'on parvient à en prendre conscience, on en reçoit un perpétuel émerveillement qui paie au centuple des effors que l'on a consentis.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: You shout and no one seems to hear. And if the band you're in starts playing different tunes I'll see you on the dark side of the moon.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Membre de l'Ordre/Employée au Ministère
ϟ AVATAR : Alexa Chung



[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : Re: [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie Dim 16 Fév 2014 - 2:14

Elle forçait ses mains à ne pas trembler, ses yeux remuaient dans tous les sens. Que faire, que dire ? Elle sentait la hargne de la femme qui aurait pu être son amie, là, juste en face d'elle et ne pouvait rien y faire. Electre Persephone Wilde ne pouvait pas condamner son frère à une mort certaine...on lui avait rapporté comment Sirius et Maugrey étaient morts, et même si la menace concernant Asterdre signifiait ouvertement qu'il était plus ou moins dans l'autre camp. Electre prit une grande respiration. Si Jodie continuait dans cette zone-là, le Ministre de la magie allait se rendre compte qu'elle était dans l'Ordre...à moins qu'il ne le sache déjà ? Dans quelle situation étaient-ils, en fait ? S'agissait-il d'un banal interrogatoire où elle était chargée de faire avouer cette criminelle récalcitrante ou...ou lui mettait-on la pression pour lui faire avouer ?

« Vous n'avez en aucun cas le droit de faire des insinuations sur un jury ou un membre vous interrogeant. »

Les directives lui revenaient à l'esprit, mais Electre savait que ce n'était que le début : la suite serait probablement pire. Jodie allait l'accuser, alors la traiter de traître...Oui, elle l'était. Pour Asterdre, elle le devenait, mais cela en valait-il vraiment le coup ? Son propre frère jumeau lui avait craché dessus et traitée de tous les noms d'oiseaux. Lui avait dit qu'elle était inutile, ennuyeuse. Pour lui, elle n'avait pas plus d'importance que ces moldus...Et encore, il était probable qu'il la déteste plus que les moldus. Electre soupirait, ne sachant pas vraiment comment se comporter. Bien sûr que Jodie ne faisait que vendre des sucreries aux yeux du ministère. Elle ne savait même pas comment la SEPPOM avait pu avoir des doutes sur la jolie rousse, ce qui l'encouragea à penser qu'ils avaient éventuellement des agents taupes dans leurs rangs. Tout cela la rendait fortement soucieuse.

Sauver Asterdre ? Sauver Jodie ? Cela ressemblait à l'un de ces dilemmes de super-héros. Seulement, le talent de Spiderman était qu'il pouvait faire plusieurs choses rapidement à la fois. Sauver sa tante May et sa petite amie ne semblait pas être un grand défi pour lui et le film se terminait avec facilité ! Ici, la situation était plus délicate et le dilemme de la jeune femme autre. Elle se mordit une énième fois les lèvres, et repensa à Oreste. Encore et encore. Non. Non, elle ne pouvait pas aider Oreste, cela signifierait aller contre ses propres valeurs. Et puis Oreste était un grand garçon qui savait se défendre tout seul. Elle savait que Maugrey avait était descendu et que celui-ci n'était pas un novice débutant, au contraire, mais c'était différent pour Oreste. Elle lui enverrait un hibou, quelque chose, elle ne savait pas. Elle le préviendrait du danger qu'il courait pour qu'il se cache. Parce qu'elle n'avait pas vraiment le choix.

« Vous dites que vous êtes donc une banale vendeuse de sucreries. En effet, je pense m'être trompée de personne. Avez-vous vu à proximité des personnes ayant un comportement suspect dont le ministère vous accuse en méconnaissance de cause ? »

Elle était courageuse, Electre, et elle risquait gros sur ce coup-là. Le ministre aurait tout autant pu s'en prendre personnellement à elle et elle aurait été encore plus mal logée. Electre avait peur, mais maintenant qu'elle avait pris sa décision, la décision finale, elle était prête à aller jusqu'au bout pour aider Jodie. C'était d'ailleurs cela qu'elle avait retourné l'interrogatoire visant à établir sa culpabilité en interrogatoire de routine, comme ils en faisaient habituellement.

Malgré tout, la jeune femme savait que Jodie ne la verrait probablement plus de la même manière. Elle ne devrait cependant pas oublier que si elle avait refusé de tenir l'interrogatoire, quelqu'un d'autre, beaucoup plus malicieux et impitoyable, s'en serait chargé.

« Je vois. Moi non plus je ne sais pas pourquoi j'ai été chargée de cet interrogatoire, mais... », mais quoi, en fait ? Mais quoi ? Mais mon frère a été menacé de mort si je ne le faisais pas ? Electre se retrouvait soudain à court de mots, devant Jodie. Elle s'était arrêté en cours de route comme on arrête un train, et n'arrivait pas à reprendre. « Mais. » Encore ? « Mais ce métier n'est pas le mien, je m'assurerai pour que vous soyez dédommagée pour cela. »

C'était moins pire que tout ce qu'elle avait imaginé, mais pas moins ridicule. Cela sonnait maladroit, pas vraiment adapté à la situation.

« Des hors-la-loi au ministère... ? Je n'en doute pas. Les récentes directives ont ébranlé tout le monde. Nombre de nous avons été choqués d'apprendre le passé et le présent de nos voisins. », Electre voulait en vérité fait passer un message en disant cela : comme quoi, si elle faisait cela, c'était qu'elle n'avait le choix. Jodie pouvait-elle douter à ce point d'elle ? « Vous rendez-vous à l'allée des Embrumes ? »

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Vivre, c'est être au coeur d'un prodige.

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Vendeuse à temps partiel chez Honeydukes ; Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Alison Sudol


ϟ LIENS : Trick or treat ?

[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : Re: [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie Sam 1 Mar 2014 - 18:36

What the hell are you doing here ?

I though I could trust you...

Ses joues habituellement rosées avaient perdu leur couleur alors qu’elle fixait toujours l’employée du ministère avec un regard qui d’empli de colère se faisait peiné. Tout ceci lui apprendrait à trop faire confiance : on n’en était que plus déçu quand les masques tombaient. Une chose était au moins certaine à ses yeux, après cet épisode, Electre ne mériterait plus qu’aucun membre de l’Ordre ne lui adresse jamais la parole. Car en vendant son âme à la SEPPOM elle les avait tous trahis. Et s’il advenait que dans un futur proche ils soient découverts, nul doute que ce serait cette opportuniste, qui voyant le vent tourner s’était tranquillement rangée du côté des faibles, qu’il faudrait blâmer. Les conclusions de Jodie étaient catégoriques.
Mais c’était sans compter sur l’esprit ou versatile ou perfide d’Electre. Puisqu’après avoir remis Jodie à sa place d’interrogée, l’interrogatrice en venait à se faire plus douce. La voilà qui d’un air gêné tentait de justifier sa présence ici. Ce métier n’était pas le sien… Et Jodie serait dédommagée ?! Dédommagée car elle était une parfaite innocente victime d’un système de justice abusif ? Cela serait appréciable. Mais vraisemblablement Electre faisait-elle en réalité référence au fait que Jodie soit interrogée par une jeune femme parfaitement incompétente en la matière ? Et que la scène à venir ne mettrait pas en scène un responsable de la SEPPOM s’excusant platement et lui offrant un bon pour un jus de citrouille gratuit, mais en réalité un gardien de prison : « Oh, pardon mademoiselle, notre bourreau habituel n’était pas disponible et nous avons dû vous laisser entre les mains non expertes d’une néophyte. En guise d’excuse veuillez accepter que nous prenions en charge la pension complète de votre premier mois à Azkaban ».

Elle aurait aimé se lever, taper du poing sur la table et balancer à la figure d’Electre tout ce qui venait de lui passer par la tête. Mais elle resta sagement assise et se contentant d’écarquiller des yeux qui devinrent aussi gros que des calots. Car quand bien même le pourquoi du comment du dédommagement à venir avait été parfaitement clair il n’en restait pas moins qu’on nageait là en plein délire. Electre avait-elle toute sa tête ? Pouvait-on savoir dans quel jeu cette dernière s’était lancée ? Car très objectivement, tout cela était à n’y plus rien comprendre. Ou elle était sincère, regrettait réellement de se trouver ici et, pour une raison X ou Y qu’il lui faudrait finir par expliquer afin que son histoire tienne la route, elle n’était pas l’instigatrice de cet interrogatoire ; ou elle tentait d’envenimer l’esprit de sa proie, de l’endormir par quelques caresses doucereuses pour lui faire baisser sa garder et l’achever plus facilement.

Il était d’autant plus difficile de démêler le vrai du faux qu’à présent, Electre en revenait aux questions, sans avoir laissé à Jodie le temps de comprendre le sous-entendu précédent. Cela concernant cette fois l’allée des embrumes. De mauvaise grâce, la jeune femme consenti à y répondre.

- Hum. Pas exactement.

Puisque Jodie n’était pas affublée du gène du mensonge, bien au contraire, elle envisagea de se lancer dans le long récit de son escapade de la semaine dernière, ou comment, à force de flâneries, elle s’était retrouvée devant Barjo&Beurk. Mais alors qu’elle rouvrait la bouche pour commencer à conter sa passionnante aventure, elle se ravisa soudain, songeant dans un éclair de lucidité que quel qu’en soit le motif, une visite dans ce quartier mal famé n’était pas bonne pour sa défense. Voilà que ses soupçons étaient confirmés : Electre avait tenté de l’embrouiller pour mieux la faire avouer. Et elle osait se prétendre novice s’agissant des interrogatoires. Il était pourtant évident qu’elle en avait mené toute sa vie. Ses questions n’avaient absolument pas pour but d’innocenter Jodie, comme on aurait pu le croire s’il était advenu qu’elle n’ait pas trahi ses opinions, mais au contraire elles étaient des accusations directes. Graham en était persuadée, Electre avait pour seul objectif de lui faire avouer des crimes qu’elle n’avait jamais commis. Jamais elle n’avait songé à la laisser s’en tirer.
Mais Wilde ne l’aurait pas. Elle avait beau être assurément maligne et être parvenu à semer un instant la pagaille dans l’esprit embrouillé par un rien de Jodie, son tour de passe-passe psychologique ne prendrait pas !

- Je veux dire non. Bien sûr que non. Et j'anticipe en vous disant que je ne connais personne qui fréquente cet endroit et que je n'ai jamais eu en ma possession un objet qui en provenait.

Les bras toujours croisés sur sa poitrine, elle leva la tête afin de fixer tour à tour les quatre coins de la pièce, puis de se baissa brusquement afin de regarder sous la table. Il semblerait que les films policiers moldus l’avaient inspirée dans sa quête d’un micro où autres caméras de surveillance, la faisant par la même occasion oublier que le monde sorcier bénéficiait d’une technologie toute autre et que le système de surveillance ne supposait pas l’installation d’un réseau électrique complexe. Mais rendue légèrement paranoïaque par le caractère parfaitement whathefuckest de cet entretien, elle refusait d’admettre qu’il était particulièrement improbable qu’un groupe d’hommes en costards les fixent toutes deux à travers une vitre invisible.

- On nous écoute, n’est-ce pas ? Si oui vous devez certainement être tenue de me le dire. Parce que dans le département de la justice tout le monde à des droits, non ?

Elle posait la question des circonstances de cet interrogatoire car dans le cas où ce qui se disait ici impliquaient d'autres lèche-bottes-du-ministère, il aurait sans doute été extrêmement malvenu de lui demander une bonne fois pour toutes : pourquoi ?

_________________
It’s where happiness hides
Il ne suffit pas d'être en vie, il faut être vivant . C'est à dire savoir à chaque instant qu'on est au coeur d'un prodige et être en contact, en harmonie avec lui. C'est difficile, mais lorsqu'on parvient à en prendre conscience, on en reçoit un perpétuel émerveillement qui paie au centuple des effors que l'on a consentis.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: You shout and no one seems to hear. And if the band you're in starts playing different tunes I'll see you on the dark side of the moon.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Membre de l'Ordre/Employée au Ministère
ϟ AVATAR : Alexa Chung



[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : Re: [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie Dim 6 Avr 2014 - 19:29

Pas vraiment, concernant l'Allée des Embrumes, c'était une réponse qui ne conviendrait pas à ses détracteurs, elle le savait, aussi jeta-t-elle un regard affolé autour d'elle pour voir si quelqu'un avait fait un signe de tête, quelque chose. Elle avait essayé d'écourter l'entretien, mais, au contraire, plus elle essayait de s'en sortir, plus les choses se passaient mal. Electre se mordit la lèvre inférieure, disant adieu à Oreste dans sa tête.

« On nous écoute...écoutez, je ne suis pas censée faire cet entretien, je n'appartiens même pas au département de la Justice Magique. »

Electre se leva tout d'un coup, préférant soudainement se comporter avec honneur et dignité plutôt que collaborer avec un régime infâme. Elle savait ce qu'étaient devenus Sirius, et même Maugrey, et elle avait eu connaissance des autres meurtres proférés sur des mangemorts. Quoiqu'il en était, même s'il s'agissait de partisans de Vous-savez-qui, elle ne corroborait point les actes de Folengrain à présent. Ce qu'il lui demandait de faire, c'était ni plus ni moins un acte de délation, mais également un subtil stratagème, qui avait pour but ouvert de faire se diviser l'ordre du Phœnix. Elle regarda Jodie d'un air sévère avant d'ouvrir de nouveau la bouche. Celle-là devait la prendre pour un traître, quelqu'un qui ne méritait même pas de faire partie de l'ordre. C'était simple, si elle ne l'était pas, il suffisait qu'elle s'opposât immédiatement au fait de faire subir cet entretien...et pourtant, même si elle était fidèle à Dumbledore et à tous les autres, il y avait son frère.

Elle ne devait plus écouter sa conscience, ou les autres choses qui lui criaient, qui lui hurlaient que Asterdre allait revenir vers elle. Ses précédentes rencontres l'avaient bien démontré, après tout, qu'il la détestait et qu'elle était ce qui pouvait lui arriver de pire. Electre prit une grande respiration.

« Messieurs, je refuse de faire cet entretien. Cette femme ne sait même pas pourquoi elle est présente, et je doute que vous ayez quoique ce soit pour établir sa culpabilité. Quant au chantage que vous faites sur ma personne, soyez sûrs que j'en référerai au Magenmagot, Folengrain ne s'en tirera pas comme cela. »

Electre prit la main de Jodie pour la faire se relever : cela suffisait. Elle-même savait que la rouquine faisait partie de l'Ordre, et elle n'en dirait pas un seul mot ici. Il était temps de prouver qu'elle n'était une femme faible, qu'elle aussi était capable de se défendre...tout comme son frère, qui ne se laisserait pas abattre aussi simplement que cela !

« Vous n'avez plus à répondre à aucune de mes questions, Miss Graham, ni à aucune des leurs. Ils n'ont le droit de faire cela. » Electre vint se placer droit devant un de leurs chiens, un de ces types qui était placé devant une porte. « Avez-vous entendu ? Allez prévenir le ministre qu'Electre Wilde ne fera que ce que sa fiche de poste et ses qualifications lui demandent de faire. J'ai également un droit de réserve et je compte bien en user. Cette fille est innocente, vous n'avez strictement aucune raison pour la retenir ici ! »

Jodie faisait une tête assez improbable, aussi Electre revint-elle vers elle pour la rassurer. Elle ne désirait pas être radiée de l'Ordre, ni même que ses amies la prennent pour une traître, pour une soumise. Elle-aussi savait faire preuve de courage, et même parfois un peu plus que les autres.

« Nous allons trouver une solution à votre cas, Miss Graham...mais pour commencer, nous allons sortir d'ici. »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Vivre, c'est être au coeur d'un prodige.

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Vendeuse à temps partiel chez Honeydukes ; Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Alison Sudol


ϟ LIENS : Trick or treat ?

[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : Re: [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie Sam 26 Avr 2014 - 21:31

What the hell are you doing here ?

I though I could trust you...


- Bah on dirait pas…

Ce qu’elle avait marmonné entre ses dents après qu’Electre ait affirmé qu’elle n’était pas dépendante du département de la justice. Inutile que Wilde tente de se justifier. Les faits étaient ce qu’ils étaient et toutes les excuses du monde ne les rendraient pas plus agréables. Ou même défendables.
Mais l’interrogatoire pris soudain une tournure improbable. L’employée du ministère refusa tout bonnement, tout simplement, tout étrangement de continuer. Dans un parfait silence Jodie la regarda faire, la bouche ouverte tel un poisson sorti de l’eau. Avec incrédulité elle la laissa s’expliquer, se lever et la traîner hors de la pièce.

Jodie -qui pour changer n’était toujours pas certaine de comprendre ce qui était exactement en train de se passer et qui jurait à présent qu’Electre avait besoin d’aller faire soigner un trouble bipolaire- la suivit, tête baissée, prenant grand soin de ne pas marcher sur ses lacets et/ou se faire elle-même un croche-patte pour éviter d’attirer l’attention. Le chemin menant à la sortie parut particulièrement long et pénible, les couloirs absolument oppressants, et une légère paranoïa la poussait à croire faussement que tous les employés les fixaient, Electre et elle.
Finalement, le bout du calvaire semblait approché et elles parvinrent, sans s’être faites héler par un des supérieurs d’Electre, à quitter le ministère. Ayant regagné la surface, les deux jeunes femmes firent encore quelques pas afin de s’éloigner de l’entrée du ministère.

Mais le fait qu’elles soient sorties du nid de frelons ne signifiait pas pour autant que l’épisode était clos et qu’elles pouvaient gentiment rentrer chez elles. Car à présent c’était à son tour de poser les questions. Et elle en avait. Beaucoup. Peut-être trop mais qu’importe, elle les poserait et attendrait les réponses de pied ferme.
Sans laisser à Electre le temps de dire quoi que ce soit ou de traverser une rue de plus, Jodie l’attrapa par la manche afin qu’elle s’arrête et se tourne vers elle, avant de pointer un index accusateur en sa direction.

- Pourquoi t’as fait ça ?! Ca. Tout ça. La SEPPOM, l’interrogatoire, et maintenant dire merde à tes supérieurs ? Finalement tu travailles pour qui ? Le ministère, cette espèce de brigade d’inquisition, les deux, ou plus personne ? Est-ce que t’as au moins jamais été fidèle à l’un d’eux ? Ou à autre chose…

Allusion à peine voilée à l’Ordre.
Elle se tut et fit un tour sur elle même, se prenant la tête entre les mains comme pour tenter de se concentrer, avant de reposer ses yeux immensément ouverts sur Electre.

- … Qu’est-ce qu’y tourne pas rond chez toi ? Sérieusement, Electre, c’est quoi ton problème ? Ca t’amuse de torturer psychologiquement les gens ? Le délire c’est que maintenant tu m’offres une tasse de chocolat avant de m’emmener faire un tour du côté du QG mangemort ?

Autant questions que reproches, ses mots avaient au moins le mérite de se passer de détour.
De nouveau elle s’arrêta une seconde et essuya du dos de la main les larmes de crocodile qui avaient coulé sur des joues rouges de colère. Malgré ses nombreux défauts on ne pouvait pas lui retirer la sincérité, en témoignait l’état lamentable dans lequel elle se trouvait à présent.

- Qu’est-ce que je suis censée croire ? Qu’est-ce qui prouve que cette pseudo évasion n’est pas qu’une simple mise en scène orchestrée par le ministère et dont t'es complice ?
Un hoquet la coupa dans sa lancée. Mais après une profonde inspiration, elle fut capable de reprendre. A présent sa voix étouffée était simplement tintée d’un certain fatalisme.
- Alors oui, je suis peut-être parano mais il me semble que ce n’est pas un sentiment totalement illégitime.

Lorsqu’elle s’était engagée dans l’Ordre, Jodie savait que cela signifiait danger. Jodie savait qu’elle aurait un jour à se confronter à des ennemis, peut-être à faire face aux accusations du ministère. Mais Jodie n’avait jamais envisagé avoir à démêler le vrai du faux au sein même de l’organisation. Jodie voulait croire Electre, Jodie voulait sincèrement se persuader qu’il y avait derrière cette situation une explication, ne demandait qu’à ce qu’on lui prouve qu’elle avait eu tort en jugeant la jeune femme de lâche, mais sans preuve elle ne pouvait se fier à rien. Et vraisemblablement à personne.

_________________
It’s where happiness hides
Il ne suffit pas d'être en vie, il faut être vivant . C'est à dire savoir à chaque instant qu'on est au coeur d'un prodige et être en contact, en harmonie avec lui. C'est difficile, mais lorsqu'on parvient à en prendre conscience, on en reçoit un perpétuel émerveillement qui paie au centuple des effors que l'on a consentis.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: You shout and no one seems to hear. And if the band you're in starts playing different tunes I'll see you on the dark side of the moon.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Membre de l'Ordre/Employée au Ministère
ϟ AVATAR : Alexa Chung



[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : Re: [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie Sam 10 Mai 2014 - 14:55

Electre se retrouva coincée en moins de temps qu'il n'en faut à un génie pour trouver la réponse à un problème. Pas le temps de manifester son indignation, ni même de crier à Jodie que ce n'était pas forcément le bon endroit pour faire cela : elles venaient tout juste de sortir du ministère et étaient forcément surveillée : l'inverse aurait été improbable. Electre pouvait comprendre les mouvements de la femme qu'elle avait dû interroger, elle l'en excusait même, mais...pas ici. Même en faisant des sous-entendus, même en voilant certains mots, ils comprendraient forcément. Les Mangemorts avaient beaucoup d'alliés au sein du Ministère de la Magie et désormais, elle avait même des doutes sur la personne du Ministre, Phileas Folengrain.

C'était se libérer également, qui pourrait être mal interprétée. Electre Wilde savait qu'elle était sur une pente descendante. Là-bas, au ministère, ils risquaient de ne plus avoir confiance en elle et de tuer son frère...mais à ce rythme-là, perdre son emploi semblait être le cadet de ses soucis. Elle avait décidé depuis quelques minutes de porter crédit à la Justice et en son engagement pour Dumbledore...car les méchants perdent toujours à la fin, non ? Les gentils finissent par l'emporter et tout le monde est heureux ?

« Autre part. Je t'en supplie, Jodie, allons autre part. »

Elle ne pouvait croire que ce ton limite larmoyant sortant de sa bouche...ça lui allait si mal. Où était passée la Electre courageuse, la Electre éclair qui n'hésitait pas à s'engager dans de dangereuses missions au péril de sa vie ? Depuis qu'elle avait retrouvé Oreste, ou Asterdre, comme il plaisait à se nommer, la vie avait pris un tout autre tournant qu'elle détestait bien comme il le fallait. La jeune femme essaya de retrouver son souffle...elle lui tenait fermement le bras ? Très bien, Electre se saisit de sa main et courut en sa compagnie dans les tréfonds de ruelles sombres...Moldus cette fois-ci. Londres, ici, apparaissait sous un tout autre visage. Il n'y avait plus de belles constructions et de foule en vadrouille...juste du gris, du foncé et des poubelles jetées sur les côtés. L'odeur caractéristique montait dans les narines, mais c'est justement là que Electre avait choisi de s'arrêter...elle serrait plus fortement la main de Jodie et transplana.

Le transplanage accompagné était un art délicat. Mal mené, il pouvait conduire à la perte de membres, d'organes. Bien mené, il pouvait juste provoquer une légère nausée ou sentiment qui se dompte avec l'habitude...Electre avait pris des cours supplémentaires de transplanage lorsqu'elle avait passé son permis, prévoyant que son frère, lui, ne le réussirait pas...Le cerveau encore embrumé par les nombreuses accusations de Jodie, elle réussit à les faire atterrir sur une verte pelouse, sur une colline...Elle surplombait le reste, un espèce de néant de campagnes et de terres. C'était là qu'elle avait passé son enfance, là qu'ils jouaient à cache-cache. Ils pourraient peut-être penser qu'elle avait voulu revenir chez eux, mais jamais ici...elle était plus plus intelligent que cela.

« Je travaille pour l'Ordre, Jodie...désolée pour le transplanage forcé, on ne pouvait pas rester là-bas...Je suis sûre que des agents du ministère de la Magie me surveillaient, mais maintenant, au moins, je peux te parler. »

Electre sortit de sa poche la lettre qu'elle avait reçu de la part du ministre et la remit à Jodie. Elle en penserait ce qu'elle voulait, mais étant donné qu'elle était une victime, dans toute cette histoire, Electre pensait évidemment qu'elle avait le droit de savoir pourquoi tout ceci lui était arrivé...même si en fin de compte, il valait mieux qu'elle soit tombée sur elle plutôt que son un de ces juges froids comme la pierre.

« Tout de même, au-delà de la lettre...Le fait qu'ils me l'aient envoyée à moi...Qu'ils connaissent l'existence d'Oreste...ils se doutent forcément de quelque chose....Tu as le droit de me frapper, de me traiter de traître, de...de ce que tu veux ! Je voulais juste protéger mon frère, mais j'ai fait mon choix, maintenant ! C'est l'Ordre ! Si je ne protège pas l'Ordre, personne ne le fera ! Je ne trahirai pas mon autre famille, Jodie ! Je sais que ça doit être dur à croire, pour toi... »

Elle ne voulait plus parler de la SEPPOM. Ils avaient tué Sirius et Maugrey, et maintenant, ils risquaient de s'en prendre à Jodie...ce n'était pas non plus la fille qu'elle connaissait le mieux parmi l'ordre, mais c'était une amie proche de Charlie, à qui elle parlait régulièrement.

« Il s'appelle Oreste, mais il veut qu'on l'appelle Asterdre Wilde, et c'est mon frère jumeau...Il m'a juré qu'il n'était plus de ma famille, que je lui faisais horreur...Nos liens n'étaient plus comme ils l'avaient été, à cause de Poudlard et de l'éloignement, mais moi je...j'avais recommencé à espérer, tu sais. Ce n'est pas grave. Tout va s'arranger...Je ne te l'ai pas demandé, mais ça va ? Le transplanage...il était réussi ? »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Vivre, c'est être au coeur d'un prodige.

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Vendeuse à temps partiel chez Honeydukes ; Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Alison Sudol


ϟ LIENS : Trick or treat ?

[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : Re: [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie Mer 21 Mai 2014 - 14:33

What the hell are you doing here ?

I though I could trust you...


Maudite soit Electre ! Sans le voir venir, Jodie était soudain engoncée contre son gré, chaque partie de son corps minutieusement comprimée sous l’effet du transplanage. En une fraction de seconde elles avaient quitté Londres pour se retrouver perdue au milieu d’une pampa sans doute britannique, dans un environnement enrobé d’un calme dont Jodie se moquait bien de goûter. Car elle se sentait actuellement physiquement beaucoup trop mal pour s’extasier devant les collines à perte de vue. Avec la délicatesse d’une fêtarde trop alcoolisée, elle titubait, nauséeuse, tentant de s’accrocher au vide avant de finalement se laisser tomber dans l’herbe, une main couvrant un nez particulièrement douloureux. Maudite soit Electre ! Après avoir roulé sur un bon mètre, Graham entreprit de se relever non sans peine, écoutant d’une oreille distraite ce que lui racontait la peu prévenante employé du ministère. Et dire que Jodie était jusqu’à ce matin persuadée que la brune avait au moins le mérite d’être une personne agréable, policée, qui pesait ses gestes. Comme quoi les apparences étaient parfois trompeuses. Le comportement d’Electre laissait en effet à penser qu’elle n’était pas plus maîtresse d’elle-même que Jodie était adroite. Alors oui, peut-être que disserter du caractère traitre de la membre de l’Ordre à deux pas du ministère ne relevait pas du génie, mais il y avait tout de même une certaine manière de faire comprendre les choses. D’autant qu’Electre devait bien savoir qu’il y avait des états contre-indiqués au transplanage. Etre au bord des larmes en faisait assurément partie ! Geignant comme un petit animal blessé, Jodie ne savait à vrai dire pas si elle se plaignait des méthodes d’Electre ou des conséquences immédiates de son manque de délicatesse.
Un papier agité vers elle, prétendue preuve de la bonne foi d’Electre que Jodie attrapa de mauvaise grâce et auquel elle ne prêta pas de suite attention, encore très occupée à se plaindre de ce transplanage dont elle se serait bien passé.

- On est où, marmonna-t-elle sans pour autant parvenir à couper Electre dans sa lancée.
Soit. Electre se noyait bien trop consciencieusement dans ce qui semblait être des excuses –justifications, explications ?- pour daigner s’attarder sur un élément géographique.
Puisqu’il ne fallait pas trop en demander, car elle n’avait pas capté le début du monologue de Wilde et que cela paraissait un minimum important, Jodie tenta de lire quelques lignes du bout de papier légèrement chiffonné. Mais entre un esprit embourbé par le déplacement forcé et des oreilles qui sifflaient sous les paroles d’Electre, elle ne dépassa pas l’entête… Ordre, ministère, un mystérieux frère et surtout une voix particulièrement agitée et un débit trop rapide, c’était à n’y plus rien comprendre. Les informations se chevauchaient, s’entrecoupaient, et d’autant plus qu’elle avait raté le début Jodie écoutait sans comprendre. Et puis elle avait mal ! Quel niveau de concentration et d’effort pouvait-on objectivement attendre d’une jeune adulte dont le seuil de tolérance à l’ignorance de sa peine s’approchait du nul ? Car rappelons-le, des fois que le lecteur aurait oublié : Electre l’avait traînée contre son gré au milieu de nulle part, à la force d’un vil moyen de locomotion, et n’avait pas même pris le temps de s’assurer que chaque membre de la rousse était encore à sa place.

- Non ça ne va pas ! Tu m’as cassé le nez !
Si elle s’en été cru capable elle aurait bien tenté un sort pour le remettre droit, mais doutant d’elle-même, mieux valait attendre de croiser quelqu’un de plus compétent. Elle aurait éventuellement pu demander à Electre de lui arranger ça, mais c’était hors de question tant qu’elle se ne s’était pas calmée et que Jodie la ne la jugeait pas apte à tenir une baguette. En attendant, elle se contenta de sortir un mouchoir de sa poche pour essuyer les quelques gouttes de sang qui avaient coulé jusqu’à ses lèvres.

- Aïe.
Stupide et douloureux manque de délicatesse.
Mais à présent qu’elle s’était ouvertement plainte et avait la satisfaction d’avoir été entendue, il semblait possible d’envisager de remettre les jérémiades à plus tard pour prendre à bras le corps le problème. Premièrement : s’assurer de l’attention d’Electre. Pour cela Jodie ne trouva rien de plus pertinent que de lui balancer violemment à la figure la première chose qui lui tomba sous la main –dans le cas présent, le projectile avait été un caramel trouvé dans sa poche-.

- Et non, Electre, non. Rien ne va s’arranger si dès maintenant tu ne te décides pas à agir au lieu de te lamenter. Tu dis avoir fait un choix alors maintenant tiens-toi y, parce que toi et moi on est plutôt mal barrées désormais… Et si tu commences à regretter, à tergiverser, à te poser un demi million de questions les choses risquent vraiment de ne pas aller pour le mieux. Alors juste… Juste respire un coup et tais-toi deux minutes.

La conclusion tirée, on pouvait à présent s’occuper d’analyser.
Brusquement Jodie fit volte-face afin de tourner le dos à Electre, s’assit par terre, en tailleur, et entreprit d’examiner attentivement cette lettre qu’elle n’avait toujours pas lue.
… Et mince. Tout paraissait soudain affreusement clair. A deux reprises elle relut la lettre afin de s’assurer d’avoir tout compris, concernant son frère, les menaces, le dilemme auquel Electre avait dû faire face. Comme à présent elle s’en voulait. Comme elle se sentait coupable de l’avoir tant accablée de reproches quand il y avait derrière ce choix d’apparence infaisable. Mais plutôt que de trahir ses idéaux Electre avait décidé de tourner le dos à sa propre famille… Cela paraissait une décision tellement affreuse que Jodie ne pouvait à présent ressentir que de la compassion pour cette jeune femme qui l’avait choisi de la sauver plutôt que son frère. Il lui avait semblé entendre que le dit jumeau l’avait renié, refusait de la considérer comme son sang, mais pour autant il semblait à Jodie que toutes les horreurs du monde ne pourraient jamais faire cesser d’aimer un être si proche. Comme elle se sentait coupable d’avoir été le pion qui avait infligé à Electre de choisir entre cet Oreste et l’Ordre.
La vendeuse se tourna doucement et leva vers Electre un regard empli d’une sincère compassion.

- Je suis désolée. Pour ton frère. Et d’avoir été si dure. C’était très égoïste et stupide de penser que tu n’aurais jamais de raison suffisante.
Elle baissa les yeux, légèrement honteuse.
- Ca a dû être affreusement difficile d’agir comme tu l’as fait, c’était un geste vraiment courageux. Je suis réellement désolée de m’en rendre compte que maintenant… Merci.
Un soupir et quelques secondes de silence.
- Et maintenant qu’est-ce que tu vas faire ? Tu penses pouvoir retourner au ministère après ça ? Ce serait peut-être possible. Après tout ils ne savent techniquement pas que tu me connais et pourront peut-être penser que c’est ta déontologie qui a parlé. On ne sait jamais.

Utopiste pensée à laquelle Jodie ne croyait qu’à moitié. Mais en plus de risquer de perdre son frère, on ne pouvait souhaiter à Electre de se retrouver sans travail.

_________________
It’s where happiness hides
Il ne suffit pas d'être en vie, il faut être vivant . C'est à dire savoir à chaque instant qu'on est au coeur d'un prodige et être en contact, en harmonie avec lui. C'est difficile, mais lorsqu'on parvient à en prendre conscience, on en reçoit un perpétuel émerveillement qui paie au centuple des effors que l'on a consentis.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: You shout and no one seems to hear. And if the band you're in starts playing different tunes I'll see you on the dark side of the moon.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Membre de l'Ordre/Employée au Ministère
ϟ AVATAR : Alexa Chung



[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : Re: [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie Mer 6 Aoû 2014 - 16:59

Spoiler:
 

Les larmes ne voulaient tout simplement pas s'arrêter de couler sur ses joues, là...C'était comme une fontaine de larmes, de plus en plus fort qui s'avérait indomptable et très chiante. Elle se repassait en boucle dans sa tête les mots d'Asterdre, mais également ceux de Jodie...Et le pire, c'était qu'elle avait raison, Jodie : il ne lui servait à rien de se lamenter quand elle pouvait se reprendre, prendre son temps pour respirer et juste avancer. Lorsqu'elle serait capable d'articuler trois mots de nouveau sans trembler, Electre Wilde lui répéterait sans doute à quel point elle était désolée et elle se rendrait au ministère pour voir le Ministre. Si elle s'y prenait bien, elle pourrait avoir facilement rendez-vous avec lui, au bon endroit, au bon moment. Le changement de ton de Jodie n'eut pour effet que lui faire plus couler les larmes sur la figure. Elle la regardait dans les yeux en hoquetant, elle qui était d'habitude si fière et si courageuse.

Eux, le ministère, ils ne penseraient rien du tout, surtout pas que c'était sa déontologie qui avait parlé : depuis des semaines, elle se faisait de plus en plus imprudente. Elle accumulait les bourdes et faisait des choses toutes plus insensées les unes que les autres. Oui, c'était sûr, elle ne savait pas comment, mais elle irait voir Folengrain. Elle ne pouvait pas laisser son frère dans cet état de menace et ce n'était pas non plus son genre de dénoncer des gens innocents comme Jodie...surtout qu'elle-même faisait partie de l'Ordre. Electre commençait à respirer de plus en plus lentement. Sa main tâtonnait, mais finit par rencontrer l'épaule de Jodie : elle devait bien lui faire pitié, à elle, mais voilà...Electre n'en était plus à une apparence près. Elle était même contente de ne pas s'être écroulée devant tout le monde au ministère, alors franchement...ici, en pleine cambrousse, alors qu'il n'y avait que la jeune femme rousse...C'était un soulagement. Sa main pressait l'épaule de Jodie, et puis elle se baissa pour s'asseoir par terre. Elle lui fit signe de venir aussi.

« On venait ici quand on était enfants, Oreste et moi. On jouait à cache-cache par là. », dit-elle en montrant grossièrement le tas d'arbres et de rochers. « C'est fini, maintenant. Poudlard a été un moment formidable de ma vie, mais je devrais le haïr car il nous a séparés. »

La jeune femme leva la tête en l'air et esquissa un début de sourire en voyant le temps maussade ramené par les nuages. S'il y avait quelque chose qui n'avait pas changé, ici, c'était ce climat près à changer dans la minute et d'ailleurs, voyant que ça se couvrait, Electre se releva avec précipitation : deux gouttes d'eau venaient de lui tomber sur la tête. S'il y avait une règle, ici, c'était peut-être de courir lorsqu'il pleuvait. Transplaner après le désastre de tout à l'heure semblait être une très mauvais idée et lorsque Electre entendit les premiers bruits de l'orage se rapprocher de plus en plus, elle se dit que Jodie n'avait sans doute pas emmené de parapluie...Et elle non plus.

Alors que l'ondée augmentait toujours plus, Electre serrait fort la main de Jodie et l'entraînait dans ce qui ressemblait à un bois, le plus vite possible. Il fallait les voir, toutes les deux. Ce n'était pas une petite pluie qui mouille à peine, mais un immense seau d'eau qui ne dure peut-être pas longtemps, mais qui suffit à vous glacer jusqu'aux os : bienvenue en Écosse ! Son tailleur lui collait à la peau, son chemisier devenait transparent, mais elle aperçut vite la cabane dans laquelle elle jouait souvent, enfant. Un soupire de soulagement s'échappa de sa bouche et elle se dépécha de les faire franchir les derniers pas qui les séparaient du lieu. En fait de cabane, elle s'aperçut que ses souvenirs d'enfants étaient un peu erronés...il s'agissait plus d'une petite maison en pleine forêt qu'autre chose. Il y avait quelque chose qui ressemblait à un poêle, au milieu, un lavabo et deux ou trois placards pleins de toiles d'araignée. L'humidité avait pénétré le lieu comme le coucou squatte un nid abandonné. Electre s'assit dans ce qui devait jadis être un canapé – dépareillé et au métal rouillé – et enleva sa chemise et sa jupe mouillée.

« Incendio... », chuchota-t-elle à l'intention du poêle qui s'alluma, en restant maintenant à proximité. « Tu n'as pas à m'excuser, c'est ma faute. Je n'avais pas à accepter cela, mais je savais aussi que quelqu'un d'autre de pire s'en chargerait si je ne le faisais pas. Ha oui...et nous sommes en Ecosse. J'aurais plus transplaner quand j'ai vu le ciel, mais je pense, que tu ne voulais pas perdre un autre bras. Et je t'en prie...Pourrais-tu ne parler de ce qui vient de se passer à personne ? Surtout pas à Charlie...Ce serait vraiment la goutte d'eau de trop. »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Vivre, c'est être au coeur d'un prodige.

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Vendeuse à temps partiel chez Honeydukes ; Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Alison Sudol


ϟ LIENS : Trick or treat ?

[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : Re: [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie Jeu 25 Sep 2014 - 18:30

What the hell are you doing here ?

I though I could trust you...


Autant que la joie la tristesse était communicatrice. Electre était défaite, semblait au bord d’un gouffre, se laissait simplement enfin aller aux sentiments. Et Jodie se trouvait là, impuissante quand elle percevait pourtant à quel point la détresse de la jeune femme était grande. Elle aurait voulu lui dire que tout allait bien se passer, que tout ça n’était pas grave, mais au fond c’était faux et elle le savait. Alors elle se contenta, comme toujours sensible au malheur, de laisser couleur une larme pour Electre. Car la pauvre Electre ; cela faisait beaucoup de douleur pour une seule personne. Alors en laissant couler sur sa joue une goutte salée, Jodie se dévouait pour en partager un peu. Ce n’était sans doute pas beaucoup, assurément trop peu, mais au moins la preuve d’un sincère soutien.
Assise près d’Electre, elle fixait l’horizon, les yeux toujours humides, l’écoutait, la comprenait mais ne savait plus quoi répondre. Elle fixait l’horizon et se trouva désolée. Désolée d’avoir été au mauvais endroit au mauvais moment, d’avoir été celle qui avait forcé Electre à faire ce choix impossible, de ne pas être capable de l’aider.
Le ciel était désormais noir mais elle n’y prêta pas une réelle attention, du moins pas avant qu’Electre la tire vers le bras et, la pluie les pressant soudain, l’entraine jusque sous les arbres. Vite elles se glissèrent dans une espèce de refuge abandonné. Un petit endroit froid mais qui avait le mérite d’être presque au sec. Ce qui n’était pas de refus pour ces deux âmes trempées par leur minute de course sous l’orage. Et les vêtements dégoulinants ne devaient pas arranger leurs mines tristes et pas loin du blafard. Les cheveux tombant tristement autour de leurs visages défaits, les deux jeunes femmes grelotaient alors qu’elles tombaient dans un inconfortable canapé. Jodie n’y resta par ailleurs pas longtemps, se glissant par terre afin de se rapprocher encore un peu du poêle qu’Electre venait d’allumer.
L'Irlande. La révélation ne l’étonna pas. Mais si la destination l’aurait en temps normal réjouie -le whisky y était presque aussi bon qu'en Ecosse-, le ciel noir et austère lui paraissait en cette fin de matinée atrocement aigre. Comme si l’atmosphère glaciale cristallisait la tristesse d’Electre, affectant encore un peu plus Jodie.

- Tu peux me faire confiance, je garderai ça pour moi.


Un maigre sourire assura de la sincérité.
Une fois qu’elle eut cessé de greloter, Jodie se releva et, voyant cette nouvelle amie qui semblait encore plus frigorifiée qu’elle, balaya la pièce du regard à la recherche d’un éventuel plaid. Posées au bout du canapé elle remarqua deux vieilles couvertures un peu miteuses qu’elle attrapa tout de même. La première fut dépliée sur les épaules d’Electre et la seconde gardée pour la rousse, qui s’enroula dedans après s’être également mise en sous-vêtements. Elle se rassit ensuite à côté de l’employé du ministère et posa une main sur son avant-bras.

- Mais tu sais, l’Ordre c’est un peu une deuxième famille. Ca ne pourra évidemment jamais remplacer ton frère… Moi j’arrive pas à imaginer ce que je deviendrais si je perdais un jour ma petite sœur. Mais c’est quand même des gens sur qui tu pourras toujours compter et qui t’aiment pour ce que tu es, en dépit des liens du sang. Et ce n’est pas parce qu’on n’est pas tous très doués pour le dire que ce n’est pas vrai.

Car ils partageaient au fond tous un esprit d’entraide et savaient s’apprécier. Quoique quelques handicapés des sentiments laissaient parfois penser le contraire. Mais Electre devait le savoir. Qu’elle était appréciée, même des gens qui, comme Jodie, ne la connaissaient au fond pas beaucoup. Car elle dégageait l’honnêteté, la droiture d’esprit et avait simplement bon fond. Ce qui, dans un monde noirci par l’horreur humaine, suffisait.
Graham se tut un instant et fixa le poêle dans lequel crépitait un feu qui peu à peu réchauffait tant le corps que l’âme. Au fond on était plutôt bien ici. Au milieu de nulle part, tel hors du temps, presque comme si rien ni personne ne pouvait nous atteindre. Et si, pleine de souvenirs pour Electre, cette maison rappelait sans doute les vieux démons, car elles étaient deux peut-être la peine s’effacerait-elle un peu. Ou du moins laisserait place à une simple nostalgie. Peut-être même une nostalgie heureuse, pleine d’images enfantines et de rires. Mais le doute persistait, et de peur que les regrets l’emportent la jeune femme voulut conserver pour elle l’attention d’Electre.

- Tu penses être capable de rentrer à Londres ? Sinon ici ce n’est pas totalement inconfortable. On pourrait y passer au moins quelques heures ?
Mais les vieux démons ! Il fallait une alternative, au cas où.
- Ou si tu veux, on peut essayer d'aller trouver une auberge ou un truc du genre dans le coin. Il doit bien il y avoir autre chose que des moutons dans les environs, non ?
L’idée était venue spontanément.
- Enfin je ne veux rien t’imposer bien sûr, c’est juste que je ne suis pas certaine que tu sois en état de transplaner jusque chez toi.

Et s’il arrivait malheur à Electre car elle l’avait laissé filer, Jodie ne se le pardonnerait pas. Après ce que Wilde avait fait pour lui sauver la mise, elle lui devait bien de tenter de veiller un peu sur elle.

_________________
It’s where happiness hides
Il ne suffit pas d'être en vie, il faut être vivant . C'est à dire savoir à chaque instant qu'on est au coeur d'un prodige et être en contact, en harmonie avec lui. C'est difficile, mais lorsqu'on parvient à en prendre conscience, on en reçoit un perpétuel émerveillement qui paie au centuple des effors que l'on a consentis.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: You shout and no one seems to hear. And if the band you're in starts playing different tunes I'll see you on the dark side of the moon.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Membre de l'Ordre/Employée au Ministère
ϟ AVATAR : Alexa Chung



[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : Re: [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie Lun 10 Nov 2014 - 16:48

La chaise sur laquelle elle était assise lui semblait toute craquelée, les fenêtres étaient faites de bois rêche juste près à céder sous les assauts de la tempête. Pourquoi étaient-elles là, déjà ? Sans doute parce qu'elle avait fait n'importe quoi, juste après avoir été convoquée pour la juger ? Si seulement elle ne s'était pas affolée, si seulement elle avait pris son temps, juste avant de transplaner...Electre Wilde avait déjà eu son permis de justesse, après de nombreux entraînements, et elle savait très bien qu'il fallait qu'elle fasse très attention dans tous ses transports.

Ce qui aurait été bien, ç'aurait été de sortir une tasse, la remplir d'eau chaude, d'une perle de lait et de la porter à ses lèvres. Un peu de thé anglais, Electre ne demandait que cela. Elle était vraiment soulagée que Jodie ne lui en veuille plus tellement, mais également inquiète en pensant au retour. Si une chose était sûre, c'était qu'elle n'était de nouveau prête à transplaner. Toutes ses articulations lui faisaient mal, elle sentait son estomac grogner de mécontentement, sans oublier le mal de tête qui la prenait. Wilde regarda son amie en secouant de la tête négativement, jetant des regards inquiets vers la porte, vers les fenêtres, comme si elle craignait de les voir craquer à n'importe quel moment. Le temps irlandais avait toujours été sauvage, rude dans cette région. Elle se souvenait de jours de tempêtes où l'on se gardait de sortir, ces fois où ils se plaisaient à rester auprès du feu, collés les uns aux autres, une bonne tourte de leur gouvernante et une tasse de thé dans les mains.

Electre rejoignit Jodie près du poêle. C'était une source vive de chaleur, et il ne lui servirait à rien de faire des tours et des tours de la minuscule cabane comme elle le faisait depuis cinq minutes maintenant. Elle savait tout ce qui les entourait, connaissait les lieux mieux que personne pour savoir que rien ne leur serait utile dans le secteur. Dans le tiroir de la table, juste à côté d'eux, il devait y avoir un mot en morse, lorsqu'elle et Oreste s'amusaient à aller ici à tour de rôle, à s'envoyait des messages codés que personne d'autres ne pourrait comprendre. Elle avait vite oublié comment faire. Sous le canapé, une relique de l'ancien temps, complètement dépareillé, et qui n'avait plus de canapé que les ressorts qui le composaient, reposaient des cerf-volants. Ils ne devaient pas être en trop mauvais état encore, mais Electre ne s'essaierait pas à les faire voler. Ça et là, on voyait des bocaux, posés sur les étagères. Diverses choses non identifiées, depuis longtemps le territoire des araignées et des insectes. La jeune femme sourit pour la première fois, se déplaça pour prendre ce qui ressemblait à une bouteille en plastique : à l'intérieur, il y avait des grains d'herbe séchée. Jadis, ils s'amusaient à se les lancer dessus.

« Ca ne durera pas longtemps, mais au moins, ça alimentera le feu. », elle en jeta quelques uns dans le poêle, et la flamme, légère, se raviva. « Transplaner va être difficile, voire même impossible. Je pense que nous devrions atteindre la fin du mauvais temps. Même pour toi, transplaner va être difficile, si nous devons traverser ce vent. »

Elle tentait de se calmer, et se rappeler de ce qu'ils avaient vécu avait marché : ils avaient eu une belle enfance, pleine de rire et d'histoire amusante. Même si la suite était beaucoup moins drôle, Electre devrait déjà être contente de ce qu'elle avait vécu. Même si le souvenir d'Oreste restait Ô Combien douloureux et qu'elle ne pouvait pas s'empêcher de penser à lui.

« Il doit y avoir un peu de nourriture, ici. Je me souviens que nous avions caché deux ou trois conserves dans les placards. Si tu ne crains pas les araignées, tu peux chercher, ça ne devrait pas être périmé. Tu vois...je ne pensais pas retourner un jour ici. Surtout sans Oreste. C'est beaucoup plus petit que dans mes souvenirs. Tu as raison, tu sais, Jodie. L'Ordre, c'est un peu comme une deuxième famille. Je pense que Charlie serait d'accord avec ce que tu dis. »

Elle lui sourit, assez tristement, avant de lui confesser ce qu'elle voulait lui dire.

« Je sais que tu es proche de lui...je voulais te dire...Charlie et moi...On est ensemble. Enfin, c'est compliqué. C'est toujours compliqué. »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Vivre, c'est être au coeur d'un prodige.

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Vendeuse à temps partiel chez Honeydukes ; Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Alison Sudol


ϟ LIENS : Trick or treat ?

[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : Re: [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie Mer 4 Fév 2015 - 15:33



Entendant le mot « nourriture », il ne fallut pas longtemps à Jodie pour qu’elle se précipite sur un des placards indiqués par Electre. Manger ! Voilà bien l’idée la plus brillante formulée depuis le début de la journée. Fouillant sans aucune gêne et détruisant sans remord quelques toiles d’araignée au passage, elle sortit finalement avec triomphe une vieille boîte de raviolis poussiéreuse. D’un coup de baguette elle l’ouvrit et attrapa entre deux doigts une pâte à la couleur tout de même un peu étrange et la fit tomber dans sa bouche. Beurk. Même les dragées crotte de nez n'étaient pas moins bon. Electre devait avoir une notion toute relative de la date de péremption. Ou alors les raviolis irlandais étaient juste naturellement immondes.
Mais cet échec gastronomique eut au moins le mérite de la pousser à se concentrer de nouveau sur le discours d’Electre, dont elle avait pendant quelques secondes fait abstraction.

Tout à fait. Charlie serait sans doute d’accord. Peeter aussi. Et Clément. Lawrence potentiellement, les Weasley certainement, et à peu près tous les membres de l’Ordre. C’était à n’en pas douter.

- Oui, c’est sûr qu’il me donnerait raison, approuva-t-elle finalement tout en sortant sa seule, unique, et merveilleuse chocogrenouille de sa poche. Ô Saint Graal.

Mais nom d’une météorite. Aujourd’hui semblait être une succession de terrible timing. Puisqu’à peine eut-elle fourré le chocolat dans sa bouche qu’Electre lui confessait à présent être … en couple avec Charlie ?! La nouvelle sembla littéralement lui rester en travers de la gorge, car Jodie luttait désormais pour ne pas s’étouffer avec sa chocogrenouille. Elle toussota, mima très ridiculement la recherche d’air et exagéra à peine en croyant sincèrement agoniser.

- Ah! Je meurs.

Trépasser à cause d’une friandise mal passée quand on avait survécu au Ministère, c’était tout de même vraiment naze comme fin. Ne manquerait plus que sur son épithète on graverait un gentil mot du genre « Elle vivait pour et est morte par les bonbons ». Alors ça en venait drôlement et carrément pitoyable.
Heureusement sa vie n’eut pas le temps de défiler devant ses yeux que déjà Jodie était parvenu à recracher la malheureuse grenouille.

- C’est bon, je meurs plus, soupira-t-elle de soulagement.

Jodie passa une main dans ses cheveux, afficha un grand sourire, et vint s’asseoir sur le vieux canapé en sifflotant pour prétendre que rien n’était, toujours emmaillotée dans sa couverture miteuse.

- Donc Charlie et toi vous êtes… Waouh. C’est super !

Inattendu, également. Mais sûrement une excellente chose. Enfin sans doute. Selon toute objectivité, tout du moins. Charlie figurait très officiellement sur la liste mentale des personnes considérées comme géniales par Jodie, Electre était en lice pour décrocher une place, donc quand bien même ils étaient sur le papier étrangement non assortis ils devaient sans doute être un couple tout à fait extraordinaire… La durée de vie de leur histoire pouvait ainsi être estimée à au moins deux ans. Minimum ! C’était presque mathématique… Matière dans laquelle Jodie n’avait par ailleurs jamais excellé.

- Même si tu dis que c’est compliqué, ça me paraît quand même comme étant une bonne nouvelle. Et ça fera sans doute plaisir à tout le monde de l’apprendre.

Mais plutôt que de tenter de la convaincre de cela par un long discours sans queue ni tête, Jodie se laissa glisser du canapé pour ouvrir les bras et enlacer Electre, que cette dernière le veuille ou non. Un peu de preuve de soutien spontané, voilà qui peut-être ferait un peu de bien à la dépitée employée du Ministère. Et l’étreinte, qui aurait pu durer jusqu’à l’étouffement non volontaire d’Electre, ne fut rompu que lorsque la rousse se rendit compte qu’en ayant laissé sa couverture elle était à présent collée en sous-vêtements contre son amie.
Se rendant compte de ce léger détail un peu embarrassant, la jeune femme recula et s’emmitoufla de nouveau jusqu’au nez.

- … C’était très bizarre. On va faire comme si rien ne s’était passé.

Cependant l’embarra ne durait jamais très longtemps, quand le besoin de contact humain n’était jamais bien loin. Toujours sans lui demander la permission, Jodie revint donc près d’Electre pour cette fois s’allonger près d’elle, de sorte à poser sa tête sur ses jambes.

- Mais je vais quand même me mettre là et fermer un peu les yeux, si ça ne te dérange pas.

Entre deux bâillements et avant de laisser ses paupières se clore sous la fatigue, un simple conseil. Qui sans nécessairement être d’une grande utilité ne pouvait pas fire de mal.

- Et toi aussi tu devrais tenter de te reposer. Les soucis paraissent toujours moins gros quand on se réveille.

Spoiler:
 


_________________
It’s where happiness hides
Il ne suffit pas d'être en vie, il faut être vivant . C'est à dire savoir à chaque instant qu'on est au coeur d'un prodige et être en contact, en harmonie avec lui. C'est difficile, mais lorsqu'on parvient à en prendre conscience, on en reçoit un perpétuel émerveillement qui paie au centuple des effors que l'on a consentis.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


[Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
MessageSujet : Re: [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Event SEPPOM] Les sanglots d'un homme ont des sécheresses navrantes. { pv Jodie
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» Nouvel event "à la rakgoule" ?
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Le Ministère de la Magie :: Département de la Justice Magique-