Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches, et la couleur innée de la résolution blêmit sous les pâles reflets de la pensée. Et les entreprises de hauts vols et de grands poids sous ce regard, se détournent de leur cours et perdent leur nom d'action. - Hamlet

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Propriétaire de Fleury et Bott - Militant pour la cause moldue - Scribouillard de papiers politiques à ses nuits blanches.
ϟ AVATAR : Ben Whishaw
ϟ ABSENCE ? : Indéfinie - Du boulot, trop de boulot.

We talk too much. Instead we have to do something.

ϟ LIENS : Here. is. Peeter.


Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore]
MessageSujet : Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore] Mer 26 Fév 2014 - 15:47

Avec du Veritaserum

la fête est
plus folle !

C'était l'heure du grand final. On pourrait aussi s'amuser à dire : l'heure de vérité. Peeter posa le regard sur la fiole qui trônait sur son bureau... cette petite chose lui permettrait de passer de simple scribouillard du soir aux premières pages de la gazette ! C'est fou ce qu'un simple liquide avec quelques particularités pouvait apporter autant d'espoir pour un homme. Mais ce n'était qu'une pièce dans le grand rouage qu'il avait préparé depuis des mois.
Son scoop qui lui ouvrirait les portes du journalisme était devant lui... ou plutôt derrière sa fenêtre en train de vendre des glaces avec son sourire habituellement idiot. Ce dernier leva la tête et lui fit signe gaiement. Peeter leva la main en retour, lui rendant son sourire.

- Amuse toi encore Theodore, avant que l'on retrouve ta jolie frimousse derrière les barreaux d'Azkaban. Oh mais tu seras en bonne compagnie. Ne t'inquiète pas, avec tes petits copains mangemorts ce sera la fête tous les soirs. Mais ça Theodore ne l'entendrait pas.

Tout semblait fonctionner à merveille. La lettre, la fiole et le rendez-vous pour ce soir. Ça n'avait pas toujours été simple pourtant... d'abord il avait fallu gagner la confiance de Theodore, pendant quelques mois à sacrifier ses week-end à se soûler avec cette ordure cachottière qui ne voulait pas cracher le morceau. Mais il n'avait jamais douté, même lorsque les micro-pistes qu'il pouvait avoir se révélaient mener à des culs de sacs. Il n'avait pas reculé devant toutes les persuasions possibles, même la drague...
Malgré les apparences qu'ils pouvaient donner, tous les deux à partager des verres, ils n'était pas amis. Pas pour Peeter en tout cas. Jamais de sa vie il n'avait pu supporter ce mec avec ses remarques grivoises et ses mains baladeuses. Si ça n'avait été que ça...
Ensuite la partie la plus complexe du plan : trouver cette petite merveille de veritaserum. La question était de savoir où s'en procurer ? Mais pas de problème il était patient. La meilleure façon était d'en préparer un soi même. Il n'était pas une quille en matière de potions et pour trouver la recette quelle meilleure idée que de diriger une librairie ! Pendant un cycle de lune il s'était occupé chaque soir de son chaudron, calé dans la cheminée de son appartement. Suivant avec énormément d'application les étapes du livre.
Oh miracle, lorsque mercredi il avait pu tirer cinq gouttes de la précieuse potion.
Il s'était donc attelé à écrire une lettre enflammée à son voisin d'en face pour le faire rappliquer le vendredi.

En cet instant il avait les mains tremblantes d'excitation et lui arrivait de sourire bêtement en pensant à sa victoire toute proche, mais pour l'instant il fallait que la journée passe comme à son habitude et que la lune claque sa face dans le ciel pour commencer enfin à s'amuser un peu.

...

Il ferma la porte de la librairie et laissa ouverte celle qui menait à son appartement. Il gravit les escaliers à toute vitesse, sifflant une musique entraînante. S'empressa de remettre de l'ordre dans le salon, ranger de le tiroir les carnets où étaient annotées les fait et geste du vendeur de glace. Il passa dans la cuisine pour préparer des cocktails. Le veritaserum était dans sa poche. Ensuite il partit se changer histoire de se faire présentable le jour où il coincerait Theodore Philibert Warren. Un grand jour ! Un gilet ouvragé et une belle chemise feraient l'affaire tout de même. Son coeur battait à deux cent à l'heure.

La sonnerie, les pas dans le couloir de l'escalier... Il était là.

- Bonsoir belle poire, quoi de neuf ?

Les civilités d'abord et ensuite, les choses sérieuses.



_________________
Have you heard the news
Did you get the truth about it ?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Do you want my PERE NOEL ?

ϟ ÂGE : 34
ϟ FONCTION : Vendeur de glaces chez Florian Fantarôme ; Mangemort dévoué sous couverture ; Ex-Poufsouffle obsédé par les hommes.
ϟ AVATAR : Joseph Gordon-Levitt
ϟ ABSENCE ? : Your butt is mine.

I'm wearing a bowtie now. Bowties are cool.

ϟ LIENS : I'm not a gangster tonight.
Don't want to be a bad guy.

Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore]
MessageSujet : Re: Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore] Lun 17 Mar 2014 - 4:31


Your Butt Is Mine
Gonna Take You Right

Il l'avait toujours su. Dès leur première rencontre, l'autre le suspectait de quelque chose et l'attendait au tournant, dans l'espoir d'être celui qui l'enfermerait derrière les barreaux d'Azkhaban. Mais au lieu de faire profil-bas et d'éviter de se faire remarquer d'avantage comme tout homme raisonnable, Theodore aimait jouer avec le feu. Quoi de plus plaisant que d'emmener ce crétin épris de la justice vers de mauvaises pistes ? Alors ainsi, Bletchley était persuadé d'avoir mis la main sur un redoutable mangemort ? Soit. Dans ce cas, autant lui en montrer juste assez pour qu'il ait envie de mener sa petite enquête et le guider vers une fausse piste au dernier moment. Il faut dire qu'il n'y avait pas de spectacle plus plaisant que de voir tous ses espoirs se briser en mille morceaux quand son rival découvrait qu'il s'était encore une fois laissé mener en bateau. Le vendeur de glaces s'amusait de cette situation, et n'hésitait pas à laisser un peu de lest pour lui donner envie de le pourchasser. Quoi de plus drôle que de le voir galérer durant des heures à essayer de mettre le doigt sur le moindre petit indice ? Toutes ces étapes durant lesquelles il émettait des théories, se rapprochait du but et fermait finalement ses serres sur une proie inexistante. Et finalement, il réalisait que les preuves qu'il venait de rassembler n'avaient guère plus de valeur qu'une vieille sylphide défigurée. Il devait alors admettre sa défaite et recommencer de zéro. C'est dans ces moments-là que Theodore venait le narguer avec de grands sourires triomphants et des tapotements d'épaules faussement compatissants. Depuis que le jeu avait commencé, il n'avait cessé de le ridiculiser, le poussant dans ses derniers retranchements et testant ses limites.

Mais visiblement Peeter ne s'était pas laissé abattre. Une telle obstination avait quelque chose de fascinant. Il refusait de lâcher le morceau, faisant à lui seul un parfait exemple du côté tête de mule des Gryffondors. Ça en devenait presque ridicule et gênant pour lui. Personne ne pouvait suspecter un être aussi bruyant, maladroit et souriant que Théodore. Et quand bien même ce type-là avait des airs louches, on s'inquiétait plus pour sa paire de fesses lorsqu'on possédait le chromosome Y que pour nos vies. Vous imaginez vraiment cet imbécile être capable de lancer un « Avada kedavra » de sang froid ? Balivernes !

Et pourtant, le libraire avait raison sur toute la ligne. Théodore Philibert Warren était une hérésie à lui tout seul. Pire encore, il était dangereux et capable de tout. Du meilleur comme du pire. Que ce soit de grimper nu sur un dragon particulièrement furax ou de lancer des Doloris sans ciller sur des types qui avaient osé critiquer ses magnifiques chaussures vert fluo. Non, il était bien trop dérangé pour être du côté des gentils. À ses yeux, c'était ennuyant et il avait besoin de cette adrénaline toute particulière que lui offraient ses missions en tant que mangemort. Même l'organisation pas très constitutionnelle de la SEPPOM pouvait aller se rhabiller face à l'armée de Voldemort. Et le fait que cette police masquée soit également à ses trousses n'était qu'un nouveau défi pour le vendeur de glace. Il avait l'impression d'appartenir à un groupe de super-vilains masqués faisant régner le chaos, et n'était pas prêt de retourner sa veste.

Aussi, la convocation qui lui avait été délivrée par un hibou le matin même l'avait fait sautiller de joie. C'était même son rayon de soleil de la journée ! Quand d'autres n'y verraient qu'une lettre d'amour à forte tendance gay-érotique et remplie de doubles-sens douteux, le mangemort y voyait une invitation à jouer à une sorte d'échecs sorciers grandeur nature dont ils étaient les pions. Et le perdant dans tout ça ? Oh, il y en aurait un bien assez tôt. Certes, l'enjeu paraissait beaucoup plus risqué pour lui, mais Peeter pouvait aussi perdre une bonne partie de son honneur et de sa réputation. Pour cette raison, il trépignait d'impatience en distribuant des glaces de toutes les couleurs à ses clients.

***

Sa journée de travail terminée, il se précipita chez son voisin d'en face non sans avoir pris le temps de prendre une douche et d'enfiler un T-shirt jaune canari. Comme un enfant surexcité, Théodore grimpa les marches quatre à quatre. Plus que quelques pas, et il pourrait goûter au doux parfum de l'embarras dans lequel il mettrait son ennemi. Arrivé sur le perron, il se racla légèrement la gorge et s'ébouriffa les cheveux avant que Peeter ne lui ouvre.

« Salut, toi ». Souffla t-il avait de lui adresser un de ces grands sourires béats dont il avait le secret. Il avait l'air si innocent lorsque ses yeux se plissaient de bonheur. « On ne se fait pas la bise ? » Ni une, ni deux ! Sans prévenir, il l'attrapa par les hanches et l'attira vers lui pour l'embrasser avec toute sa fougue, n'hésitant pas à mordre ses lèvres sur le coup de la passion. « Hmm, voyons voir... Un beau gosse m'a invité à prendre un verre chez lui, en tête à tête dans son appart'. Il peut s'en passer des choses, lorsque deux hommes adultes et consentants s'ennuient entre quatre murs ! »

Rien ne valait le goût du jeu pour Théodore. Une sensation de victoire imminente le submergeait déjà, mais paradoxalement il sentait son cœur battre la chamade car il connaissait les risques.

« Mais faisons les choses dans l'ordre : où est le breuvage que tu m'avais promis ? » Il lui adressa un petit clin d'oeil amusé. Oui, ce soir il roulerait une nouvelle fois Peeter Bletchley dans la farine. Et ce, dans tous les sens du terme.


_________________
I WANT TO TAKE YOU TO A GAY BAR.
You're a superstar, at the gay bar. You're a superstar, at the gay bar. Superstar. Super, super, superstar.

Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-petillantes.blogspot.fr/
avatar

: Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches, et la couleur innée de la résolution blêmit sous les pâles reflets de la pensée. Et les entreprises de hauts vols et de grands poids sous ce regard, se détournent de leur cours et perdent leur nom d'action. - Hamlet

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Propriétaire de Fleury et Bott - Militant pour la cause moldue - Scribouillard de papiers politiques à ses nuits blanches.
ϟ AVATAR : Ben Whishaw
ϟ ABSENCE ? : Indéfinie - Du boulot, trop de boulot.

We talk too much. Instead we have to do something.

ϟ LIENS : Here. is. Peeter.


Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore]
MessageSujet : Re: Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore] Mar 18 Mar 2014 - 18:53

Avec du Veritaserum

la fête est
plus folle !

Le baiser de Theodore l'avait surpris. Mais difficile de s'échapper quand un pouple peloteur de fesses vous tient bien serré par les hanches. Alors Peeter lui rendit le baiser... assez pour ne pas éveiller de soupçons. Oh et en plus il mordait ce pervers ! « Aiie ! Écoute je fais confiance à ton imagination débordante pour éviter de nous ennuyer... mais je ne pense pas que ce sera le cas. »

Plus vite Peeter verserait la potion, plus vite Theodore avouerait tout et ainsi il serait enfin débarrassé de ce rôle ridicule. Et à lui la belle vie et la reconnaissance éternelle.
Mais il savait aussi que peu de gens le croiraient s'il s'en tenait simplement à ce qu'il avait entendu, sans témoin. C'est pour ça qu'il avait emprunté un magnétophone à Jodie, ce dernier était dans la corbeille à fruits sur la table basse du salon. Avec un petit sort Peeter lui avait permis de capter tous les sons qui provenaient de l'appartement. De cette manière, il aurait le témoignage de Theodore enregistré dans ce petit bijou moldu.

« Mets-toi à l'aise chou, pendant que je cherche les cocktails dans la cuisine. C'est une nouvelle recette, tu m'en diras des nouvelles » Ah, le poulpe l'avait enfin lâché ! Peeter traversa le salon, lorsqu'il fut en dehors de la vision de Theodore il se frotta énergiquement la bouche pour faire partir le goût des lèvres de son invité et en même temps soulager le picotement dû à la morsure.
Les deux verres remplis d'un liquide doré étaient sur la petite table de ta kitchenette. Il sortit la précieuse fiole de la poche de sa veste. Si Theodore l'avait surpris, il l'aurait vu regarder ce petit élixir avec un regard victorieux, un sourire immense coupant son visage. Après avoir versé les cinq gouttes dans le verre de gauche, il ouvrit la porte du frigo et avala d'une traite une rasade de whisky... histoire de se donner du courage et éviter de trembler d'impatience. Le liquide fit son effet et il retourna dans le salon avec dans les main le plateau de cocktails.

« Et voilà un liquide digne de l'ambroisie du mont Olympe ! Sers-toi. »
Après avoir posé le plateau en prenant garde de mettre le verre de veritaserum devant Theodore il s'assit sur le fauteuil d'en face en prenant ses aises. Il gratifia d'un grand sourire son invité. « Oh attends, j'ai oublié les biscuits apéritifs ! »

Il se leva précipitamment pour retourner chercher le bol de chips et de crackers. De la cuisine il tenta de démarrer une discussion normale.
« Et alors, ta journée s'est bien passée ?» Il revient chargé de l'énorme bol dans les bras pour le poser à côté des verres. « Parce que c'est pas en hiver que les clients se pressent pour manger des glaces ! » Peeter s'assied pour de bon et prend le verre qui lui est destiné. « Alors tu en penses quoi... du coktail ?»


_________________
Have you heard the news
Did you get the truth about it ?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Do you want my PERE NOEL ?

ϟ ÂGE : 34
ϟ FONCTION : Vendeur de glaces chez Florian Fantarôme ; Mangemort dévoué sous couverture ; Ex-Poufsouffle obsédé par les hommes.
ϟ AVATAR : Joseph Gordon-Levitt
ϟ ABSENCE ? : Your butt is mine.

I'm wearing a bowtie now. Bowties are cool.

ϟ LIENS : I'm not a gangster tonight.
Don't want to be a bad guy.

Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore]
MessageSujet : Re: Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore] Ven 25 Avr 2014 - 1:45


You call me up drunk, does the fun ever start?
You're hideous...and sexy !

Peeter Bletchley l'attirait, c'était un fait prouvé. Et particulièrement ce soir-là, où tout dans sa démarche appelait à la luxure. De ses cheveux soigneusement coiffés dont des épis dépassaient de manière parfaitement maîtrisée à sa chemise aux deux premiers boutons défaits. C'était à se demander s'il ne l'avait pas fait exprès pour l'attirer en se désignant comme appât pour mieux l'amadouer. À l'instant où il l'avait embrassé, Théodore n'avait eu qu'une envie : lui sauter au cou et oublier durant quelques heures que ce type-là était supposé être son pire ennemi. Pourquoi fallait-il qu'il soit aussi sexy, sérieusement ? C'était de la torture, de lui laisser une telle tentation sous les yeux en le forçant à garder son calme pour ne pas se mettre en danger. Et pourtant, les règles du jeu n'en étaient que plus excitantes.

« Tu ne t'étais pas ennuyé le dernier soir en ma compagnie, n'est-ce pas, Peeter ? »

C'est après avoir lancé un clin d’œil dans sa direction que Théodore s'assit – ou plutôt s'affala – sur le canapé, sans demander son reste. Des cocktails. C'était une bonne idée pour se détendre un peu, mais il allait devoir garder une longueur d'avance, afin de rester « le moins ivre des deux ». Il ne fallait surtout pas que la boisson lui fasse révéler ses secrets les mieux gardés. D'autant plus que Peeter avait totalement changé de stratégie avec lui. Comprenant bien que ses accusations directes ne marcheraient pas et qu'il n'obtiendrait rien du vendeur de glaces en étant son rival, il avait totalement retourné sa veste. Sa nouvelle stratégie était de se montrer doux comme un agneau, en lui parlant avec une douceur toute nouvelle. Mais ses mots sonnaient faux. Ils dégoulinaient de sa bouche comme du miel, collant les oreilles de Théodore sur leur passage. Beurk !

« Une nouvelle recette ? J'ai hâte de voir ça. Tant que tu ne troubles pas mon breuvage avec de la mort aux rats, tout me va. » Alors que l'autre se levait à nouveau pour aller chercher des biscuits d'apéritifs dans la cuisine, le mangemort se précipita sur la table pour échanger les verres. Il avait pressenti que quelque chose de pas net se tramait, et dans le doute il avait préféré prévenir plutôt que guérir. Juste au cas où, on n'était jamais trop prudent. Surtout par les temps qui courraient, avec ces histoires de SEPPOM, de complots pour renverser le ministère ou de cadavres de mangemorts retrouvés gisant dans les rues. En une seconde chrono, le méfait était accompli, et Théodore appuyé à nouveau sur son dossier avec son habituel sourire crétin. « Parce que tu sais, Peeter... Je pourrais me montrer impitoyable si jamais tu me faisais une telle chose. Tu en as conscience, n'est-ce pas ? » C'était une menace à peine masquée. Il n'était pas stupide, il savait très bien que l'autre le désirait au moins autant qu'il voulait lui trancher la gorge. Ou plutôt le jeter à Azkhaban. Non seulement, c'était un sort encore pire que la mort, mais il pouvait le faire en toute légalité. Ce qui était idéal pour un type épris de la justice et du bien comme lui.

Ennuyeux, prévisible. Lorsqu'il l'avait choisi comme Némésis, Théodore avait placé de grands espoirs en lui, mais en dehors de la partie « tension sexuelle », le libraire n'avait pas encore vraiment rempli sa part du contrat. Le frisson de voir son secret mis réellement en danger, la peur au ventre et l'excitation de voir la situation se retourner au dernier moment, voilà ce qu'il recherchait. Mais il gardait encore espoir. Il avait vu de grandes capacités chez Bletchley, et il était certain que ce type pouvait faire mieux. Mais il allait falloir plus qu'un cocktail truqué pour le coincer. Alors que l'autre revenait avec les biscuits d'apéritifs, Theodore leva son verre dans sa direction. « Tchin, tchin ! À notre future nuit de folie ! »

Les yeux plus gros que le ventre, il piocha une poignée entière de chips au paprika.

« Oh, excellente ! » Pouffa t-il. Décidément, le libraire était bien naïf. Est-ce que défendre la cause des moldus avait ramolli son cerveau de sang pur à ce point ? « Voyons, Peeter. Je pensais que tu étais un sorcier de sang noble, ce n'est pas comme si tu découvrais le monde magique. C'est évident que j'ai jeté un sort à mes glaces pour qu'elles soient à la même température qu'un bon chocolat chaud. Je suis un sorcier tout de même, pas un répugnant petit sang de bourbe pré-pubère ! » D'un air satisfait, il le regarda porter son verre à ses lèvres, sans cesser de sourire. « J'aime beaucoup la petite touche d'agrumes, ça me donne l'impression qu'on est en été, et ça me donne plutôt... chaud. Pas toi ? »

Il avait secoué sa chemise, le dévorant du regard. Si Peeter avait été un muffin, il n'en serait plus resté une seule miette.

_________________
I WANT TO TAKE YOU TO A GAY BAR.
You're a superstar, at the gay bar. You're a superstar, at the gay bar. Superstar. Super, super, superstar.

Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-petillantes.blogspot.fr/
avatar

: Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches, et la couleur innée de la résolution blêmit sous les pâles reflets de la pensée. Et les entreprises de hauts vols et de grands poids sous ce regard, se détournent de leur cours et perdent leur nom d'action. - Hamlet

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Propriétaire de Fleury et Bott - Militant pour la cause moldue - Scribouillard de papiers politiques à ses nuits blanches.
ϟ AVATAR : Ben Whishaw
ϟ ABSENCE ? : Indéfinie - Du boulot, trop de boulot.

We talk too much. Instead we have to do something.

ϟ LIENS : Here. is. Peeter.


Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore]
MessageSujet : Re: Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore] Mar 10 Juin 2014 - 11:50

Me.
You.
Bed now.


Paroles à voix haute
Dans la tête de Peeter

Quel idiot ! Peeter croyait avoir un coup d'avance sur son adversaire cette fois-ci, mais il l'avait en réalité largement sous-estimé. Trop sûr de lui, la victoire déjà acquise dans sa tête... peut-être aurait-il pu en être ainsi. Mais par ce simple instant de lucidité Théodore Philibert Warren avait ruiné toutes ses chances de gagner la partie ce soir là, et peut-être pour bien d'autres soirs à venir.
Malheureusement le Verita Serum étant une potion inodore et incolore, le jeune libraire ne s'aperçut pas de son erreur. Son propre piège venait de se refermer sur lui, et le pire dans tout ça était que Théodore ne mesurait pas encore la chance qui venait de lui tomber dessus aussi brusquement qu'un sumo dévalant un toboggan vertical. Et la chute allait être dure pour Peeter, autant que la surprise ravirait sûrement Théodore au plus haut point.

« Pardon, pardon pour cette ignorance ! Des glaces en hiver c'est pas trop mon truc. » Il ne croyait sincèrement pas un instant dans cette excuse qui devait être évidemment, prise au second degré. « Tu ne m'en veux pas j'espère ! » laissa-t-il échapper, encore sur le ton de la plaisanterie. Il avait assez fréquenté Théodore pour savoir qu'il n'appréciait pas du tout que l'on dise du mal ou que l'on dénigre sa profession ainsi que ses glaces chéries.

Satisfait de lui-même, Peeter posa son verre sur la table, prit une poignée de chips au hasard et se remit confortablement sur le canapé poussant le vice en déchaussant d'un coup de jambes ses chaussures et s'étala de tout son long sur la surface du divan. Il grignota ses chips tout en écoutant Théodore parler. Il n'était pas conscient du chamboulement que le liquide était en train de porter à son organisme. Les effluves de la potion parvinrent rapidement dans son cerveau pour toucher directement les parties en charge respectivement de la motricité, de la parole ainsi que de la mémoire. Ce n'était plus le même Peeter, ou plutôt un Peeter totalement dénudé si on peut utiliser cette expression, car dans le moindre de ses mouvements, dans la moindre parole il ne respirait plus que la vérité...

« C'est vrai qu'il fait plutôt chaud par ici... » Il rendit son regard à Théodore, le sourire aux lèvres. Il venait de détacher encore un bouton de sa chemise et maintenant passait la main derrière son cou comme pour essuyer des gouttes de sueur imaginaires.
Peeter ne pouvait pas mentir en ce moment, et ce serait mensonge de dire qu'il n'était pas sensible une seconde aux charmes du mangemort assis en face de lui. Il le détestait autant qu'il pouvait le désirer. Il avait commencé à s'habituer à cette tête qui affichait en permanence une moue de mauvais garçon, à qui l'on offrirait bien des câlins – tout cela entre deux images du même gamin se faisant torturer par les détraqueurs – Parfois il se disait qu'il avait peut-être tort, que Théodore n'était pas l’assassin de ces pauvres gens que l'on retrouvait dans les égouts au petit matin. Il se plaisait alors à imaginer une relation d'amitié tout à fait normale avec cette même personne. Malgré ce qu'il pouvait essayer de se faire croire, il aimait Théodore à sa manière

« Merci pour le compliment, je ne savais pas si ça allait être buvable... Mon cher, tu es mon cobaye ce soir. Sache-le ! »

Peeter n'avait jamais été un crack en potions, il avait réussi à s'en sortir avec un Passable aux examens de fin d'année, ainsi il avait laissé mijoter le mélange un peu plus longtemps qu'il ne devait être prévu, peut-être aussi à feu trop inégale. Et les conséquences de ces deux paramètres donnaient à la potion la capacité de fourvoyer totalement son destinataire. En termes plus concrets : Les paroles que Peeter énonçaient sous l'influence du Verita Sérum n'étaient pas les mêmes que celles qu'il pensait dur comme fer avoir formulées. S'engageait donc un double dialogue dans le pauvre esprit du libraire. Pire, cette affaire s’étendait jusqu'à sa vision et sa motricité. Il aurait très bien pu penser être gentiment affalé sur son canapé alors qu'il arpenterait en réalité la pièce de long en large, il avait aussi une vision totalement erronée de ce qui l'entourait. Autant dire qu'il était en plein mauvais trip.
Le plus drôle c'était que la véritable personnalité de Peeter, son surmoi dirait un certain Sigmund Freud, rejaillissait sous cette influence. Ainsi certaines choses totalement enfouies ou négligemment mises de côté revenaient à la charge pour présenter un homme sous son vrai jour, sans faux-semblants ni manœuvres dissimulatrices – aussi bien conscientes, qu’inconscientes –

De ce fait, dans son imaginaire il n'avait jamais déboutonné quoi que ce soit ni regardé avec insistance son invité... Il s'était simplement appliqué à ignorer sa dernière remarque et reprendre des chips...
Peeter était alors certains que Théodore venait d'avaler une gorgée de Verita-Sérum mêlé à ce cocktail qu'il semblait tellement apprécier. Criant à la victoire silencieusement, il tenta une première approche. « Dis-moi Théodore, je me suis toujours demandé ce qu'un homme aussi attaché que toi à ses traditions, pouvait penser des mangemorts. Tu peux tout me dire tu sais, je ne te jugerai pas... » et il entendit Théodore répondre à cette question qu'il venait, pensait-il, de poser.

Bien entendu la réalité était tout autre : Peeter riait doucement tout en faisant tourner le liquide de son verre – repris entre temps – qu'il tenait dans le creux de ses mains. « Bon, et si maintenant on passait à l'interrogatoire ? » Il venait de se relever sur ses fesses en tapant avec entrain sur le rebord rembourré du fauteuil.
Mon dieu, mon dieu... Peeter n'étais pas dans son état normal. Il restait cependant persuadé que son comportement était tout à fait naturel et que le Verita Sérum était toujours dans l'autre verre.



    Spoiler:
     

_________________
Have you heard the news
Did you get the truth about it ?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Do you want my PERE NOEL ?

ϟ ÂGE : 34
ϟ FONCTION : Vendeur de glaces chez Florian Fantarôme ; Mangemort dévoué sous couverture ; Ex-Poufsouffle obsédé par les hommes.
ϟ AVATAR : Joseph Gordon-Levitt
ϟ ABSENCE ? : Your butt is mine.

I'm wearing a bowtie now. Bowties are cool.

ϟ LIENS : I'm not a gangster tonight.
Don't want to be a bad guy.

Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore]
MessageSujet : Re: Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore] Jeu 7 Aoû 2014 - 5:16


Come on shake little man, jump off the line,
You gotta shake that ass if you wanna have mine

Lui en vouloir pour une simple histoire de glaces cuites à point ? Voyons, un homme censé n'aurait fait que sourire et passer à autre chose ! Mais pas Théodore. Pour lui, c'était un affront direct, un abominable incident diplomatique, une déclaration de guerre froide. C'était à cause de ces gens-là qui pensaient que les glaces n'étaient « comestibles » qu'en été que Théodore avait du mal à boucler ses fins de mois et qu'il se retrouvait avec des chaussettes trouées. Et oser lui dire « ce n'est pas trop mon truc » en parlant de ses créations qui lui demandaient tant d'efforts de réflexion et d'idées farfelues de génie, c'était comme insulter l’œuvre de toute sa vie. Imaginez la réaction d'un gosse de six ans si vous lui dites que son dessin est moche, et vous comprendrez à peu près la rancœur qu'éprouvait Théodore à ce moment-là. Sauf que malgré ses airs de koala pacifiste, il n'avait rien d'un bambin inoffensif. Il aurait été plus juste de le qualifier d'obsédé instable n'ayant aucune notion du bien et du mal, doublé d'un mangemort redoutable. Peeter avait vu clair dans son jeu. Mais tant qu'il n'avait pas de preuve, il ne pouvait rien contre lui, n'est-ce pas ?

C'est avec la merveilleuse impression de dominer la situation que Théodore lui rendit un grand sourire commercial, mielleux et hypocrite à souhait. Bien, ce fourbe de libraire voulait jouer et tentait de le déstabiliser en l'allumant ? Il allait en avoir pour son argent, et paierait pour avoir osé insulter ses précieuses crèmes glacées ! Mais par la barbe de Merlin, pourquoi fallait-il que son Némésis soit si séduisant ? Bien sûr, le vendeur de glaces avait une longueur d'avance et il élaborait déjà une dizaine de stratagèmes pour le mener sur des fausses pistes quant à ses « activités secrètes », mais il ne pouvait pas craquer en lui sautant dessus maintenant. Ce serait rendre les armes à son pire ennemi. Et malgré son caractère irréfléchi et surexcité, Théodore était quelqu'un de prudent qui faisait toujours attention à bien couvrir ses traces après un crime. Alors autant dire qu'il ne se jetterait pas dans la gueule du loup avant d'avoir assuré ses arrières. Pourtant, en l'instant présent il avait manqué de s'étouffer avec une chips à force de trop fixer le cou de l'autre. Foutue succube. Il devait se reprendre.

« Ton cobaye ? Intéressant choix de mot. » Déclara t-il en reprenant une gorgée de cocktail, le dévorant presque du regard. «  En tout cas, je dois dire que tu es très agile de tes mains. Ce liquide est délicieux, il fond sur la langue et l'arrière goût est très... agréable. »

Son verre engloutit, il le reposa sur la table, invitant Peeter à faire de même avec sa propre boisson. Si ses gestes avaient été nerveux lorsque son hôte avait improvisé son « strip tease » de boutons, il reprenait le contrôle de la situation et au lieu de se tortiller sur sa chaise pour calmer ses ardeurs, Théodore s'essuyait les lèvres de manière légèrement suggestive.

Mais au lieu d'être réceptif à ses avances et d'avoir l'air troublé à son tour, l'autre semblait perdu dans un monde parfaitement fantasque de monologues intérieurs. Et à en juger par son expression, il devait s'amuser comme un petit fou ! Était-il en train de repenser à leur dernière nuit passée dans les bras l'un de l'autre, ou s'imaginait-il en train d'effacer à jamais le sourire idiot de Théodore en le vendant à un détraqueur ? « Tu baves, Bletchley. Reviens sur terre ou envoie-moi une carte postale de Pluton ! A en voir ta tête, ça a l'air génial là-haut ! » avait-il ironisé. Mais qui sait, peut-être que dans l'imagination de son ennemi, sa réponse était devenue toute autre.. « Les mangemorts ? La moitié d'entre eux est complètement névrosée en plus d'être dangereusement sexy. L'autre moitié sont des femmes. Je trouve que c'est des chics types, très proches de mes idéaux. » Toujours est-il que c'était rudement impoli de fixer le vide alors qu'il se donnait tant de mal pour que Peeter craque le premier.

« L'interrogatoire ? » Interloqué par le choix de mot, il arqua un sourcil. « Qu'est-ce que tu veux dire par là, Peeter ? Tu n'as tout de même pas l'intention de me faire le coup que Dolorès Ombrage a fait aux élèves de Poudlard en mettant du véritasérum dans ma boisson, n'est-ce pas ? » Marquant une pause pour mieux appuyer ses mots, il le dévisagea, attendant fermement une réponse.


Spoiler:
 

_________________
I WANT TO TAKE YOU TO A GAY BAR.
You're a superstar, at the gay bar. You're a superstar, at the gay bar. Superstar. Super, super, superstar.

Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-petillantes.blogspot.fr/
avatar

: Ainsi la conscience fait de nous tous des lâches, et la couleur innée de la résolution blêmit sous les pâles reflets de la pensée. Et les entreprises de hauts vols et de grands poids sous ce regard, se détournent de leur cours et perdent leur nom d'action. - Hamlet

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Propriétaire de Fleury et Bott - Militant pour la cause moldue - Scribouillard de papiers politiques à ses nuits blanches.
ϟ AVATAR : Ben Whishaw
ϟ ABSENCE ? : Indéfinie - Du boulot, trop de boulot.

We talk too much. Instead we have to do something.

ϟ LIENS : Here. is. Peeter.


Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore]
MessageSujet : Re: Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore] Sam 27 Sep 2014 - 12:22

Les miroirs feraient bien de réfléchir
avant de renvoyer les images.


Paroles à voix haute
Dans la tête de Peeter

La victoire pointait à mesure que Théodore crachait son morceau sous l'effet de la potion. Peeter était ravi comme jamais il n'avait pu l'être, il éructait, il trépignait tout en écoutant son cher ennemi commencer à sombrer lentement dans les révélations. Oh pour l'instant aucune preuve orale de son affiliation aux mangemorts, – partager leurs idéaux n'était pas suffisant aux yeux d'un tribunal pour être envoyé à Azkaban. Il fallait des faits concrets – mais quelque chose lui disait que ça n'allait pas tarder. Il se releva sur le canapé les coudes sur les genoux, réfléchissant à sa prochaine question. Il lui fallait récolter un maximum de renseignements rapidement car il n'avait aucune idée du temps que prendrait le mélange à cesser de faire effet. Une autre chose était de ne pas le brusquer au risque, peut-être, de le faire sortir de son état.
« Tu m'en diras tant ! Mais c'est que tu sembles en connaître un brin sur les mangemorts, on dirait même que ses membres te sont familiers … comme si tu les fréquentais. Arrête-moi si je me trompe quelque part. » Désormais, sa victoire pleine et entière dépendait de ce qui allait sortir de la bouche de l'accusé ou du condamné si l'on allait vite en besogne.

Évidemment vous vous doutez que cette scène n'est encore que le fruit de l'imagination droguée et débridée de Peeter, la réalité étant un poil différente, un peu plus embarrassante peut-être pour ce dernier.
« Ne me fais pas répéter tu as très bien entendu. Oui un interrogatoire, dit-il en hochant exagérément la tête de haut en bas. J'ai planqué un mouchard dans la corbeille à fruits, celle-là sur la table. Ça m'a pris un temps fou de préparer cette saleté de potion, comparé à la vitesse à laquelle tu as accepté mon invitation ... » Ses lèvres s'étalent dans un sourire, ça lui fait plaisir que Théodore rapplique aussi vite. Peut-être d'abord par goût du danger, mais il sait aussi que le vendeur de glace ne dit jamais non pour une séance de pelotage de fesses masculine. Le fait est que cette partie du sacerdoce (qualification que Peeter utilisait pour parler de sa croisade contre le mangemort et tous les sacrifices fait pour le coincer) n'était pas la plus contraignante, voire peut-être même la meilleure.

« Avoue que je te plais Warren ! »

Ces révélations subites et tout à fait compromettantes n'avaient en rien entaché l'entrain du libraire, aussi gai qu'un pinson le premier jour du printemps. « Joue pas les idiots, tu sais très bien que je rêve de t'attacher moi-même les menottes aux poignets p-pour te conduire à Azkaban. Ce qui m’apparaît d'un coup très dommage pour une raison que je n'arrive pas à expliquer. » Le voilà pensif tout d'un coup, reconsidérant là des années de nuits blanches à tenter de coincer cet escroc fini, puis dans un murmure.

« … je sais pas pourquoi. » finit-il par céder, hochant les épaules comme pour chasser le problème car il reprit aussitôt. « Bah on s'en fiche, reprends des chips va ! Le truc c'est que j'ai tout tenté pour essayer de te tirer les vers du nez, mais il faut croire que ta résistance à l'alcool est plus qu'une légende. Alors il a bien fallut que je trouve d'autres solutions et je ne suis pas peu fière de celle-ci, je parie que tu es quand même un peu bluffé. Il fallait un cerveau comme moi pour penser au verita serum et pour réussir à réaliser la potion. » Tout étais dit, la cassette traficotée et placée entre les bananes et les mandarines avait enregistré non pas les aveux d'un mangemort, mais celles d'un pauvre libraire prit dans son propre piège. Ça lui apprendra à trop regarder James Bond.


_________________
Have you heard the news
Did you get the truth about it ?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Do you want my PERE NOEL ?

ϟ ÂGE : 34
ϟ FONCTION : Vendeur de glaces chez Florian Fantarôme ; Mangemort dévoué sous couverture ; Ex-Poufsouffle obsédé par les hommes.
ϟ AVATAR : Joseph Gordon-Levitt
ϟ ABSENCE ? : Your butt is mine.

I'm wearing a bowtie now. Bowties are cool.

ϟ LIENS : I'm not a gangster tonight.
Don't want to be a bad guy.

Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore]
MessageSujet : Re: Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore] Lun 24 Nov 2014 - 23:45


I like being a villain.
Villains are more exciting.

Ainsi, il avait osé commettre l'irréparable.
Peeter Bletchley venait de verser du véritassérum dans son verre. A lui.
Et dire que le vendeur de glaces commençait tout juste à apprécier la beauté de son visage sans forcément ressentir le besoin constant de lui vomir dans la bouche. Parce que quand on s'appelle Théodore Warren, on traite ses adversaires mâles avec une passion toute particulière. Traitement de faveur visant à mieux connaître ses ennemis et leurs faiblesses. Après tout, pourquoi se priver de joindre l'utile à l'agréable ?
Mais cette fois-ci, c'était la goutte de trop. L'autre allait payer et il y laisserait bien plus que sa chair.

Il voulait jouer avec lui ? Soit. Ils joueraient. Mais cette fois-ci, le mangemort aurait trois longueurs d'avance. Et il comptait bien mener la danse et profiter de cette situation. Et ce, dans tous les sens du terme.

Sans quitter son habituel air insouciant et stupide, il se balançait d'avant en arrière, finissant le fond de son verre avec une paille dans un concert de « schhrrrr » pour bien montrer que tout le nectar magique avait été ingurgité. S'il voulait que son plan fonctionne, il fallait que tous les doutes et soupçons de son Némésis s'envolent.
Le bruit était insupportable, et pourtant rien ne semblait pouvoir arrêter le bonheur du libraire qui semblait ju-bi-ler de cette situation. Au moins, ils étaient deux. En grosse ordure qui se respecte, Théodore s'humectait les lèvres d'un air songeur. Qu'allait-il bien pouvoir lui faire avouer ? Après tout, Peeter n'était pas tout rose : depuis leur première rencontre, il avait toujours rêvé de le balancer à Azkhaban et d'être aux premières loges quand un détraqueur aspirerait son âme pour de bon. Mais as-tu réellement une âme, Théodore ?

« Ouuuh ! On devient rude, Peeter ? Je dois avouer que ce n'est pas pour me déplaire... » Dans un mouvement vif, il s'était assis juste à côté de lui. Ou plutôt, il s'était jeté sur le canapé. Question de point de vue. « Cependant, tu dois avoir conscience que tu viens de commettre une erreur re-dou-table. Tu pensais vraiment me duper aussi facilement ? » Se rapprochant encore un peu plus, il effleura sa joue avec une certaine douceur, avant de les lui tirer en un « sourire » forcé.

« Hmm, t'es pas mal dans ton genre. Mais de là à dire que tu me plais... Disons que tu as tes qualités ! » Un sourire carnassier se dessinant peu à peu sur son visage, il se rapprocha encore un peu plus de lui, posant la main sur ses genoux comme un aigle refermant sa serre sur sa proie. « Mais dis-moi, tant que tu es sous l'emprise du véritassérum... Est-ce que je te plais ? » Envahissant les derniers millimètres qui les séparaient, il ricana. « Tu ne te l'avoues pas à toi-même, mais tu as bien plus de sentiments pour moi que ce que tu ne laisses paraître, hm ? Et tu as envie qu'on retourne sous la couette tous les deux ce soir, en profitant de l'occasion pour me capturer juste après. N'est-ce pas ? ». Il lui claqua la joue en pinçant des lèvres. « Comme c'est fourbe, digne d'un mangemort. Vraiment ! Peut-être que je devrais te dénoncer à Azkhaban ! Qui me dit que t'es pas de mèche avec eux, après tout ? »

Non sans le dévorer du regard, il sortit sa baguette magique de sa poche et la pointa dans sa direction. « Des menottes, hein ? On peut toujours s'arranger, tu sais ? » Petit sourire moqueur. « Quant à ton idée, elle était presque brillante. Cependant, tu aurais dû mieux surveiller les verres et trouver quelque chose de moins... évident et préparé. Ton invitation était trop louche pour être sincère. Tu m'as toujours haï, pourquoi aurais-tu changé d'avis du jour au lendemain ? »

Après tout, c'était lui la victime de l'histoire, et c'était un simple renvoi d’ascenseur dans son atroce figure de traître à son sang ! Tordant ses traits dans une grimace attristée, Théodore lui lança un sortilège de jambencotton au cas où l'idée saugrenue de fuir lui traverserait l'esprit.

« C'est pour ton bien, mon mignon ! Mais... maintenant que tu es à ma merci, on va s'amuser un peu. D'accord ? ♥  » Faisant tournoyer sa baguette entre ses doigts, il explosa d'un rire glacial digne des plus grands vilains de dessin-animé. « Enfin, c'est pas comme si t'avais le choix. Voyons voir... J'aimerais que tu me racontes ta plus grande honte ! Et pas d'entourloupes ! »

D'un autre mouvement de baguette, il avait lancé un accio vers l'appareil d'enregistrement pour le poser entre eux deux.

« Oh, et tant qu'on y est, qu'est-ce qui te plait chez moi, exactement ? »




Spoiler:
 

_________________
I WANT TO TAKE YOU TO A GAY BAR.
You're a superstar, at the gay bar. You're a superstar, at the gay bar. Superstar. Super, super, superstar.

Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-petillantes.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé


Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore]
MessageSujet : Re: Pris celui qui croyait prendre [pv-Theodore]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On pietine sur notre President, ca fait mal, mais c'est ce qu'il voulait
» Qui est pris qui croyait prendre... [Mission #8 - Groupe 1]
» Jour 7 : Tel est pris qui croyait prendre
» Tel est pris qui croyait prendre - Acte II
» [Jour 4] Tel est pris qui croyait prendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Le Chemin de Traverse :: Fleury et Bott-