Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : Ancien élève de Poufsouffle, il espère atteindre le sommet de la pyramide sociale en devenant un homme d'affaires important.
ϟ AVATAR : Tyler Posey
Happy Banana Day

ϟ LIENS : So come with me, where dreams are born, and time is never planned. Just think of happy things, and your heart will fly on wings, forever, in Never Never Land!

[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Sam 10 Mai 2014 - 19:44

Gaya, Syb et Justin sont sous un chapeau

Gaya et Syb atterrissent à Serpentard
Qui reste ?


L'entraînement s'annonçait particulièrement houleux.
Les mains agrippées au manche de son balai avec une fermeté qu'entretenait l'habitude, Justin survolait distraitement le terrain de Quidditch en attendant que son capitaine daigne cesser d'houspiller leur malheureux (et surtout maladroit) gardien. Bien sûr, il était nul, et il y avait un match de prévu ce week-end (« Contre les Serpentards en plus ! grommela le jeune homme en prenant de la hauteur ») mais ça ne voulait pas dire que toute l'équipe était condamnée à tourner en rond silencieusement jusqu'à ce qu'on finisse par améliorer ses compétences désastreuses, non ? Visiblement, selon leur capitaine, si. Et c'est bien ça qui rendait dingue Justin. À ce stade de la situation, il était tellement frustré qu'il se sentait prêt à faire n'importe quoi (n'importe quoi d'inoffensif, évidemment) pour se distraire. Sa baguette dans la poche, plus son éternelle batte fétiche calée sous son bras, il lorgnait avec une envie à peine dissimulée le Cognard négligemment abandonné à terre. Et— Oh ! Là-bas, dans les gradins ! Locked target, comme on dit.

    « Sybiiiiiiie ! hurla-t-il sans même s'en rendre compte, emporté dans son enthousiasme brusquement renouvelé. »
Et BAM ! Le Cognard qui décolle du sol (comment, ça se devine) avec une légèreté insolente pour venir s'écraser à cinq ou six mètres au-dessus de la petite tête capricieuse de Sybella Tyrel. Sa Némésis. Ô joie ! songea Justin en distinguant une pluie de copeaux de bois s'échouer au sommet de sa chevelure incroyablement blonde et lumineuse. Pas assez de dégâts pour la mettre en danger (heureusement ou malheureusement ? Justin n'arrivait pas à se décider) mais suffisamment quand même pour ruiner sa coiffure de la journée et la mettre en rogne. Une telle précision était digne de Gwendolyn Morgan, la capitaine des Harpies de Holyhead, sa joueuse favorite parmi les innombrables talents que comptait un sport aussi diversifié que le Quidditch. Mais, évidemment, si on s'hasardait à lui poser la question, il n'avait pas fait exprès de démolir une partie des gradins, ou si peu... De toute manière, pensa-t-il avec désinvolture, c'était le genre de choses qui arrivait fréquemment, surtout quand c'était au tour des Gryffondors d'utiliser le terrain, alors, pourquoi s'en faire ?

Oui, pourquoi ?
Peut-être parce que la silhouette assise aux côtés de Sybella n'était une de ces stupides groupies gloussant avec une bonne humeur écœurante mais Gaya. Gaya, dont la couleur de l'uniforme se faisait miraculeusement (ou presque) oublier tant Justin était occupé à s'écharper avec Sybella de façon aussi impressionnante que quotidienne. Tu n'es qu'un idiot, Justin ! Quelque part, il aurait dû s'en douter, mais non, ça aurait été trop facile. En moins d'un instant, il avait parcouru la distance le séparant des deux jeunes filles et prit la parole en premier :

    « Sincèrement désolé, Gaya, se dépêcha-t-il de s'excuser en ignorant ostensiblement Sybella. Je croyais qu'il s'agissait de quelqu'un d'autre. (D'une créature au cerveau atrophié, en fait, ce que tu n'es définitivement pas, se dit Justin en continuant de sourire) Au passage, ajouta-t-il avec une sincérité non feinte, je voulais te remercier pour ton aide en Potions. Sans toi, je ne m'en serais jamais sorti. Tu gères, Gaya ! »

En réalité, il s'était contenté de recopier avec son autorisation les titres d'une poignée d'ouvrages de référence pour leur dernier devoir en commun : « Les différents usages du Polynectar dans un cadre légal » Comme d'habitude, Justin avait trouvé le moyen de se plaindre à propos du manque d'imagination du professeur, parce qu'il y avait tellement de raisons évidentes pour prendre l'apparence de quelqu'un d'autre, ne serait-ce que dans l'optique de faire une mauvaise blague aux Serpentards sans risquer d'être puni. Mais ça, Sybella n'était pas réellement obligé de le savoir.
    « Alors, comme ça, on nous espionne ? reprit Justin en direction de Sybella. On a pas assez confiance en ses capacités, peut-être ? On a peur de perdre et on ose pas l'avouer, donc, on préfère revenir aux bonnes vieilles méthodes ? La collecte d'informations ? Hein, ma vieille ? »

Le "ma vieille" avait été prononcé avec un dédain irrépressible. Oubliant les intentions que pouvait laisser présager ce simple geste, Justin s'empara de sa baguette et l'agita sournoisement sous le nez de la Verte et Argent.

    « Avoue que tu crèves de trouille, Sybiiiiiiie, et je promets de te laisser tranquille pendant un certain temps... »


Bieber vous salue :
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tough girl in the fast lane, tough girl whose soul aches

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ex-Serpentarde ; étudiante en journalisme ; assistante à la Gazette.
ϟ AVATAR : AnnaSophia Robb


ϟ LIENS : Smile, the worst is yet to come.

[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Sam 10 Mai 2014 - 22:12

Gaya, Syb et Justin sont sous un chapeau

Gaya et Syb atterrissent à Serpentard
Qui reste ?


« Regarde-le. »

Depuis bientôt dix bonnes minutes, ses yeux ne lâchaient pas d'une semelle l'objet volant identifié dans le ciel en demi-teinte. La mâchoire crispée par une indicible colère, l’œil lumineux à l'affût de la moindre erreur technique, Sybella guettait avec la patience vicieuse d'un félin en pleine chasse que Justin le souriceau fasse un faux-pas. Il ne fallait surtout, surtout pas louper le moment fatidique où cet imbécile de Justin mangerait l'herbe, le Souafle ou autre chose.

A la base, les deux Serpentardes étaient simplement venues là pour papoter entre deux filles. Elles avaient toujours de choses à se dire, ce n'était pas comme s'il était envisageable qu'un jour Sybella n'ait plus jamais aucune histoire croustillante à confier à Gaya – qui elle, pour le coup, était plus rapidement silencieuse –. Mais il s'était rapidement avéré lorsqu'elles étaient arrivées dans l'enceinte du terrain que l'équipe des Poufsouffles avait réservé l'endroit pour un match. Reléguées dans les gradins, Gaya avait insisté pour que Sybella passe outre puisque ce n'était en soi pas si important que ça que d'autres élèves soient là pourvu qu'elles aient leur tranquillité. Ils s'entraînaient, et elles, elles étaient à des mètres d'eux, il n'y avait donc théoriquement aucun risque pour que cette cohabitation ne dégénère. Ca, c'était théoriquement.

Dans les faits, que Syb' avait dès le début vu venir à des kilomètres, savoir que des Poufsouffles jouer à la baballe dans les airs signifiait forcément que Justin Finch-Fletchley se trouvait dans son espace vital. Une chose qu'elle ne pouvait tout simplement pas supporter plus d'une minute sans reporter son agressivité latente sur lui et dépenser toute son énergie à critiquer jusqu'à sa simple respiration.

« Non mais regarde-le faire le crétin ! » exulta la jeune fille en levant les yeux au ciel. « Il tient même pas cinq secondes sur son balai correctement. Ce type est ridicule. Il fait le malin, mais tu vas voir, j'espère juste qu'il va se vautrer comme un Scroutt ... » A l'entendre, on eut davantage dit qu'il s'agissait d'un souhait plutôt que d'une prédiction. Au loin, la vue du gardien ratant un énième arrêt de balle la fit ricaner. « De toute façon le niveau de leur équipe est tellement naze, je ne vois pas pourquoi j'en discute, c'est une évidence. » s'auto-contredit-elle une seconde plus tard, plus bouffie d'orgueil que jamais. Et, balayant d'un revers de main l'insignifiance de la chose, elle décida qu'il était temps de parler d'autre chose. D'un truc au moins plus constructif que de Poufsouffle ! « Tiens, pour changer de sujet, j'ai repéré un Serdaigle hier de septième année à peu près potable et je me dis- »

Nous ne saurons jamais ce que Sybella s'était dit : car sifflant comme une balle à leurs oreilles, un Cognard envoyé comme un boulet de canon s'abattit à quelques mètres d'elle dans un fracas bruyant, envoyant valser quelques planchettes de bois et faisant tomber sur la blondinette une pluie de sciure. C'était vraiment dommage, parce qu'à ce petit incident près, Gaya aurait eu le plaisir de ne plus avoir à supporter l'acharnement verbal perpétuel de Syb' sur leur camarade. La surprise et la violence du choc avaient arraché un cri à la cible de cet attentat – car ça ne pouvait être que ça ! – et l'irlandaise riva aussitôt ses yeux sur l'auteur du tir qu'elle devinait déjà aisément. D'un bond, elle se redressa sur ses pieds, époussetant sa chevelure d'un mouvement de crinière, et se mit à crier, sa douce et mélodieuse voix résonnant comme une tempête orageuse à l'adresse du Poufsouffle.

« FLETCHLEY ! ESPECE D'ABRUTI NOTOIRE ! » Si tout le terrain ne l'avait pas entendue ...

Quand on parlait du loup, celui-ci arrivait déjà fièrement sur son destrier volant, ignorant royalement Sybella pour se focaliser sur son amie et lui parler. Ben voyons. Comme si ça l'atteignait, ce genre de ruses stupides. Elle s'en moquait complètement. Elle n'avait pas à être jalouse ou à – Quoi ?! « Tu l'as aidé en POTIONS ?! » s'écria Syb', regardant Gaya avec des yeux ronds comme des soucoupes. A ne jamais se soucier de rien, voilà ce qui arrivait à sa meilleure amie : elle coopérait avec l'ennemi ! « J'hallucine. Gaya, arrête de faire la charité à ce … cette chose, franchement, ça devient pathétique. » Et puis TU pourrais m'aider MOI, espèce de traîtresse ! semblait rajouter son regard accusateur et boudeur.

Finalement l'interlude de sollicitude du septième année ne dura pas, et la guerre ouverte reprit très vite. Avec un sourire ostensiblement moqueur, Sybella coula un regard mauvais à l'adresse du batteur. « Ben voyons Finch-Fletchley. T'es en plein fantasme, tu crois vraiment que je vais perdre mon temps à t'espionner, toi et ta bande de losers volants ? Non, on vient juste ici avec Gaya pour … » La blonde s'interrompit un instant, faisant planer le mystère insoluble, haussant les épaules. « Des trucs qui te regardent pas, de toute façon t'es trop idiot pour comprendre. » Et toc. Puéril, vous aviez dit puéril ? Que nenni.

La danseuse écarta son visage brusquement de la baguette de Justin. C'était qu'il allait l'éborgner ce danger public ! Elle chassa son intrusion du bras, comme on se débarrassait d'une mouche gênante. « Va mourir, Fletchley. Tu perds ton temps. Je pourrais battre ton équipe entière les yeux bandés. » rétorqua t-elle avec un sourire mielleux à souhait, avant de désigner du menton un des camarades du bronze et or. « Surtout vu le niveau exceptionnel de votre gardien. Il est presque aussi mauvais que toi ! » pouffa t-elle avec un exaspérant petit rire clair.


Spoiler:
 

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
© okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: le Seigneur est quelqu'un de bien. Crois-moi.

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentard - Mangemort - Professeur Stagiaire en Potions.
ϟ AVATAR : Bryden Jenkins
Let's pray our Lord.

ϟ LIENS : First, I cam here to introduce myself. and then I made friends. And ennemies.


    Première rentrée en tant que Professeur Stagiaire de Potions.




[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Dim 11 Mai 2014 - 14:41

Gaya, Syb et Justin sont sous un chapeau

Gaya et Syb atterrissent à Serpentard
Qui reste ?


Entraînement de Quidditch : c'était assez de mots pour donner la nausée à Lalaith. La hauteur, la vitesse, les balais, les cognards.. Ouh là, c'était beaucoup trop de mots en terre inconnue. Gaya détestait le Quidditch, et ça tout le monde le savait. Si vous l’apercevez un jour au détour d'un stade, c'est pour une excellente raison. Et qu'elle merveilleuse raison que de suivre comme un toutou sa meilleure amie, Tyrel ? Elle en était dingue, de ce sport. Et Gaya pouvait bien aller contre sa peur pour la suivre, et lui faire ce plaisir.

Entraînement des Blaireaux : ne voyez pas ici une quelconque insulte péjorative. C'était malheureusement l'emblème de leur maison. Et le pire ? C'est qu'ils en étaient fières, pour la plupart, de représenter cet horrible animal moldu - et qui plus est, sent très mauvais parait-il. Gaya était dans les gradins, aux côtés de Sybella. Contre son grès, les dents serrées, elle posait ses prunelles sur différentes personnes au sein de l'entraînement. Hm, est-ce que celui-ci était un batteur ? Aucune idée. Et cette balle, à quoi servait-elle ? Décidément, Gaya n'en savait vraiment rien. Elle se demandait même si Tyrel arriverait un jour à lui faire passer cette peur - elle allait même jusqu'à sécher les cours de vols.

Soudain, ses prunelles claires se posèrent sur une silhouette qu'elle connaissait très bien. Grand, musclé, torse bombé et couleurs jaunâtres qu'il portaient fièrement : c'était Justin Finch-Fletchley. Instinctivement, ses lèvres s'étaient étirées en un sourire béat. Elle adorait ce garçon, et ne pouvait s'en empêcher. Il était drôle, et il l'appréciait en retour.

    - Regarde-le.


Oui, c'était sûr que Syb l'avait vu elle aussi, et depuis bien plus longtemps qu'elle. Il se peu même que Tyrel l'aie emmenée ici pour pouvoir reluquer leurs techniques de vols. Gaya ravala son sourire, et hocha la tête. Oui, elle le regardait. Elle l'avait bien vu, malheureusement. Gaya passa une main à la hâte dans sa chevelure, craignant le pire maintenant qu'elle était sure que Tyrel en ferait son affaire. La blondinette à ses côtés lâcha un flot continue bourré de venin et de méchanceté, si bien que Gaya ne faisait que hocher la tête, comme si elle était en total accord avec elle. Mais bon, les règles du Quidditch, c'était vraiment le dernier cadet de ses soucis. Elle avait collé ses deux mains ensembles, plaquées sous son menton, et commençait à prier le Seigneur intérieurement, les yeux mis-clos. Aide-nous, aide-moi, Seigneur. Aie pitié. Je ne veux pas que ça se termine comme la dernière fois...

    - Ah oui ? Un Serdaigle...


Mais il fallait croire que le Seigneur se fichait bien d'elle, ces derniers temps. Il avait surement d'autres chats à fouetter qu'une simple histoire de gamins. Une balle dure comme la pierre, et rapide comme l'éclair vint se loger à quelques mètres au dessus de leurs têtes, dans un fracas monstrueux. Gaya avait plaqué ses mains contre son bouche, cachant cette dernière du rictus en " O " qu'elle mimait. Justin allait mourir. C'était sur, Tyrel ne laisserait pas cette histoire tomber. Gaya épousseta sa robe de sorcier rapidement, et se leva pour faire tomber quelques copeaux de bois de sa chevelure blonde. Justin arriva en moins de temps qu'il en fallait pour dire Quidditch. Il parla le premier, s'excusant, et occultant tout à fait Syb. Gaya se mit à sourire timidement, puis baissa la tête. S'il ne parlait pas à Tyrel à ce moment là, c'était peut-être pire que s'il lui avait parlé en premier.

    - Oh, c'est rien Finch. Tu me redevras ça !


Et elle hocha la tête de haut en bas en direction de sa meilleure amie. Quoi, c'était pas un meurtre que d'aider une personne dans le besoin ! ... si ? Et Justin se mit à faire danser sa baguette devant le nez de Syb. Allez, ça commence. Gaya croisa ses bras sur sa poitrine, puis chercha une sorte de stratagème - du moins quelque chose qui marcherait avec ses deux là. Elle commença, sans hésiter.

    - Dis moi, Finch. C'est quoi le modèle de ton balais ? J'ai pas l'impression qu'il aille énormément vite... si ?


C'était nul. Nul, plat et niais. Mais au moins, ça changeait la discussion, au moins l'histoire de quelques secondes.






Spoiler:
 

_________________
    let me introduce you...
    to my lonely world.
    code broadsword.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : Ancien élève de Poufsouffle, il espère atteindre le sommet de la pyramide sociale en devenant un homme d'affaires important.
ϟ AVATAR : Tyler Posey
Happy Banana Day

ϟ LIENS : So come with me, where dreams are born, and time is never planned. Just think of happy things, and your heart will fly on wings, forever, in Never Never Land!

[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Mar 13 Mai 2014 - 21:12

Hey! I just met you and this is crazy

But here's my number
So kill me, maybe ?


    « Je ne suis pas une chose, fit mécaniquement Justin en adressant un regard malicieux à Gaya, comme s'ils partageaient un secret inestimable. » Dans ses yeux, les mots : "Je SAVAIS qu'elle ne supporterait pas l'idée que tu m'aides" semblaient clignoter en lettres géantes. « Idiot ? D'où ça sors, ça ? Et d'abord, qu'est-ce que ça veut dire ? ajouta-t-il en adoptant une face d'ahuri qui avait le don d'énerver ses interlocuteurs. »
Avec une autre que Sybella, Justin aurait trouvé le moyen de lui sauter à la gorge, oui, mais voilà, c'était Sybella, et avec Sybie, Justin avait l'habitude. Pire même, il n'attendait que ça pour pouvoir répliquer. Sa baguette négligemment écartée du visage de la petite peste blonde, Justin la contempla comme un outil qui se révèle inutile peu de temps après l'avoir acheté. En un geste vif, elle disparut dans la poche de son ample manteau portant le numéro 8, et le jeune homme reporta toute son attention sur les deux adolescentes à la même chevelure claire. Son ton était hargneux, mais ses yeux brillaient, de rage ou d'amusement, personne n'aurait su le dire :

    « Quoi, notre gardien ? Qu'est-ce qu'il a notre gardien ? Il est très bien, notre gardien ! » Mauvaise foi, le retour !
Mais Justin ne pouvait pas s'en empêcher. C'était inévitable, c'était même carrément physique ; il ne supportait pas les critiques, et il supportait encore moins qu'on puisse prendre du plaisir à critiquer ce qu'il considérait (d'un œil plutôt possessif) comme sa seconde famille— et peu importe à quel point le gardien se révélait mauvais, il était le seul à avoir le droit de le dire à voix haute. Le reste du monde devait se contenter de le penser.

Toujours perché sur son balai avec une sorte de fierté démesurée qui le rendait presque comique, le jeune homme écoutait son éternelle ennemie vomir son flot d'insanités habituelles. Il n'avait pas cessé de sourire ; on aurait dit que ce n'était qu'un jeu pour lui et peut-être bien que c'était le cas, parce que la pensée de Justin empruntait parfois des chemins tortueux et imprévisibles auxquels on renonçait souvent à comprendre. D'une certaine manière, il aimait se disputer (bien que le mot soit trop faible, il n'était pas à la hauteur de leurs échanges quotidiens) avec Sybella, et il aimait sentir le regard de Gaya planer entre eux deux comme un soupir silencieux. C'était un aspect essentiel de sa scolarité à Poudlard, au même titre que son poste de batteur ou les nuits passées à faire des batailles de polochons improvisées dans la salle commune de Poufsouffle.

    « Que je meure ? répéta Justin avec un étonnement feint. Bien sûr que non, ça te ferait trop plaisir, Sybie d'amour. Par contre, j'adorerais te voir jouer les yeux bandés, ma vieille, j'en profiterais pour te pousser de ton balai, ça promet d'être incroyablement divertissant. »
Et, moins d'un instant plus tard :
    « S'il est presque aussi nul que moi, alors, ça doit être presque un prodige ! Voire même un miracle ambulant ! »
Une remarque discrète de Gaya le fit sursauter.
Est-ce que, par le plus innocent des hasards, elle venait d'insinuer que son balai n'était pas rapide ?

    « Néophyte ! rétorqua-t-il aussitôt d'un ton hautain. Sache que pour jouer à mon poste —je suis batteur, tu te rappelles ?— je n'ai pas besoin d'être rapide, mais d'être stable. » La vérité, c'est que ni lui ni sa famille n'avait assez d'argent pour acheter autre chose qu'un vulgaire Brossdur 5 d'occasion. Mais cela, il ne tenait pas à ce que Gaya ou Syb l'apprenne. En réalité, il ne tenait pas à ce que personne l'apprenne. « C'est grâce à ça que j'ai pas mal de muscles, tu sais ? Quelqu'un veux tâter ? Attention, ça risque de vous changer de vos petits Serpentards maigrelets, bientôt, vous ne pourrez plus vous passer de moi ! »
Abandonnant sa position audacieuse, Justin atterrit gracieusement dans les gradins, aux côtés des deux jeunes filles, mais plus près de Gaya que de Sybella. Un sourire charmeur s'était formé sur ses lèvres et il avait relevé les manches de son uniforme pour mieux faire admirer les veines roulant sous sa peau brune.
    « Quand on voit les veines, ça veut dire qu'il y a pas de graisse, expliqua-t-il avec un air de scientifique naïf et irrésistible. »
Dévisageant Gaya avec un sérieux confondant, il ajouta subitement :
    « Tu veux essayer, Gaya ? Peut-être pas de jouer les yeux fermés, non, pas tout de suite, mais de voler ? Parce que j'imagine qu'on peut pas compter sur Sybie pour enseigner à sa meilleure amie les joies du balai volant ! »
Quelque part, il fallait s'attendre à cette dernière remarque mesquine : rendez-vous compte, Justin et Syb se trouvaient à moins de trente mètres l'un de l'autre ! Mais, désormais, ils réussissaient à impliquer Gaya dans leurs petits jeux dangereux et le pire, c'est qu'ils ne s'en apercevaient même pas, ou alors si peu...


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tough girl in the fast lane, tough girl whose soul aches

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ex-Serpentarde ; étudiante en journalisme ; assistante à la Gazette.
ϟ AVATAR : AnnaSophia Robb


ϟ LIENS : Smile, the worst is yet to come.

[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Mer 14 Mai 2014 - 18:01

Knock knock !

Who's there ?
Me, I kill you !


Sybella enrageait, c'était évident. Intérieurement, son sang bouillonnait comme si un dragon en furie venait de cracher sa lave en fusion dans ses veines. Justin était capable de déclencher chez elles des réactions épidermiques incroyables, sans doute comparables à ce qu'un allergène pouvait provoquer chez un malade – ou à un coup de foudre, au sens propre du terme -. Un talent dont il se serait bien passé, difficile néanmoins d'évaluer cette possibilité tant le septième année semblait heureux d'être le désagrément du jour de miss Tyrel. Elle-même ne pouvait pas s'en cacher : le renvoyer dans ses filets avait une saveur inégalable, même si la persistance de son ennemi numéro un prenait des allures de kamikaze en mission-suicide.

La jeune fille éclata d'un rire sec alors que monsieur prenait la mouche quant à leur gardien. « Très bien pour des blaireaux, sans aucun doute. » ricana t-elle sans une once d'estime pour sa maison. Oui, elle se fichait pas mal des Poufsouffles : dans l'échelle socio-poudlardienne, ces animaux-là étaient de la pire espèce. Semblables à des Boursouflets sortis du nid, Syb' les voyait et les entendait sans vraiment s'en soucier. De toute façon, leur emblème voulait bien dire ce qu'il voulait dire non ? Des blaireaux, franchement. Helga avait cruellement manqué de goût sur son choix de représentation.

Mais tandis que dans son esprit défilaient mille et un clichés, la danseuse se vit interrompue dans ses rêveries par un échange bien singulier entre les deux autres élèves. Et ce qui se passait sous son nez était bien loin de lui plaire. Alors que Gaya jouait les intéressées – pour détourner la conversation et la troisième guerre mondiale sous-jacente -, Justin s'emballait et commençait à rouler des mécaniques, à utiliser des termes techniques, à se la raconter. Petit coq de basse-cour impétueux, bien trop sûr de lui : dans ces moments-là, Syb' l'appelait 'Justin-le-gros-Melon'. Elle avait aussi tout à coup l'impression d'avoir un miroir masculinisant en face d'elle. Pas le genre à vous filer une moustache et une barbe, non, plutôt celui qui vous crie au visage « ce type, c'est toi en mec, ma grande ». La sensation était on ne peut plus désagréable. La blonde ignora délibérément cette impression et grimaça ostensiblement pendant que Fletchley en venait à dégainer ses muscles de bras pour attraper Gaya dans ses filets. « Ugh. » Un petit bruit dégoûté pour ponctuer le tout. « Non merci, sans façon. » répondit-elle aigrement. Car il n'était pas vraiment dans ses rêves les plus inavouables de tripoter Finch-Fletchley. De la haine à l'amour, il n'y a qu'un pas ? Ca, certainement pas !

Et il persistait, il persistait tant et si bien que Syb' sentait au fil des secondes qu'à ce rythme-là elle allait bientôt tenir la chandelle. « Tu la planques bien ta graisse, Fletchley. » marmonna l'irlandaise comme une gosse de dix ans que sa propre blague faisait rire seule.

Mais le summum de l'imprudence et du danger fut atteint quand Justin eut l'audace de proposer un tour en balai à Gaya, SA Gaya. « Non ! » Un cri du cœur, total et sincère – pour une fois, notons-le dans les annales – rugit, cassant définitivement la pseudo-ambiance amicale qui s'était installée. Un ange passa.

Se rendant très rapidement compte que son refus soudain, catégorique – et surtout trèèèès louche - avait été suivi d'un silence qui deviendrait un brin gênant si personne n'intervenait, la blonde se rattrapa illico et s'avança pour se poster aux côtés de son amie, sourcils froncés, moue sévère. « Hors de question. Je ne te laisserai pas y aller avec lui. C'est beaucoup trop dangereux. » Etait-ce là une note subtile de possessivité liée à un soupçon de que l'on entendait ? Gaya n'avait qu'à tendre l'oreille pour le savoir. Son regard bleu se tourna ensuite bien vite vers le responsable – qu'elle aurait d'ailleurs pu harponner vivant rien qu'en un coup d'oeil si elle avait pu -. « Si t'avais un tant soit peu de bon sens et de bonté, Finch-Fletchley, tu ne proposerais pas à une novice de monter sur ton balai d'occase à deux Noises. Un Brossdur, vraiment ! » Si le Poufsouffle pouvait bien réussir à berner sa camarade qui n'y connaissait pas grand chose question balais et Souafles, elle, c'était une autre paire de manches. Elle était dans l'équipe de Quidditch de Serpentard depuis assez longtemps pour faire la différence entre les principales marques, et surtout, ce n'était pas comme si son frère gérait lui-même une entreprise de matériel de Quidditch. Sans blagues, Justin-le-gros-Melon commençait à lui taper sur le système avec ses allures chevaleresques et ses propositions foireuses.

Syb' observa alternativement la blonde, puis le brun, et ainsi de suite, avant de 'menacer' – si on pouvait dire cela – sa consœur avec une prudence étrangement maternelle. « Tu fais ce que tu veux, Gaya, mais si tu montes là-dessus, tu finiras en morceaux. » Et je ne veux pas de ça. rajoutait son scepticisme évident imprimé sur le visage. « Et tu sais très bien que si tu veux apprendre à voler, tu peux tout à fait me le demander. » rajouta t-elle un ton plus bas, comme si elle craignait qu'une troisième paire d'oreilles mal avisée puisse l'entendre être gentille à l'adresse de quelqu'un.

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
© okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: le Seigneur est quelqu'un de bien. Crois-moi.

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentard - Mangemort - Professeur Stagiaire en Potions.
ϟ AVATAR : Bryden Jenkins
Let's pray our Lord.

ϟ LIENS : First, I cam here to introduce myself. and then I made friends. And ennemies.


    Première rentrée en tant que Professeur Stagiaire de Potions.




[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Mer 14 Mai 2014 - 20:59

Let's fuck in a trisome

I am your friend
Both of you


Les muscles roulaient sous sa peau dorée. C'était appétissant, Gaya était même à deux doigts de se lécher les lèvres. Dans d'autres conditions, peut-être qu'elle aurait cherché à draguer Finch. Il était beau, athlétique, et malgré sa maison de blaireaux, il avait quasiment tout pour plaire à la belle blonde. Timidement, n'osant pas faire parcourir ses doigts laiteux sur l'avant bras du jeune homme, elle se contenta de sourire, baissant la tête, et replaçant une de ses mèches derrière ses oreilles. C'est surtout les paroles précédentes qui avaient mis un gros stop à la Serpentard. Elle avait simplement voulu calmer le jeu, et parler d'autre chose : et il l'avait rabaissé sur un terrain dont elle ne connaissait rien. La pente était raide, Gaya avait simplement répondu par un hochement de tête. Oh vraiment, si on voit les veines, c'est qu'il n'y a pas de graisse ? Tout aussi timidement, mais d'un geste beaucoup plus vif, Gaya avait ajusté sa robe de sorcier, de sorte que ses jambes à la peau quasiment transparente ne soient pas visibles ; ses chaussettes d'uniforme ne montaient pas bien haut - Gaya étant très grande - et laissaient apparaître Google Map sur ses cuisses. Ses veines se voulaient seyantes, gonflées, et bleues. Elle n'avait pas de graisse, loin de là, c'étaient simplement ses problèmes alimentaires qui la trahissaient.

    - Non !


Un cri, presque. Clair, net. Détaché, et bourré de sincérité. Gaya releva ses prunelles lentement, et se figea quand elle croisa l'expression de son amie. Ses yeux étaient ouverts au possible, sa bouche crispée en un rictus d'horreur. Alors quoi, Justin était aussi dangereux sur un balais pour que Syb' réagisse de la sorte ? Cette dernière vint se placer plus près vers son amie, articulant enfin après un long moment de suspend qu'il était trop dangereux que Gaya monte la dessus, surtout que son balais était un... un... merde, un quoi déjà ?

    - Ça va Syb', de toute façon, j'suis pas faite pour voler.. , avait-elle enfin fini par dire, le regard perdu entre les joueurs de l'équipe qui continuaient à s’entraîner. Elle se mit à tortiller ses doigts dans tous les sens possibles : elle ne voulait pas voler. Elle avait peur. L'attraction terrestre me convient parfaitement, et puis, mes parents disent que le Seigneur n'aime que les gens terre-à-terre.


Oh vraiment ? Alors autant dire que tu es une cause perdue à ses yeux, Gaya. Tu es bien la personne la moins rationnelle, et la plus déjantée de Poudlard. Elle avait machinalement humidifié ses fines lèvres, sentant soudain la pression monter. Elle était désormais partagée entre l'envie d'y aller, de monter, d'enfourcher son balais de mes deux, mais aussi entre le fait de rester là, et d'essayer de temporiser ces deux là. Elle continua à tripoter ses doigts, les tordis dans des positions improbables. Sybella vint alors lui glisser à l'oreille, tout doucement, qu'il lui était possible de lui apprendre, entre elles, juste elles deux. Gaya se tourna vers elle, à quelques centimètres de son visage. Elle ne souhaitait pas que Justin entende.

    - Syb, tu connais ma peur, et mes convictions. Si je monte la dessus, le Seigneur ne m'acceptera jamais... C'est gentil, mais je ne peux pas..


Et alors qu'elle détourna son regard vers le blaireau, ses yeux se figèrent, et sa bouche hurla des tas de mots de mise en garde. Son doigt, laiteux et long, pointa vers quelque chose qui venait vers eux. Une balle, surement pour le jeu de Quidditch, arrivait à grande vitesse dans leur direction - bien plus vite que celle lancée par Justin, et bien mieux orientée vers eux. Elle sortit sa baguette de sa manche, poussa Justin de façon à le placer derrière elle, et hurla.

    - EVANESCO !


La balle s'évapora comme si rien ne s'était jamais passé. Gaya garda son geste en suspend, le souffle coupé. Est-ce que quelqu'un venait de les viser ? Ils avaient faillis mourir ! Son regard azur fouillait à la hâte les joueurs, s'assombrissant peu à peu. Quoi, vous n'avez jamais vu la méchante Gaya ?




_________________
    let me introduce you...
    to my lonely world.
    code broadsword.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : Ancien élève de Poufsouffle, il espère atteindre le sommet de la pyramide sociale en devenant un homme d'affaires important.
ϟ AVATAR : Tyler Posey
Happy Banana Day

ϟ LIENS : So come with me, where dreams are born, and time is never planned. Just think of happy things, and your heart will fly on wings, forever, in Never Never Land!

[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Ven 16 Mai 2014 - 22:57

La discipline

Faut respecter la discipline
Bien, et après ?


    « Non ! »
Un ange passa, et il avait des crocs de serpent.

Justin se figea, aussi parfaitement immobile qu'une statue, et au moins autant choqué que Hagrid le jour où il l'avait découvert en train d'errer torse nu à la lisière de la Forêt Interdite (bien sûr, ni lui ni les professeurs n'avaient su comprendre le sens des mots "pari perdu", mais ça, c'était encore une autre histoire) ; qu'est-ce que ça voulait dire, ce "non" qui se montrait presque sincère ? Qu'est-ce que ça pouvait bien signifier de plus qu'un refus ferme et définitif ? Avec Sybie-la-Vipère, les choses n'étaient jamais simples, sinon, elle n'aurait pas l'immense honneur d'être sa cible privilégiée. Malheureusement pour elle, la suite de son explication ne plut pas à Justin, et la réticence visible de Gaya le déçut plus qu'il ne l'aurait imaginé en premier lieu. Les accusations de Sybella (Comment ça, il était un danger volant ? Est-ce qu'elle avait seulement pensé à se regarder avant de lui sortir ça ?) lui firent oublier momentanément qu'elle n'était pas l'unique responsable de l'échec de sa tentative :
    « Mon balai d'occase à deux noises, comme tu dit, me suffit largement pour écraser tous les membres rampants de ton équipe un par un. Je n'ai pas besoin de plus, de toute façon, vous n'en valez pas la peine. Je maîtrise, tu piges ? »
Imprudemment, il faillit ajouter qu'il donnait déjà des cours de vol à Sofia Skogar, mais il se retint de l'avouer, parce qu'il ne voulait pas exposer son amie aux jugements rapides des deux jeunes filles, et aussi un peu parce qu'ils n'avaient pas encore dépassés le stade de "Lève-toi, balai !" sans se le prendre violemment dans la tronche...

Très spontané, Justin n'avait pas cherché à nier la vétusté de son Brossdur 5. Ses parents ne lui avaient pas appris à mentir, mais à dissimuler une partie de la vérité afin de rester digne, et si cette ridicule, minuscule partie était malencontreusement révélée, alors il fallait l'assumer avec fierté. Peu importe les conséquences, il devait demeurer sûr de lui afin de ne pas risquer d'échouer au bas de l'échelle —peu importe de quelle échelle il s'agissait. Plus qu'une affaire d'ego, c'était une question de survie.

    « Tu m'énerves, grommela-t-il sans chercher à trouver une meilleure réplique, car on a beau l'enrober d'une épaisse couche d'ironie et de vanité, la réalité tient toujours plus facilement en trois mots, voire deux mots et demi. »


Il s'apprêtait tout de même à ajouter quelque chose de cinglant quand Gaya l'empoigna avec une force insoupçonnée, et se plaça devant lui en hurlant un vague avertissement, lequel fut rapidement suivi d'un mot haché qui sonnait comme un sortilège : « EVANESCO ! »

Il y eut un instant de flottement dans la tête de Justin lorsqu'il réalisa à côté de quoi ils étaient passés. La baguette de Gaya était encore pointée dans le vide, là où un Cognard fonçait encore sur eux à une vitesse hallucinante il y a une poignée de secondes. Ahuri, choqué, le jeune homme réalisa bêtement qu'il était davantage impressionné par l'onde furieuse qui semblait se propager tout le long du corps de Gaya que par l'accident dont ils avaient failli être les victimes, tous les trois. « Je, commença-t-il d'une voix nouée par l'émotion...

    JE VEUX UN COUPABLE ! TOUT DE SUITE ! »
Ou alors, je lâche les chiens, songea-t-il stupidement en contemplant, l'air distrait, les deux Serpentardes à ses côtés. Pas que je me sente capable de les retenir, hein. Moi, au moins, je sais viser. Je sais viser, et je connais les limites à ne pas dépasser, bien que les termes exacts seraient plutôt : je connais les situations où il ne faut pas dépasser les limites. Et celle-là en est une, définitivement. Instinctivement, il referma la main sur sa baguette qui gisait, abandonnée, au fond de sa poche. Devant eux, les joueurs de l'équipe de Poufsouffle avaient arrêté de filer sans but dans les airs mais restaient quand même à une distance respectable des gradins. Au loin, Justin reconnut son capitaine, qui n'avait pas cessé de harceler de conseils impatients leur gardien. Cela faisait toujours deux qu'on pouvait éliminer de la liste des potentiels suspects, pensa le jeune homme, pas tout à fait soulagé malgré ce fait évident. Il ne supporterait pas qu'un type aussi consciencieux puisse être à l'origine d'un tel acte.

    « J'ose espérer qu'il ou elle ne l'a pas fait exprès, ajouta-t-il d'une voix discrètement amplifiée par un sort, afin de paraître plus imposant que d'habitude, car il ne voulait pas croire qu'un Poufsouffle, un membre de sa maison, puisse faire une chose pareille. Alors ? »
Justin était trop fier, et se sentait aussi tellement déçu par la lâcheté de ce geste (Helga, même lui ne serait pas allé aussi loin pour le simple plaisir d'embêter les Serpentards ! Du moins, pas de sang-froid) qu'il ne voulait absolument pas faire appel à un professeur pour régler le problème. Tant pis pour le coupable...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tough girl in the fast lane, tough girl whose soul aches

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ex-Serpentarde ; étudiante en journalisme ; assistante à la Gazette.
ϟ AVATAR : AnnaSophia Robb


ϟ LIENS : Smile, the worst is yet to come.

[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Lun 19 Mai 2014 - 17:37

If you think

THIS has a happy ending,
you haven't been paying attention


Sybella se refusa à tout commentaire supplémentaire quant à son comportement suspect. Elle n'avait aucune envie de donner matière à Finch-Fletchley de se moquer. C'était lui délivrer un bien trop beau trésor que de lui montrer que les intérêts de certaines de ses camarades, et surtout ceux de Gaya, pouvaient lui tenir réellement à cœur. Comme il était plus facile d'être une garce au sang froid !

La discussion aurait pu s'arrêter là. Fletchley, avec un peu de chance et beaucoup d'espoir, serait retourner faire joujou avec les amateurs de son équipe et tout aurait tranquillement repris son cours. Il semblait que Merlin ou une autre entité en avait décidé autrement. Cette fois-ci, ce fut Gaya, dont la réactivité ne surprendrait jamais assez son amie, qui sauva leur peau in extremis de la collision bruyante et douloureuse avec un Cognard lancé à toute allure sur leur direction. Celui-ci fut dévié à temps par un sortilège habilement jeté, et la balle de disparaître définitivement.

Si Justin était tout perturbé et balbutiait, Gaya elle ne disait pas un mot, ce qui n'était pas franchement bon signe, loin de là. Sybella lui accorda un regard mêlé de prudence et d'inquiétude, même si bien vite elle aussi sentit la fureur gonfler dans ses entrailles. Les blaireaux allaient trop loin, une correction digne de ce nom s'imposait pronto !

L'homme de notre situation pensa bien faire en se montrant menaçant. Mais ça ne marcherait certainement pas, inutile d'avoir ses ASPICs pour le deviner. La blonde dévisagea Justin comme si c'était la première fois qu'elle le voyait véritablement. « Comment peux-tu être aussi naïf. » murmura t-elle d'une voix blanche, incrédule. « EVIDEMMENT qu'ils l'ont fait exprès ! » La colère resurgit comme un geyser inattendu et dans ses yeux se formait une tempête agitée, imprévisible. Plus douce que jamais - et de ce fait plus effrayante encore que dans ses mauvais jours -, la Serpentarde poursuivit à l'adresse du Poufsouffle uniquement. « Mais pour une fois Finch-Fletchley, tu ne te retrouves pas totalement du mauvais côté de la barrière, et puis toi et moi savons très bien que seul un batteur aurait pu envoyer un boulet pareil sur nous. » Tout ceci ne présageait rien de bon, et Gaya comme Justin connaissaient chacun suffisamment Sybella à leur manière pour sentir que celle-ci avait un coup retors en réserve pour punir à juste titre l'imbécile responsable de tout ça. « Mais voyons voir si tes copains me prennent pour une bille ou s'ils vont être sages. »

A son tour, l'irlandaise éclaircit sa voix et en augmenta magiquement le volume, pour s'adresser intelligiblement à l'assemblée jaune et ébène. « Ok alors maintenant laissez-moi vous prévenir. Si celui ou celle qui a fait ça ne se dénonce pas très rapidement, c'est à dire dans dix secondes, je promets de faire des jours qu'il me reste à passer dans cette école avec vous un enfer vivant. » Ca, tout le monde le croyait bien volontiers. Son regard glissa sans hésitation dans la direction du grand brun à leurs côtés, un pli peu amène froissant sa bouche. « Et contrairement à certains, je fais ce que je dis. » Coucou Justin, on parle de toi apparemment ! Oui, elle n'avait pas pu s'empêcher.

Un silence de mort venait d'envahir le stade de Quidditch. Visiblement l'annonce commune de notre trio de tête avait tué dans l’œuf toute volonté de rébellion ou de moqueries. Ils n'en menaient pas large et ça se voyait rien qu'à leur allure tout à coup bien moins affirmée. Pour autant pas un ne prononça un mot pour leur défense. Syb' poursuivit avec un calme trop olympien pour être honnête. « Je suis gentille, je vais compter pour vous aider. Dix, neuf, huit- » Les joueurs de l'équipe immobiles faisaient du surplace, les plus anxieux commençant à échanger des regards discrets. « Sept, six, cinq » Inexorablement, le décompte se poursuivait et Sybella ne semblait pas le moins du monde affectée par l'éventualité d'en mettre quatre ou cinq par terre la tête dans le gazon pour continuer l'amusette. Le capitaine avait l'air de brailler quelque chose à l'adresse de ses comparses mais Syb' n'entendait rien. « Quatre … Trois ... » Sa main se posa délicatement à l'endroit exact où se trouvait sa baguette magique. Un petit sourire carnassier naquit à la commissure de ses lèvres. « Deux ... » Ses doigts s'étaient refermés sur le bois et si les joueurs de Quidditch ne le voyaient pas encore, Gaya et Justin étaient aux premières loges pour la voir à la fois jubiler d'avance et frémir de colère. La lueur dans son iris semblait chantonner « Expelliarmus, Jambencoton ou Crache-Limaces ? ». « Un ... » paracheva t-elle, redressant sa baguette magique, la tension atteignant son paroxysme alors que le capitaine des Poufsouffle était de plus en plus occupé à menacer ses coéquipiers d'avouer leur crime – si crime il y avait eu -.

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
© okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: le Seigneur est quelqu'un de bien. Crois-moi.

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentard - Mangemort - Professeur Stagiaire en Potions.
ϟ AVATAR : Bryden Jenkins
Let's pray our Lord.

ϟ LIENS : First, I cam here to introduce myself. and then I made friends. And ennemies.


    Première rentrée en tant que Professeur Stagiaire de Potions.




[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Lun 19 Mai 2014 - 23:06

It's not even funny

stop it now
and get out of my face.


Ses yeux étaient sombres. Ses oreilles bourdonnaient. Sa tête tournait. Ça allait mal terminer, tout ça. Gaya en était sure. Quelqu'un avait voulu, et délibérément, les tuer - ou du moins, les amocher. Mais pour la verte et argent, le message était plutôt clair : Syb et elle n'étaient pas les bienvenues sur le terrain pendant leur entraînement. Oh, dommage. Elle commençait à s'amuser. Alors que son corps tout entier tremblait de rage, elle entendit la voix de Justin retentir au loin, par dessus le bourdonnement sourd. Il articula des paroles un peu floues, mais Gaya cru comprendre qu'il hurlait à l'attention de ses coéquipiers. Est-ce qu'ils prenait leur défense ? La jeune femme, quasiment bouche bée, avait simplement cligné des yeux, comme ahurie. Personne n'avait l'air de vouloir répondre, et les paroles de Sybella qui suivirent firent l'effet d'une bombe en elle : il y avait donc deux batteurs dans une équipe. Et ce sont eux qui s'occupent de frapper dans les... connards ? Cognards. Donc, Justin étant en leur présence depuis plusieurs minutes, il lui était impossible de l'avoir fait. Il fallait donc trouver le deuxième. Son cœur battait dans ses tempes, jusque dans ses doigts et dans sa poitrine. La jeune femme mit un temps. Il lui était impossible de trouver à quoi ressemblait un batteur. Alors, instinctivement, elle se tourna vers Finch, qu'elle toisa d'un regard pas très amical. Mais ça, elle n'en avait rien à faire. Hm, des protèges tibias. Un pantalon blanc. Gaya reporta ensuite son attention sur les joueurs et OH miracle, il était évident désormais à ses yeux que c'était cet imbécile, à califourchon sur son stupide balais.

Sa meilleure amie était en train de faire un décompte qui était encore inconnu au bataillon de Gaya. AH SI, elle attendait que quelqu'un se dénonce. Oh mais attends Syb, Gaya a trouvé. La jeune Lalaith se passa la main dans les cheveux plusieurs fois, s'humidifiant les lèves une cinquantaine de fois, et faisant les cents pas. C'était peut-être le bon moment. D'un seul geste, alors que son amie venait d'annoncer la fin du décompte, elle posa sa main sur sa baguette, l'abaissant doucement. A son tour, elle amplifia sa voix d'un coup de main, s'adressant enfin aux blaireaux.

    - Sybella, elle est gentille. Elle vous a fait le décompte. J'ai pas besoin de compter, je sais que c'est toi, là-bas, elle pointa un long doigt blanc comme de l'ivoire vers le jeune homme à lunettes, le seul batteur restant. Il fit l'étonné, jetant un coup d’œil à ses amis. M'oblige pas à utiliser la force..., avait ajouté Gaya, libérant son avant bras gauche. Pas besoin de vous faire un dessin : elle avait dévoilé publiquement sa marque des ténèbres. Et non, elle ne l'avait encore jamais fait. T'as déjà subis un Doloris ? avait-elle murmuré, plus à soi-même qu'à l'attention du batteur. ACCIO L'ESPECE D'ORDURE !


Elle avait pointé sa baguette en direction du blaireau, et contre toute attente, le sortilège d'attraction fonctionna. Il fut comme aspiré vers elle, toujours sur son balais, et avait atterrit en vrac, sur le sol des gradins, à leurs pieds. Elle avait posé un pied sur lui, à terre, comme pour le ridiculiser. A vrai dire, quand Gaya pète un plomb, il est quasiment impossible de l'arrêter. Et ceux qui la connaissent n'osent même pas. Prends garde, Ô toi qui désire la stopper dans sa folie vengeresse. Elle porta ensuite une main au médaillon qu'elle portait autour du cou, ferma les yeux, et leva la tête, la baguette rivée vers le blaireau au sol. Elle se mut en une prière muette au Seigneur. Elle avait besoin que quelqu'un la remette sur la voie de la raison, et si une personne en était capable, c'était bien lui. Après un court moment de silence, elle se pencha enfin.

    - T'as de la chance, le Seigneur ne me conseille pas de tuer, ni même de te toucher. Par contre, je ne peux rien te promettre de la part de Sybella. Désolée.



Et le pire dans tout ça ? C'est qu'elle paraissait réellement désolée, retirant son pied, et rangeant sa baguette dans sa manche, la tête penchée, le regard toujours aussi sombre.


_________________
    let me introduce you...
    to my lonely world.
    code broadsword.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : Ancien élève de Poufsouffle, il espère atteindre le sommet de la pyramide sociale en devenant un homme d'affaires important.
ϟ AVATAR : Tyler Posey
Happy Banana Day

ϟ LIENS : So come with me, where dreams are born, and time is never planned. Just think of happy things, and your heart will fly on wings, forever, in Never Never Land!

[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Ven 23 Mai 2014 - 19:02

I can't imagine

You're one of them
And my friend too


Elle le toisait, Sybella Tyrel, la peste, la vipère, la sombre petite idiote qui se moquait de sa foi naturelle en sa Maison. Elle le toisait, le traitait de naïf et elle n'imaginait pas à quel point il se trouvait désarçonné, à être du "mauvais côté de la barrière", comme elle disait avec une simplicité presque insultante. Il ne voulait pas être du mauvais côté de la barrière. Il voulait brandir sa batte comme une arme de guerre et crier MORT AUX SERPENTARDS jusqu'à ce que les retenues s'abattent sur son dos, jusqu'à ce que sa voix se brise, jusqu'à ce qu'il s'écroule, mort de rire, sur la pelouse du terrain de Quidditch. Car c'était ce qu'il avait toujours fait, ce qu'on lui avait appris, ce qu'il avait fini par retenir. On aurait presque dit que Sybie-la-Folle s'amusait, à lui prouver qu'il avait eu tort depuis le début. On l'avait fait exprès. On avait failli les tuer, et ce n'était pas un accident. Parce qu'ils discutaient.

Elle a l'air gentille, Sybella, à parler d'une voix douce comme du poison. Justin sent le piège, il le connaît par cœur. Il se souvient de la dernière fois où il a eu la malchance d'entendre ce timbre mélodieux siffler à son oreille. Il se rappelle surtout de la façon dont cette histoire s'est terminée. On apprend vite la méfiance, avec une ennemie comme Sybella Tyrel, c'est une excellente professeure en matière de coups bas.

    « C'est ridicule, ne peut-il s'empêcher de prononcer d'un ton sceptique. Je sais que ça paraît évident, parce que ça l'est, mais qu'est-ce que tu comptes faire de plus, à part graver son visage dans ta mémoire en or et verser de l'acide dans son sac de cours ? Tu as déjà bien assez d'un Poufsouffle casse-pied à harceler comme ça, tu ne penses pas ? »
Instinct de protection ou jalousie ? Nul n'aurait su le dire.
    « Laisse tomber. Tu as l'air d'une vieille sorcière. »
Comment ça, il ne tenait pas ses promesses ? Justin aurait pu encaisser l'insulte, si elle n'avait pas été accompagnée d'une menace. Hargneux, il réplique :

    « T'es sûre que tu confonds pas avec toi, là ? »
Et Tyrel qui commençait à compter, comme si tout cela n'était qu'un jeu destiné à divertir son esprit tordu de Serpentarde ! Pour avoir eu la chance de tester en exclusivité le répertoire de sortilèges de cette folle de Sybella, Justin devine à l'avance les noms qui dansent sous son épaisse chevelure blonde. Instinctivement, il s'écarte. C'est un réflexe, une méthode de survie. Il prie pour que la loyauté légendaire des Poufsouffles force le coupable à se dénoncer. Il ne se dénoncera pas. Ses poings se crispent, il se prépare à intervenir mais il se tait.

Parce que Gaya le regardait.
Gaya le regardait, et ses yeux étaient noirs d'une émotion qu'il ne connaissait pas, qu'il n'avait encore jamais eu l'occasion de rencontrer chez elle. Cette noirceur, Justin décida qu'il ne l'aimait pas. On aurait dit qu'elle ne le voyait pas, qu'elle ne voyait rien d'autre que les contours d'une vengeance incertaine, mais indispensable. C'était davantage qu'une simple histoire de gamins ; on avait réveillé quelque chose au fond de Gaya, que les rumeurs décrivaient étonnamment bien. Une certaine folie, une certaine lueur au fond de son regard, qui dérangeait Justin, qui le mettait mal à l'aise. Ce n'était pas la Gaya qu'il connaissait. La Gaya qu'il connaissait était une jeune fille qui souriait et parlait du Seigneur avec une foi attendrissante. Cette Gaya-là, il ne savait pas où elle s'était envolée. Il ne savait même pas si on pouvait la ramener. Cette Gaya-là, elle avait cédé la place à une jeune fille en colère, qui levait sa baguette d'un air menaçant et ne voyait pas où était le mal. C'était une autre dimension que ses engueulades habituelles avec Sybella.
Lorsqu'elle relève sa manche, il croit mourir. Gaya, elle signe innocemment la fin d'une époque et Justin se rappelle des yeux jaunes qu'il a croisé une fois dans les couloirs de l'école, à travers la silhouette d'un certain fantôme. Pétrifié. Il aurait pu mourir. Parce qu'il était né ailleurs que là où il aurait fallu. Le hasard était son meurtrier, et Gaya son bras armé. Sa marionnette entre des mains froides et promptes à la sentence.

Mangemort.
Est-elle devenue folle ou l'a-t-elle toujours été ?
Faisait-elle semblant d'être son amie ou ses sentiments étaient-ils sincères ?

Justin réagit à une vitesse ahurissante pour quelqu'un qui vient de découvrir que l'une de ses amies les plus précieuses fait partie d'une secte qui réclame sa mort comme une chose bénéfique. Le mot Doloris résonne encore à ses oreilles qu'il s'interpose entre Gaya (GayaGayaGaya, où-es tu passé ? qu'il songe, ahuri, choqué) et le malheureux batteur. Sans prêter la moindre attention aux menaces de mort dont la jeune Lalaith l'abreuve sans penser aux conséquences, il le relève d'un geste rassurant, avant de lui assener un Oubliette étonnamment fluide et correct. Le sortilège s'imprime dans sa mémoire, et le jeune homme répète l'opération avec l'ensemble de l'équipe, trop stupéfaite pour réagir. Ses mouvements sont empreints d'une retenue surprenante pour quiconque le connaissant. Justin est en colère. C'est une colère plus mature que ses caprices d'adolescents, moins difficile à comprendre, aussi. D'un geste autoritaire, il les entraîne toutes deux à l'écart, là où personne ne risque de les suivre et de les entendre.

    « Tu le savais ? crache-t-il en direction de Sybella. Sois honnête pour une fois dans ta putain de vie, Tyrel ! Tu ne peux décemment pas ignorer que ta meilleure amie est une Mangemorte ! »
Ce doit être suprenant pour Sybella d'entendre Justin utiliser son nom de famille, parce que le Poufsouffle se montre toujours familier, même avec ses ennemis.
    « Bon sang ! Je... D'accord. Restons calmes. »


C'est une piètre tentative pour rester maître de lui-même, parce qu'au fond, Justin est terrorisé. Il est terrorisé par la perspective de perdre Gaya. Il est terrorisé par l'idée que rien ne sera plus jamais comme avant. C'est un songe terrifiant, quand on y pense. Il crève de trouille mais il veut la vérité. Car dans ce monde aux apparences changeantes, où une simple marque imprimée sur une chair laiteuse suffit à faire d'une jeune fille un potentiel assassin, la vérité, c'était tout ce qu'il restait à Justin.

    « Est-ce que tu réalises, Gaya ? Est-ce que tu réalises à quel point c'est grave ? Ce n'est pas juste une histoire d'attendre le Seigneur. Le Seigneur... (Justin éclate d'un rire bref, hystérique) C'est lui, n'est-ce pas ? Cette ordure... Je ne sais vraiment pas pourquoi je t'ai sauvé la mise. Je n'aurais pas dû... J'aurais dû les laisser te dénoncer et t'envoyer à Azkaban. Pourtant, tu... Tu es parfaitement au courant que je suis un Né-moldu. Un Sang-de-Bourbe (le mot roule sur sa langue comme un caillou) Ne me dis pas le contraire. J'ai été pétrifié en seconde année, et seuls les Nés-moldus avaient droit à ce traitement. Gaya, je n'ai qu'une question à te poser : est-ce que tu as envie que je meure ? Sois sincère (une pause) S'il te plaît. Je ne te dénoncerais pas. »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tough girl in the fast lane, tough girl whose soul aches

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ex-Serpentarde ; étudiante en journalisme ; assistante à la Gazette.
ϟ AVATAR : AnnaSophia Robb


ϟ LIENS : Smile, the worst is yet to come.

[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Sam 24 Mai 2014 - 10:29

Ladies do not start fights,

But they can
finish them


Gaya prit le relais, et cette fois-ci les choses suivirent un tournant bien moins enfantin que prévu.

Sybella ne pourrait jamais dire qu'elle s'y était attendue : on ne sait jamais réellement à quoi s'attendre avec Gaya Lalaith. Elle est comme ça, changeante, insaisissable, même pour ceux qui la côtoyaient de très près. Et là, elle n'était plus comme d'habitude. Elle était colère, de la tête aux pieds, tout en elle respirait la rage aveugle. Comme lorsqu'elle passait au travers de ces crises étranges, elle n'avait plus vraiment le sens de la raison et du bon sens : ce qui la poussa à commettre l'irréparable aux yeux d'une équipe de Quidditch entière, mais surtout, aux yeux de Justin Finch-Fletchley.

Les sortilèges fusèrent, mais Syb' resta de marbre face à cette profusion de magie. Alors que le batteur se retrouvait devant eux, à terre, la septième année ne se mit à clairement et physiquement réagir que lorsque sa compère menaça leur victime d'un coup de baguette bien moins innocent et surtout bien moins. Légal. Aussitôt, la blonde saisit le bras de son amie, la tirant légèrement vers elle. « Gaya, arrête ! » s'exclama t-elle d'une voix qui manquait de colère mais qui sonnait comme un appel à l'ordre irrévocable. « C'est bon, laisse. Laisse tomber, s'il te plaît. Il n'en vaut vraiment pas la peine. Calme-toi, c'est juste un débile profond ... » continua t-elle, plus basse, plus chuchotante ; c'était une façon d'apaiser le mal comme on chasse un cauchemar de l'esprit d'un enfant. Ce n'était pas la première fois que Sybella devait s’accommoder de ce rôle.

Mais là, c'était plus grave. Elle avait révélé sa nature véritable en public. Justin avait eu la présence d'esprit d'ensorceler le restant de ses camarades pour conjurer le secret, mais cela ne changeait rien au fait que lui, il était au courant. Prises à part, les deux vertes et argent n'avaient pas besoin de beaucoup de détails pour sentir le vent tourner : elles n'étaient vraiment, vraiment pas en bonne posture.

La première attaque fut pour elle, bien sûr, mais elle ne cilla presque pas. « Oui, je le savais. » répondit l'irlandaise d'une voix atone, plantant son regard dans celui du Poufsouffle. Ses yeux, sans qu'on distingue vraiment bien quoi, en disaient plus que sa bouche, qui elle, n'avait jamais été très coutumière de la franchise. « Ca change quelque chose, peut-être ? » Ne me fais pas rire, Finch-Fletchley. pensait-elle avec une lassitude agacée. Si elle n'avait pas su, il l'aurait sans doute taxée d'aveugle ou d'idiote. Qu'elle le sache, c'était accepter ça, et soit, ce n'était pas mieux : c'était pire. C'était qu'elle, Sybella Maitilde Tyrel, cautionne les actes d'une Mangemorte. Rien d'étonnant après tout, puisqu'elle restait techniquement fidèle aux idéaux qu'elle prônait : supporter les choses les plus impardonnables, tolérer l'inadmissible.

Mais en réalité, Sybella ne le faisait pas de gaieté de cœur. Depuis que Gaya avait rejoint le camp des partisans de Voldemort, l'irlandaise n'avait eu de cesse de retourner l'angoissante nouvelle dans tous les angles. Si sa meilleure amie l'était, pourquoi pas la rejoindre à son tour ? Pourquoi ne pas arrêter de déblatérer sur l'impureté des nés-moldus et passer aux actes, s'affranchir, rentrer dans le rang une bonne fois pour toutes ? L'option semblait tomber sous le sens en dépit de l'impureté de son sang, qu'elle cachait aux yeux de presque tout le monde. Mais pour ça, il lui fallait ce courage fou, insensé, diabolique de s'affirmer : et il lui faisait défaut. Trop peureuse pour oser se faire marquer l'avant-bras à vie du symbole révélateur, la jeune fille préférait se réfugier derrière des semblants d'idéaux qu'elle faisait mine d'approuver, tout simplement parce que c'était ce qu'il y avait eu de mieux à faire pour s'intégrer au départ. Avec le temps, les choses étaient devenues faciles à faire croire. A un tel point que Syb' avait même fini par en vouloir à son père d'être ce qu'il était réellement : un moldu. Elle croyait elle-même à ses propres mensonges. Ce n'était pourtant pas si grave, au départ. C'était même tellement peu important.

Et puis il y a quelques mois, en secret, elle avait rejoint la SEPPOM. Le Ministère l'avait approchée, et elle avait accepté. Au-delà de l'assurance - peut-être fausse - d'être à l'abri des enquêtes ministérielles, Sybella avait toujours pensé que c'eut été un bon moyen de menacer les autres, de leur faire peur, mais aussi de protéger ceux à qui elle tenait. Les personnes comme Gaya, qui auraient pu voir se finir leur vie trop courte derrière les barreaux. Quand bien même sa meilleure amie avait fait des choix bien regrettables, Sybella ne pouvait stupidement pas se résigner à ce qu'elle les assume seule. Elle se devait de la protéger au mieux qu'elle pouvait, jusqu'au jour fatidique où elles seraient hors de ce château.
Mais qui comprendrait ça ?

Au beau milieu du règlement de compte dont elle s'était inconsciemment isolée, la Serpentarde se sentit soudain de plus en plus étrangère à ce qui se disait. Justin, lui, paraissait profondément changé : il était descendu de son piédestal d'emmerdeur arrogant et avait presque l'air d'être déçu, chamboulé, blessé. Ca n'aurait pas du provoquer grand-chose dans l'inconscient de Syb', qui aurait pu se mettre à taper du pied et dire à son amie « Bon, on se tire ? » ; pourtant voir son ennemi aussi sérieux et aussi dérouté avait de quoi la surprendre. Gaya avait réussi à mettre en déroute Justin en moins de temps qu'il n'en fallait pour dire Souafle. C'était en partie un de ses talents, même si pour le coup le Poufsouffle aurait bien préféré s'en passer, l'expression sur son visage confirmant l'idée générale.

« Gaya, si tu veux qu'on y aille ... » La jeune danseuse fouilla le regard de sa consœur en quête d'une approbation, même mensongère. Il ne fallait vraiment pas qu'ils s'embarquent là-dedans. Après tout la Serpentarde n'avait aucun compte à rendre au jeune homme. Ce qui lui était arrivé il y a des années de ça n'était pas du ressort de sa camarade, et quand bien même elle aurait voulu changer les choses, ce qui était fait était fait. Quant à savoir ce que sa meilleure amie pensait du sort réservé aux nés-moldus ou aux sang-mêlés, Syb' se sentit nauséeuse rien que d'y penser ; aussi croisa t-elle les bras, attendant que la concernée fasse les choix qui s'imposaient.

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
© okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: le Seigneur est quelqu'un de bien. Crois-moi.

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentard - Mangemort - Professeur Stagiaire en Potions.
ϟ AVATAR : Bryden Jenkins
Let's pray our Lord.

ϟ LIENS : First, I cam here to introduce myself. and then I made friends. And ennemies.


    Première rentrée en tant que Professeur Stagiaire de Potions.




[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Sam 24 Mai 2014 - 13:39

Please stay

don't be afraid
i need you..


Justin avait prit un ton qui se voulait autoritaire, décisif, mais surtout, tout au fond, il était touché, chamboulé, perdu, et déçu. Gaya, malgré sa colère foudroyante, pouvait le sentir. Elle pouvait lire dans les yeux de Justin comme dans un livre ouvert. La jeune femme avait retenu son souffle lorsque son ami lança un majestueux Oubliettes aux membres de son équipe. C'est peut-être à ce moment là qu'elle se rendit compte de son geste déplacé. A deux doigts de craquer, sa main soutenant son bras gauche comme s'il était devenu trop lourd, Gaya manquait d'air. Sous la colère, sous le sentiment de vengeance qui la consumait de l'intérieur, elle s'était dévoilée au monde extérieur. Elle avait montré sa marque. A tout le monde, comme si c'était normal. Elle se souvient même avoir été à deux doigts d'y coller sa baguette, histoire de rameuter Bella et sa meute. Elle avait été à deux doigts d'hurler un Morsmordre, sa baguette pointée vers le ciel. Elle avait été à deux doigts de faire tuer un innocent, et de passer sa vie à Askaban.

Il l'avait attrapée par le bras, pas d'une façon menaçante, mais plutôt du genre " Tas pas le choix, suis moi. " Il les avait emmenées dans un endroit plus reculé, à l'abri des regards. Et contre toute attente, c'est envers Sybella qu'il écuma de rage. Elle avait articulé un audacieux " Oui, je le savais. " suivi d'un " Ça change quelque chose peut-être ? " Oui, Sybella. Ça changeait presque tout à leur histoire. Gaya avait baissé sa tête, soutenant toujours son avant bras qui semblait peser des tonnes, tout comme les décisions qui découlaient de ce tatouage dont elle était si fière. Mais tout à coup, c'était trop sur ses épaules. Comme si finalement, elle n'avait jamais été capable de telles choses. Comme si malgré tout, elle se fichait du sang des sorciers.

Et elle s'en fichait vraiment. Le père de Sybella était un moldu. Justin était un Sang-de-Bourbe. D'autres de ses amis étaient d'un mélange de sang original. Elle même n'avait aucune idée de la pureté de son sang. Elle avait été adoptée à son plus jeune âge, et se plaisait à s'autoproclamer Sang-pur. Ce qu'elle n'étais peut-être pas, au final. Qui sait ?

Le jeune Poufsouffle prit soudain un air des plus sérieux, une voix grave comme à l'annonce d'un décès à un gamin de cinq ans. Il avait courbé son dos, de sorte à s'approcher de Gaya, le plus possible. Elle pouvait sentir sa rage écumer de ses prunelles gourmandes. Il se mit à cracher un flot immense de paroles, si bien que la jeune Serpentard s'était perdue. Elle avait capté quelques mots comme : Seigneur - il avait rigolé en apprenant ENFIN à qui elle faisait réellement références -, ordure, dénoncer, Askaban - elle avait frissonné - Sang-De-Bourbe. Gaya relève enfin ses prunelles sombres, dilatées de rage, relâchant enfin son avant bras. Oubliant quasiment ce qui venait de se passer quelques secondes plus tôt. Elle pouvait entendre au loin l'entraînement qui avait reprit, le plus normalement du monde. Justin lui avait posé une question. Nette, claire, précise. Et alors qu'elle tortillait ses doigts en quette d'une réponse aussi claire que l'était la question, c'est Syb' qui prit la parole.

    - Non. On reste ici. J'ai fais des choses dont je suis peu fière. J'ai besoin d'en mettre d'autres au clair avec lui - elle avait parlé comme si Justin n'était pas là, pourtant, ses yeux étaient comme en pleine fusion avec les siens. Des perles salées pointèrent au creux des yeux de la jeune femme, pourtant, elle s'y donnait corps et âmes pour ne pas qu'elles roulent. Mais ce fût plus fort qu'elle, alors qu'elle clignait des paupières pour se concentrer, elles s'étaient détachées naturellement. Gaya les chassa avec sa manche de robe. Non, je ne veux pas que tu meurs. Loin de là. - elle renifle bruyamment, comme une enfant. Je me souviens de notre deuxième année.. Elle baisse les yeux. Elle n'arrive toujours pas à digérer, ni à parler de cet événement. Crois moi, je ferais tout ce qui est en mon possible pour te protéger. Quitte à mettre ma vie en danger, où ma place dans leurs rangs. Vous êtes peut-être la seule chose de positif qui me soit arrivée ici.


Elle mit un instant, se stoppa. Jamais auparavant elle ne s'était autant dévoilée. Jamais. C'était réellement trop en si peu de temps pour Gaya, qui sentit ses jambes défaillir. Elle s'appuya doucement sur l'avant bras de Justin, faisant passer sa faiblesse physique par une simple envie de reconnaissance. Avec un peu de chance, ça passerait comme une lettre dans une volière. Et avec une toute petite voix, faible, presque cassée d'avoir hurlé, elle reprit.

    - Ne me dénonce pas, Justin. Et même si tu le fais, je ne t'en voudrais pas. Mais par pitié, laisse moi simplement me rattraper. Laisse moi une chance.




_________________
    let me introduce you...
    to my lonely world.
    code broadsword.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : Ancien élève de Poufsouffle, il espère atteindre le sommet de la pyramide sociale en devenant un homme d'affaires important.
ϟ AVATAR : Tyler Posey
Happy Banana Day

ϟ LIENS : So come with me, where dreams are born, and time is never planned. Just think of happy things, and your heart will fly on wings, forever, in Never Never Land!

[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Sam 24 Mai 2014 - 23:03

I can't imagine

You're one of them
And my friend too


Il ne savait pas comment ils en étaient arrivés là. Justin avait voulu faire une mauvaise blague. Justin n'avait pas vu la perfidie de ses coéquipiers. Surtout, Justin n'avait pas su prévoir la réaction de Gaya. Qui le pouvait, de toute façon ? Il s'était laissé avoir et maintenant, il ne contrôlait plus rien. Une montagnes d'incertitudes jaillissaient sous son crâne et sa seule alliée potentielle en ces lieux et en ces circonstances n'était autre que Sybie-la-Vipère. Autant dire tout de suite qu'il n'avait pas d'allié potentiel. Il ne pouvait compter que sur lui-même et son comportement, qu'il espérait adapter rapidement à la situation sans faire trop de faux pas.

Sybella était au courant. D'une manière ou d'une autre, il aurait dû s'en douter. C'était tellement prévisible ! Il se sentait déboussolé, dérouté, déconcerté et il ignorait comment se détacher de ce sentiment de honte et de déception. Il n'aurait jamais cru ça possible ; et pourtant, ils n'étaient plus des enfants. Ce genre de choix devenait inévitable à partir d'un certain moment dans la vie. Ce moment était arrivé. Sybella et Gaya avaient choisi. Entre les deux, Justin n'avait plus qu'à se débrouiller. Il n'avait plus qu'à assumer son insouciance et à s'accommoder de leurs exigences. Mais de quelle façon réagir, quand une nouvelle dimension s'ajoute à la haine ? Il ne voulait pas blesser Gaya. Mais il ne voulait pas non plus sacrifier ses disputes d'adolescents avec Sybella.
Justin Finch-Fletchley était un abruti égoïste qui ne voulait pas grandir.

    « Tout, ça change tout, idiote. Crois-moi, je suis parfaitement conscient que tu es une petite Sang-Pure jusqu'aux bout des ongles et tu penses que tu ne risques rien, ou pas grand-chose. Mais tu oublies le Ministère. La SEPPOM. L'Ordre du Phénix. Les gens en général. »
Avec une horreur stupéfaite, Justin réalisa que c'était la première fois qu'il osait aborder ce sujet ailleurs qu'entre les quatre murs chaleureux du bureau du Pr Delpech.
    « Je t'imaginais plus soucieuse de toi-même, Sybie. »


C'était le retour du surnom. Inconsciemment, Justin était revenu à son habitude, signe qu'il commençait à accepter l'idée que Gaya était une Mangemorte, que Sybella l'avait toujours su et qu'il avait été assez bête pour croire que le Seigneur n'était pas autre chose que ce Dieu dont ses parents louaient les qualités chaque dimanche à la messe. Avec la découverte de ses pouvoirs, Justin avait abandonné la religion mais il n'avait pas abandonné l'idée que quand les gens disaient "Seigneur", ils ne parlaient peut-être pas de Jésus, de son père à la nature divine ou de son armée d'anges aux noms chantants.
Lorsque Sybella suggéra de s'en aller, Justin sursauta avec une violence inattendue et fut soulagé d'entendre Gaya refuser la proposition de sa meilleure amie, aussi idiot que cela puisse paraître. Cela ne l'empêcha pas de l'apostropher méchamment :

    « Vous. Restez. Ici. Toutes les deux. N'essaie pas de fuir, Sybella. Ne songe même pas à me lancer un sort, se dépêcha-t-il d'ajouter en agitant sa baguette d'un air plus informatif que menaçant. Tu n'as pas le niveau face à un adversaire qui s'attend à recevoir un quelconque sortilège. Aucun de nous ne l'a ici. Nous ne sommes pas des sorciers expérimentés. Bon sang, nous sommes majeurs depuis moins d'un an ! Chez les Moldus, je ne suis même pas censé prendre de décisions à la place de mes parents. » En évoquant ses parents, la gorge de Justin se noua. Ses parents. Ils ne risquaient pas de comprendre. « Peu importe le moyen que tu penses employer, tu ne peux pas te débarrasser de moi. Je l'ai vue. Sa marque. »


La marque de Gaya. Une preuve suffisante pour donner le droit à tous les Aurors du monde de l'abattre à vue. Elle continuait de le regarder, et il continuait de soutenir son regard comme si cela pouvait changer quelque chose à la situation. Gaya pleurait ; elle pleurait et Justin ne parvenait pas à se dire que c'était de sa faute. Il ne parvenait pas à penser que c'était la faute à quelqu'un, il songeait juste à quel point cette époque était pourrie. Cette époque qui forçait des adolescents à faire des choix innommables. Les mots de son amie le rassurèrent ; elle allait lui expliquer. Il allait pouvoir comprendre, ou tenter de comprendre. "Crois-moi, je ferais tout ce qui est en mon possible pour te protéger. Quitte à mettre ma vie en danger, ou ma place dans leurs rangs. Vous êtes peut-être la seule chose de positif qui me soit arrivée ici." Justin n'était pas touché, non, il était détruit. Comptait-il à ce point pour elle ? Considérait-elle vraiment que Sybella et lui étaient les seuls pour qui elle avait de l'importance ? Il sentit la main légère de Gaya s'appuyait sur son avant-bras, et sans qu'elle puisse avoir la moindre chance de lui échapper, il la soutint fermement, mais avec une douceur inexplicable. Elle semblait sur le point de défaillir, il n'avait pas pu s'en empêcher. Puisqu'il était encore trop chamboulé pour modérer ses propos, il faisait passer toute son attention dans ses gestes. Sans la lâcher, il rétorqua simplement :

    « Je ne suis pas celui qui a besoin d'être protégé ici. »

Pour Justin, c'était la vérité. Il n'avait pas besoin d'aide. Il était celui qui était censé offrir la force de ses bras, le pouvoir apaisant d'un sourire. Il était un Poufsouffle. Il était la somme de rencontres inoubliables qui, petit à petit, effaçaient les dernières traces de son éducation basée sur l'intolérance et la méfiance. Il ne voulait pas des promesses de Gaya, il voulait qu'elle aille bien. Tout simplement.

    « Tu veux une chance de te rattraper ? Explique-moi. Explique-nous, bien que je me doute que Sybella en connaisse déjà les raisons. Pourquoi tu les as rejoints, pourquoi tu continues de rester à leurs côtés. » Le regard pesant de Sybella le força à se retourner. Toisant la Serpentarde d'un air vexé presque comique, il s'empressa de dire : « Quoi, tu as peur que je la dénonce ? Je ne le ferais pas. Pourquoi, je ne sais pas mais je ne le ferais pas. Tu veux une preuve ? Je suis prêt à faire un Serment inviolable s'il le faut. Nous sommes trois, c'est suffisant, non ? »
Le pire, c'est qu'il le pensait vraiment. À ce stade, il était prêt à faire n’importe quoi. N'était-il pas, après tout, d'une imprévoyance incorrigible qui le poussait à commettre des actes pas forcément louables ?


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tough girl in the fast lane, tough girl whose soul aches

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ex-Serpentarde ; étudiante en journalisme ; assistante à la Gazette.
ϟ AVATAR : AnnaSophia Robb


ϟ LIENS : Smile, the worst is yet to come.

[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Lun 26 Mai 2014 - 17:54

I know who you are

and I know
what you're feeling


Comment ça je t'imaginais plus soucieuse de toi-même ? C'était quoi ce ton désappointé et réprobateur ? Et depuis QUAND Justin Finch-Fletchley s'imaginait des trucs à son sujet ? La blonde sentit sa main la démanger : elle avait envie de le gifler, là maintenant tout de suite. « ... » Sa bouche s'était entrouverte, choquée, interdite : elle manquait de mots pour répondre convenablement à l'énigmatique répartie du Poufsouffle. « Tu … Peu importe. » acheva t-elle un brin hagarde et énervée, ses poings se crispant et se décrispant d'eux-même. Ca n'en valait absolument pas la peine.

Gaya se refusa à partir. Ca ne l'étonnait qu'à moitié : elle était moins trouillarde qu'elle quand il s'agissait d'assumer ses actes. Syb' ne bougea donc pas d'un iota à contre-coeur, respectant le choix de sa comparse ; ce qui ne l'empêcha néanmoins pas de pousser un cri d'exclamation offusqué à l'adresse de Justin-le-gros-Melon. Certes, il la connaissait bien, et certes, elle avait été vaguement tentée de le pétrifier ou d'envoyer valser sa baguette pour créer un effet de surprise et filer, mais inutile de jouer les hommes virils preneurs d'otage ! « T'es sérieux ?! Personne n'est obligé de rester ici, personne ne forcera personne à rester, encore moins toi ! T'as vraiment cru que t'allais nous séquestrer ici jusqu'à la fin des temps ? C'est n'importe quoi. » exulta t-elle avec la rage d'un lion affaibli qu'on venait de mettre en cage. « C'est n'importe quoi. » répéta t-elle plus bas machinalement, nerveusement, en se mettant à faire les cent pas. Car malgré tout le désaccord qu'elle s'obstinait à afficher, Sybella n'allait pas s'en aller sans son amie.

Elle n'aimait pas du tout ce qui se tramait là. Elle n'aimait pas voir Justin les mener à la baguette avec cet air autoritaire, menaçant et intransigeant. Il n'avait jamais eu cette autorité sur elles, et jamais il ne pouvait être concevable qu'il en soit autrement. Elle préférait mille fois passer le restant de ses jours à s'engueuler avec le Poufsouffle plutôt que de subir les larmes de Gaya. C'était intolérable qu'elle soit là, à pleurer, et que personne ne fasse rien pour elle. Syb' n'avait même pas de mouchoir pour elle. C'était une pensée stupide et amère. Et faute de pouvoir reporter la faute sur une entité réelle et responsable, la blonde se mit à accuser intérieurement le jeune homme face à elle de tous les maux du monde. Ca avait le mérite de passer le temps.

Du bout des lèvres, l'irlandaise finit par murmurer, apaisante. « Gaya. » Le seul moyen de lui rappeler qu'il fallait sécher ses larmes, qu'elle n'était pas seule, que si Finch-Fletchley lui en voulait, elle, elle ne lui en tenait pas rigueur. Quand elles étaient seules, elle n'avait aucun mal à être gentille. Là, c'était différent : elle se sentait trop oppressée pour vraiment soutenir sa camarade.

Évidemment, le calme ne durait jamais bien longtemps entre ces trois-là, et quand ce n'était pas elle-même qui soufflait le vent de la tempête, on pouvait compter sur le Blaireau pour prendre les rennes. Une fois n'était pas coutume, son courroux s'abattit sur Sybella, qui manqua de s'étouffer de rire alors qu'il allait jusqu'à envisager l'issue la plus fatale à leur problème. Sybella n'en crut pas ses oreilles. « Un Serment Inviolable, rien que ça. » souffla t-elle. Non seulement il racontait un tas de conneries, mais en plus il avait tout l'air de croire en ce qu'il disait. La Serpentarde s'avança vers le septième année d'un pas vif, et si elle se contenta de maintenir un mètre honorable entre eux, son regard ombrageux et son attitude auraient pu donner l'impression qu'elle enserrait le cou du jeune homme d'une poigne ferme. « Oh non, on en a pas besoin. Crois-moi, Justin. Si j'apprends que tu la balances, je préfère te tuer de mes propres mains. La mort par sortilège, c'est beaucoup trop facile. »

Libre à lui d'en rire ou de ne pas y croire : il la cernait suffisamment pour savoir lui-même prêcher le vrai du faux. Mais Syb' ne supporterait pas éternellement ce manège. Pour le reste ? Elle n'avait plus rien à dire. Tout ce qu'il fallait maintenant, c'était attendre que sa consœur se mette à table. Tout simplement. Contrairement à ce que Justin imaginait, la danseuse n'avait aucune réelle idée des motivations de la jeune Lalaith à avoir intégré les Mangemorts.

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
© okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: le Seigneur est quelqu'un de bien. Crois-moi.

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentard - Mangemort - Professeur Stagiaire en Potions.
ϟ AVATAR : Bryden Jenkins
Let's pray our Lord.

ϟ LIENS : First, I cam here to introduce myself. and then I made friends. And ennemies.


    Première rentrée en tant que Professeur Stagiaire de Potions.




[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Jeu 29 Mai 2014 - 15:23

I used to be normal

and one day
I gone insane


Deux paires d'yeux étaient rivées vers elle, et la fouillaient de l'intérieur. C'était déstabilisant, mais c'est ce qui motivait Gaya, à ce moment là. Parce qu'elle ne se sentait pas prête à en parler. A vrai dire, personne ne savait pourquoi elle avait rejoint leurs rangs. Au fond, savait-elle, elle-même, ce qu'elle y faisait ? Elle était sure de son amour pour le Seigneur et ce, depuis son plus jeune âge. Ça, c'était une évidence. Mais avec du recul, elle s'était surprise à apprécier des gens dont le sang était souillé, impur : pourtant, c'était une des règles primordiales des Mangemorts. Ce que Justin désirait, c'était des explications. Et il en aurait. Du moins, Gaya lui expliquera le strict minimum, histoire qu'il ne prenne pas peur, et reste avec elle.

Voir Justin Finch-Fletchley partir était la dernière chose qu'elle désirait.

Un serment inviolable ? Gaya connaissait assez bien les conséquences lorsqu'il était brisé. La mort, inévitable, au tournant, attend patiemment les personnes qui brisent ce contrat. Elle connaissait des personnes qui étaient morts d'une façon vraiment ridicule à cause de ça. Et elle ne voulait pas mettre sa vie en danger, ainsi que celle de ses amis en tenant une promesse avec Justin. Non pas qu'elle n'ai pas confiance -bien au contraire- mais si Justin est torturé et doit avouer sous la menace et la torture, alors ils mourraient tous les deux.

    - J'ai pas besoin d'un Serment Inviolable, Justin, avait-elle tranché d'une voix rocailleuse, la tête baissée. Je vais tout te raconter, tous vous raconter, elle avait levé les yeux vers Justin, finalement : parce que non, Sybella n'est pas au courant. Elle ne sait rien.


Comme si c'était vital, elle s'était rapprochée du jaune et noir, toujours attachée à son bras comme une moule à son rocher. Il était un peu le phare qui évitait à son navire de s'échouer. Elle était très proche de lui, si bien qu'elle pouvait sentir son souffle sortir de ses narines, venir caresser brutalement les mèches de ses cheveux qui tombaient devant son visage. Gaya planta son regard vert dans les pupilles gourmandes de son ami.

    - Promets-moi de ne pas me juger. Ne me juges pas, Finch-Fletchley. Elle avait utilisé son nom de famille en guise d'apostrophe : les choses étaient on ne peut plus sérieuses, et Justin le savait désormais. Mes choix sont miens, personne ne m'a poussé à devenir ce que je suis, sache-le.


Elle ne relâcha pas l'étreinte sur le bras de son ami, et s'était désormais tournée vers Sybella. Son amie, sa meilleure amie de toujours, celle qui ne l'avait jamais lâchée. Qui ne l'avait jamais traitée de folle, contrairement aux autres. Celle qui la supportait depuis des années, la protégeant parfois, même si Gaya prétendait ne pas en avoir besoin : les cafards qui s'amusaient à l'insulter de folle ne l’atteignaient pas. Pourtant, au fond, tout au fond dans un tout petit coin sombre du cœur de Gaya, quelque chose se détruisait chaque fois. Comme un minuscule elfe de maison meurtri, mal traité, sale et seul. C'est cette micro partie qui lui faisait énormément de mal, et la tout de suite, c'était comme si l'Elfe était sur le point de mourir.

A petit feu, elle mourrait à l'intérieur.

    - Mes parents en sont de même, avait-elle lâché subitement. A vrai dire, elle ne savait pas par où commencer. Le souffle court elle continua, et contre toute attente, c'est Sybella qu'elle fixait : depuis toute petite, je suis bercée dans cette ambiance festive où les Mangemorts sont des êtres comme les autres, des êtres humains avant tout. Ils ne sont pas tous mauvais, un sourire triste sur le visage. Gaya avala difficilement sa salive, se remémorant sa mère un instant. Anthy, ma mère, organise des fêtes chaque jours que le Seigneur fait. - pardon, pardon, pardon, martelait dans sa tête alors qu'elle jeta un regard inquiet vers Justin. Nous sommes des gens bien, nous ne faisons pas de mal. Je possède une famille heureuse, joviale et fière de ce qu'elle est. Nous nous aimons. Là, son regard pointait en direction de Justin, comme si indirectement, c'est à lui qu'elle s'adressait. C'est donc tout naturellement que je les ais rejoints, pensant être quelqu'un de bien, moi aussi. Et à vrai dire, je n'ai toujours pas vu le mauvais côté de ce que nous sommes. De ce que je suis.


Gaya essayait de faire remonter à la surface tous les bons côtés -les seuls, en fait. Ce qu'elle ne dit pas, c'est de quelle façon elle s'y est prise pour se faire respecter, poussée par sa famille : c'est à dire en tuant de sang froid une personne innocente, imposée par Bellatrix elle même.






_________________
    let me introduce you...
    to my lonely world.
    code broadsword.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : Ancien élève de Poufsouffle, il espère atteindre le sommet de la pyramide sociale en devenant un homme d'affaires important.
ϟ AVATAR : Tyler Posey
Happy Banana Day

ϟ LIENS : So come with me, where dreams are born, and time is never planned. Just think of happy things, and your heart will fly on wings, forever, in Never Never Land!

[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Sam 31 Mai 2014 - 18:20

Let's pray

In a strange way
It was expected


Justin avait envie de rire ; c'était nerveux. Durant une seconde fugitive, qui lui avait laissé le temps d'entrevoir sa mort, il avait stupidement cru que Sybella était déterminée à l'étrangler. Ce n'était peut-être pas qu'une idée mais l'honorable mètre cinquante qui lui séparait la rendait difficile à réaliser. Sans doute, non, bien sûr qu'il s'était emballé un peu trop vite mais c'était le genre de choses qu'un adolescent normal était censé faire. Ne pas réfléchir aux conséquences. Agir sans se soucier du caractère angoissant de la situation. De plus, Justin Finch-Fletchley ne savait pas ce que ça voulait dire, la demi-mesure. Sous son crâne brun et hirsute, c'était une expression débordante de lâcheté. Il était comme ça, inconscient et définitivement soumis à ses sentiments. À ses pulsions. En digne Poufsouffle, et en digne oiseau de malheur.
D'un simple pas en avant, il brisa la distance entre eux deux, entraînant Gaya dans le mouvement. C'était terriblement facile et tentant. De loin, on aurait dit trois conspirateurs en train de peaufiner leur dernier plan diabolique. De prés, il était évident que Justin s'amusait à se rapprocher de Sybella, parce qu'il était certain qu'elle n'apprécierait pas le geste. Il trouvait également la proximité plus satisfaisante car leur discussion était en train d'atteindre son apogée et il ne voulait pas que des oreilles indiscrètes captent les ultimes bribes de la confidence de Gaya.

    « T'avoir sur mon dos en permanence, c'est une perspective effrayante, marmonna distraitement le jeune homme à l'adresse de Sybella. C'est sûr que si je prends en compte pareille menace, je ne risque pas de dénoncer Gaya, comme tu sembles le craindre. »
Son sourire amusé, bien qu'empreint d'une certaine lassitude, suffisait à contredire son propos. Ce n'est pas parce qu'il craignait Sybella qu'il ne balancerait pas Gaya mais parce que son amitié avec la jeune femme était assez forte pour qu'il se sente capable d'exiger un compromis à sa conscience. Justin Finch-Fletchley venait de franchir le dernier niveau de l'incohérence, qu'on se le dise.

    « J'ose espérer que ma simple parole te conviendra, annonça-t-il d'une voix exagérément solennelle. C'est tout ce que je peux t'offrir. »
Dans le cas de Justin, c'était déjà énormément. C'était déjà tout ce qu'il pouvait donner, tout ce qu'il avait et même davantage.

C'est alors que Gaya se rapprocha de lui, et que Justin mit définitivement fin à sa vision manichéenne du monde. La suite des évènements lui imposaient petit à petit une certaine relativité dans ses pensées.
    « Je ne te jugerais pas, se dépêcha-t-il de jurer. »
Bon, peut-être qu'il avait promis un peu trop vite. Mais c'était de la faute de Gaya, aussi. Comment pourrait-il lui refuser quelque chose quand elle était sérieuse au point d'utiliser son nom de famille ? Comment pourrait-il lui refuser quelque chose alors qu'elle était si proche de lui ? D'un autre côté, il avait désespérément besoin de savoir pourquoi. Le fait que Sybella découvre en même temps que lui cette histoire lui donna le sentiment d'appartenir à un petit groupe de privilégiés, ce qui était absolument déplacé en de telles circonstances.
Justin se tut miraculeusement tout le temps que dura la confession de Gaya. C'est à peine s'il fit la grimace à la mention du nom du Seigneur. Il pensa un court instant qu'il ne songerait plus jamais à Dieu de la même façon. Son histoire le dérangeait, parce que ce n'était pas une histoire d'horreur, comme ce à quoi s'attendait Justin, pourtant. Il ne savait pas à quoi se raccrocher. Dans le doute, il choisit de croire en l'amitié de Gaya plus qu'en son appartenance aux rangs de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Il ne l'imaginait pas plantée fièrement face à un cadavre, les yeux écumants de haine et la bouche ouverte sur un sortilège de mort. L'image qu'il retenait d'elle était celle d'une adolescente banale, un peu plus douée en Potions que la moyenne et originale plutôt que folle. Sa Gaya, en somme.

    « Je... » Je ne sais pas quoi dire. Non, il ne pouvait pas décemment lui balancer ça, ça revenait à un : Démerde-toi, et Justin n'abandonnait pas ses amis. C'est moins pire que ce que je pensais, alors ? Ah ah. Sérieusement ? Non. « Ça va aller. » Bon. Au moins, les dégâts étaient limités. Encore un dernier petit effort de diplomatie, Justin ! « Ça ne va rien changer, je t'assure. » C'était la vérité.
Ce n'était pas comme si, après tout, elle lui avait avoué qu'elle avait déjà tué des personnes, des personnes innocentes. Gaya n'était pas une meurtrière, il le savait, il le sentait. Elle ne pouvait pas l'être. Peu importe à quel point son expérience parmi les Mangemorts était agréable. Justin avait du mal à se retenir de hurler en plaçant ces deux mots dans la même phrase mais c'était visiblement le ressenti de Gaya et il ne pouvait rien y changer. Il se dit que ce n'était qu'un affreux tatouage hérité de sa famille. Il se dit qu'il parviendrait sans doute à la faire changer d'avis. Il leur restait quelques mois, après tout, avant l'obtention de leur diplôme...

    « Bon, écoute-moi. Il ne faut plus que ce genre de choses se reproduisent dans l'avenir. Tu risques beaucoup trop gros, tu comprends ? Promets-moi que tu vas faire attention. »
Il avait essayé de ne pas prendre un ton autoritaire mais ce n'était pas évident quand il pensait aux conséquences que pouvait avoir un nouvel évènement semblable à celui-ci.
    « Tu ne veux pas essayer de te mettre au yoga ? Il paraît que c'est efficace contre le stress. »
Une dernière note d'humour pour détendre l'atmosphère, et Justin avait retrouvé son sourire habituel, comme si rien de tout ça ne s'était jamais passé. Et pourtant, il s'était passé suffisamment de choses pour que tout son univers soit basculé. Il ne verrait plus jamais le monde de la même manière mais il ne parvenait pas à le regretter ou à avoir peur des nouveaux écueils de sa relation avec Sybella et Gaya.

    « Boooon. Qui veut envoyer des Cognards à la gueule de l'équipe des Serpentards ? cria-t-il tout à coup en écartant les bras comme un imbécile heureux. »
Il espérait que la réaction de Sybie serait épique.

Ils étaient maintenant liés par un secret qui les dépassait, qui dépassait Justin, en tout cas.
Tout ira bien, songea-t-il en prenant le risque d'ébouriffer gentiment Gaya au passage. Tant qu'ils étaient entre ces murs, elle ne craignait pas grand-chose. Sans même en avoir conscience, le jeune homme venait de se jurer à lui-même que rien n'arriverait à son amie. Elle lui était beaucoup trop précieuse pour ça. Sans même en avoir conscience, il venait de se promettre de lutter, plus tard, peu importe la façon. Il pensait savoir comment. Alors, tout ne pouvait se passer que de manière simple et prévisible.
Il avait tellement envie d'y croire...


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tough girl in the fast lane, tough girl whose soul aches

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ex-Serpentarde ; étudiante en journalisme ; assistante à la Gazette.
ϟ AVATAR : AnnaSophia Robb


ϟ LIENS : Smile, the worst is yet to come.

[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Mer 4 Juin 2014 - 22:53

It cuts right on my eye

Yeah it hurts
I won't lie


Ses paupières battirent plusieurs fois alors qu'elle demeurait silencieuse devant l'insolence de ce garçon qu'elle connaissait depuis beaucoup, beaucoup trop longtemps. Le poids de ses mots n'était pas aussi négligeable qu'elle l'aurait aimé, mais force était de constater une chose.

Elle n'avait pas le choix, tout simplement.

Elle devait le croire. C'était une plaie, une douleur indigeste, mais la parole de Justin Finch-Fletchley avait beau lui être livrée sur un plateau doré, elle s'en moquait royalement. Ses yeux dévisagèrent une nouvelle fois le septième année avec la même appréhension que si elle s'apprêtait à sauter du haut d'une falaise pour s'écraser dans les rochers. Elle n'avait pas confiance, tout simplement parce qu'il n'était pas comme elle. Parce qu'il était ce Poufsouffle impulsif et sanguin, puéril, fier, qui penserait sans doute qu'avec sa grande bonté d'âme et ses blagues légères, il changerait la donne pour Gaya. S'il comptait jouer les héros, il allait forcément finir par vendre la mèche, ce qui impliquait qu'il ruinerait tous les efforts qu'elle faisait depuis le début pour sauver les apparences. Mais elle fit mine de l'accepter, et hocha simplement la tête.

Il y avait encore du chemin pour qu'ils forment un trio solide.

Ce fut au tour de Gaya d'avouer les raisons de son engagement particulier. Les explications de sa camarade, bien qu'elles semblèrent compliquées à confesser pour la concernée, n'étonnèrent que partiellement sa compère. Bien que le milieu mangemort lui soit parfaitement étranger, elle n'avait pas le moindre doute sur la sincérité de sa défense. Cependant, impossible pour elle de prononcer quoi que ce soit qui ressemblait à des mots de tempérance ou de pardon. Premièrement parce qu'elle n'éprouvait aucun sentiment de rancune envers Gaya, et surtout parce qu'elle n'arrivait pas à se déloger du crâne que Gaya Lalaith, qui avait annoncé haut et fort avoir le potentiel d'une criminelle notoire, restait la grande liane blonde flegmatique aux yeux limpides qui tous les matins se réveillait à côté d'elle dans le dortoir. Les deux images s'entrechoquaient sans se lier véritablement. Le choc ne serait plus rude si elle réalisait à quel point Gaya était juste quand elle disait que certains mangemorts pouvaient être gentils ...

Le mot yoga la fit décrocher de son silence pensif. Inconsciemment un sourire nerveux s'était peint sur ses lèvres, mais Merlin merci personne n'avait du le remarquer, et elle le chassa sans attendre. Finch-Fletchley avait déjà remis son masque de bouffon bronze et or.

« Pardon ?! » Le retour à la normale lui était un peu délicat, mais Justin avait le mérite de rendre les choses étrangement plus faciles. Alors qu'il étirait ses bras en signe de victoire pour filer retrouver l'éclat du soleil, l'air frais et la vie telle qu'ils la connaissaient dix minutes plus tôt, Syb' reprit ses airs contrariés et furieux et le regarda s'éloigner, la moue pincée. « Nan mais tu veux vraiment mourir ? Reviens ici Finch, je te PARLE ! » Parler à un porte-manteau aurait donné le même résultat ; la blonde poussa un soupir exaspéré et grommela quelque chose. « Je vais le tuer. » Puis elle se mit à le poursuivre à grands pas, sa voix résonnant avec une clarté évidente aux oreilles du Poufsouffle. « Reviens ici, qu'on voit si t'es capable d'avaler toi-même tes foutus Cognards !! »

Elle avait accordé un regard par dessus son épaule à Gaya, comme pour l'inviter à la suivre, à reprendre le cours des choses. On en parlerait plus tard. Ce n'est rien. Ca ira. Ne t'inquiète pas. C'était autant de paroles réconfortantes qui se logeaient dans le creux de sa pupille, qui se diffusaient au travers de son iris claire et bleutée. Elle était bien incapable de les dire à voix haute sans rougir et sans se sentir idiote et faible, mais pour son amie – la seule qui valait sans doute la peine qu'on donne quelque chose -, Sybella n'allait pas faire de figuration.

Se retrouver liée à Justin Finch-Fletchley de cette façon ne l'enthousiasmait pas. Elle ferait avec : mais il y avait l'angoisse qu'il puisse les trahir. L'irlandaise l'imaginait mal exercer du chantage pour sauvegarder l'innocence de Gaya aux yeux de la justice, mais rien ne les garantissait du silence réel du Poufsouffle. Il n'y avait plus qu'à croiser les doigts et à espérer que le déluge arrive le plus tard possible. Au fond d'elle-même, Sybella avait bien du mal à ne pas imaginer les pires scénarii possibles.


Spoiler:
 

_________________
YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
© okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: le Seigneur est quelqu'un de bien. Crois-moi.

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentard - Mangemort - Professeur Stagiaire en Potions.
ϟ AVATAR : Bryden Jenkins
Let's pray our Lord.

ϟ LIENS : First, I cam here to introduce myself. and then I made friends. And ennemies.


    Première rentrée en tant que Professeur Stagiaire de Potions.




[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya Ven 6 Juin 2014 - 21:41

I feel so loved

because of you
both of you


Alors comme ça, c'était terminé ? Je veux dire, on en parlait plus ? Gaya s'était complètement délivrée à eux deux, leur offrant son coeur, leur offrant un secret lourd, puissant, et ils avaient simplement dit que tout allait bien se passer. Oui au fond, c'était peut-être vrai. Tout allait bien se passer. Peut-être qu'ils tenaient vraiment à elle, comme elle tient à eux. Et que ce secret, aussi gros soit-il, serait bien en sécurité dans leur cervelle respective. Du moins, Gaya l'espérait de tout son cœur.

Elle n'avait jamais pensé à en parler à qui que ce soit, et s'était toujours douté qu'un jour, certaines personnes l'apprendraient par la manière forte. Il a fallut qu'elle pète un plomb et qu'elle se sente en danger pour exploser. Pourtant, dieu seul sait qu'il en fallait énormément pour faire enrager Gaya. Il est très rare qu'elle s'emporte de cette façon. Mais là, c'était allé trop loin. Alors oui, elle avait carrément dérapé. Mais heureusement que ce soit sur ces deux là. Dans d'autres circonstances, elle serait peut-être déjà à Azkaban.

Gaya tenait beaucoup trop à Sybella pour ça. C'est pourquoi elle se contenta d’acquiescer comme une enfant quand Justin prit un ton autoritaire avec elle, lui demandant que ça ne se reproduise plus. Et machinalement, elle tripota ses cheveux blonds argentés qui tombaient sur son nombril. Dix-sept ans peut-être physiquement, mais pas mentalement. Elle relève ses yeux azurs vers son ami, et lui sourit timidement lorsqu'il demande à Sybella si elle ne veut pas se mettre au yoga.

C'était sans grand étonnement que la verte et argent se mit à écumer de rage, courant après le Poufsouffle qui était déjà remonté sur son balais, l'air de rien. Gaya les regarda un instant s'éloigner d'elle, et ne pu s'empêcher de penser qu'ils étaient désormais liés. Beaucoup plus qu'avant. Genre, réellement liés. Les moindres faits et gestes seraient calculés au millimètre près désormais, Lalaith le savait. Tout au fond de son cœur, quelque chose se passait. Bizarrement et contre toute attente, elle se sentait légère et rassurée. Elle était heureuse d'être désormais le fruit de leur lien. Du moins, elle espérait l'être.

La scène se passait comme au ralentit ; Sybella courant, suivie par un nuage de cheveux blonds dorés, la rage au bord des lèvres, les poings serrés. Pourtant, Gaya avait réussis à déceler dans l'expression de son visage quand elle se retourna pour lui faire signe, une sorte de joie. Du moins, du soulagement. Elle en était sure.

Gaya en aurait donné sa main à couper.

Finalement, reprenant ses esprits, la jeune Lalaith croisa ses bras sur sa poitrine, roulant ses pupilles de faux-désespoir. La vie avait reprit son court. Personne n'allait mourir aujourd'hui. Finalement, c'était un secret comme les autres, et ses amis avaient l'air de l'avoir plutôt bien assimilé. Du moins, ils paraissaient.

    - Syb, vas-tu le laisser tranquille ? avait-elle jeté, trottinant à son tour après son amie. C'est un blaireau, ils sont comme ça ! ajouta-t-elle à bout de souffle.


Dans sa course effrénée, la jeune Mangemort se permit de sourire. Un léger étirement des lèvres, en fait. Mais bourré de sincérité. Elle était soulagée, et elle savait qu'elle pouvait avoir confiance en eux. Du moins, elle l'espérait fortement.

FIN.



Spoiler:
 

_________________
    let me introduce you...
    to my lonely world.
    code broadsword.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


[Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya
MessageSujet : Re: [Terminé] Be your own anchor, cause I can't stop myself — Syb & Gaya

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Poudlard :: Extérieur et alentours du château :: Le terrain de Quidditch-