Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: Soul not for sale

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ex-Poufsouffle ; rentière ; gérante de l'image publique et organisatrice d'événements privés pour les entreprises Willard.
ϟ AVATAR : Daisy Lowe


ϟ LIENS : One, two, three FOUR !

I'm tired of this | Mallory
MessageSujet : I'm tired of this | Mallory Mer 2 Juil 2014 - 22:47

I think I'm going to be

tired of being
nice and polite.

Les trottoirs de Londres ressemblaient à une fourmilière : à cette heure du jour, l'agitation humaine était telle en ce matin clair et frais qu'elle donnait l'illusion plausible d'une masse grouillante, impatiente et affairée d'insectes. Ils couraient presque, tous ces hommes en trois-pièces noir au regard éteint ou inquiet, leur serviette en main, prêts à renverser sans scrupule aucun les mères de famille qui charriaient derrière elles leurs enfants encore à moitié endormis. D'autres employées, quant à elles, moins inquiétées par le retard éventuel, trouvaient refuge dès le début de la journée dans des conversations parfois virtuelles, l'oreille prise par leurs téléphones.

Victory regardait ce spectacle d'un œil vague, un sourire qu'elle n'expliquait pas elle-même flottant sur ses lèvres. Le monde des moldus l'amusait toujours, autant parce qu'il était une source d'inspiration et de curiosité perpétuelle pour la sorcière qu'elle était que parce qu'elle admirait leur façon de vivre sans magie. Ils n'en avaient pas la moindre étincelle à proprement parler, et pourtant ils vivaient, ils partageaient d'autres plaisirs, d'autres loisirs, avaient trouvé une autre façon de vivre en harmonie avec une technologie telle que certains sorciers auraient été tout aussi avisés de s'y intéresser. Loin des partis et des cercles les plus extrémistes de « son » monde, la jeune femme avait tendance à apprécier s'aventurer dans les quartiers non-magiques et elle fréquentait même une partie de ses dirigeants d'entreprise. C'était d'ailleurs entre autres pour une de ces raisons qu'elle était ici, ce matin, au beau milieu d'Oxford Street, là où les affiches tapageuses des magasins du jour concurrençaient les lumières flashy et fluorescentes nocturnes des enseignes bordées de néons.

Un coup d'oeil à sa montre la détacha de la vie ambiante et Vic' fronça à peine les sourcils avant de se hisser sur la pointe de ses pieds. La queue n'avançait pas au café où elle avait choisi de faire un arrêt pour prendre un cappucino … Visiblement la caissière avait des problèmes de monnaie. La brune prit malgré tout son mal en patience, esquissant un petit sourire de complicité fugace à l'homme devant lui, un quadragénaire que cette lenteur semblait perturber au plus haut point. Victory n'eut pas le plaisir de voir sa moue se détendre, au contraire, il s'engonça d'autant plus dans sa colère réprimée, bougonnant des plaintes que la jeune femme ne chercha pas vraiment à écouter.

Ce fut finalement, après quelques minutes de plus, au tour de son voisin de devant, qui ne manqua pas de souligner avec une impolitesse large l'incapacité de l'employé. Employé qui haussa les épaules, peu démonté devant l'agressivité du client, et lui fourra sa commande dans les pattes sans autre forme de procès. Victory se mordit la lèvre pour ne pas rire et lorsque ce fut à elle, la jeune femme tendait déjà son billet tout en formulant sa requête. Un détail cependant accrocha son regard alors que sur le comptoir la séparant du serveur, ce qui ressemblait à un petit porte-feuille de cuir couleur terre gisait en parfait orphelin. Pendant que la mousse de son cappucino achevait de se former dans le grand gobelet cartonné dans un crachat mécanique, l'anglaise attrapa le porte-feuille, l'ouvrit et chercha la trace d'une carte d'identité quelconque afin d'en déterminer le propriétaire. Ce fut un visage aux cheveux blonds coupés en carré court qui apparut sur la pièce d'identité plastifiée, et avant même qu'elle n'ait pu en lire le nom, un café bouillant apparut sous le nez de Victory, le caissier la pressant un peu sèchement de laisser sa place.

La rentière sortit du café, porte-feuille et boisson en main, cherchant la blonde qu'elle croyait avoir aperçu dans sa file tout à l'heure. Elle ne pouvait pas s'en empêcher, c'était plus fort qu'elle : si les trois quarts des gens se seraient peu souciés du devenir de l'objet et en auraient même volé une partie du contenu, Vic' avait un sens des priorités un peu différent. Pivotant sur elle-même, la brune finit par apercevoir une silhouette qui ressemblait à celle qu'elle recherchait et accéléra le pas, hélant la femme. « Madame ! Madame, votre porte-feuille ! » Ses talons ne lui permettaient pas de courir aussi vite qu'elle le pouvait et allant à contre-courant du mouvement de foule, Victory peinait quelque peu à avancer avec fluidité. Elle dut jouer de quelques coudes pour progresser et prit alors un peu plus de vitesse … Mais ce qui devait arriver arriva : on ne peut pas faire une course-poursuite avec un cappucino tout chaud sur des talons aiguilles sans se casser la figure. « MAD- » Son cri s'interrompit brusquement alors que son talon droit dérapa sur le pavé.

Sa chance fut pourtant de glisser et de percuter un homme au beau milieu de ce capharnaum, et l'obstacle humain l'empêcha de s'écraser lamentablement comme une crêpe : mais ce fut au prix de son café qui se renversa à grand fracas sur la veste du malheureux. Victory, quant à elle, n'avait rien, mais trop surprise par le choc et venant de perdre la trace de la femme qu'elle cherchait, poussa une exclamation proche du juron avant d'ouvrir la bouche pour finalement la refermer aussi sec. Ses yeux noisette, écarquillés comme des soucoupes à thé, venaient de tomber sur le visage de celui qu'elle venait juste d'asperger de café, et elle connaissait suffisamment l'individu pour regretter ses actions des deux dernières minutes. « Mallory … ? » bégaya t-elle, presque hagarde, comme si elle venait de se prendre un coup de poing dans le ventre.

_________________

If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Danticat: Yes, Haitians are tired, but they are not defeated
» Haitian Population: Sick and Tired but Still an Asset‏
» Mallory Clarks ~ Alecto Carrow
» Cara Mallory
» Delvin Mallory, apprenti magicien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Londres :: Oxford Street-