Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: It's not my fault if in God's plan, He made the Devil so much stronger than a man

ϟ ÂGE : 33
ϟ FONCTION : Professeur d'astronomie
ϟ AVATAR : Lee Pace
ϟ ABSENCE ? : Jusqu'en juin pour cause de partiels et autres réjouissances



ϟ LIENS : I can't drown my demons, they know how to swim.

Pick up your tricks ▬ pv. Viðja
MessageSujet : Pick up your tricks ▬ pv. Viðja Ven 25 Juil 2014 - 23:24

« Pick up your tricks »

And run far away
from cool kids, cruel kids.


Natanael traversait le chemin de traverse d'un pas lourd. Comme souvent, il semblait totalement perdu dans ses pensées, et à voir sa moue de travers, elles ne devaient pas etre très agréables. En effet, il revenait juste de Gringotts, où il avait du négocier plusieurs heures durant pour pouvoir transformer ce qui restait de ses économies moldues en gallions et mornifles. Le tout bien sur en tentant d'esquiver les questions des banquiers sur l'origine de cet argent, ou la raison pour laquelle il n'avait pas encore ouvert de chambre dans leur établissement. Qui aurait cru que les Gobelins pouvaient etre aussi curieux, hein ? Eh bien, pas lui, et l'image presque apaisante d'une tete de gobelin empaillée et accrochée au mur de son appartement à Poudlard avait plusieurs fois traversé son esprit. Mais il avait - miraculeusement - réussi à garder son calme, et meme à obtenir ce pour quoi il était venu. En ce qui concernait ses secrets, il n'était pas vraiment convaincu qu'il avait réussi à esquiver toutes les questions des Gobelins, toujours aussi pointilleux dès lors que le problème touchait à l'argent. Et cette incertitude lui laissait une désagréable sensation de malaise, qui lui serrait le ventre et lui faisait prendre cette moue particulièrement ennuyée.

Plus concentré sur ses pieds que sur les boutiques devant lesquelles il passait, Natanael avait mécaniquement pris le chemin du Chaudron baveur. Il avait pourtant prévu de faire autre chose de son après-midi que son simple passage à Gringotts. Par exemple, il aurait bien fini de parcourir les rues du centre-ville sorcier de Londres. Juste histoire de ne plus avoir à demander son chemin, puisque cela ne lui attirait que des ennuis - et des Victory Willard. Il s'était aussi promis d'aller refaire un tour à Fleury & Botts pour voir s'ils n'avaient pas un manuel d'astronomie un peu plus avancé que celui qu'il avait conseillé à ses élèves l'année précédente - et qu'il considérait comme un fouillis abject. Malheureusement, il se voyait mal leur demander d'acheter un manuel moldu, qui n'aurait manqué de déchainer les protestations des parents d'élèves ... voire pire, vu ce qu'il avait saisi de la politique actuelle. Mais entre l'acharnement des Gobelins à lui faire perdre son après-midi, et la lassitude que son passage à Gringotts lui avait apporté, il n'avait ni le temps ni l'envie de prolonger sa sortie. Il eut un vague soupir à cette pensée. Il aurait mille fois préféré se balader dans le Londres Moldu, où il avait ses repères et où son accent n'attirait pas son lot de regards suspicieux.

Il franchit la porte du Chaudron baveur non sans un certain arret. Comme toujours avant de pénétrer dans un établissement sorcier. Une espèce de paranoia le poussait à chaque fois à parcourir la pièce du regard, au cas où un visage trop familier aurait risqué le faire remaquer. Natanael tenait à sa discrétion. Et s'il en était assuré à Poudlard, ces premières vacances scolaires constituaient pour lui une période de danger. "Danger". Le mot était fort. Cependant, il était encore tot, et seuls trois ou quatre sorciers étaient attablés dans le pub, devant une pinte de Bièraubeurre ou un exemplaire de la Gazette du Sorcier - à laquelle Nat ne s'était pas encore résigné à s'abonner. Voyant ce peu de fréquentation, il faillit s'arreter pour prendre lui-meme un verre, mais se ravisa rapidement et continua sa route vers sa chambre - non sans un regard hésitant vers le bar. Il ne se considérait pas comme addict, mais un verre de Bièraubeurre faisait partie de ses habitudes. Il n'était pas accro, hein ... juste, ritualisé. Il grimpa lentement les escaliers, chassant les Gobelins trop curieux de Gringotts pour réfléchir au livre de Thaddeus Voerman qu'il allait entamer. Il venait de terminer un ouvrage sur les droits des créatures magiques et ne comptait pas s'arreter en si bon chemin. Il franchit le seuil de sa chambre sans avoir encore tranché entre un traité d'histoire et un autre approfondissant le sujet des créatures magiques.

Un coup d'oeil à sa chambre fut suffisant pour faire disparaitre de son esprit Thaddeus et tous ses livres. Ce n'était pas le grand bazar, mais son oeil entrainé savait reconnaitre à l'instant le moindre objet changé de place, la moindre bizarrerie. Et meme s'il avait loupé ces détails, il n'aurait pu manquer de remarquer la blonde assise sur son lit aussi négligemment que s'il s'était agit du sien. Natanael plissa les yeux, dévisageant la jeune femme. Il la reconnaissait, bien sur, et elle n'évoquait rien de bon dans sa mémoire. « Sólveig » constata-t-il d'un ton aussi indifférent que possible. Intérieurement, il bouillonnait. Ils s'étaient croisés quelques jours plus tot, certes, et elle l'avait reconnu. Mais il s'était très vite esquivé. Comment l'avait-elle retrouvé ? Et surtout, surtout, que voulait-elle ? S'était-elle rappelé qu'il était censé etre mort ? Comptait-elle lui poser des questions ou, pire, se servir de ses connaissances contre lui ? Natanael se rendit compte qu'il serrait sa baguette entre ses doigts. Comment était-elle arrivée là ? Mystère. Certains réflexes avaient sans doute la vie dure. Il remarqua également qu'il la tenait légèrement trop haut, et parvint au prix d'un immense effort à détendre son bras jusque là tendu le long de son corps pour la ranger dans la poche qu'elle n'aurait jamais du quitter.

Il prit une longue inspiration et décida que, pour ne pas causer d'accident, il lui vaudrait mieux ne pas faire de vagues. Ne pas crier. Ne pas lancer de sort. Et, surtout, ne pas l'énerver. Une petite voix en lui s'indigna de le voir ainsi pret à faire tout ce qu'elle exigerait, mais il la fit taire rapidement. Il ne voulait pas d'ennuis. Il avait eu sa dose, largement. « Sólveig » répéta-t-il d'un ton qu'il ne parvint cependant pas à rendre plus chaleureux. « Comment as-tu réussi à rentrer ici ? » Comment m'as-tu reconnu ? Retrouvé ? Qu'est-ce que tu fous là et qu'est-ce que tu veux ? Aucune de ses questions ne franchit la barrière de ses lèvres, mais cela ne les empecha pas de cogner contre son crane comme autant de coups de buttoir. Pourquoi fallait-il toujours que les ennuis viennent à lui, alors qu'il prenait tant de soin à les éviter, mmh ?


_________________

Stretched to the core of galaxies, distorted city grid ; by a black hole of vanity, blossoms the age of greed. Beyond the laws of density, towers of glass and steel ; temples and fragments of memories, drifting away from me. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity ...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Il y a en elle une princesse de la jungle avide de sang chaud.

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Agent de nettoyage à la Baker Cleaning Ltd + barmaid au Deus Ex Machina + technicienne de réparation au Ministère de la Magie + Mangemort.
ϟ AVATAR : Mia Wasikowska.



Pick up your tricks ▬ pv. Viðja
MessageSujet : Re: Pick up your tricks ▬ pv. Viðja Dim 27 Juil 2014 - 1:58


Pick up your tricks

Viðja s'était souvenue de lui comme au travers d'un songe. Son image s'était imposée derrière ses paupières alors qu'elle se laissait bercer par un demi sommeil occasionné par un peu de marijuana. Natanael. Elle l'avait croisé une fois dans la rue quelques semaines avant ça. De son côté à elle, les retrouvailles avaient été très chaleureuses. Mais son ancien camarade avait l'air moins convaincu. Il fallait dire qu'elle avait énormément changé en dix ans – peu physiquement, mais de caractère énormément. Une vraie métamorphose de chenille à papillon. De cette créature taciturne et ouvertement violente, bizarre et sur la défensive, elle était passée à cette nana bruyante et agitée qui semblait vouloir faire du monde entier son ami – quand elle ne tentait pas de l'assassiner. Déroutant, en effet. Et – juste comme ça – elle l'avait discrètement suivi pour voir où il habitait . Natanael avait une chambre au Chaudron Baveur et elle savait quelles étaient ses fenêtres.

Paresseusement, la jeune femme se leva en chancelant et s'étira, le dos cambré, ses petits poings serrés brandit vers le ciel, une grimace crispée sur le visage comme elle essayait d'en délasser les muscles. Elle laissa pendre sa mâchoire, la remua un peu, claqua de la langue puis se mis en route. Elle avait l'air d'une misérable clocharde parmi tous les autres qui traînaient dans les rues de Londres, avec sa crinière terne et emmêlée, sa robe incrustée de saleté, ses vieilles bottes de pluie, son sweat-shirt troué et son épaisse couche de crasse. Sans parler du fumet pestilentielle qu'elle promenait partout avec elle.

D'un pas énergique, l'Islandaise pris la direction du célèbre bar-auberge pour sorciers qui marquait l'entrée du Chemin de Traverse. Elle n'était pas très loin et couvrit rapidement la distance qui la séparait de son objectif. En vingt petites minutes, elle était devant l'établissement. L'air de rien, Viðja entra. Devait-elle crocheter la porte ou passer par la fenêtre ? Si l'art du crochetage avait peu de secrets pour elle, elle estima qu'il était peut-être plus discret de se faufiler par une fenêtre. C'était à tenter. Sans monter à l'étage, la jeune femme traversa le Chaudron Baveur pour se rendre dans l'arrière-cour. De la pointe de sa baguette d'if, elle tapota les briques adéquates pour que le mur révèle son entrée secrète. Une fois sur le Chemin de Traverse, Viðja bifurqua dans une ruelle étroite qui longeait la façade décrépie de l'auberge. Attentive, le nez levé, elle comptait les fenêtres avant de s'arrêter. Il lui semblait bien qu'il s'agissait de ces fenêtres-là... Et, bingo ! Natanael, en brave homme soucieux de la bonne circulation de l'air de sa chambre, avait laissé la fenêtre à guillotine entrouverte. Elle émit un petit couinement victorieux avant de commencer à rechercher des prises. D'un regard critique, elle analysait tous les chemins qu'elle pouvait emprunter afin de déterminer lequel était le moins risqué. Ces vieux murs, c'était un jeu d'enfant de les escalader. Quand elle se fut décidée pour un itinéraire, Viðja se cramponna à la paroi et débuta son ascension. Leste et agile malgré son ventre de quatre mois, l'Islandaise grimpait comme un petit singe, rapidement. Bientôt, elle arriva au niveau des fenêtres de la chambre de Natanael et, fermement accoudée au rebord, l'ouvrit entièrement pour se glisser par l'ouverture, sans grace aucune – à vrai dire, elle se coula dans la pièce comme une limace qui dégringolerait une pente.

Assise sur les fesses, la Mangemorte regarda autour d'elle, un air ravi sur le visage. Tous ces trucs d'astronomie... C'était bien la bonne chambre ! Elle se leva et se mit à fureter, soulevant les livres, tripotant les bibelots, tapotant de son ongles les quelques artefacts qui la laissaient perplexe. Avec un gloussement, elle ouvrit sa panière de linge sale et en sortit un caleçon qu'elle se mit sur la tête comme un couvre-chef. Tranquillement, elle fit le tour de la pièce comme si elle visitait un musée, fit de même dans la salle de bain – non sans avoir manipulé sa brosse à dents et consciencieusement reniflé tous ses produits de douche – pour se rendre à la conclusion évidente : Natanael était sorti. Bah ! Pas grave, elle l'attendrait.

Comme une enfant, Viðja sauta sur le lit comme sur un trampoline et n'arrêta que jusqu'à ce que son ventre commence à tirer un peu. Essoufflée et transpirante, la jeune femme défit d'un seul geste la fermeture éclair de son sweat et l'abandonna à même le sol. Puis elle entreprit de refouiller la chambre et trouva une radio, qu'elle alluma sur une station populaire. Les enceintes se mirent aussitôt à crachoter un air à la mode sur lequel l'Islandaise se déhancha aussitôt en riant toute seule, ondulant du bassin, ses bras décrivant des arabesques tarabiscotées au-dessus de sa tête ébouriffée. Elle danse jusqu'à ce qu'elle se sente trop lourde pour continuer davantage et décida de se reposer un peu. Coinçant le talon de sa botte kaki avec la pointe de l'autre, elle en retira son pied et se débarrassa de l'autre en secouant sa jambe jusqu'à éjecter la botte contre la table de nuit.

Viðja grimpa sur le lit à quatre pattes avant de s'asseoir en tailleur sur les draps qu'elle avait défait en sautant tout à l'heure. Elle resta là un moment à rêvasser, se balançant vaguement d'avant en arrière en tenant ses pieds dans ses mains, comme un jouet à culbute. Puis, un déclic dans la serrure. La Mangemorte se figea avec un large sourire sur sa figure sale. Bientôt, la grande silhouette de Natanael franchit le seuil de la chambrette. Il la repéra rapidement – en même temps, elle était là, comme une tache, bien au milieu de la pièce avec son air niais – et fronça les sourcils. D'un ton presque morne, il prononça son nom. Celui marqué en premier sur sa pièce d'identité Islandaise. Avec un rire bref, elle piailla : « Ça fait un bail qu'on m'a pas appelée comme ça ! Mais j'aime bien. » Son vis-à-vis resta silencieux, comme profondément consterné, et elle reprit avec son air le plus lutinesque : « Sinon, ça va, toi ? T'as vu, j'ai changé de couleur de cheveux. » Effectivement, à Durmstrang, lors de leur dernière rencontre en ville et jusqu'à il n'y a pas si longtemps, Viðja était brune.

Natanael prit une profonde inspiration et répéta son prénom. « Oui, c'est mo- », commença-t-elle avant que son ancien camarade n'achève ce qui était en réalité une question. Avec pouce négligeant qui pointait derrière sa propre épaule, elle répondit : « Oh bah, par la fenêtre. » Elle étendit les jambes et leva les yeux au plafond comme si elle examinait la Chapelle Sixtine et, avec le nez froncé dans une petite moue d'appréciation, souriante, la tête oscillant au rythme de la musique qui passait à la radio lança : « C'est sympa chez toi. »

Et toujours avec le caleçon de Natanael sur la tête.


_________________
-
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: It's not my fault if in God's plan, He made the Devil so much stronger than a man

ϟ ÂGE : 33
ϟ FONCTION : Professeur d'astronomie
ϟ AVATAR : Lee Pace
ϟ ABSENCE ? : Jusqu'en juin pour cause de partiels et autres réjouissances



ϟ LIENS : I can't drown my demons, they know how to swim.

Pick up your tricks ▬ pv. Viðja
MessageSujet : Re: Pick up your tricks ▬ pv. Viðja Mar 29 Juil 2014 - 0:50

« On the run »

Nothing runs faster
than me from my problems.


Natanael avait envie de se frotter le yeux. Très fort. Pour vérifier qu'il ne nageait pas en plein reve. Ou, plus précisemment, en plein coeur d'un reve qui tournerait petit à petit au cauchemar. Face à lui, un visage qu'il avait enterré au plus profond de sa mémoire, et qui en ressurgissait d'une manière aussi désagréable que possible ... A savoir sous la forme d'un blondinette, toute petite, d'ailleurs, mais posée sur son lit comme s'il s'était agit de la situation la plus naturelle au monde. Et avec un de ses caleçons sur la tete. Son petit monde déjà bien fragile semblait avoir carrément cessé de fonctionner. Surtout qu'elle ne paraissait absolument pas conscience de l'absurdité de la situation, et bavardait d'un ton léger sur son nom, sur sa couleur de cheveux ... Il ne put cependant s'empecher de noter dans un coin de son esprit toutes ses informations. Qu'elle ait changé de nom - comme lui, en fait - et d'apparence n'avait rien d'anodin. Seulement, il ne se sentait pas encore assez serein pour pouvoir y réfléchir calmement. Loin de là. Et essayer de creuser le sujet lui paraissait pour l'instant hors de question, comme tout ce qui aurait pu agacer son impomptue visiteuse.

A sa question, la jeune femme désigna négligemment la fenetre, et Natanael se maudit intérieurement. La fenetre. Comment avait-il pu etre aussi bete ? Il s'était fait avoir comme un Moldu : à trop craindre les artifices sorciers de ce monde qu'il redécouvrait à peine, il en oubliait la plus élémentaire prudence. Ce qui, dans son esprit de bete constamment traquée, était tout de meme le comble. Sans quitter la jeune femme des yeux, Natanael se mit à faire le tour de la pièce lui servant à la fois de bureau et de chambre, replaçant les livres qui avaient été légèrement poussés de coté, remettant droit l'astrolabe qui commençait à pencher dangereusement. Quand il ne fut plus qu'à un mètre de son ancienne camarade, il s'arreta un instant, comme hésitant - et apparemment inconscient que son attitude évoquait plus la bihe traquée que l'etre humain. Un « Merci » parvint meme à franchir la barrière de ses lèvres, en réponse à son commentaire sur son appartement.

Ce dernier n'avait pourtant pas la classe du logement de fonction qu'il occupait à Poudlard, ni le confort du studio dans lequel il avait vécu pendant son long séjour dans le monde moldu. Surtout qu'une fois encombré de son arsenal de matériel d'astronomie, de la multitude de livres qu'il comptait lire - ou relire - sans parler des multiples tasses de café ou chemises qui trainaient dans tous les coins, son appartement avait meme l'air plutot étriqué. Ce qui ne voulait pas dire qu'il ne lui coulait pas une bonne partie de son salaire ... Son instant d'hésitation passé, Natanael fit un pas vif vers sa squatteuse, retira d'un geste qu'il jugea aussitot trop sec le caleçon qu'elle avait sur la tete, et jeta ce dernier dans un autre coin de la pièce. Il se retint également d'aller éteindre la radio, avant de se rappeler que ce n'était pas en prétendant que tout était normal qu'il allait réussir à faire disparaitre Sólveig de la pièce. Non sans un discret soupir, il attrapa une chaise, la posa devant le lit et s'assit face à la jeune femme. « Qu'est-ce que tu viens faire ici ? »

Si le ton était incisif, il fut satisfait d'avoir trouvé une formule sonnant un peu moins agressive qu'un direct « qu'est-ce que tu fiches ici ? » Et puis, il devait avouer que la Sólveig souriante, oscillant de la tete au rythme de la musique que la radio diffusait en fond sonore, était bien loin de celle qui terrorisait ses camarades à Durmstrang. Comme si cette dernière n'avait été qu'une jumelle maléfique, ou que l'adolescence avait pour une fois fait des merveilles, et ramené la créature ombrageuse qu'était alors Sólveig à la raison. Ou du moins, au soleil, car on ne pouvait guère qualifier de "raisonnable" une femme de 27 ans entrant par effraction chez les gens, pour les accueillir avec un caleçon sur la tete. Mais ce changement radical n'empechait pas Natanael de se méfier : le manipulateur qui sommeillait en lui n'avait pas envie de se faire prendre à son propre jeu. Mieux valait pour l'instant qu'il se montre neutre, calme ... peut-etre meme sociable, s'il s'en sentait encore capable. Qu'exigeait l'étiquette dans ce genre de situation, d'ailleurs ? Un appel à la police.

Camouflant à demi une moue perplexe, Natanael décida qu'il traiterait la jeune femme en invitée, du moins jusqu'à ce qu'il soit fixé sur ses motifs. Ce n'était d'ailleurs pas si éloigné de la réalité ... Disons qu'elle s'était juste invitée toute seule. C'est pourquoi malgré la voix en lui qui lui hurlait de ne pas le faire, il se leva, se dirigea vers le petit recoin de la pièce lui servant de cuisine, et demanda au passage : « Je fais du thé. Tu veux quelque chose ? » D'un coup de baguette magique, il alluma le gaz sous une casserole pleine d'eau, tout en se répétant que si son attitude n'était pas suffisante pour démontrer sa bonne foi à Sólveig, il passerait au plan B et lui referait passer la fenetre. Mais en sens inverse.


_________________

Stretched to the core of galaxies, distorted city grid ; by a black hole of vanity, blossoms the age of greed. Beyond the laws of density, towers of glass and steel ; temples and fragments of memories, drifting away from me. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity ...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Il y a en elle une princesse de la jungle avide de sang chaud.

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Agent de nettoyage à la Baker Cleaning Ltd + barmaid au Deus Ex Machina + technicienne de réparation au Ministère de la Magie + Mangemort.
ϟ AVATAR : Mia Wasikowska.



Pick up your tricks ▬ pv. Viðja
MessageSujet : Re: Pick up your tricks ▬ pv. Viðja Mar 29 Juil 2014 - 20:11


Pick up your tricks

Dans la tête de Viðja, tout ne pouvait que bien se passer. Après tout, ils se connaissaient d'avant tous les deux. Ils n'étaient pas dans la même classe, mais ils étaient tous les deux des anciens de Durmstrang, loin très au nord de la Norvège, dans les montagnes. Ils n'étaient pas les meilleurs amis du monde à l'époque, c'était un fait, mais ils ne se détestaient pas non plus, si... ? Viðja avait fait table rase de son côté. Ce qui s'était passé à l'école, c'était juste des bêtises d'adolescents, non ? Des choses qui ne comptaient plus... Ça comptait quand on était dedans, mais maintenant qu'ils étaient des adultes, était-ce si grave ? Avec le recul, est-ce que tout ça était vraiment arrivé ? Elle avait enfermé du monde dans les placards et distribué son lot de bonnes corrections, mais Natanael en avait-il eu autant pour son grade que ça ? Elle ne parvenait pas à se souvenir. C'était lointain dans sa tête et, à l'époque, elle ne regardait pas forcément à qui elle s'en prenait. Le seul souvenir distinct qu'elle avait avec Natanael, c'était cette fois où elle travaillait à la bibliothèque, assise à une table avec des livres devant elle. Le jeune homme, alors en Septième année, était à quelques tables d'elle. Viðja – Sólveig à ce moment-là – était dans son éternel maillot de bain noir une pièce, encore dégoulinante d'eau, les cheveux trempés qui tombaient de part et d'autre de sa figure pâle comme des algues noires. Natanael l'avait regardée de travers et Sólveig lui avait adressé un signe associé aux malédictions accompagné d'un long feulement sourd, comme pour le maudire, mais elle n'avait pas bougé de son banc, déterminée à réviser. Natanael avait détourné le regard et ils ne s'étaient plus regardés.

Le jeune homme tournait autour du lit comme pour l'encerclait, comme pour la prendre à revers. Mais l'Islandaise ne bougea pas, très calme, toujours souriante. Elle ne s'inquiétait pas vraiment. Elle doutait que Natanael lui fasse du mal et si jamais ça arrivait, elle s'était déjà tirée de mauvaises situations alors elle pouvait bien tenter sa chance... Du bout des lèvres, il la remercia pour son compliment et, dodelinant de la tête, la jeune femme lui adressa un large sourire. Nerveusement, il se mit à ranger les quelques affaires qu'elle avait bougé en les regardant quand elle était entrée et, s'en retournant prestement pour se rapprocher d'elle, il lui arracha vivement le caleçon qu'elle portait sur la tête et le balança plus loin. Avec un petit rire, Viðja fit mine de pleurnicher : « Oh non, mon chapeau... ! » Et elle se renversa en arrière avec un geste dramatique, à présent allongée sur le dos, jambes étendues, tête et bras pendants de l'autre côté du lit. Pour toute réponse, son ancien camarade soupira et attrapa une chaise pour s'asseoir à côté du lit, face à elle. La tête à l'envers, la jeune femme fixait le pan de mur sous la fenêtre avec un sourire béat, ses cheveux et ses mains, paumes ouvertes, traînant par terre. Son ventre arrondi pointait fièrement vers le plafond sous sa robe crasseuse. Du bout de ses orteils terreux, elle poussa doucement le genou de Natanael, plus par jeu que pour vraiment lui demander de reculer.

Elle ne répondit pas tout de suite à sa première question, cherchant les mots, se remémorant pour elle-même le pourquoi du comment elle était venue jusque dans cette chambre. D'un ton un peu rêveur, elle répondit : « Du café si tu as. Sinon, du thé. » Le sang commençait à lui monter à la tête alors elle coinça ses talons contre le bord du lit et, d'une vive impulsion, se redressa en position assise et recroisa les jambes, en tailleur de nouveau. L'air pensive, se tripotant une mèche de cheveux, Viðja finit par lâcher : « Je viens te demander l'asile. C'est une très longue histoire, mais je suis à la rue en ce moment et je dois me cacher de certaines personnes. J'ai déjà quelques refuges, mais plus j'en ai, mieux c'est, non ? Donc si je pouvais passer chez toi de temps en temps pour me cacher et manger autre chose de le contenu des poubelles ou ce que j'aurais volé et dormir dans un vrai lit et me débarbouiller et être plus en sécurité que dehors, ce serait bien. » Elle tenta un sourire pour que sa demande passe mieux. Natanael allait sans doute péter les plombs mais Viðja espérait bien le convaincre. Puis lui revint en mémoire quelque chose qui avait l'air de mettre tout ceux qu'elle croisait dans leurs états. La jeune femme hasarda : « Et je suis enceinte... ? » Depuis quelque temps, ça marchait comme de la magie, comme un miracle, ce gros ventre qu'elle baladait partout. Il avait un étrange effet attendrissant sur les gens. Au moins, ce parasite venu de nul part avait une utilité.


_________________
-
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: It's not my fault if in God's plan, He made the Devil so much stronger than a man

ϟ ÂGE : 33
ϟ FONCTION : Professeur d'astronomie
ϟ AVATAR : Lee Pace
ϟ ABSENCE ? : Jusqu'en juin pour cause de partiels et autres réjouissances



ϟ LIENS : I can't drown my demons, they know how to swim.

Pick up your tricks ▬ pv. Viðja
MessageSujet : Re: Pick up your tricks ▬ pv. Viðja Mer 30 Juil 2014 - 18:34

« Listen to your head »

Don't ask for trouble
it comes to you quite easily.

   
Il n'aimait pas ça. La réponse à sa question initiale tardait à venir. A quoi réfléchissait-elle, au juste ? A la meilleure manière d'obtenir de lui ce qu'elle voulait ? Plus les secondes s'écoulaient, et plus son coté paranoiaque se réveillait. Lui hurlait qu'elle comptait le faire chanter. Pourquoi prendrait-elle autant de temps, sinon ? Quand on entre par effraction chez quelqu'un, on a généralement une idée assez précise de pourquoi on le fait, non ? C'était d'ailleurs son cas quand il le faisait, par le passé ... Fronçant les sourcils, il continua d'imaginer à toute vitesse une multitude de scénarios catastrophes, tandis que le silence se prolongeait. Et il était tellement absorbé par ses idées noires qu'il faillit ne pas entendre Sólveig quand elle lui demanda du café et dut secouer la tete pour reprendre pied avec la réalité. Café. Du café. Oui, il devait avoir ça quelque part. Il n'en buvait que rarement, surtout pendant les vacances, mais était certain d'en avoir gardé. Il ouvrit plusieurs placards; sans meme songer à utiliser un sort d'Attraction, jusqu'à remettre la main sur l'objet recherché. C'est à cet instant que la jeune femme, toujours tranquillement posée sur son lit, commença à expliquer les raisons de sa présence.

Aux mots « demander l'asile » il se figea, émit une légère grimace. Voilà qui signifiait que la douloureuse expérience d'avoir à la retrouver dans son appartement ne serait sans doute qu'une première. Cependant, il ne l'avait pas encore entendu évoquer une seule des raisons qui auraient pu la pousser à le choisir, lui. Peut-etre n'était-ce là qu'un hasard, peut-etre qu'elle ne se souvenait pas qu'il était censé etre mort en Finlande. Il se prit meme à espérer qu'elle l'ignorait. Ainsi, il pourrait se contenter de refuser sa demande, en inventant n'importe quel prétexte bidon, et reprendrait sa vie comme si rien de tout cela n'était arrivé. Voilà qui sonnait beaucoup plus agréablément à ses oreilles ... mais qui ne marchait qu'à la condition qu'il s'assure de son ignorance totale. Ce qui semblait plus que difficile. Tu aurais du appeler un gérant dès le début, Natanael. Maintenant, ton hésitation ne t'apportera que de la suspicion ... Controlant du bout de la baguette le feu sous sa casserole d'eau, il se résolut donc à écouter la suite de son explication. Et l'ébullition ne manqua de s'emballer aussitot qu'il comprit qu'il ne serait pas seulement un asile, mais surtout une cachette.

Non. C'était hors de question. Inenvisageable. Il ignorait qui en avait après cette ... illuminée, mais il ne comptait absolument pas avoir affaire à eux. Il s'était suffisamment donné de mal pour s'éloigner des problèmes, il n'allait pas non plus les inviter dans son propre appartement ! Sauf qu'elle a tout le potentiel de te poser plus de problèmes si tu refuses que si tu acceptes. D'un geste qu'il tenta de rendre aussi peu fébrile que possible, il sortit de leur emballage deux comprimés posés à coté de la boite de café, et les glissa discrètement dans sa propre tasse. Les sorciers avaient beau dire, certaines pillules de Moldus lui avaient déjà largement garanti satisfaction les années précédentes. Reprenant contenance, il versa l'eau chaude dans les deux tasses, prit sur lui pour ranger sa baguette, et amena les boissons auprès du lit. Et de sa squatteuse. Inspirer, expirer. Ses machoires serrées ne semblait pour l'instant pas aptes à laisser passer autre chose que de l'air, mais une ou deux gorgées de son thé miracle devraient réussir à les détendre. Du moins, il l'espérait. Sólveig n'en avait cependant pas fini avec lui, puisqu'elle avait apparemment omis de lui préciser ... qu'elle était enceinte, rien que ça.

Génial. Maintenant, appeler un gérant était totalement hors de question. Rien n'attirait plus la curiosité qu'un type comme lui, de toute évidence célibataire, mettant dehors une jeune femme enceinte. Car il se demandait sérieusement comment il n'avait pas pu déjà remarquer son petit ventre proéminent, tellement explicite. Elle avait vraiment du le mettre dans tous ses états pour qu'il ne remarque pas ce qui sautait pourtant aux yeux. Sans avoir eu le temps de s'en empecher, il fusilla le-dit ventre du regard. Pourquoi fallait-il que la vie mette toujours sur son chemin des obstacles impossibles à franchir, mmh ? « Et personne ne mettrait à la porte une femme enceinte, pas vrai ? » lacha-t-il à mi-voix, plus pour lui-meme que pour Sólveig. Il prit une nouvelle gorgée de son thé, se redressa pour fixer son regard dans celui de la jeune femme. « Bon. Si on te retrouve chez moi, il se passe quoi, exactement ? »

Un roucoulement étrange ponctua la fin de sa question, provenant du bord de la fenetre. Il n'avait pas besoin de lever les yeux pour savoir de quoi il s'agissait : Jotunn, son chat, venait de toute évidence de rentrer de sa balade quotidienne. Super. Il avait vraiment besoin d'un squatteur de plus. Squatteur, et responsable de la présence de Sólveig, avec ça, car c'était pour lui laisser le champ libre que sa fenetre restait ouverte. Le Maine Coon, ignorant royalement l'air rancunnier de son maitre, grimpa sur la couette pour venir se frotter contre la nouvelle venue. « Teh. Toujours aussi sauvage » nota Natanael à voix haute. Il haussa les épaules et remarqua enfin les pieds terreux et l'air globalement négligé de son ex-camarade. « La douche, c'est par là » indiqua-t-il en montrant du pouce la porte, par dessus son épaule. Puisqu'elle était là, qu'elle en profite. Il ne pouvait de toute façon rien faire pour l'en empecher. Tant qu'il ne serait pas fixé sur ce qu'elle savait sur lui, il n'aurait pas assez de cartes en main pour négocier.


_________________

Stretched to the core of galaxies, distorted city grid ; by a black hole of vanity, blossoms the age of greed. Beyond the laws of density, towers of glass and steel ; temples and fragments of memories, drifting away from me. I'm ready to start the conquest of spaces expanding between you and me, come with the night the science of fighting the forces of gravity ...
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Pick up your tricks ▬ pv. Viðja
MessageSujet : Re: Pick up your tricks ▬ pv. Viðja

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Draft Pick 2016
» tricks de base
» Tirage au sort pour le 1st pick overall 2013 TSHL
» ? I'm gonna pick up the pieces and build a Lego house
» slackline industries liste de tous les tricks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Le Chemin de Traverse :: Le Chaudron Baveur-