Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: Science has not yet taught us if madness is or is not the sublimity of the intelligence.

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Ancien élève de Serpentard, ancien Langue-de-Plomb, Mangemort en fuite
ϟ AVATAR : Godfrey Gao
Freak Out Team

ϟ LIENS : From childhood's hour I have not been. As others were, I have not seen. As others saw, I could not awaken. My heart to joy at the same tone. And all I loved, I loved alone.

Bad blood | Zahari [Clos]
MessageSujet : Bad blood | Zahari [Clos] Ven 5 Sep 2014 - 18:04

    Tout autour d'eux, la brume et l'obscurité régnaient comme une menace silencieuse. L'ambiance morbide faisait honneur à la réputation des lieux : au-delà du fait que les façades des boutiques étaient agrémentées d'objets à l'aura sinistre, les passants arboraient tous ce même air méfiant, leurs doigts fermement serrés autour de leur bourse en peau de vipère. Voleurs, escrocs et assassins avaient trouvé leur royaume dans ce dédale de ruelles sombres qui regorgeaient d'occasions illicites, et les rumeurs ne cherchaient plus à se cacher au cœur de cet immense réseau d'informations. L'Allée des Embrumes. Pouvait-il exister un quartier moins douteux que celui-ci dans tout le monde sorcier ? Probablement pas.

    Postés nonchalamment sous un lampadaire qui diffusait une faible lueur verdâtre, trois hommes discutaient, leurs voix résonnant avec une excitation fébrile alors qu'ils se livraient à un échange passionné. Ils ne prenaient la peine de s'arrêter que lorsque des silhouettes, encapuchonnées pour la plupart, passaient dangereusement auprès d'eux. Leur regard suivait l'intrus jusqu'à ce qu'il disparaisse dans l'ombre d'un porche ou à l'angle d'une rue, puis ils reprenaient sur le même ton débordant d'arrogance, fiers et heureux de se trouver du mauvais côté de la barrière, la barrière de la Justiiiiice façon Dumbledore.
    « Je ne comprends pas pourquoi Mrs Lestrange ne prend pas l'initiative de lancer une attaque... C'est le moment rêvé, pourtant ! Les citoyens lambda n'auront pas le temps de réagir... Et ces sales Sangs-de-Bourbe seront anéantis dans la foulée.
    Il y en a trop, cracha son compagnon d'une voix hargneuse. Ils se reproduisent comme des rats, ces parasites, et il ne faudrait pas qu'il nous échappe dans la confusion. Non, moi je crois qu'il faut plutôt opter pour une exécution méthodique.
    Impossible à camoufler...
    On s'en fout, de se camoufler ou non ! Je te rappelle qu'on a le Ministère dans notre poche... Pas vrai, Lichuan ? »

    Le troisième homme, le seul qui n'avait pas encore pris la peine de parler, leva les yeux du précieux bouquin qu'il était occupé à lire avec une ferveur religieuse. Sa redingote violette, sans aucun pli futile, se détachait sur le mur de briques sombres auquel il était adossé. Comme ça, un léger sourire aux lèvres, il ressemblait à un personnage d'Alice aux Pays des Merveilles, ou à un érudit qui avait oublié d'être sage à la naissance. « Plaît-il ? articula Lichuan d'une voix distraite qui voulait en fait dire : désolé, ta façon de parler semble indiquer que je suis censé prêter attention à la conversation mais, tu vois, alors que je suis en train de lire un Victor Hugo passionnant, je m'en fous littéralement.
    On a le Ministère dans notre poche, répéta l'inconscient, qui ne devait pas savoir qu'il était strictement déconseillé de déranger Lichuan durant sa lecture.
    Ah oui... »

    Bien sûr, il travaillait au Ministère mais, pour lui, c'était davantage par amour de son métier que par autre chose.
    Les yeux ancrés aux pages de son livre, il ne daigna saluer le départ de ses camarades Mangemorts. Encore un peu plus, et leur discussion inutile aurait fini de lui mettre les nerfs à vif avant de le forcer à sortir sa baguette. Lichuan ne voyait pas les choses ainsi : à ses yeux, il manquait à la moitié des Mangemorts le cran d'aller au cœur de la bataille, et à l'autre moitié la santé mentale pour savoir se contenir le moment venu. Cela n'empêchait qu'il passait de sacrés bons moments auprès d'eux.

    Se résignant à abandonner le monde merveilleux de la littérature française, Lichuan décolla sa grande carcasse du mur alors que la tête de son Elfe de maison jaillissait d'un tonneau non loin. « On rentre à la maison, Conscience, ordonna l'asiatique sans même qu'une image ne lui vienne à l'esprit. » Cela faisait bien longtemps qu'il avait sacrifié sa maison sur l'autel de la dévotion.

    « Maître, couina Conscience en s'extirpant durement du tonneau. Maître, je n'ai pas trouvé le moyen de vous avertir tant que les autres (elle prononça ce mot comme si elle était prête à vomir) étaient là mais... Maître, vous devez savoir que quelqu'un vous observe depuis le début de la conversation... »
    Promenant son regard sur les ombres qui peuplaient la ruelle, Lichuan sourit. « Je sais. »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tu pues, tu t'es lavé, aujourd'hui ?

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : Serpentard, 6e année
ϟ AVATAR : Dylan Sprayberry



Bad blood | Zahari [Clos]
MessageSujet : Re: Bad blood | Zahari [Clos] Lun 15 Sep 2014 - 0:34

Le chemin de traverse était rempli comme il l'est toujours la veille d'une pré-rentrée : partout on pouvait voir les enfants de Moldus que Zahari regardait avec empathie et gentillesse. Il n'était pas le gros dur et l'image qu'il s'était forgée était un mythe dont il se servait uniquement pour finir sa scolarité sans trop avoir d'ennuis. Alors oui, parfois, il y avait peut-être – Flinch-Fletchley – quelques personnes qu'il détestait vraiment, mais la plupart du temps, il faisait semblant d'être le méchant, notamment avec les enfants de Moldus. Ils avaient des étoiles dans les yeux que les autres n'avaient pas et quand ils s'approchaient de la boutique de balai, de celle de Fred et George Weasley ou encore de toute chose qui volait en l'air sans faire d'histoire, ils poussaient un « waou » d'émerveillement. C'était un peu énervant à la longue, mais Lone se disait que s'il avait vécu éloigné de la magie, il aurait certainement ressenti cela, lui-aussi.

La boutique du marchand de balais avait toujours autant de succès, au vu de la dizaine d'enfants toujours agglutinés devant la vitrine. Des petites merveilles étaient exposées à la vue de tout le monde, et si Lone ne détestait pas si catégoriquement le Quidditch, pour l'inconfort de son royal fessier sur ce maudit bout de bois, il aurait bien été tenté d'essayer...à quoi pensait-il, là ? À du Quidditch et pire, à vouloir monter sur un balai ? Zahari Lone se resaisit soudainement pour reprendre en main la liste de ce qu'il était venu chercher. Il était venu ici en poudre de cheminette et contrairement à la plupart des gamins du Chemin, il n'avait pas ses parents dans les pattes.

Après un saut – long de deux heures – à Fleury et Bott, où il emmerda le vendeur pour avoir des exemplaires en édition limitée d'un ouvrage qu'ils auraient à étudier cette année « La couverture bleue, il y a deux schémas des Mandragores en plus, mince ! Vous ne savez pas lire, ou quoi? », l'incompétent homme à tatouage – n'avait-on pas vu aussi mauvais goût – le lui trouva dans le fin fond de la réserve. Heureux et fier comme un paon, Lone paya son dû et sortit de la librairie un large sourire aux lèvres. Une petite engueulade avec des Gryffondors – c'était leur faute, aux Gryffondors, s'ils se trouvaient toujours dans son chemin – et Zahari entra dans l'allée des embrumes.

L'Allée des Embrumes...Elle n'était pas interdite, contrairement à la forêt, mais elle pouvait parfois cacher des dangers équivalents. Lone ne se trouvait pas là pour acheter, bien qu'il ait assez d'argent pour se rendre chez Barjow et Beurk, ce qu'il avait bien sûr déjà fait, par fascination et curiosité. Ce qui était intéressant, dans l'Allée, c'était de voir le Peuple qu'elle recelait, invisible même chez les Sorciers. Il y avait des sorcières à verrues, des enchanteurs du dimanche, des voyantes sans un sous. Toute la vermine et la peste était représentée ici : les marches étaient sales, et il n'était pas rare d'y croiser, soit un sympathisant de Vous-savez-qui, soit un Serpentard, ce qui, pour certaines mauvaises langues, revenait au même.

Juste à côté de l'endroit où il se trouvait – Zahari était caché par un mur – il entendait des voix. Plusieurs voix, qui lui firent retenir son souffle. Ils parlaient de mener une attaque contre les Sang de Bourbe et eux, contrairement à Zahari, ils étaient inhabituellement sérieux. Ils avaient tous l'air de sympathisants et d'ailleurs, il savait maintenant même à qui allait leur allégeance : Bellatrix Lestrange. Lone n'était pas un idiot : il faisait semblant de s'intéresser aux Mangemorts depuis longtemps déjà, et avait mené sa petite enquête, suffisamment pour connaître deux ou trois noms, aussi pour savoir que le Ministère était loin d'être du côté des moldus. Il savait que se trouver ici était dangereux, mais de toute façon, faire un peu de côté, pour rebrousser chemin ou même passer et faire comme s'il n'avait jamais rien entendu aurait été un poil dangereux. Il resta donc immobile, jusqu'à entendre cette voix.

C'était celle d'un homme et d'une elfe, et il soupira lorsqu'il sut qu'ils savaient depuis le début qu'il était ici. Alors, Zahari sortit de sa cachette, faisant face à l'asiatique inconnu. Et lui, avait-il été à Serpentard ou avait-il été un ancien Gryffondor, ce qui aurait été assurément drôle ? Lone lui lança un regard farouche, resserrant le nœud de sa cravate verte et argent.

« Mauvais endroit, mauvais moment. Je passais par cette rue et j'ai entendu parler de Sangs de bourbe : il ne servirait à rien de le nier. Vous prévoyez enfin quelque chose pour vous en débarrasser ? », dit-il avait cette insolence habituelle dans les yeux.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Science has not yet taught us if madness is or is not the sublimity of the intelligence.

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Ancien élève de Serpentard, ancien Langue-de-Plomb, Mangemort en fuite
ϟ AVATAR : Godfrey Gao
Freak Out Team

ϟ LIENS : From childhood's hour I have not been. As others were, I have not seen. As others saw, I could not awaken. My heart to joy at the same tone. And all I loved, I loved alone.

Bad blood | Zahari [Clos]
MessageSujet : Re: Bad blood | Zahari [Clos] Sam 11 Oct 2014 - 22:08

fall

out
boy


Ce n'était qu'un adolescent ; à peine plus âgé que lui le jour où il avait décidé de prendre la Marque. Avec un sourire nonchalant, Lichuan décolla son dos du mur humide auquel il s'était appuyé précédemment. Ses os craquèrent dans le silence inconfortable qui avait succédé la tirade du gamin, et il étira son bras en direction de son visage juvénile. Sa main effleura les traits hautains, rehaussés par un regard farouche, avant de se saisir de son menton pour mieux contempler le profil à l'allure innocente, comme s'il jaugeait une pièce de viande. Cachée derrière son tonneau, Conscience émit un grognement désapprobateur au contact, comme si elle devinait les pensées de son maître, et que celles-ci ne lui plaisaient pas. Il fallait l'avouer, quelque part, ce garçon était intéressant. Mais guère plus transcendant que la foule de candidats enthousiastes au suicide qui peuplaient les rangs des Mangemorts. Que pouvait-il avoir de si spécial, ce gosse aux mots aussi stupides qu'arrogants, pour qu'il daigne lui laisser la vie sauve et même plus encore, le faire entrer dans son univers ? Tout cela était extrêmement ennuyeux. Il avait eu l'audace de se faire remarquer bien que, sans le savoir, il possédait la vulnérabilité des enfants qui n'ont pas encore connu la guerre, la véritable guerre. Celle qu'on doit mener contre soi-même. Secouant la tête avec un rire vaguement moqueur, il glissa ses doigts dans sa poche et, voyant l'adolescent se raidir alors qu'il devinait la forme de sa baguette, Lichuan jugea enfin utile de parler :
    « Peut-être que c'est de toi dont je devrais me débarrasser, tu ne penses pas ? Les témoins sont toujours gênants... »
Adoptant le tutoiement instinctivement, l'asiatique se demanda un court instant à qui le jeune homme manquerait. S'il pouvait compter sur quelqu'un pour pleurer à son enterrement. Sa phrase avait été prononcé sur le ton d'une sentence irrévocable, et Lichuan brandit sa baguette en direction d'un lampadaire pour en atténuer la lueur agressive, comme s'il se préparait à faire quelque chose d'irréparable. Et c'était bien ça, un meurtre, qu'il souhaitait commettre, de toute façon. Enfoncer sa baguette dans la gorge de l'imprudent, prononcer un sort, un unique sort d'une facilité ridicule, et le regarder agoniser avec une sorte de fascination morbide. Voir son corps se tordre sur les pavés et le sang couler des articulations brisés tandis qu'il essayait vainement de se débarrasser d'une emprise invisible. La peur dans ses yeux clairs. Envolée, son insolence typique des jeunes qui ne savent pas où ils ont mis les pieds. Disparue, avec sa vie. Le lendemain, on retrouverait un cadavre et personne ne saurait jamais qui l'avait mis là. Lichuan l'avait déjà fait. Il pouvait recommencer. C'était si facile―

Oui, mais l'adolescent avait les yeux bleus.
Suspendant tout à coup son geste, Lichuan s'aperçut qu'il avait dangereusement approché sa baguette du front de l'imprudent. Il ne s'en était même pas rendu compte. Il avait dû agir par automatisme, avant de remarquer la nuance délicate au fond du regard de son vis-à-vis. Avait-il eu peur, pendant quelques secondes ? Avait-il eu envie de fuir ? L'aurait-il fait ? Rangeant sa baguette, Lichuan décida que tout ça n'avait guère d'importance. Il ne l'avait pas fait. Et maintenant, ils étaient là, tous les deux, immobiles, silencieux. Puis, Lichuan sourit.
    « Mais ce serait dommage d'abîmer un si joli visage... »
Il pensait ce qu'il disait, sincèrement. Il avait eu envie de le tuer un moment mais, désormais, alors qu'il détaillait le bleu de son regard, il n'y pensait plus du tout. En vérité, il aurait pu lui arracher les yeux, pour pouvoir en profiter, seul, à l'abri, mais il lui fallait la voix et les mots qui allaient avec, sinon, il allait finir par s'ennuyer. Un joli visage, c'est ce qu'il avait dit. Si simple à pervertir. D'habitude, il aurait tourné les talons, dégoûté par les milliers de possibles dont recèle la jeunesse.
Alors, pourquoi ne pouvait-il pas se contenter d'abandonner l'adolescent aux ombres de la ruelle ?

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tu pues, tu t'es lavé, aujourd'hui ?

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : Serpentard, 6e année
ϟ AVATAR : Dylan Sprayberry



Bad blood | Zahari [Clos]
MessageSujet : Re: Bad blood | Zahari [Clos] Sam 8 Nov 2014 - 22:32

Il paraît sauvage et maléfique. Zahari le sauvage avale sa salive un grand coup avant de relever les yeux vers lui. Le tuer ? Il veut le tuer ? Et pourtant, il est innocent. Le seul crime qu'il a commis, selon les Mangemorts, c'est sans nul doute d'apprécier les Moldus. Par chance, évidemment, ces types ne le savaient pas et n'avaient aucun moyen de le savoir : il fallait dire que nul acte dans la manière de se comporter de Lone ne laissait penser qu'il avait, en vérité, bon cœur. Même ses camarades le considéraient comme un enfoiré : c'était dire.

Les actes, les paroles et surtout les yeux de Lichuan étaient flippants. Pendant un instant, Zahari aurait souhaité déjà pouvoir transplaner, ou même trouver une cheminée pour utiliser de la poudre de cheminette qu'il avait dans sa poche. Mais si Poudlard lui avait appris quelque chose – comme quoi –, c'était qu'un problème n'arrive jamais seul. Que si Lichuan le voyait à visage découvert, il avait une mémoire, il avait vu la couleur de son uniforme : de là, facile de chercher quel était l'élève de Serpentard qui avait fui jusqu'à la cheminée de Barjow et Beurk pour s'évanouir dans la nature. Et le tuer. Alors Lone tentait d'être le plus zen possible. Il savait qu'il était intelligent, qu'il avait appris beaucoup dans les livres, mais la pratique était différente : au fond de lui, il était mort de peur, surtout en pensant que ce type malsain pouvait lui lancer un Avada Kedavra sans cligner des yeux.

Zen, Zahari, Zen. Il pensait à Risenfield et à leurs embrouilles, à tous les deux. Les insultes qu'ils pouvaient se lancer et les gamineries qu'ils faisaient. Il se croyait si fort, si invincible, et voilà, il allait peut-être être tué par un type qu'il ne connaissait pas du tout. Le visage de Risenfield, un mixte entre la beauté et la rage suprême. Pour la première fois de sa vie, Zahari se surprit à penser qu'il l'appréciait.

« Vous...vous ne devriez pas me tuer. Je compte rejoindre les rangs de Vous-savez-qui. Je crois en lui. »

Tenter de paraître le plus calme possible, ne pas bégayer en parlant et surtout, regarder l'étranger avec détermination, sans faillir. Respirer calmement, aussi, ne surtout pas se précipiter au risque de faire une grosse crise d'angoisse. Et ce n'était pas le moment de se mettre à crier et bouger dans tous les sens, pas avant que ce type ne se soit éloigné de plusieurs centaines de mètres et qu'il ne soit plus dans son champ de vision. Il tentait de ne pas imaginer son bras avec cette hideuse marque des ténèbres accrochée dessus, la douleur stridente lorsqu'ils seraient appelé, les morts qu'il devrait voir et qu'il devrait causer. Lone devenait de plus en plus blanc : c'était juste un gamin de seize ans, trop arrogant, parfois, mais qui trouvait souvent les bonnes réponses. Et cette fois-ci, il avait été dépassé par les évènements.


« Baissez votre baguette. », ce qu'il détestait les sorciers. Ils étaient racistes, et ils renfermaient une haine dont il ne connaissait l'origine. En fait, le pouvoir que la Magie leur donnait les rendaient tous puissants, ivres de pouvoir, de domination. Lorsqu'ils voyaient les Moldus s'en sortir seuls sans aucune technique magique, ils devenaient jaloux et insupportables. Ils désiraient juste les vaincre pour les assouvir... Lorsqu'ils se prendraient une bombe atomique sur la tronche, ils comprendraient peut-être à quel point il était important de comprendre la technologie moldue. « Je suis un Serpentard. Lone. Zahari Lone, en sixième année. On vous a peut-être parlé de moi. Je ne vous suis pas franchement hostile, et je ne parlais à quiconque de ce que je viens de voir. »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Science has not yet taught us if madness is or is not the sublimity of the intelligence.

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Ancien élève de Serpentard, ancien Langue-de-Plomb, Mangemort en fuite
ϟ AVATAR : Godfrey Gao
Freak Out Team

ϟ LIENS : From childhood's hour I have not been. As others were, I have not seen. As others saw, I could not awaken. My heart to joy at the same tone. And all I loved, I loved alone.

Bad blood | Zahari [Clos]
MessageSujet : Re: Bad blood | Zahari [Clos] Ven 28 Nov 2014 - 18:06

fall

out
boy


    « Vous... vous ne devriez pas me tuer. Je compte rejoindre les rangs de Vous-savez-qui. Je crois en lui. »
Les mots fatidiques, les voilà prononcés d'un ton qui ne suffit pas à convaincre Lichuan. Il sait ce qu'il y manque, la conviction profonde, le fanatisme à peine voilé. Il sourit. Le pauvre garçon ignore dans quoi il met les pieds, il ne sait pas que croire en quelqu'un, au sein d'une machination aussi grotesque, ne veut rien dire. Parce que Bellatrix Lestrange ne croit en personne, en rien d'autre que les vagues réminiscences de son maître disparu. Elle a trouvé la parade, elle. C'est ce qu'il a envie de lui avouer, méprisant, moqueur, mais son visage blême et la peur qui suintait de tous les pores de sa peau lui inspiraient des pensées moins pratiques. Il semblait si facile de manipuler l'adolescent, c'était un jeu que Lichuan se surprenait à aimer. Alors il éclata de rire, feignant la pitié lorsqu'il ajouta, condescendant : « Croire ! Est-ce que croire t'aidera à lever ta baguette lorsque tu devras tuer un Sang-de-Bourbe ? Est-ce croire te permettra d'enchaîner les séances de torture sans tourner de l’œil, sans jamais remettre en doute les décisions de tes aînés ? Il y a des gens qui croient, et ils finissent au fond d'un trou parce qu'ils ne possèdent pas la force de prononcer un sortilège de mort. » Le dévisageant avec cette fausse expression de sollicitude et d'ironie mêlés, Lichuan profitait de sa vulnérabilité, s'en nourrissait comme un vautour s'amuse à rôder dans les sillages d'une créature mourante afin d'être le premier à se repaître de son cadavre encore chaud. L'image était frappante, à ses yeux. « En seras-tu capable, toi ? De tuer de sang-froid ? »

« Baissez votre baguette, commanda le jeune garçon. » Sans même essayer de se retenir, Lichuan ricana. « Ne me donne pas d'ordres, gamin, cracha-t-il en glissant sa baguette le long de la gorge pâle, menaçant d'un geste de la barrer d'un trait rouge. » Il était un Mangemort, après tout, doublé d'un Langue-de-Plomb exemplaire avec suffisamment d'années d'expérience pour pouvoir prétendre battre un gosse en duel. Face à lui, il n'y avait pas d'ennemi à craindre. Juste un enfant effrayé qu'il se plaisait à tourmenter.
    « Je suis un Serpentard. Lone. Zahari Lone, en sixième année. On vous a peut-être parlé de moi. Je ne vous suis pas franchement hostile, et je ne parlais à quiconque de ce que je viens de voir. »
Penchant la tête sur le côté, inquisiteur, Lichuan répliqua simplement : « Et moi, je suis une danseuse de claquettes qui a fait toute sa scolarité à Durmstrang. Sérieusement, tu ne devrais déballer ton identité devant de parfaits inconnus, surtout en prenant un ton aussi arrogant. (Ses lèvres s'étirèrent en un sourire pernicieux) Qui aurait pu entendre parler de toi ? Tu n'es qu'un gosse imprudent. Un idiot. Tu ne mérites certainement pas d'entrer dans nos rangs. D'ailleurs, pourquoi faire ? » Une certain curiosité flottait derrière ses mots. Pourquoi gâcher sa jeunesse au service d'une folle furieuse ? Pourquoi se laisser charmer par de telles sirènes alors qu'un avenir brillant l'attendait certainement ? Avec un soupir, il daigna enfin ranger sa baguette, ne détournant toutefois pas son attention de la silhouette juvénile qui lui faisait face, morte de trouille et à la requête insensée...

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tu pues, tu t'es lavé, aujourd'hui ?

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : Serpentard, 6e année
ϟ AVATAR : Dylan Sprayberry



Bad blood | Zahari [Clos]
MessageSujet : Re: Bad blood | Zahari [Clos] Sam 24 Jan 2015 - 23:52

Les lumières de l'Impasse lui semblaient encore plus ténues que d'habitude et ses jambes plus molles. Avait-il de la force ? Tenait-il vraiment sur ses genoux, ou même, réussissait-il à le regarder dans les yeux, lui, celui qui le menaçait de mort ? Pire, Lichuan voyait-il qu'il était à proprement dire terrifié à l'idée de mourir ? Il avait l'impression d'être à l'extérieur de son propre cœur et de s'observer, sale de sueur, se retenant de se pisser dessus, les cheveux collants à son front. Il se dégoûtait. La peur était vraiment le pire des sentiments, et elle serait sans doute la raison de sa mort, ici-bas, dans cette ruelle de merde dans laquelle il ne se rendait jamais. Presque jamais. Lone se dégoûtait ; il avait passé des mois et des mois à mentir, à entretenir à son sujet des rumeurs parfaitement ignobles et à s'inventer un mythe de sang-pur des plus ignobles. Savoir qu'il allait être tué, ici, par une de ces personnes, alors qu'il avait toujours prétendu être comme eux...c'était franchement l'ironie du sort.

Il ne l'entend pas : il croit qu'il ne l'entend pas, et s'il l'entend, il peine à ne pas tourner de l’œil lorsqu'il évoque les séances de torture. Il revoit les gosses avec qui il jouait, à l'école, et ne peut s'empêcher de les imaginer, morts, ou pire. C'est horrible. Lone ne s'en jamais senti aussi faible, et il aurait bien voulu ne jamais ressentir ce sentiment. Alors quoi ? Et si tout devait être plus simple ? Il jouait bien la comédie à Poudlard, non ? Devant tout un tas de professeurs, devant tous les élèves ? Finalement, il n'était lui-même qu'avec ses parents et Gaya, parfois. Alors, Lone souffla. Ses mains arrêtèrent de trembler, non pas par magie, mais parce qu'il s'exerçait depuis très longtemps à avoir une parfaite maîtrise de lui-même. S'il avait déconné, là, c'était que l'homme qu'il avait en face de lui était plus dangereux que les autres, et que justement, à la moindre erreur, il l'effacerait du reste du monde.

Que Whitelaw range sa baguette eut tout d'un coup comme effet de le rendre beaucoup plus zen ; il se relâcha une micro-seconde, puis, se redressa, tendu comme un piquet, se souvenant de qui était juste devant lui. Il n'avait pas oublié qu'il était le seul à avoir donné son identité, dans l'histoire, et que l'asiatique restait toujours anonyme. Qu'il prétende avoir été danseuse de claquettes n'était sûrement pas la vérité...et d'ailleurs, il n'accorda aucune réaction à cette réponse insatisfaisante.

« Si je suis capable de tuer quelqu'un ? Sûrement. Je n'ai jamais testé, mais ça me plairait d'essayer sur mes compagnons de dortoir. Je suis un génie. Inventer un alibi ne me posera pas de problème et franchement...ce que les gens normaux appellent sentiments...je ne comprends pas vraiment ça. »

Un génie du mensonge, bien sûr. Il les comprenait mieux que tout le monde, les sentiments. Il n'était pas à l'aise avec eux, mais ils étaient crachés violemment dans sa figure et il se les prenait en pleine poire. Pendant un instant, il avait songé à lui dire la vérité : le fait qu'il voulait juste partir, que les Mangemorts ne l'intéressaient pas, qu'il voulait même aller au Magenmagot pour se battre contre eux, mais il ne se souvenait que de la froide morsure de la baguette. Il n'était certainement pas assez idiot pour oublier qu'il avait été témoin, qu'il avait vu plusieurs visages et que la seule manière de faire oublier les gens gênants, pour les types comme ça n'était pas un simple maléfice d'Oubliettes, mais...un sortilège impardonnable.

« Mon utilité, c'est ça ? ...Des plans. Il vous faut des plans, car tous Mangemorts que vous êtes, il y aura forcément le Ministère, et que tous les Aurors ne se font pas avoir avec de l'argent. Je vois tout, je sais tout. Il me suffit de lire un livre pour l'apprendre par cœur, et j'ai déjà pu m'exercer sur des camarades imprudents. Je ne vous insulte pas, je ne dis pas que vous êtes incapables de réussir vos opérations : ça, au contraire, mais...songez à quel point vous pourriez être victorieux avec un stratège à votre service. »

A l'extérieur, il arborait un sourire qu'il voulait sadique, et il retroussa la manche de son bras droit. Le lui tendit. Il était nu.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Science has not yet taught us if madness is or is not the sublimity of the intelligence.

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Ancien élève de Serpentard, ancien Langue-de-Plomb, Mangemort en fuite
ϟ AVATAR : Godfrey Gao
Freak Out Team

ϟ LIENS : From childhood's hour I have not been. As others were, I have not seen. As others saw, I could not awaken. My heart to joy at the same tone. And all I loved, I loved alone.

Bad blood | Zahari [Clos]
MessageSujet : Re: Bad blood | Zahari [Clos] Ven 30 Jan 2015 - 23:08

fall

out
boy


Il y a ce léger changement dans la physionomie du garçon qui s'opère comme un miracle tardif. Ses mains s'arrêtent de trembler, son souffle s'apaise. D'un coup, il paraît plus sûr de lui, il ressemble beaucoup moins à un Moldu pétrifié face aux phares aveuglants du Magicobus. Le fait qu'il range sa baguette acheva de lui insuffler le courage qui lui manquait. Lichuan apprécia l'effort avec un petit sourire approbateur. Voilà qui est mieux ainsi, songe-t-il, à la fois ravi et méprisant. Finalement, le garçon vaut peut-être la peine qu'on s'intéresse à lui ou bien ce n'est qu'une façade mensongère de plus, une vague tentative pour demeurer en vie un peu plus longtemps. Cela ne l'étonnerait guère, après tout : il se demandait sincèrement si son attitude n'était pas simplement un réflexe, une suite de paroles sans véritable sens qui n'avait pas d'autre intérêt que d'attirer sur lui toute l'attention afin d'échapper à une fin violente. La déclaration que le garçon proféra d'un ton dangereusement assuré confirma ses soupçons. « Si je suis capable de tuer quelqu'un ? Sûrement. Je n'ai jamais testé, mais ça me plairait d'essayer sur mes compagnons de dortoir. Je suis un génie. Inventer un alibi ne me posera pas de problème et franchement... ce que les gens normaux appellent sentiments... je ne comprends pas vraiment ça. » Allons donc. Il ne pensait quand même pas réellement qu'il allait réussir à lui faire croire qu'il était un petit psychopathe en puissance alors qu'il menaçait de mouiller son pantalon moins de trente secondes auparavant ? Quel tissu de sottises. Il connaissait mieux que lui les mécanismes du mensonge.
    « Quel dommage, susurra Lichuan en guise de réponse. Parce que jusqu'à l'ultime moment, ce seront les sentiments qui te préserveront de la folie, la vraie, la pure. Es-tu fou, Zahari Lone ? L'es-tu depuis le début ou l'es-tu devenu après avoir assisté à quelque scène insoutenable ? À moins que tu ne sois en train d'essayer de me duper, qu'en penses-tu ? Ai-je raison de t'accorder une chance, de te faire confiance ? »
Les mots franchirent ses lèvres comme une menace, le sous-entendu est clair : il n'y aura pas de deuxième essai, peu importe à quel point le jeune homme semble déterminé —ou tout simplement désespéré ? Aux implacables yeux de Lichuan, la seconde hypothèse est la plus probable. Pour ne pas être déçu, il s’efforçait toujours d'être le plus pessimiste possible, c'était une question de prévoyance, voire même d'intelligence. Déjà, Zahari continuait : « Mon utilité, c'est ça ? ... des plans. Il vous faut des plans, car tous Mangemorts que vous êtes, il y aura forcément le Ministère, et que tous les Aurors ne se font pas avoir avec de l'argent. Je vois tout, je sais tout. Il me suffit de lire un livre pour l'apprendre par cœur, et j'ai déjà pu m'exercer sur des camarades imprudents. Je ne vous insulte pas, je ne dis pas que vous êtes incapables de réussir vos opérations : ça, au contraire, mais... songez à quel point vous pourriez être victorieux avec un stratège à votre service. » À nouveau, il éclate de rire. C'est un rire clairement moqueur, presque hystérique. Le petit est si peu au courant des initiatives des Mangemorts que cela en deviendrait presque comique, s'il n'était pas aussi sérieux. Il s'adossa nonchalamment au mur et commença à énumérer d'une voix fébrile, condescendante :
    « Laisse-moi t'apprendre deux ou trois petits trucs, Zahari Lone. Nous savons tout. Nous sommes omniprésents. Dans toutes les sphères du Ministère, à toutes les échelles. Nous avons accès à tous les plans que nous désirons. Certains d'entre nous sont Aurors. Il finira bien par arriver un accident au reste. Cette histoire de mémoire parfaite, par contre... (il se stoppe un moment, comme pour imaginer l'étendue des potentialités d'un tel atout) ... est intéressante. »
C'est à cet instant précis que Lone découvre son bras, un bras nu et vierge, que Bellatrix se plaira certainement à souiller de son empreinte indélébile. Lichuan ne bronche pas. Le sourire sadique a l'air désespéramment faux. Le geste bien trop calculé pour être honnête. Il l'observe, pèse le pour et le contre, juge, hésite, conclut. « Seule Mrs Lestrange a le pouvoir de t'introniser dans nos rangs. Si tu le souhaites vraiment... » Il ne lui tend pas la main, comme il ne sait pas Transplaner. L'invitation implicite réside dans la présence silencieuse de Conscience à ses côtés, créature craintive qui les acheminera sain et sauf jusqu'au repaire des Mangemorts. Jusqu'en Enfer.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tu pues, tu t'es lavé, aujourd'hui ?

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : Serpentard, 6e année
ϟ AVATAR : Dylan Sprayberry



Bad blood | Zahari [Clos]
MessageSujet : Re: Bad blood | Zahari [Clos] Dim 15 Fév 2015 - 18:45

Bellatrix Lestrange. Ce nom vous évoque le pire, n'est-il pas ? Alors imaginez-vous face à elle, face à la possibilité que ses terribles yeux fixent votre âme, devine jusqu'à vos sentiments les plus profonds et vous marque à vie de sa terrible baguette magique. Non, vous ne voulez pas ? Cette marque noire apparaissant comme un cancer sur votre peau ; indélébile, haïssable, irrévocable, même en cherchant dans les livres de magie plus noire que noire. Il aurait sans doute le monde contre lui, même ceux qu'il chérissait actuellement. Zahari ne pouvait – ne voulait – imaginer la réaction de ses proches lorsqu'ils verraient, sans doute par erreur, la marque. Roxy serait sans doute déçue, profondément déçue. Gaya...il ne savait que penser de Gaya sur ce sujet-là ; Lone avait peur, justement, que son amie soit tombée dans le côté obscur sans qu'il eusse pu maîtriser quoique ce soit. Pourquoi, à vrai dire ? Pourquoi n'avait-il pas le choix ? Pourquoi ne savait-il pas transplaner, à l'instant, pour éviter ce type complètement cinglé et disparaître de sa vue ? À Poudlard, il serait sûrement en sécurité, mais encore fallait-il y parvenir.

Son jeu était sans doute clair aux yeux de Lichuan : personne, mais vraiment personne, ne proposant une allégeance soudaine au groupe des Mangemorts après en avoir surpris. Cette demande était clairement opportuniste, mais Zahari préférait qu'il ait des doutes sur lui que de mourir dans d'atroces souffrances, car il ne doutait point que Whitelaw le tuerait, à défaut de le laisser avec un potentiel sort d'amnésie, où un brusque flash lui permettrait de se souvenir de ce qu'il avait oublié. Il n'y aurait plus de moments tranquilles, plus d'instant où il pourrait se poser en se demander s'il pourrait rejoindre l'Ordre du Phoenix une fois qu'il quitterait Poudlard. Non. Même eux, ils ne lui feraient pas confiance, et Lone ne doutait pas qu'il serait investi de missions qui ne lui tiendraient pas à cœur. Il était trop jeune pour tuer, mais il savait qu'ils le testeraient.

Il n'était pas fou. Non, il n'était fou. Il essayait juste de montrer qu'il l'était pour ne pas mourir. Il serait incapable de tuer, tout autant qu'il était incapable de cogner quelqu'un avec ses poings – pour cela, il préférait carrément les moyens détournés – engager un tierce personne, détrousser quelqu'un carrément, ça lui paraissait être une très bonne idée. Il se sentait maintenant petit, si petit, devant l'immensité du monde, devant le noir et toute l'obscurité que pouvaient dégager ces personnes, et...

« Je le souhaite vraiment. », sa voix fut plus ferme qu'il ne le pensait. La prochaine fois qu'il reverrait Risenfield, il serait sans doute un Mangemort, et ça, ça le chagrinait au plus haut point. Malgré le fait que la Gryffondor l'énervait au plus haut degré, il ne pouvait plus s'empêcher de se dire que ce ne serait plus la même chose. Plus jamais, avec tous ces Mangemorts partout, à surveiller tout le monde, à être dans le Ministère, à Poudlard ou à la Gazette. Partout, comme lui disait Lichuan. Partout, aucune échappatoire possible, même au fin fond de l'Alaska.

Lone lui tendit la main et sous un « plop », comme on débouche un bouchon de bouteille, Conscience, son Elfe de maison, réapparut. Elle les fit disparaître en un instant, et il se retrouvait dans une maison où il n'était jamais rentré. L'ambiance était austère et la respiration lui manquait. Il avait l'impression de se retrouver en haute montagne, car l'air entrait mal dans ses poumons, et que l'écho rendait fracas leurs pas. Ils marchaient.

Et marchaient, et marchaient. Cela parut une éternité à Zahari. Le décor autour d'eux était, autrement que horrible, vraiment typiquement sorcier. Ils devaient se trouver dans le manoir des Lestrange ou quelque chose comme cela, c'était la seule explication quant à leur localisation. Lone n'osait prononcer un foutu mot qui aurait sans doute entraîné sa mort violente, jusqu'à...Jusqu'à ce qu'il vit Bellatrix.

S'il n'y avait quelqu'un qui ressemblait littéralement à une sorcière, c'était bien Bellatrix. Elle avait les cheveux noirs, mal coiffés, le teint horriblement pâle et des yeux effrayantes. C'était le genre de femme incontrôlable ; celle qui change d'avis comme de chemise et qui commet des actions sans réfléchir. C'était sa réputation, mais cet avis se renforça lorsque Zahari la vit.

« Madame. », murmura-t-il. Il baissa la tête, comme pour la saluer.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Science has not yet taught us if madness is or is not the sublimity of the intelligence.

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Ancien élève de Serpentard, ancien Langue-de-Plomb, Mangemort en fuite
ϟ AVATAR : Godfrey Gao
Freak Out Team

ϟ LIENS : From childhood's hour I have not been. As others were, I have not seen. As others saw, I could not awaken. My heart to joy at the same tone. And all I loved, I loved alone.

Bad blood | Zahari [Clos]
MessageSujet : Re: Bad blood | Zahari [Clos] Mar 17 Fév 2015 - 18:07

fall

out
boy


C'est patiemment, presque sagement, que Lichuan attendait ; seul, posté à l'une des rares fenêtres du Manoir Malefoy. À ses côtés, Conscience s'amusait avec les rideaux de soie, si doux au toucher. Distraitement, il observait ces petits doigts frêles qui semblaient se noyer dans la lourde étoffe, comme un fou qui se jette à la mer. La lourde horloge égrenait lentement les heures. Il avait oublié de compter les minutes, ne savait pas depuis combien de temps la silhouette fragile de Zahari Lone avait disparu dans l'ombre d'une salle déserte en compagnie de Bellatrix Lestrange. Derrière la porte fermée, il avait cru distinguer les échos d'une conversation dangereusement calme. Un tel silence n'était pas bon signe, en général ; il en était même arrivé au point où il pensait recevoir un cadavre gelé en guise de congédiement.

« Madame, avait dit Zahari en la voyant pour la première fois. » Elle avait souri, Bellatrix Lestrange, en détaillant le garçon, presque moqueuse. La marque de respect ne l'avait pas touché ; l'allégeance était quelque chose qu'elle exigeait naturellement. Nul n'est flatté par ce qu'il croit posséder de droit. Mais il n'avait pas non plus fait l'erreur de l'ignorer et Lichuan était forcé de reconnaître que, s'il prenait des décisions stupides, le garçon semblait prêt à les assumer jusqu'au bout.
Du moins, cela, seul l'avenir le leur dirait.

Enfin, il entendit le bruit d'une porte qui claque ; presque aussitôt, Conscience disparut avec un craquement assourdissant, effrayée par le simple son des pas d'un Mangemort sur le parquet soigneusement lustré. Un Mangemort tout beau, tout frais, tout neuf, songea Lichuan avec une sorte de fascination morbide. Juste un jeune garçon qui joue à l'homme. Il est comme moi autrefois. Cette pensée lui inspire un début de pitié que la vue de Zahari, le bras dénudé orné d'une Marque des Ténèbres terriblement vive, suffit à chasser instantanément cette idée saugrenue. Il l'a cherché, après tout, n'est-ce pas ? Les Mangemorts n'ont que faire des enfants capricieux. Au moins, cela lui apprendra peut-être à grandir.

« Tu as survécu à l'épreuve du feu ? » C'est une question rhétorique ; son sang décorerait déjà les murs du salon si ce n'était pas le cas. « Alors bienvenue, Lone. » Le ton est moqueur, c'est pourtant d'égal à égal qu'il s'adresse à lui, dévoilant sa propre Marque des Ténèbres avec un geste exagérément solennel. Le nargue-t-il ou est-il sérieux, Lichuan ? Comment savoir ? C'est à la fois une malédiction et des paroles rassurantes qu'il profère. Une invitation, une reconnaissance et une insulte. « Bienvenue chez les Mangemorts. »

« Ta nouvelle famille. »



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Bad blood | Zahari [Clos]
MessageSujet : Re: Bad blood | Zahari [Clos]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Le Chemin de Traverse :: L'allée des Embrumes-