Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: Summer loving had me a blast

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : Sixième année
ϟ AVATAR : Sky Ferreira


ϟ LIENS : Can't stay at home, can't stay at school.
Old folks say 'You poor little fool'.
Down the streets I'm the girl next door.
I'm the fox you've been waiting for.

Troublemaker(s) {PV Nat
MessageSujet : Troublemaker(s) {PV Nat Ven 16 Jan 2015 - 20:03

Girl, you're not so far from being done
You should turn back and have fun


Une cigarette sur le point d'être allumée glissée entre les lèvres, Roxy se dirigeait vers le hall d'entrée, mains dans les poches et seulement légèrement ivre. Elle remercierait plus tard ses ancêtres pour lui avoir transmis des gènes aussi résistants, pour l'instant il s'agissait de dégriser rapidement. Un sourire moqueur remontait le coin de ses lèvres sans qu'elle ne s'en rende compte, le monde lui apparaissait délicatement flou et elle bénissait Galaad pour avoir aussi bien réussi le punch. Bon, techniquement , il n'avait fait qu'y ajouter en quantité très libérale un alcool inconnu, mais, par Salazar, ce garçon avait un don avec le dosage. Son punch était juste comme Roxy l'aimait : parfaitement exagéré. Et que dire de sa propre intervention ? Le lâché d'explosifs ? Une Réussite Magistrale. Non, vraiment, fallait être bien aveugle pour ne pas voir que l'année commençait très bien pour Roxy Wells. Ou alors fallait s'appeler Natali Oliver.

Natali. Un prénom stupide. Nat. Le genre de prénom qui lui donnait des frissons. De dégoût, bien sûr. Le genre de prénom qu'elle aimait faire rouler sur sa langue. Pour s'en moquer, bien entendu. Natali, un prénom stupide pour une fille stupide.

Quoi ! Il fallait être idiote pour penser surpasser sa-, non, blague était encore trop faible pour décrire son acte de génie, son oeuvre d'art convenait mieux. Les frères Weasmoches eux mêmes se seraient inclinés devant son culot, elle avait passé un temps dingue à modifier le charme des pétards pour qu'ils écrivent des insanités plutôt que des messages à mourir d'ennui, et ne parlons même pas de son plan initial pour porter la responsabilité sur deux simplets. Elle avait eu pitié de la petite Poufsouffle, sans doute l'esprit de Noël qui l'avait habité un bref instant. Peu importe. Et Oliver pensait être capable de surpasser ça ? Bonne chance, chérie. Reniflant légèrement de mépris, Roxy alluma sa cigarette sans utiliser sa baguette, ce qui lui avait demandé beaucoup d'entraînement mais se révélait toujours très satisfaisant lorsqu'elle perdait son briquet, sa baguette ayant la fâcheuse tendance à lancer des sorts avec beaucoup trop d'enthousiasme. Ses sourcils avaient brûlés une fois, et c'était une fois de trop. Elle releva les yeux, espérant vainement que quelqu'un ai assisté à sa démonstration, peut-être même Oliver, puisque l'australienne lui avait donné rendez-vous ici. Qu'elle comprenne un peu à qui elle a affaire. Qu'elle admire. Pas que Roxy ai envie que Natali l'admire. Enfin, si, oui, mais non, pas vraiment.

Par Morgane, les choses étaient tout de même beaucoup plus simples avant que l'autre bécasse insiste pour les mettre au clair ! Les choses étaient beaucoup mieux floues, voilées, au fond d'un placard, selon elle. Vouloir les exposer au grand jour, allez savoir si le fragile lien qu'elle entretenait avec la brune n'allait pas exploser comme les vampires face au soleil dans les séries Z que regardait son frère ! Alors, ouais, elle fuyait, ravalant ses paroles, enfouissant ses sentiments, parce qu'elle n'avait aucune envie de les affronter en face.

Enfin, lorsque Oliver se décidait à la provoquer sur un sujet aussi sensible que sa capacité à créer le bordel, là elle n'allait pas se laisser faire. Elle tira une longue taffe sur sa cigarette, avec un mépris total pour les règles de Poudlard qui n'étaient sûrement pas d'accord pour qu'elle se détruise les poumons à l'intérieur du château, et scruta la pénombre, le hall était à peine éclairé par quelques torches.

"Oliver ?"
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: They say "Here comes a hurricane, trouble is her middle name!"

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : 7ème année à Poufsouffle / poursuiveuse dans l'équipe de Poufsouffle.
ϟ AVATAR : Adelaide Kane.


ϟ LIENS : www. fiche.
www. liens.
www. courrier.

Troublemaker(s) {PV Nat
MessageSujet : Re: Troublemaker(s) {PV Nat Ven 16 Jan 2015 - 21:22

love will scar your make-up, lip sticks to me
natali & roxy
Roxy, Roxy, Roxy. Tu penses un peu trop à Roxy dernièrement, ça t'agace : Roxy la blonde, la serpentarde, celle que tu embrasses de temps à autres sans vraiment trop comprendre pourquoi. Ce soir, tu veux prendre ta revanche : tu veux lui montrer que toi aussi tu peux jouer dans la même cour, et même la surpasser, avec ses pétards. D'ailleurs, ses insultes n'étaient même pas à la hauteur des tiennes. Minable. C'est comme ça que tu lui a donné rendez-vous (si on peut appeler ça comme ça...) après le bal. Tu connais Roxy, même si ça t'agaces, tu es presque sûre qu'elle ne viendra pas. Surtout que, depuis que tu as clairement dit que tu voulais savoir si elle et toi c'était sérieux ou non, t'as l'impression que vous jouez au chat et à la souris en permanence. Alors, tu t'es égarée dans les cuisines avec deux ou trois autres élèves, pour chiper de la nourriture et quelques whisky-pur-feu que les elfes de Poudlard avaient bien caché : tu avais tout le temps de penser à comment en mettre plein les yeux à la blonde, ou non. De toute façon, toi et prévoir les choses à l'avance, vous n'avez jamais fait bon ménage. Toi, tu es la représentation même de l'improvisation.

Tu jettes un vague regard à l'horloge, soudaine réalisation. Le bal doit bientôt toucher à sa fin et si jamais, par un heureux hasard, Roxy était venue, elle allait finir par t'attendre. (Elle l'aurait bien mérité.) Tu marmonnes un vague « Je vais prendre l'air » aux personnes avec qui tu traînes et te relèves – et tu réalises que tu as peut-être un peu forcé sur la boisson, ce soir. C'est pas comme si Roxy t'avait jamais vu alcoolisée, après tout, qu'est-ce que ça peut faire. Tu remontes jusqu'au hall d'entrée, y arrive en un seul morceau.

Et elle est là, Roxy. C'est un comble pour toi qui était presque trop persuadée qu'elle ne viendrait pas que tu en restes sous le choc. Elle est là, la blonde qui fait du squat dans ton esprit trop souvent pour que ça soit sain. Le pire – tu te maudis de penser ça – c'est qu'elle est drôlement attirante dans la faible luminosité du hall, avec sa clope à la main. Et tu détestes la trouver attirante. Et tu détestes aussi comment elle prononce ton nom de famille, « Oliver ». Ça sonne trop bien dans sa bouche alors que ça ne devrait pas. Beurk.

« Wells ! J'suis surprise, t'es venue. »

Tu t'avances vers elle, tu lui prends des mains la cigarette avant de tirer une taffe, en la fixant droit dans les yeux. Tu ne fumes qu'occasionnellement, mais pour embêter Roxy, tu ferais n'importe quoi. Tu remets la clope entre ses lèvres, avec un sourire, mais l'air de rien. Tu croises les mains dans ton dos, marchant lentement autour de Roxy, comme lors d'un interrogatoire – tu as vu ça dans une série à la télévision.

« Alors pommie, fais-tu en reprenant tes bonnes habitudes d'australienne, tu t'es bien amusée au bal ? Fière de tes p'tits pétards ? »

Tu te retrouves à fixer les lèvres de Roxy, ce qui t'arraches un froncement de sourcil : ce n'est pas le moment de t'extasier sur les détails physiques qui font que la blonde te plaît. Tu soupires.

« Moi j'pense que t'es capable de mieux... Les insultes étaient même pas originales. T'aurais au moins pu prendre exemple sur mes insultes, tu les connais en plus. »

Tu t'assois finalement sur les marches du hall. Tu ne vas pas donner ton petit spectacle tout de suite : ça serait ruiner toute la surprise, l'attente, bref, tout ce qui est intéressant. De plus, c'est la première fois que tu es en face à face avec elle depuis un petit moment – elle n'a pas encore fuit, quelle surprise. Les autres jours, tu es persuadée d'avoir des tas de choses à lui dire, mais maintenant, tu sèches complètement. Tu te racles la gorge.

« Putain, quand-même, j'suis surprise que tu sois là, tu t'es lassée de me fuir, Wells ? »

Code by Silver Lungs

_________________
your eyes are sparkling with teenage fire + I'll satisfy your mad desires cause I love playing with fire and I don't wanna get burned. I love playing with fire and I don't think I'll ever learn.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Summer loving had me a blast

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : Sixième année
ϟ AVATAR : Sky Ferreira


ϟ LIENS : Can't stay at home, can't stay at school.
Old folks say 'You poor little fool'.
Down the streets I'm the girl next door.
I'm the fox you've been waiting for.

Troublemaker(s) {PV Nat
MessageSujet : Re: Troublemaker(s) {PV Nat Dim 18 Jan 2015 - 18:01

Girl, you're not so far from being done
You should turn back and have fun


Au fond d'elle, Roxy n'était pas aussi compliquée qu'elle aurait aimé l'être. Malgré son amour pour l'excentrique, le tordu, le différent, le bizarre, elle n'avait rien de véritablement original. Un mot gentil lui tirait un sourire, elle prenait deux sucres avec son thé, lorsque la musique devenait forte elle dansait, s'excusait si elle bousculait quelqu'un par accident et savait apprécier la bonne cuisine. Banale, dirons-nous. Presque commune. Elle avait eu peur du noir, enfant, et prenait du lait dans ses céréales, écoutait la BBC, restait chez elle les jours trop froids pour lire près du feu. Roxy n'avait donc rien de véritablement unique, à part peut-être sa capacité à paraître absolument désintéressée lorsque son cœur battait à cent à l'heure.

C'était facile d'oublier le son de sa voix lorsqu'elle n'était pas là. De laisser son imagination la noircir en espérant que le message arrive jusqu'à son estomac, qui, lui, donnait toujours l'impression de faire un salto en sa présence. Un ou mille. Oui, c'est facile, trop facile, surtout pour la blonde dont la détermination n'était plus à prouver.

Mais, que Natali arrive, avec sa voix et ses yeux et la courbe de son sourire et son attitude, Roxy se figeait. Elle devenait une statue de glace, ses yeux suivant seuls les déplacements de la brune, ses lèvres s'écartant à peine pour reprendre sa cigarette. C'était étrange, pénible et nouveau cette propension à devenir raide. La peur de trop laisser filtrer, peut-être ? De trop montrer, de trop exprimer. Et c'est donc mortellement neutre qu'elle tira sur sa clope, jusqu'à en brûler la moitié en une seule inspiration, les mains moites d'imaginer la bouche de Natali. Elle inspira et se rendit compte brutalement qu'elle avait cessé de respirer en entendant la brune lui répondre.

« Alors pommie, tu t'es bien amusé au bal ? Fière de tes p'tits pétards ? »

Oh, Dieu, Salazar, Kurt Cobain soient loués pour les piqûres à l'ego et les petites insultes familières. Se ressaisissant enfin Roxy croisa les bras et leva les yeux au ciel avec tout le mépris dont elle était capable. Et se contenta de souffler sa fumée dans la direction de l'australienne, qui, apparemment, était encore moins sobre qu'elle. Intéressant.

« Moi j'pense que t'es capable de mieux... Les insultes étaient même pas originales. T'aurais au moins pu prendre exemple sur mes insultes, tu les connais en plus. »

...Mais de toute évidence, Natali ne fait pas partie de ces gens ivres qui se contentent de rigoler très fort et de tomber dans les escaliers, non, bien entendu. Il faut qu'elle mette le doigt sur le seul truc que Roxy aimerait mettre de côté. Son incapacité à l'insulter décemment, pour le dire en toutes lettres.

« C'est marrant, Oliver, je te prenais pas pour une masochiste mais ça commence à arriver. »

Mais Roxy a beau étirer ses lèvres peintes en rouge vif dans un sourire moqueur, ça sonne faux même à ses propres oreilles. Bien sûr qu'elle connait ses insultes, par cœur même, mais c'est pas là qu'est le problème. Elle se décale légèrement pour continuer à faire face à la brune avachie sur les marches, écrase sa cigarette contre les pierres millénaires de Poudlard. Et essaie de ne pas trouver la situation complètement embarrassante. Déjà parce qu'elle est dans cet entre-deux pénible de la boisson où elle a suffisamment picolé pour ne rien avoir de vraiment méchant à dire et pas assez pour se jeter sur Natali et la faire taire.

« Putain, quand-même, j'suis surprise que tu sois là, tu t'es lassé de me fuir, Wells ? »

Ladite Wells fait la moue, l'air faussement surprise d'une telle accusation, et juste à peine sarcastique. « Moi ? Te fuir ? Tellement pas mon style, Oliver. Eh bah non, je suis là parce que tu croyais pouvoir me montrer un truc plus intéressant que mon explosion de tout à l'heure, et ça a intérêt à être un putain de feu d'artifice, je te préviens. Crois pas pouvoir m'impressionner avec un tour de passe-passe, je suis impitoyable. »

Impitoyablement raide dingue d'elle, ouais.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: They say "Here comes a hurricane, trouble is her middle name!"

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : 7ème année à Poufsouffle / poursuiveuse dans l'équipe de Poufsouffle.
ϟ AVATAR : Adelaide Kane.


ϟ LIENS : www. fiche.
www. liens.
www. courrier.

Troublemaker(s) {PV Nat
MessageSujet : Re: Troublemaker(s) {PV Nat Dim 18 Jan 2015 - 22:59

love will scar your make-up, lip sticks to me
natali & roxy
Assise sur les marches, tu réalises à quel point ta tête tournait quand tu étais debout : quelques secondes de plus et tu serais lamentablement tomber, peut-être en entraînant Roxy dans ta chute. Si la pensée t'arraches un sourire, tu essayes de le contenir – tu aurais l'air un peu débile, à rire seule. Et paraître débile devant Roxy, c'est tendre le bâton pour se faire battre et tu es peut-être un peu masochiste, comme elle le dit si bien - la preuve, tu continues de revenir vers elle alors que tu prétendais en avoir assez – mais pas encore assez pour délibérément lui donner des raisons de se moquer. Il faudrait pas abuser non plus.

Tu observes Roxy qui parle, avec ce ton sarcastique qui te fais bouillonner. D'ailleurs, quand tu es avec Roxy, tu as l'impression d'être au cœur d'une centrale nucléaire : ton sang bouillonne, ton cœur est au bord du meltdown ; elle te mets dans tout tes états, et pas forcément les plus positifs. Tu fronces le nez. On dit que l'amour rends meilleure, alors dans ton cas, ce n'est pas de l'amour – ou alors, vraiment dans le genre étrange, mal foutu, etc. Tu n'es absolument pas « meilleure » en présence de la blonde, oh grands dieux, malheureusement non.

« C'est ton genre de fuir, tu fais ça tout le temps depuis hm – c'est quand la dernière fois qu'on s'est vues que toutes les deux, déjà ? »

Tu t’avachis encore plus sur les marches, étends tes longues jambes. Tu profites qu'elle ne soit pas encore trop proche pour l'observer et bordel, qui lui a donné l'autorisation d'être aussi attirante, par le caleçon de Merlin ? Pourtant, tu peux lui trouver pleis de défauts, tu peux en faire une longue liste, mais quand bien même, tu la trouve toujours belle. L'idée t’effleure que tu pourrais l'embrasser, pour couper court à son sarcasme et à ses paroles. Parce qu'autant, tu aimes l'entendre parler, tu ne l'avouerais pas et le contenu de ses phrases n'est pas le genre de choses que tu écouterais avant de t'endormir. La simplicité, toi, tu ne connais pas, visiblement.

« Mais bon, j'vais quand-même pas tout de montrer tout de suite, faut faire durer le suspens, garder le meilleur pour la fin, tu vois. »

Pas sûr qu'elle comprenne, non. Mais ça ne change rien, tu attends l'ultime moment pour dévoiler ton grand final, ta sortie théâtrale. Il te reste juste à retenir Roxy assez longtemps pour ça. Une seconde de plus et te voilà sur pieds, à quelques centimètres de Roxy, jouant avec le bord de sa veste.

« J'vais être sincère – enfin, j'le suis toujours, tu sais, mais disons, un peu plus que d'hab - tu fais une pause, avec un léger sourire sur les lèvres - tu vois, j'ai un peu pensé, vu qu'on s'est pas vues en privé depuis un … bon bout de temps et j'en suis venue à la conclusion que tu me plaisais... beaucoup. »

Ca ressemble étrangement à une déclaration d'amour, les mots qui sortent de ta bouche sont totalement inattendus. Parfois, tu aimerais réfléchir avant de parler, Roxy doit être aussi surprise que toi. Tu pourras toujours blâmer l'alcool dès demain. Tu passes une main dans tes cheveux, captant le regard de la Serpentarde.

« Avoue, tu t'attendais pas à ça, Wells ! C'est peut-être pas aussi bien que tes pétards mais attends – c'est que le début. »

Tu affiches un petit sourire, fière de toi, comme si tout cela était prévu. Tu contrôles la situation, évidemment. Du moins, c'est ce que tu tentes de faire croire à Roxy. Tu mordilles ta lèvre avant de t'éloigner légèrement d'elle, laissant à ton espèce de déclaration le temps de faire son effet. Tu as beau pester que tu n'as plus envie de jouer, tu continues – tu espères peut-être faire craquer Roxy de la même manière qu'elle l'a fait, tu cherches sa limite.

Code by Silver Lungs

_________________
your eyes are sparkling with teenage fire + I'll satisfy your mad desires cause I love playing with fire and I don't wanna get burned. I love playing with fire and I don't think I'll ever learn.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Summer loving had me a blast

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : Sixième année
ϟ AVATAR : Sky Ferreira


ϟ LIENS : Can't stay at home, can't stay at school.
Old folks say 'You poor little fool'.
Down the streets I'm the girl next door.
I'm the fox you've been waiting for.

Troublemaker(s) {PV Nat
MessageSujet : Re: Troublemaker(s) {PV Nat Lun 19 Jan 2015 - 22:38

Girl, you're not so far from being done
You should turn back and have fun


C'est avec la bouche un peu sèche que Roxy laissa traîner son regard sur les jambes que Natali allongeait, tranquillement, nonchalamment, comme si elle n'était pas Natali Oliver, la fille qui prenait feu en moins de temps qu'il n'en fallait pour dire "allumettes". Comme si elle ne venait pas de lui balancer en pleine tête la vérité vraie, celle qui fait mal, celle qui te replace la tête sur les épaules et te fait oublier tes quelques verres de punch trop alcoolisé. Roxy se mordit l'intérieur de la joue, se sentant comme mise à nu. Quand c'était la dernière fois qu'elles s'étaient vues, hein ? Quand ? Peut-être ce moment pénible où Natali avait voulu mettre les points sur les i. Une sale manie.

Mais avec la manière dont la brune la regarde en ce moment, Roxy pourrait bien lui pardonner tous ses sales défauts. Et en redemander encore. Si seulement elle n'était pas si peureuse, elle pourrait même lui dire clairement les choses, simplement, sans détours, sans demi-mots. Mais ce n'est pas le cas et Roxy est une peureuse, une lâche. Elle n'a jamais eu quelqu'un dont elle craignait autant les réactions tout en ayant envie de les provoquer. Les quelques amis qu'elle a sont plus faciles à ne pas décevoir. Ils n'attendent rien d'elle. Mais cette fille, trop belle, trop intense, cette fille attend d'elle plus qu'elle n'est capable d'assumer.

« Ah, c'était ça alors, un piège minable pour me coincer ? Bravo Oliver, je reconnais ton génie. »

Et le sarcasme coule naturellement de sa bouche, parfois elle se demande si son patronus, sa vipère, n'a pas laissé un peu de poison sur sa langue. Mais de toute évidence Natali est trop saoule ou trop habituée pour s'en offusquer, tant mieux, tant pis, Roxy ne sait plus ce qu'elle veut et ça commence à l'agacer, cet état de confusion dans lequel la brune la plonge. Elle fait mine de partir et voilà Natali qui essaie d'être mystérieuse, de toucher sa curiosité. "Garder le meilleur pour la fin" ? Est nulle en divination, les oracles et les paroles sibyllines c'est pas son truc. Ses sourcils se froncent mais Natali se rapproche, beaucoup trop pour son confort personnel, tripote l'ourlet de sa veste. Roxy se retient de la toucher, de passer un bras autour de sa taille, de...

« J'vais être sincère – enfin, j'le suis toujours, tu sais, mais disons, un peu plus que d'hab... tu vois, j'ai un peu pensé, vu qu'on s'est pas vues en privé depuis un … bon bout de temps et j'en suis venue à la conclusion que tu me plaisais... beaucoup. »

Ses lèvres s'arrondissent en un "o" surpris, ses yeux écarquillés fouillent les expressions de la brune, cherchent la blague, l'ironie, n'importe quoi plutôt que cette franchise qui lui stoppe le cœur avant de le relancer, beaucoup trop vite. Son cerveau analyse, dissèque les mots, un peu désespérément. "Tu me plais". Ça veut dire quoi, ça ? "Tu me plais beaucoup", ça signifie ce qu'elle pense que ça signifie ? Par Salazar. Appelez un réparateur de grâce, Roxy Wells vient de griller le peu de neurones qu'il lui restait. Et Natali qui vient de croiser son regard doit s'en être rendue compte, la sale garce.

« Avoue, tu t'attendais pas à ça, Wells ! C'est peut-être pas aussi bien que tes pétards mais attends – c'est que le début. »

Roxy secoue la tête, le ton de la brune est joueur, Morgane soit louée, peut-être qu'elle se payait simplement sa tête, un moyen - vraiment trop vicieux pour une Poufsouffle, cette fille aurait dû être à Serpentard - de la rembourser avec intérêts de toutes les fois où Roxy l'a allumé pour faire comme si de rien n'était le lendemain. Morgane soit louée, oui, et Roxy n'a pas du tout un arrière goût très amer dans la bouche, soudainement. Mais elle n'a pas pour habitude de perdre à ce genre de jeu, peu importe combien ça lui coûte.

« Oh mais s'il y a une suite, je serais ravie de l'entendre, Oliver. Par contre, désolée de te ramener brutalement à la réalité mais y a rien de surprenant à ce que je te plaise, à qui ça ne plairait pas, hein ? » Et elle se désigne d'un gracieux geste de la main, sourire ironique vissé aux lèvres. « Alors, va falloir faire mieux, chérie. »

Elle avance lorsque Natali recule et range nonchalamment une mèche brune derrière l'oreille de sa propriétaire. Elle sait qu'elle est cruelle, que Natali a trop bu et qu'elle devrait se contenter de lui dire d'aller dormir. Elle tient suffisamment à elle pour faire ça. Mais cette nouvelle partie de ce jeu douloureux qui les tient en haleine, Roxy ne peut pas y résister.

« Alors ? J'attends. »

_________________


Putting out fire (with gasoline)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: They say "Here comes a hurricane, trouble is her middle name!"

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : 7ème année à Poufsouffle / poursuiveuse dans l'équipe de Poufsouffle.
ϟ AVATAR : Adelaide Kane.


ϟ LIENS : www. fiche.
www. liens.
www. courrier.

Troublemaker(s) {PV Nat
MessageSujet : Re: Troublemaker(s) {PV Nat Sam 24 Jan 2015 - 21:15

love will scar your make-up, lip sticks to me
natali & roxy
Quand Roxy te touche, sa main à quelques millimètres de ta joue, tu retiens ton souffle, tu attends la suite, le cœur battant – tu ne sais pas trop ce que tu attends, mais tu bloques ta respiration en scrutant ses faits et gestes. Puis finalement, quand elle s'éloigne, tu te rappelles que tu dois respirer – et essaye de ne pas avoir l'air de rependre ton souffle. Tu te reprends, tu ne vas pas te laisser déstabiliser pour si peu. Tu arques un sourcil à la blonde.

« Prends pas la grosse tête, Wells, t'es pas non plus si canon que ça. J'vois pas foule de gens à tes pieds, non plus. »

Tu jettes un regard au hall, comme si Roxy cachait une horde de prétendent(e)s dans un recoin, avec un petit sourire. Tu sais très bien que tu es une des rares personnes à tourner autour de Roxy à ce point. Et s'il y avait quelqu'un d'autre, tu serais particulièrement déterminé à décourager cette personne. Tu t'en ferais ta mission principale, même. Mais pour l'instant, tu es déçue que la serpentarde ne semble pas croire à ta déclaration d'amour. Même si c'est en partie de ta faute – tu n'avais pas qu'à donner l'air que tu plaisantes, peut-être qu'elle t'aurais cru, alors. Mais tu préfères penser que c'est elle qui ne comprends pas.

« J'étais à deux doigts de te faire une sacré déclaration, et tu réagis comme ça ? Pff, je vais peut-être la garder pour moi, alors. »

Tu attrapes la main de Roxy, jouant avec ses doigts comme si de rien était – après tout, tu es toujours comme ça, ce n'est pas parce que c'est elle que tu vas t'empêcher d'être toi-même. Tu penches légèrement la tête, en pleine réflexion.

« T'es pas patiente – venant de toi, c'est l’hôpital qui se fout de la charité – mais j'vais faire preuve de bonté et abréger ton attente. Tu peux me remercier, vas y. »

Tu attends, mordillant ta lèvre et ne quittant pas des yeux Roxy, comme si celle ci allait te lancer des fleurs et te remercier après ta petite phrase. Mais tu profites de ce moment de silence pour réfléchir un petit peu – toi et la prévoyance, vous ne vous entendez pas. Alors tu es venue sans avoir rien prévu pour impressionner la verte et argent. Des millions d'idées te traversent le cerveau, sans que tu les trouve potables. Tu fronces le nez.

Finalement, tu trouves quelque chose qui te satisfait – et tu espères que Roxy sera assez satisfaite, elle aussi. Parce que c'est pour elle tout ça, qu'est-ce que tu ne ferais pas pour elle, au final ! Tu sors ta baguette, marmonnes un « orchideus », qui fait apparaître un bouquet de fleurs. Bon, d'accord, il n'est pas aussi beau et impressionnant que ce que tu imaginais. Tu n'es pas une experte en sortilèges, mais ton bouquet est assez beau pour plaire à une fille. Tu es prise d'un élan de romantisme pour la jeune blonde et tu lui tends le bouquet, le rouge te montant aux joues.

« Bon eh bien, joyeux noël, bonne année, tout ça, Roxy. » Tu insistes sur son prénom, ce n'est pas souvent que tu le prononces. Merde, un peu plus, et tu y prendrais goût... « Et la suite de tout à l'heure, c'était que je suis probablement amoureuse de toi. Mais va pas t'imaginer que ça veut dire je-ne-sais-quoi, t'fais pas des films. J'voulais juste être claire avec toi tu vois. »

Tu n'es absolument pas logique, tu le sais Natali ? Tu lui fourres presque le bouquet dans les bras, avant de faire volte face. Avant que tu en dises plus, que tu en dises trop, si c'est possible d'en dire plus vu ton annonce.

« ... En fait j'devrais peut-être y aller. C'est l'alcool qui parle, bien sûr. Évidemment. »

Tu cherches à te justifier faiblement, décide de fuir en montant les escaliers, puis ty réalise sque la salle commune des Poufsouffle est plus bas, que tu t'es trompé d'escalier. Tu as raté ta sortie, Nat, et tu es obligée de faire demi-tour, repassant devant la blonde. Tu lâches un petit rire nerveux.

Code by Silver Lungs

_________________
your eyes are sparkling with teenage fire + I'll satisfy your mad desires cause I love playing with fire and I don't wanna get burned. I love playing with fire and I don't think I'll ever learn.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Summer loving had me a blast

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : Sixième année
ϟ AVATAR : Sky Ferreira


ϟ LIENS : Can't stay at home, can't stay at school.
Old folks say 'You poor little fool'.
Down the streets I'm the girl next door.
I'm the fox you've been waiting for.

Troublemaker(s) {PV Nat
MessageSujet : Re: Troublemaker(s) {PV Nat Mer 28 Jan 2015 - 18:08

Girl, you're not so far from being done
You should turn back and have fun


Elle rit un peu, malgré elle, malgré la demie insulte, parce qu'elle se souvient du nombre de fois où Natali lui a murmuré des choses bien plus gentilles. Elle pourrait, devrait, répliquer vertement, mais la brune lui saisit la main, parce qu'elle est comme ça, trop tactile pour son propre bien - le nombre de fois où Roxy a senti une brûlure de jalousie agacée lorsque Natali passait un bras autour d'une autre, quoiqu'elle ne se l'avoue pas - et joue avec ses doigts.

« Si c'est une déclaration intéressante je veux bien t'accorder une deuxième chance. Mais à condition que tu la dises vite. »

Elle hausse un sourcil, attentive, la malice suintant de ses phrases, comme si elle était prête à lancer une pique au moindre signe de moquerie, système de défense un peu trop au point. Vive comme une vipère, son patronus l'a bien choisi.

Et puis, les fleurs, beaucoup de fleurs, la surprise, Natali ne lui a jamais paru être le type à faire de la belle magie, plutôt de la magie efficace. Et puis les mots. Les yeux écarquillés, les bras pleins de fleurs, Roxy se fige. Et tout autour d'elle, le monde s'arrête, les bruits lui parviennent comme à travers du coton, elle n'y prête pas attention, la silhouette de Natali se brouille, semble disparaître même.

« Je suis amoureuse de toi » les mots résonnent dans sa tête.

Passe le côté homosexuel de la chose, oui, vraiment, ce n'est même pas ce qui la perturbe le plus. C'est ce petit mot, ce mot très lourd, très dur, très étranger à ses oreilles pourtant habituées à toutes sortes de musique. Un souvenir lui revient, une visite à une tante qui possédait une collection de poupées de porcelaine. Elle n'avait jamais pu jouer avec, elle risquait trop de les casser. On le lui avait répété, encore, encore et encore. « Tu ne peux pas, c'est trop fragile ». Et les poupées, si belles avec leur visages peints et leurs anglaises, semblaient la narguer. Alors, par frustration, par désespoir de n'être autorisée à les toucher, Roxy, six ans, les avait cassé délibérément, une par une. Sa magie n'y était pour rien, elle avait utilisé ses mains, juste ses mains. Lorsque sa mère et sa tante, alertées par le vacarme avait découvert le spectacle, elles avaient été choquées de voir Roxy, s'excusant en serrant contre son cœur une poupée en morceaux. Plus tard, après la correction sévère qu'elle savait mériter, on lui avait demandé pourquoi. Et tout simplement, innocemment, elle avait répondu « Mais parce que je les aimais, Maman ». Roxy n'a pas vraiment changé depuis ses six ans, tout ce qu'elle aime doit être un peu cassé, parce qu'elle-même se sent un peu cassée. Parce que ce qui est parfait la renvoie à ses défauts, à son imperfectibilité, à son incapacité. Pour être tout à fait honnête, Roxy ne s'est jamais sentie très aimée ; là où elle aurait désiré des embrassades, des sourires, des baisers, ses parents restaient, oh, très attentifs à elle oui, mais réservés. Deux étrangers jouant des rôles qui leur avaient été attribués par hasard. Roxy a donc décidé que l'attention était meilleure, bien meilleure que l'amour. Plus accessible.

Mais voilà.

« Je suis amoureuse de toi » une phrase et elle croit voir se matérialiser devant ses yeux un cœur de porcelaine, quelque chose de trop délicat, de trop fragile, qu'elle désire de toute son âme mais dont elle est terrifiée à l'idée de le briser.

Mais c'est Natali n'est-ce pas ? Natali est forte, Natali supporte ses piques, lui répond aussi fort, Natali lui pardonne aussi, et Natali se met en colère, plus souvent qu'il ne faudrait. Natali n'est pas parfaite ni fragile, elle est seulement un peu ivre et amoureuse. Natali n'est pas en porcelaine, ou alors en porcelaine incassable.

Alors Roxy saisit le poignet de la brune qui vient de mystérieusement réapparaître devant elle, elle l'attrape et serre un peu, un bras occupé à tenir le bouquet que Natali a crée pour elle. Si elle était vraiment elle-même, si elle était vraiment mesquine, elle lui ferait remarquer qu'il n'est pas mal mais certainement pas à la hauteur des feux d'artifices promis. Mais ce serait aussi un mensonge car les feux d'artifices sont bien là, à exploser dans son ventre, elle peut pratiquement sentir la chaleur irradier. Elle dévisage la brune, ses grands yeux bruns, ses pommettes, ses joues, ses lèvres, son front, presque aussi ivre que Natali à l'idée que tout ça l'aime. C'est une idée effrayante et plaisante, et Roxy ne sait pas quoi en faire, alors elle agit simplement. Attire à elle Natali d'un mouvement, ferme les yeux et pose ses lèvres sur les siennes. Avec un acte comme ça, elle se dit que Natali aurait dû être à Gryffondor, étant si incroyablement stupide et courageuse.
Courageuse, elle ne l'est pas, elle, incapable de lui expliquer que c'est un baiser de remerciement, remerciement pour avoir dit les mots en premier, même si ce n'est qu'une déclaration alcoolisée qu'on nie le lendemain, parce que personne n'a jamais dit « Je suis amoureuse de toi » à Roxy, et surtout pas quelqu'un qui fait battre son cœur à s'en décrocher.

Ce n'est pas un baiser qui dit « Je suis amoureuse de toi aussi » parce qu'elle n'est pas prête pour ça, pas encore, ça viendra un jour, elle ne sait pas encore quand. En attendant elle embrasse Natali et ne se recule que lorsque l'air lui manque.


L'année commence décidément fort pour Roxy Wells.

_________________


Putting out fire (with gasoline)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: They say "Here comes a hurricane, trouble is her middle name!"

ϟ ÂGE : 21
ϟ FONCTION : 7ème année à Poufsouffle / poursuiveuse dans l'équipe de Poufsouffle.
ϟ AVATAR : Adelaide Kane.


ϟ LIENS : www. fiche.
www. liens.
www. courrier.

Troublemaker(s) {PV Nat
MessageSujet : Re: Troublemaker(s) {PV Nat Ven 30 Jan 2015 - 18:45

love will scar your make-up, lip sticks to me
natali & roxy
Tu te demandes bien ce qui t'es passé par la tête, Natali. Tu peux blâmer l'alcool autant que tu veux, tu n'es pas sûre que ce soit cent pour cent vrai. En vrai, ça fait un petit moment que l'idée tourne dans un coin de ta tête, te réjouissant et te dégoûtant à la fois: tu aurais pu très bien tombé amoureuse d'une fille un peu moins compliquée, qui te repousse autant de fois qu'elle te cherche, mais tu n'as que Roxy en tête, toujours. Alors il faut croire que cette déclaration, c'est aussi pour toi, acceptant finalement tes sentiments pour la blonde. Tu es amoureuse et ce n'est pas quelque chose que tu dis à la légère, alcool ou non. Tu te fais la promesse mentale que demain matin, tu te souviendras de chaque seconde à partir de maintenant. A partir du moment ou Roxy te serre contre elle, te dévisages, et que toi, le rouge te monte aux joues. A partir du moment où elle pose ses lèvres sur les tiennes, au lieu de répondre.

Et franchement, tu ne cherches pas plus loin. C'est presque comme si tu t'en fichais de la réponse de Roxy : elle ne t'as pas repoussé, lancer une réplique digne de la pire des vipères, et c'est déjà assez bien pour toi. Ce n'est pas un refus, tu aurais mal vécu un refus de Roxy. C'est un baiser, peut-importe ce qu'il veut dire, tu sais quand bien même qu'il n'a rien à voir avec le genre de baiser que vous vous échangez d'habitude. Tu le sais, celui-là est un peu différent, alors tu essayes de le graver dans ta mémoire. Tu passes une main dans les cheveux de Roxy, ta bouche cherche la sienne, ta main se glisse dans son dos, éliminant les derniers millimètres entre toi et elle. Tu comprends l'expression « avoir des papillons dans le ventre » mais tu as aussi l'impression que ton cœur bats si fort que la serpentarde pourrait l'entendre.

Puis tu recules au bout de ce qui ressemble à une éternité, et en même temps à quelques fractions de secondes – toutes les bonnes choses ont une fin – et tu observes Roxy, Roxy et ses tâches de rousseur discrètes sur le visage, son smoky eyes habituel, la courbe de ses lèvres, et tu te rends compte que même si demain, Wells est aussi casse-pieds que d'habitude, même si elle t'enflammes, c'est ça tout ça aussi que tu aimes. Tu aimes aussi quand elle fronce les sourcils, hausse un sourcil, esquisse un sourire moqueur ou lâche ses répliques vives et venimeuses. Roxy ne serait pas Roxy si elle n'avait pas tout ça, et toi, tu ne l'aimerais pas si elle n'était pas Roxy. Parce qu'elle te mets dans tout tes états, imprévisible, électrique, bref, voilà tout ce qui passe dans ta tête à la seconde. Elle n'est pas parfaite, oh non, c'est vrai. Et tu es loin d'être parfaite aussi, c'est clair, alors tant pis pour la perfection, tu ne visais pas ça.
Tu l'embrasses encore, un baiser rapide, et tu glisses tes doigts entre les siens, un demi-sourire rêveur aux lèvres. Ça ne tiendrait qu'à toi, tu resterais toute la nuit avec Roxy, profiter de vingt-quatre heures où tu pourrais prétendre que ton amour est réciproque, vingt-quatre heures où Roxy serait à toi, juste à toi.

« Je vais aller me coucher. » tu lâches au bout d'un moment. Ce n'est pas une question, mais le ton de ta phrase y ressemble. 'Je vais aller me coucher ?' Ta phrase sonne comme une invitation, une invitation que tu n'oses pas prononcer, alors que tu n'es pas timide. Tu ne penses même pas à mal, tu espères secrètement passer quelques minutes de plus avec elle. « Mais oublies pas ce que je t'ai dis, hein. C'pas parce que j'ai bu que je vais oublier. »

Tu te doutes que Roxy pourrait difficilement oublier ça. Qui pourrait oublier une déclaration d'amour ? Tu lâches alors la main de Roxy pour couvrir un bâillement, frotte tes yeux. Cette fois, tu ne comptes pas rater ta sortie, et t'éloignes lentement à reculons vers les escaliers qui mènent à ta salle commune.

« Bonne nuit Wells, c'était un plaisir de passer du temps avec toi ce soir, pour commencer la nouvelle année. A demain, alors ? » A ta phrase, tu envoies un baiser du bout des doigts à la verte et argent. Tu n'es pas sûre de vouloir te souvenir de ce moment là, en revanche.

Code by Silver Lungs

_________________
your eyes are sparkling with teenage fire + I'll satisfy your mad desires cause I love playing with fire and I don't wanna get burned. I love playing with fire and I don't think I'll ever learn.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Summer loving had me a blast

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : Sixième année
ϟ AVATAR : Sky Ferreira


ϟ LIENS : Can't stay at home, can't stay at school.
Old folks say 'You poor little fool'.
Down the streets I'm the girl next door.
I'm the fox you've been waiting for.

Troublemaker(s) {PV Nat
MessageSujet : Re: Troublemaker(s) {PV Nat Mar 3 Fév 2015 - 18:19

Girl, you're not so far from being done
You should turn back and have fun


Embrasser Natali a été une de ses activités préférées depuis la fameuse soirée où son regard brun a croisé celui de la nouvelle, fraîchement débarquée d'Australie. Roxy est une de ces filles que la nouveauté attire. Plus tard, ses lèvres ont rencontré pour la première fois celles de la brune – après une pick up line plutôt désastreuse de la part de Natali, heureusement que Roxy ivre a le rire facile – et ça a été mémorable.
De toute façon, Natali toute seule est mémorable. Roxy n'arrive pas à l'oublier, n'arrive pas à effacer les plus petits détails à propos d'elle, tout ce qu'elle entend, tout ce qu'elle voit, tout ce qui se rapporte à Natali reste marqué au fer rouge dans son cerveau. C'est aussi effrayant et pénible que ça en a l'air, mais c'est aussi plaisant, par moment. Roxy se souvient de la plupart de leurs baisers, des fous rires au milieu à cause du manque de coordination ou des effets de l'alcool, des deux souvent, et celui-là qu'elles échangent, elle sent qu'il va rester longtemps dans sa mémoire. C'est étonnant, la tendresse qu'elles arrivent à avoir, la manière dont la blonde se love contre la brune, assez près pour avoir l'impression que le cœur de l'un bat dans la poitrine de l'autre, un peu trop vite.
Mais Natali ne connaît rien aux bonnes choses et s'écarte, pour l'observer, Roxy fronce un peu les sourcils, passe une main possessive autour de sa taille et la brune doit comprendre le message puisqu'elle l'embrasse à nouveau, à peine, et ses doigts viennent se mêler aux siens, et ça c'est nouveau. Elle n'a pas souvenir de lui avoir pris la main, pas aussi sobre en tout cas, et c'est suffisant pour que ses joues et ses oreilles chauffent et la ramènent un peu à la réalité.

« Tu vas te coucher. Quel dommage... »

Le ton est un peu moqueur, ironisant sur l'interrogation qui saupoudrait l'affirmation de Natali. Mais la voix est rauque, un peu éraillé, alors que Roxy a finalement bien peu parlé ce soir, elle qui n'a pourtant pas sa langue dans sa poche d'habitude. Si la brune ne pense pas à mal, Roxy ne peut pas en dire autant et son sourcil se hausse, mais toutes ses réactions sont habituelles, automatiques, presque. Et la blonde a bien du mal à se dire qu'elle va devoir lâcher la main de Natali, éventuellement retrouver le chemin du cachot pour aller dormir quelques heures. Roxy soupire, presque sans s'en rendre compte, caresse la main de Natali de son pouce, que c'est bête de ne pas vouloir se séparer comme ça !

« C'est gravé, t'inquiètes pas pour ça. Au pire j'aurai les fleurs pour me rappeler que... Que c'était pas une hallucination due au punch. » Roxy rigole, mais Roxy rigole seulement à moitié, un petit pincement de frayeur qui lui susurre à l'oreille que Natali était vraiment ivre et qu'elle s'est vraiment foutue d'elle. Mais non, les fleurs sont bien calées dans ses bras, les fleurs ne mentent pas. Pour une fois Roxy dit à la petite voix d'aller se faire enculer.

Un bref moment de doute et d'inatention et Natali en profite pour lui échapper, Roxy fait la moue avant de se reprendre et de sourire, un sourire qui sonne un peu faux, tout en biais. Heureusement que Natali n'a aucun sens de la mesure, le coup du baiser soufflé dans sa direction la fait rire, elle s'appuie dos au mur, et lui fait un clin d'oeil.

« Dors bien, Oliver. Même si je doute qu'on puisse bien dormir avec du jaune poussin partout sur ses murs. » Le ton est trop gentil et le sourire trop tendre comparé à d'habitude pour que ça soit vraiment méchant, mais Roxy se dit quand même qu'elle aurait dû fermer sa grande gueule. Elle brise la tige d'une fleur en quatrième vitesse et s'avance vers les escaliers. « Hey, Oliver, encore une chose.» La fleur est glissée au dessus de son oreille, et Roxy se retient de sourire devant la stupidité de son geste.

« A demain, Natali... »

Et là c'est le moment où le volte-face s'impose, ça devient vraiment trop mièvre, pour rentrer au dortoir en souriant bêtement, quelques minutes de marche en essayant de ne pas avoir l'air trop heureuse, les camarades de dortoir pourraient trouver ça louche.

_________________


Putting out fire (with gasoline)
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Troublemaker(s) {PV Nat
MessageSujet : Re: Troublemaker(s) {PV Nat

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Party with a troublemaker ? ft. Solveig
» Little troublemaker ? Joelynn
» MIJUNG ? YOU'RE A TROUBLEMAKER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Poudlard :: Rez-De-Chaussée :: Hall d'Entrée-