Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

ϟ FONCTION : Professeur d'histoire de la Magie (Loup-Garou)
ϟ AVATAR : Tom Mison
ϟ ABSENCE ? : /



ϟ LIENS : No one will ever change this animal I have become
Help me believe it's not the real me
Somebody help me tame this animal

The moon which venerates star ◮ BéaSius
MessageSujet : The moon which venerates star ◮ BéaSius Mer 15 Avr 2015 - 19:20

The moon which venerates star
Béasius
feat.
Béatrice & Caesius








Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles.


J'avais froid. Mon corps tout engourdi avait erré dans la cellule que Rogue m'offrait pour mes nuits de pleine lune. J'avais bu ma potion, et fort heureusement, elle m'avait empêché de me transformer en bête fauve. J'étais devenu un pauvre loup inoffensif, et malgré l'ennui qui m'avait tenaillé je préférais cela à l'amertume et l'horreur de toute ma condition. Je me rhabillais, pensif. Je frissonnais encore, mes pieds nus sur la pierre du sol, et finis de boutonner ma chemise. Je m'étirais finalement et après avoir récupéré ma baguette qui trônait sur une table proche de la prison aux barreaux de fer, j'ouvris la porte et m'éloignais de ce lieu hanté par mon propre esprit quelques nuits par mois. J'étais fortement reconnaissant au professeur Rogue de m'aider ainsi - lui et Dumbledore avaient tant fait pour moi !

Tout en marchant dans les couloirs encore vide, je regardai par les fenêtres ouvertes le soleil former une aube délicate. La nature m'était toujours plus sensible, une fois la pleine lune passée. Comme si chaque chose m'était connectée - ce n'était qu'une impression, diffuse, précieuse presque. Je repoussais d'un geste agacé mes cheveux et les attachais en une queue de cheval négligée. J'avais besoin d'un bon petit déjeuner, mais je désirai d'abord aller dormir un peu. La nuit, faute de m'apporter conseil, avait été rude pour moi. Je soupirais doucement, continuant de monter jusqu'à mon bureau. Déjà, en bon professeur, je songeais aux cours de la journée. Je commençais avec les Serdaigles, et j'étais content, car ils seraient faciles et intéressés. J'avais quelque peu mal au crâne, et si j'avais débuté avec des Serpentards, j'aurai été un peu plus mal à l'aise.

« Oh, bonjour Lancelot » fis-je doucement en apercevant le chat de Blueberry. Le félin aux allures de panthère me toisa, à la manière de son maître ; j'eus un frisson curieux, et repensais à mes actes. Béatrice et lui ne se parlaient plus, et j'avais tout fait pour lui changer les idées. Mais j'étais tombé sur ses lettres, et je n'avais pu faire autrement que de les remettre discrètement à leur destinataire. Je ne savais si Trice s'en était rendue compte. Je n'avais pas espéré d'indulgence de sa part - j'étais fautif, mais c'était pour leur bien. J'eus un sourire sous cape en voyant le chat s'éloigner d'un air princier - les animaux ne m'avaient jamais apprécié, sûrement ma nature de lycan. Je haussais les épaules, en songeant à un bon café et au petit déjeuner que je prendrais tout à l'heure. J'en avais l'eau à la bouche rien que d'y penser.

J'atterris enfin à mon étage et je ne fus pas mécontent de pénétrer dans mon bureau. J'y entrais en coup de vent, et tout de suite je me sentis à ma place. La chaleur du feu mourant faisait écho à la journée qui se levait. Je m'étirais encore, m'approchais de la fenêtre sans faire attention à quoi que ce soit d'autre. Il était encore très tôt - trop tôt pour quiconque soit levé et -

Mon regard dériva jusqu'à mon fauteuil et je sursautai - Béatrice. Béatrice était là, visiblement fatiguée, les yeux rouges, l'air ... Quelle était cette émotion que je voyais sur son visage ? Je retins le tremblement de l'âme que je sentais prête à défaillir de voir cette femme devant moi. Je souris, un peu surpris, et rougis en passant ma langue sur mes lèvres. Que faisait-elle là ? De si beau matin ?

« Bonjour, Trice. Tu as l'air fatiguée. Tu es là depuis longtemps ? » puis songeant qu'elle aurait peut-être besoin d'une explication au pourquoi je rentrai si tôt de chez moi avec l'air de ne pas m'être couché, je continuai d'une voix basse, « Je viens de rentrer, mais ce ... ce n'est pas ce que tu pourrais croire. » Mon esprit, peut-être aiguisé par une nuit blanche, fit apparaître nombreux doutes qui pouvaient naître dans sa tête à elle. « J'étais aux cachots. J'ai très peu dormi, j'ai été occupé toute la nuit. » Et c'était vrai, dans un certain sens - mais je ne pouvais dire pourquoi, sans pourtant désirer mentir. J'eus un sourire gêné, et grattais ma pommette droite. Je fis apparaître une carafe de café et servis deux tasses. Un soupçon de lait, deux sucres pour elle ; je la connaissais tellement par coeur qu'il m'aurait été aisé de donner ses goûts sur certaines choses sans savoir les miens propres. Je m'assis calmement devant elle, dans un fauteuil en face. Elle semblait ... perdue. Je ne comprenais pas, mais j'étais heureux de la voir, après une telle nuit.

« Tu vas bien ? » demandais-je, quelque peu inquiet de sa mine défaite. Je bus une gorgée de mon café très sucré, avec un demi-sourire aux lèvres. Je n'avais aucune idée de ce qui la travaillait, ce qui la mettait dans un tel état - mais je n'allais pas tarder à savoir ...

© Gasmask



_________________
FULL MOON
Peut-être que le loup est amoureux de la lune, et que chaque mois il pleure pour un amour qu'il ne touchera jamais.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: she had a warrior's heart, but the gods in their blind malice had given her the feeble body of a woman.

ϟ ÂGE : 39
ϟ FONCTION : professeur d'astronomie.
ϟ AVATAR : lena headey.


ϟ LIENS : »fiche.
»liens.
»lettres.

The moon which venerates star ◮ BéaSius
MessageSujet : Re: The moon which venerates star ◮ BéaSius Mer 15 Avr 2015 - 21:44

And you are the wolf

And I am the moon
And in the endless sky we are but one

Beatrice n'avait pas trafiqué la potion. Les mangemorts pouvaient bien la traquer, à l'abri des murs de Poudlard, elle se sentait en sécurité – peut-être pas pour longtemps, qui sait, mais elle savourait ce moment où elle avait décidé de reprendre sa vie en main ; faire les bons choix.

Mais malgré tout, elle était inquiète. Inquiète pour Caesius – car même si le flacon était toujours dans la poche intérieure de sa veste, serrée contre elle, Beatrice ne pouvait s'empêcher d'imaginer le pire, alors qu'elle fixait la lune pleine dans le ciel d'encre : et si on ne lui avait pas fait confiance, et qu'on avait demandé à quelqu'un d'autre de falsifier la potion de Caesius , et si...? Elle était restée éveillée toute la nuit, anxieuse, avait fait les cents pas dans la tour d'astronomie, aux aguets.

Puis, elle avait quitté la tour d'astronomie, lassée d'être dans l'attente, dans l'ignorance. Elle avait parcouru les étages du château, et s'était glissé chez Caesius – la pièce, qu'elle connaissait maintenant presque trop, la rassurait, apaisait son cœur qui s'emballait à chaque fois que Trice imaginait un autre affreux scénario.
Elle se laissa tomber sur le fauteuil, tordant ses mains, croisant et décroisant les jambes. Ses yeux fixaient l'horloge, regardant les heures passer, lentement. Par Morgane, n'était-ce pas possible d’accélérer le temps ? Béa voulait juste s'assurer qu'il allait bien, sinon, elle s'en voudrait éternellement.

Mais le sommeil avait eu raison d'elle, malgré ses efforts pour garder les yeux ouverts, pour repousser au plus tard le moment où Morphée refermerait son étreinte sur elle. Elle ne voulait pas dormir, pas avant d'être sûre... Mais, les genoux ramenés contre elle, Beatrice s'était endormie.


Le vague bruit d'un mouvement lui parvenait derrière ses yeux clos et son esprit encore endormi. Lointain, comme étouffé, le bruit la sorti pourtant de son sommeil, légèrement.
Beatrice fronça les sourcils, encore dans le flou, cherchant la cause de ce bruit.
Quand son cerveau fit la connexion – et qu'elle se rappelât qu'elle n'était non pas dans ses appartements, mais lovée sur le fauteuil de Caesius – elle se leva d'un bond. Trice chassa le sommeil presque aussitôt, frottant sa joue à l'aide sa manche, tentant vaguement de faire disparaître les traces du tissus. Caesius se retourna, et Beatrice le fixa avec soulagement. Il était là, il allait bien, elle n'avait pas tout gâchée par une énième erreur de jugement. La brune se sentit ridicule, debout là, la main contre sa joue, croisa les bras avec un air vaguement assuré et entortillant une mèche brune autour de son doigt.

« Je, hm... bredouilla Beatrice, prise de cours. Elle se racla la gorge, remettant de l'ordre dans ses pensées et ses cheveux par la même occasion. Elle tira sa veste, la réajustant. A vrai dire, j'étais là cette nuit. Désolée de m'être invitée alors que tu n'étais pas là. »

La professeur soupira devant sa misérable excuse, alors que Caesius s'affairait.
Bien sûr, il n'avait aucune idée qu'elle était au courant. Trice le suivit du regard, incapable d'exprimer tout le soulagement qu'elle ressentait sans lui dire qu'elle savait. Elle mourrait envie de le serrer contre elle, de remercier Merlin et Morgane car il allait bien. Il était fatigué, cela se lisait sur ses traits – ce qui était compréhensible – mais Beatrice était gagné par un sentiment de légèreté. La jeune femme se laissa retomber sur le fauteuil qu'elle avait à peine quitter, passa ses mains sur son visage. Elle ne savait pas quelle émotion dominait chez elle, à cet instant, et tout se mélangeait.

« Pardon, je suis épuisée. Mais je suis soulagée de te voir. Enfin, contente. Je m'inquiétais.  lâcha Trice, avec un sourire, sans réfléchir. Elle trempa ses lèvres dans le café – Caesius connaissait déjà trop bien ses goûts, et son sourire s'élargit. Et toi ? Tu vas bien, après cette nuit? »

Caesius allait vraiment se poser des questions, si elle agissait si bizarrement. Sans attendre de réponse à sa question, Beatrice inspira, se leva et recommença à faire les cents pas. Elle passa une main dans ses cheveux, se retourna vers lui, incapable de garder tout cela pour elle plus longtemps.

« Je suis au courant, Caesius. Pour... ta lycanthropie. Je suis désolée, je l'ai appris il n'y a pas longtemps, et je n'ai pas pu m'empêcher d'être inquiète cette nuit. Il y a plusieurs raisons à ça, mais je ne veux pas.... entacher l'image que tu as de moi ? Elle fit une pause. Je suis désolée de tout t'annoncer de but en blanc, comme ceci, vraiment. »


_________________

What is honor to a woman's love?

What is duty against the feel of a newborn son in your arms ? We are only human, and the gods have fashioned us for love. © signature by anaëlle.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ FONCTION : Professeur d'histoire de la Magie (Loup-Garou)
ϟ AVATAR : Tom Mison
ϟ ABSENCE ? : /



ϟ LIENS : No one will ever change this animal I have become
Help me believe it's not the real me
Somebody help me tame this animal

The moon which venerates star ◮ BéaSius
MessageSujet : Re: The moon which venerates star ◮ BéaSius Mer 15 Avr 2015 - 22:19

The moon which venerates star
Béasius
feat.
Béatrice & Caesius








Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles.


Je riais un peu, tout simplement heureux d'être là. Parce que Béatrice était là elle aussi. Quelque chose clochait, mais je m'en fichais. Notre fatigue commune avait de quoi me mettre la puce à l'oreille, mais après tout, la journée se levait doucement, dans une heure environ, la grande salle grouillerait d'élèves, de plats chauds et de café. Je bus d'ailleurs le mien tranquillement, mon regard posé sur la jeune femme. Mais les paroles qui suivirent me firent froncer les sourcils - toute la nuit, ici ? Mes mains autour de ma tasse, je me penchais en avant, interrogateur.

« Pas de problèmes, ce bureau est le tien aussi, tu es la bienvenue dès que tu le désires. Mais ... Toute la nuit ? Ici ? » Ma voix était vibrante d'une émotion perdue. Elle avait donc vue que je n'étais pas là ? Un frisson me parcourut. Se doutait-elle de quelque chose ... Je ne voulais pas mentir, je ne voulais plus rien cacher. « In-inquiète ? » Je sentais mes joues rougir petit à petit, et mon corps se crisper. Non, non, ça ne pouvait pas être possible. Elle ... Elle croyait que j'avais dormi ailleurs ? Que j'avais été infidèle ? Il aurait été idiot qu'elle pense ça, vu que je ne m'étais jamais déclaré mais ...

Après cette nuit.

Les mots sonnèrent comme une sentence. Ma bouche ouverte en un O parfait se ferma, tandis que je passais du rouge au blanc pâle. J'étais devenu livide, le coeur étreint d'angoisse. Et le reste suivi, alors que Béatrice m'avouait le pire. Elle savait. Elle savait ! Une vague de honte me submergea, ainsi qu'une pointe de regret et d'amertume. Tout était fini. J'eus envie de me lever et de partir, de lancer ma tasse sur un mur, mes émotions bouillonnant en moi. Elle s'excusa, et je gardai le silence, totalement abasourdi. Puis, d'une voix quelque peu basse et grondante, assez différente de ma voix habituelle si douce, je rétorquai :

« Tu sais. Tu sais que je suis un monstre. » J'étais visiblement écoeuré, non pas par sa faute, mais de moi-même. Je serrais les poings, mes phalanges blanchissant autour de ma tasse. « J'ai été mordu, il y a de cela quelques années. Par Greyback, le mangemort. Il m'a maudit - je suis un fils de la lune, maintenant. Un monstre, une chimère, une horreur. J'ai longtemps vécu en ermite, pour éviter de blesser les autres. Mais Dumbledore est venu à moi et ... Et Severus il, il me donne la potion, tu sais ... Je ... Je ne voulais pas ... Si cela se sait ... »

L'émotion enrailla ma voix et je raclais ma gorge. Je repris le visage rouge, le regard détourné. Aucun courage - cela ne changeait pas, hein ?

« Je suis désolé de ne pas te l'avoir dit avant. J'ai tellement souvent voulu te l'avouer ... Mais j'avais peur. Peur que tu ne veuilles plus me voir - parce que je suis un monstre. Et, égoïstement, je voulais te garder près de moi. » Peut-être parce que la pleine lune exacerbait mes émotions, mes sens, mais je décochais un regard brûlant à la jeune femme. Mes yeux bleus étaient comme un ciel d'orage. Je posais ma tasse sur la table, sans me soucier du reste, hormis Béatrice. Je ne voyais qu'elle. « Si tu ne veux pas d'un loup-garou dans ta vie, je peux comprendre. Mais, autant être honnête totalement. Béatrice, je t'aime. C'est totalement idiot, de dire tout ça, des années après, et puis juste suivant ce que tu as dis, ce que tu as découvert ... Par Merlin ... » J'étais tellement confus que mes yeux, posés sur l'astrologue, prirent une teinte doucement dorée. Je détournais le visage - non, je refusais qu'elle ne voit le loup qui reprenait le dessus, le loup qui bataillait pour prendre le contrôle de mes émotions. Je me sentais tremblant, et je me levais, je commençais à faire les cent pas sans plus rien dire. J'étais incapable de rajouter quelque chose - tout était dit. Béatrice pouvait partir et fuir. Loin de moi.

Loin de la bête.

© Gasmask



_________________
FULL MOON
Peut-être que le loup est amoureux de la lune, et que chaque mois il pleure pour un amour qu'il ne touchera jamais.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: she had a warrior's heart, but the gods in their blind malice had given her the feeble body of a woman.

ϟ ÂGE : 39
ϟ FONCTION : professeur d'astronomie.
ϟ AVATAR : lena headey.


ϟ LIENS : »fiche.
»liens.
»lettres.

The moon which venerates star ◮ BéaSius
MessageSujet : Re: The moon which venerates star ◮ BéaSius Mer 15 Avr 2015 - 23:36

And you are the wolf

And I am the moon
And in the endless sky we are but one

Elle savait, oui, Beatrice savait. Il avait fallu qu'elle l'apprenne de la bouche d'un mangemort, mais elle savait. Elle savait, pourtant, jamais, à une seule seconde, elle n'avait pensé qu'il était un monstre. Jamais, à un seul instant, la pensée de s'éloigner de Caesius ne l'avait effleuré. Elle s'était sentie choquée, surprise, inquiète, mais Trice n'avait jamais pensé à lui comme un monstre.
La brune allait rétorquer, lui assurer que non, il n'était pas le monstre qu'il pensait être. Qu'elle n'aurait jamais eu peur de lui, qu'elle n'aurait jamais été dégoûtée, qu'elle n'aurait jamais voulu fuir à cause de sa lycanthropie, tout cela pour une seule et bonne raison – qui était claire maintenant, pour Béatrice – tout simplement parce qu'elle l'aimait.

Au même moment où elle se rendait clairement compte de ses sentiments et qu'elle allait l'interrompre, les mots de Caesius la stoppèrent. Beatrice resta sans voix, cherchant à remettre de l'ordre dans sa tête, alors que son cœur battait à un rythme infernal, alors que ses yeux suivaient le mouvement des pas de Caesius. Elle se rappela de respirer, essayant de retrouver tout ce qu'elle était censé lui dire : Trice avait tellement de choses à lui avouer, mais quand elle cherchait, elle n'avait qu'un trou noir. Elle n'avait qu'un demi-sourire aux lèvres, se rendant compte de la situation - «  je t'aime », il avait dis, Beatrice ne l'avait pas imaginé !

La jeune femme s'approcha de lui, l'arrêtant dans son mouvement d'aller et retour. La brune ouvrit la bouche pour parler, mais les mots lui manquèrent, et elle resta silencieuse. Elle observa son visage, posa sa main sur la joue de Caesius, fronça légèrement les sourcils.

« Par Morgane, ne dis pas un mot de plus, je t'en prie.  » dit-elle dans ce qui lui restait de souffle. C'était à peine un murmure, à peine audible, une supplique dite avec un sourire naissant au coin des lèvres.

Trice posa ses lèvres sur celle de Caesius. Puis passa ses bras autour de son cou, se hissant légèrement sur la pointe des pieds. C'était un baiser presque aussi spontané que celui au bal – sauf que la jeune femme était absolument sobre. C'était un baiser totalement conscient, totalement voulu, qui n'émanait pas de l'alcool mais seulement d'elle-même.

Elle s'écarta lentement – pour reprendre son souffle, après ce qui lui semblait avoir duré de longues minutes – et baissa les yeux. Trice replaça une mèche de cheveux derrière son oreille et se dépêcha de reprendre la parole – avant qu'elle n'ait encore envie de l'embrasser. Tris toussota.

« J'aimerai que tu me laisse parler, sans m'interrompre. J'ai trop de choses à te dire, s'il te plaît – écoute moi. J'étais sensé trafiquer ta potion et Merlin, heureusement je ne l'ai pas fais, je n'ose pas imaginer ce qui se serait passer si je... Je devais le faire sur ordres des mangemorts, Caesius. Tu parles de monstre, mais si tu en es un, qu'est-ce que je suis, à côté ? Je suis une mangemorte. J'étais. Elle fit une courte pause, son regard étudiant rapidement les réactions de Caesius. Je suis vraiment désolée, j'aurais dû dire ça bien plus tôt, mais... Je t'aime, et je ne voulais pas gâcher tout ça. Mais peut-être que je n'ai rien gâché, je ne sais pas.  »

Beatrice s'écarta, alors qu'elle s’emmêlait dans ses propres mots, et ses propres pensées. Merlin, qu'elle était ridicule. Elle croisa les bras, tentant de dissimuler le tremblement de ses mains – c'était trop d'émotions qui se mêlaient, alors qu'elle tentait de garder un minimum de contenance.


_________________

What is honor to a woman's love?

What is duty against the feel of a newborn son in your arms ? We are only human, and the gods have fashioned us for love. © signature by anaëlle.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ FONCTION : Professeur d'histoire de la Magie (Loup-Garou)
ϟ AVATAR : Tom Mison
ϟ ABSENCE ? : /



ϟ LIENS : No one will ever change this animal I have become
Help me believe it's not the real me
Somebody help me tame this animal

The moon which venerates star ◮ BéaSius
MessageSujet : Re: The moon which venerates star ◮ BéaSius Ven 1 Mai 2015 - 11:39

The moon which venerates star
Béasius
feat.
Béatrice & Caesius








Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles.


Tout était dit. J'avais tout lâché, comme un enfant. Pourtant, je ne m'étais jamais senti aussi confus et déterminé. Tout était dit. Il n'y avait plus de secret entre nous. Plus d'ombres, hormis celle d'un loup. Mais à présent qu'elle savait, je voulais l'éloigner, pour son bien. J'étais un monstre. Mon visage pâle aux traits creusés était tourné vers elle, mon regard cristallin détaillant la brune devant moi. Je remarquais enfin qu'elle était en pyjama, et reculais d'un pas, surpris. Elle avait une petite marque d'oreiller sur la joue droite, qui lui donnait un côté enfantin. J'eus l'envie ridicule de la prendre dans mes bras.

Elle s'approcha d'elle-même, et son murmure me consuma, comme son léger baiser. Le loup en moi hurla, griffa, et un désir dévastateur me prit. Je tendis mes muscles, pour ne pas me jeter sur elle. Non pour la mordre, mais pour répondre à son baiser, d'une façon plus insistante. Sa présence faisait naître des envies exacerbées par la pleine lune passée. J'eus un léger sourire, adouci par ses dires. Mais les paroles qu'elle lâcha furent comme des bombes.

Mes yeux vacillaient, comme mon être. Mais je me redressais, droit comme un I. Je continuais de la fixer sans la voir, absorbant les informations. Béatrice était chez les mangemorts, et elle avait choisi de ne pas suivre leurs ordres me concernant. Mais elle les avait quitté. Est-ce que cela avait à voir avec le fait qu'elle n'avait pas trafiqué ma potion, ou me faisais-je des idées ? Je restais silencieux, cherchant mes mots.

« Tu devais ... Trafiquer ma potion. Pour les mangemorts. Mais tu ne l'as pas fait. Tu les as quittés. » Je faisais une synthèse, pour mieux me planter dans ce décor digne d'un conte pour enfant. Je secouais la tête. « Tu n'es pas un monstre. Tu n'en as jamais été un. Je suis certain que tu avais de bonnes raisons de les rejoindre. Mais tu les as quittés. J'en suis heureux - cette faction juge les moldus de façon mal avisée. Je ne voudrais pas que tu me vois de cette façon. Et tu ... Tu n'as pas trafiqué ma potion. Tu savais pour ma lycanthropie, et tu m'as protégé. Comme tu as protégé cette école entière. D'une certaine façon, heureusement que tu étais là, au bon moment. Un autre mangemort que toi l'aurait fait, et je ne serai peut-être pas là pour en parler à l'heure qu'il est. Merci, Béatrice. »

Puis, je fis quelques pas et la pris dans mes bras. Je m'étais basé sur ses paroles factuelles, pour le moment. Je lui caressais la joue, dans un écho de son geste de tout à l'heure, puis un léger rire fêlé éclata sur mes lèvres.

« Tu n'as rien gâché. Tu m'as sauvé. Tu savais quel monstre j'étais et ... Pardon. Je ne suis pas un monstre. Du moins, toi, tu ne me vois pas comme ça. Et c'est le plus important. Tu es la femme que j'aime, et ton avis compte plus que tout. Plus que chacune de mes pensées. Peu importe ce que tu as fais, ce que tu as été. Tu es, à présent, une femme douce et merveilleuse. Je t'ai toujours vu ainsi, et ça ne changera pas. Je t'aime. » Je répétais ces trois mots, avec une délectation certaine. Puis je me penchais et l'embrassais. Je n'avais pas répondu, tout à l'heure, trop sonné. Ce baser était un pacte, un serment. Nous nous aimons. Peu importe ce qui se passera, je te protégerai comme tu m'as protégé. Je sentais la bête en moi gronder, et avec un air soudainement malicieux, je chuchotais à la brune : « Il est encore tôt. Nous devrions retourner nous coucher. » Comme si de rien n'était, une de mes mains frôla son épaule, son bras, sa hanche. La pleine lune déformait parfois ma nature, et le loup en moi gonflait ce côté bestial, spontanée. Béatrice ne m'aidait pas spécialement à me calmer, à dire vrai. J'eus un nouveau rire, tout contre son cou.

© Gasmask



_________________
FULL MOON
Peut-être que le loup est amoureux de la lune, et que chaque mois il pleure pour un amour qu'il ne touchera jamais.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: she had a warrior's heart, but the gods in their blind malice had given her the feeble body of a woman.

ϟ ÂGE : 39
ϟ FONCTION : professeur d'astronomie.
ϟ AVATAR : lena headey.


ϟ LIENS : »fiche.
»liens.
»lettres.

The moon which venerates star ◮ BéaSius
MessageSujet : Re: The moon which venerates star ◮ BéaSius Lun 18 Mai 2015 - 3:25

And you are the wolf

And I am the moon
And in the endless sky we are but one

Alors c'était ça – ce sentiment d'avoir un poids en moins sur les épaules, ce sentiment quand les mensonges, les non-dits, disparaissaient pour laisser place à la vérité, la dure vérité. La vérité, Beatrice avait clamé la vouloir, ne toléré que ça, alors qu'elle-même se baignait dans le mensonge jusqu'à ne plus avoir pied. La vérité avait toujours effrayé Beatrice, elle était dure, froide, et détruisait beaucoup de chose. Mais la vérité, là, n'avait pas l'effet dévastateur que Beatrice craignait. Au lieu de ça, pas de cœur brisé, pas de déception, non.

Au lieu de ça, il y avait Caesius, à quelque centimètres d'elle et il ne la regardait pas comme un monstre, comme une traître. Beatrice retenait son souffle, n'entendait que les battements de son cœur à ses oreilles, et pourtant les paroles de Caesius arrivaient à se faufiler un chemin jusqu'à elle. « tu m'as protégé », « merci, Béatrice ». Elle laissa échapper un petit rire, un de ces rires nerveux alors qu'elle avait encore du mal à croire qu'on pouvait la remercier. Morgane, Merlin, et tout les autres sorciers et sorcières, Trice venait de lui avouer ce qui avait gâché son amitié avec Oswald, et pourtant, il n'y avait pas une trace d'ombres dans son regard, même pas le moindre mouvement de recul !

Elle frémit sous ses doigts, alors que ses mains se refermaient sur le tissus de sa chemise – Beatrice se sentait particulièrement petite, particulièrement frêle, mais pas dans un sens négatif, pas dans un sens où elle se sentait inutile et vaine. Ici, elle se sentait à sa place, c'était aussi simple que cela – la pensée lui était venue si facilement que Beatrice avait encore un peu de mal à y croire.

La brune observa l'homme qu'elle aimait, dans le détail, comme si elle le voyait pour la première fois – peut-être qu'elle le voyait simplement sous un jour différent, après s'être débarrassé de son bagage de secrets, peut-être – et ne pouvait s'empêcher d'avoir ce léger sourire aux lèvres.
Et un baiser, un trop court baiser auquel Beatrice répondit, se hissant légèrement sur ses pieds. Un baiser qui valait mieux que des longs discours, et de toute manière, Trice n'avait rien à dire – elle voulait juste être là, c'était un soulagement.

« Dis les encore, ces trois mots. Trice posa son front contre Caesius, ancrant toutes ces paroles dans sa mémoire. S'il te plaît? » elle laissa s'échapper un petit rire – c'était idiot de demander ainsi, et pourtant.

Beatrice passa ses bras autour de Caesius, se délectant de l'avoir si proche, son souffle dans son coup qui faisait s'emballer son cœur et tout ses sens. La brune enfoui son visage dans le torse de l'homme, inspirant cette odeur familière, savourant cet instant si précieux. Ses doigts glissèrent sur sa nuque, cherchant leurs places qu'ils trouvèrent bien vite, comme une évidence.

« Ah, parce que tu as sommeil, toi? » lança Beatrice, un rire dans la voix, sur le ton d'un défi. Si elle avait eu une nuit courte, peuplée d'inquiétude et peu confortable, à présent, elle se sentait parfaitement éveillée – et la brune se doutait qu'il devait être tout aussi réveillé qu'elle. Elle glissa ses doigts entre les siens, serrant doucement sa main entre la sienne.



Spoiler:
 

_________________

What is honor to a woman's love?

What is duty against the feel of a newborn son in your arms ? We are only human, and the gods have fashioned us for love. © signature by anaëlle.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ FONCTION : Professeur d'histoire de la Magie (Loup-Garou)
ϟ AVATAR : Tom Mison
ϟ ABSENCE ? : /



ϟ LIENS : No one will ever change this animal I have become
Help me believe it's not the real me
Somebody help me tame this animal

The moon which venerates star ◮ BéaSius
MessageSujet : Re: The moon which venerates star ◮ BéaSius Mar 23 Juin 2015 - 12:52

The moon which venerates star
Béasius
feat.
Béatrice & Caesius








Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles.


J'étais incapable de réaliser ce qui se passait. Ou peut-être que je ne le réalisais que trop bien. J'avais le coeur qui avait des tremblements de terre. Je découvrais ce que cela était que d'être aimé. Et je dois avouer que mon propre amour était inconditionnel. J'acceptais tout d'elle. Parce que je l'aimais plus que de raison. Peu m'importait le reste, puisqu'en cet instant, Béatrice m'aimait. Je répondis au baiser de la brune, en caressant sa joue. J'avais du mal à y croire - après cette nuit si éprouvante, j'aurais dû me sentir à bout de nerfs, fatigué, harassé. Mais il n'en était rien. J'aurais pu reprendre forme humaine en étant un meurtrier involontaire, un assassin inconscient, mais grâce à elle, ce n'était pas le cas. Elle était revenue à moi, pour moi. Pas pour Oswald. Elle avait quitté les Lords Noirs pour moi. Je l'embrassais encore, caressant sa taille, ses épaules, ses bras, ne voulant pas la lâcher de peur qu'elle ne s'envole, qu'elle ne disparaisse, dissolue dans l'air tiède de l'aurore.

« Je t'aime. Je t'aime si fort, Béatrice. » C'est avec une joie toute nouvelle que je formulais ces mots si simples, à sa demande. Je repoussais une mèche de ses cheveux, avec un sourire idiot. Je touchais du doigt bien plus qu'une femme - c'était un bonheur nouveau, une bulle de joie à laquelle je n'avais jamais aspiré. J'avais crains si puissamment qu'elle soit dégoûtée. J'avais encore, en moi, la peur de la mordre, de la blesser. Mais la bête était encore là, et sous son influence, je me sentais prêt à dévoiler quelqu'un d'autre que le Caesius doux et docile. Pourtant, je me devais d'être totalement honnête. J'eus un rire à ses paroles, et lui décochais un regard aux lueurs dorées et sensuelles. « Ce n'est pas ce que j'avais en tête, non. » Je profitais encore quelques secondes de son contact, de ses doigts contre les miens, puis avec un sourire un peu fauve, je la pris dans mes bras, la soulevant du sol d'une manière plus virile que ce dont j'avais l'air habituellement, sûrement. Son visage tout près du mien, j'eus un mouvement de sourcil sans équivoque, voluptueux. Une invitation, alors que calmement, j'avançais jusqu'à mon lit. Je l'y déposais avec douceur, déposant une ribambelle de baisers sur sa joue, son front, sa mâchoire, ses lèvres. Puis, rougissant, je lui avouais dans un chuchotement terrifié : « Je dois te dire quelque chose. Je ... Comment dire ... C'est ridicule mais ... Je n'ai ... jamais été avec une femme. » J'étais totalement vierge de toute relation. Mordu jeune, je n'avais jamais espéré trouver une femme, et n'en avait jamais cherché. J'avais escompté mourir seul, comme un vieux loup solitaire. Je ne voulais pas de descendance qui portât ma marque. Mais en cet instant, en humant le parfum de Béatrice, en sentant sa chaleur sous mes doigts, sous mes lèvres, je me fichais de tout cela - comme elle-même semblait s'en ficher. « Désolé. Je n'avais pas ... Je ne voulais pas faire partager mon fardeau à quelqu'un. Jusqu'à toi - c'est égoïste, mais je t'aime. Je ... Je t'aime. »

C'était maladroit. Terriblement enfantin. Et d'une sincérité implacable. Avec un rire à la fois ravi et gêné, je rejoignis Béatrice. Je l'embrassais encore. Je verrouillais la porte d'un geste de la main, et déposais ma baguette plus loin. Peu importait les cours, le petit déjeuner, Poudlard. Il n'y avait plus qu'elle et moi. Je l'embrassais encore une fois et lui jetais un regard brûlant de désir et d'amour. Cette femme que j'avais aimé, que j'aimais plus fort encore à présent. Le loup hurla en moi, une hurlement à la lune, à la féminité. A la nouvelle recrue de notre meute. De notre famille.

© Gasmask



_________________
FULL MOON
Peut-être que le loup est amoureux de la lune, et que chaque mois il pleure pour un amour qu'il ne touchera jamais.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


The moon which venerates star ◮ BéaSius
MessageSujet : Re: The moon which venerates star ◮ BéaSius

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The moon which venerates star ◮ BéaSius
» Star Wars Pocket Models TGC
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» sable, caniche star
» bad moon à 1500pts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Poudlard :: Étages supérieurs-