Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: Les sanglots longs des violons de l'Automne blessent mon coeur d'une langueur monotone.

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Ancienne Gryffondor - Photographe à la gazette du sorcier
ϟ AVATAR : Marine Vacth


ϟ LIENS : fiche
liens
courrier

Once Upon a Time | Charlie Brun
MessageSujet : Once Upon a Time | Charlie Brun Sam 30 Mai 2015 - 22:05

Si le Français est "tout yeux",

l'Anglais est "tout oreilles".

La petite sonnette de la boutique chanta quand la jeune femme, habillé de son long manteau, poussa la vieille porte. Le bruit de la rue s'étouffa pour laisser place au silence paisible de la librairie. Cela faisait très longtemps qu'elle n'était pas venue ici et elle regrettait un peu ce fait. En effet, le magasin dégageait une atmosphère propre et très chaleureuse qui ferait rêver n'importe quel amateur de littérature. De plus, un détail qu'elle avait oublié depuis sa dernière visite, la boutique ressemblait grandement à celle de son oncle sur la côte francophone, dans laquelle elle avait pris goût à la lecture.

La lumière passait pas les vitres de la devanture, éclairant les rayons. On pouvait trouver de nombreux livres anciens, mais aussi de bien plus récents. Quelques sorciers, bien moins qu'en période de rentrée scolaire, déambulaient dans les allées à la recherche du dernier best-seller à la mode. La française, comme vous pouvez vous en douter n'était pas une grande fan de best-sellers, surtout depuis qu'on lui avait offert l'imbuvable Promenade avec les loups-garous du très célèbre Gilderoy Lockart.

La raison de sa venue dans une telle boutique concernait un tout autre genre de littérature, un vieux roman sur les légendes de Cornouaille, d'un certain Aldebert Grimford. La jeune femme avait l'habitude de lire de tout et c'était avec plaisir qu'elle aimait en apprendre plus sur le pays où elle a grandi. Puis c'était toujours très amusant de comparer les légendes moldus à celle des sorciers, enfin amusant pour ceux qui aimaient lire. Ce genre de livres n'étaient définitivement pas le plus prisé, si bien qu'ils étaient comme toujours rangés en fond de la librairie.

La jeune femme baladait ses yeux un peu partout dans la boutique à la recherche de merveille ou plus simplement de son ami Peeter. Elle aurait peut-être dû lui écrire avant de passer, mais elle avait été un peu prise de court et n'était même pas sûre d'avoir le temps de passer à la boutique. Au pire, elle le verra sûrement pendant le week-end pour une petite sortie au cinéma.

Automne cherchait paisiblement son livre dans un rayon qui semblait correspondre au genre, elle aimait beaucoup chercher d'elle-même, c'était un peu comme une chasse aux trésors. Parfois, alors qu'on cherchait quelque chose de précis, on avait le plaisir de tomber sur une merveilleuse découverte. Être dans une librairie était pour la jeune femme, un peu comme être un explorateur sur son bateau, à la recherche de nouvelles terres inconnues. Cependant, la jeune femme était tout de même venue pour une oeuvre en particulier, mais ne la trouvait absolument pas et cela peu importe le temps. Heureusement, ou malheureusement, elle entendit dans son dos la voix d'un vendeur venant lui donner un petit coup de pouce, une voix qui lui semblait vaguement familière, mais qu'elle ne replaçait absolument pas. Un demi-tour sur elle-même et on pouvait lire la surprise sur son visage. Charlie Daniel. L'homme qu'elle ne voulait justement pas croiser. Hippolyte était un menteur et il ne tardera pas à entendre parler du pays.


_________________

Tout le monde veut devenir un cat.

Parce que un chat quand il est cat retombe sur ces pattes. Tout le monde est piqué de ces pas si bien rythmés, tout semble auprès de lui très démodé. Une cloche, dès qu'il joue, sa trompette vous rend fou, ça swingue comme un pied. Mais oui, c'est pire que l'ennui, oh là là mes amis, quelle calamité.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Son ombre glisse et sa semelle claque. Charlie caresse le trottoir. Il n'a que les os, l'esprit et la peau, Charlie va danser ce soir.

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Libraire chez Fleury & Bott – Membre de l'Ordre du Phénix
ϟ AVATAR : Oliver Sykes


ϟ LIENS : born to be wild
we can climb so high
I never wanna die

Once Upon a Time | Charlie Brun
MessageSujet : Re: Once Upon a Time | Charlie Brun Jeu 4 Juin 2015 - 15:25

Autour de moi
Les fous font la conversation

La proximité des livres l'apaise. Il se sent bien dans la boutique un peu trop sombre à cause des étagères. Il a l'impression d'être protégé par une sorte de force calme qui entourerait la librairie dans ces moments-là. Bien sûr, une fois la liste des fournitures pour l'année à Poudlard envoyée, ce n'est plus pareil. Les cris des adolescents heureux de revoir leurs amis disparus pendant l'été lui tournent la tête. Il revoit des images des criées remplies des grands ports irlandais avant de ressentir le besoin pressant de sortir, fumer une cigarette. L'image de Meredith ou John allant à la recherche de la commande des clients le touche, avec eux il peut supporter cette foule qui lui donne l'impression d'être si différent. Alors dans ces moments de calme, il se sent bien. La librairie redevient une sorte de sanctuaire sacré, il regarde les clients cherchés dans la pagaille des étagères ce livre qui les transportera dans un univers différent du leur – un univers de rêve qui n'appartient qu'à eux, ils y sont les rois intouchables.

Son regard se perd sur ses étagères, ses yeux s'arrêtent par moments sur des livres qu'il a adorés puis sur d'autres dont le titre orne parfois sur cette liste qu'il a toujours sur lui – cette liste un peu trop longue de bouquins trop variés. Il explique souvent – quand on le regarde surpris, cherchant à comprendre pourquoi il y a une telle différence entre les deux seuls métiers de sa vie – qu'il a choisi les plus beaux, ceux qui font voyager. Chacun à leurs manières, ils lui permettent de s'évader, d'échapper à la lourdeur de sa ville natale. Les rares moments où, une fois seul loin de ses amis, il ne regrette pas les bords de mer brumeux, c'est lorsqu'il se perd dans un de ces ouvrages passionnants.

Le dos de la cliente lui fait face – celle dont grincement de la porte d'entrée a annoncé l'arrivée – et inconsciemment, il recule d'un pas. Il reconnaît sans difficulté la silhouette de la bretonne. Message d'alerte, l'envie de faire demi-tour, de faire mine de s'occuper d'un autre client devient présente. Mais il n'y a personne et son besoin de satisfaire chaque client lui donnerait presque un peu de courage. Les vieilles peurs adolescentes s'y opposent, il se rappelle de ce besoin constant qu'il avait à Poudlard de l'éviter. Elle lui faisait peur Automne. Aujourd'hui, il se contente de penser qu'elle est dérangée. Une personne saine ne l'accuserait pas publiquement de crimes imaginaires. Elle ne développerait pas une telle haine envers lui par simple plaisir de blesser. C'est en partie ce qu'il pensait Charlie, que cette fille avait pour unique but de lui faire du mal. Maintenant, il ne cherche plus à comprendre, il a abandonné il y a des années en s'embarquant pour la première fois avec son oncle, oubliant les misères que cette fille lui a faites. Il s'est rendu compte qu'inconsciemment, ils s'évitent, arrivent à ne jamais se retrouver dans la même pièce ayant pourtant le même cercle d'amis. Il ignore si c'est mieux comme ça, mais lorsqu'il cherche à comprendre cette situation, sa conscience le rappelle à l'ordre.

— Bonjour Automne. Je suis désolé, Meredith et John sont en pause, mais si je peux t'aider n'hésite pas. Sa présence l'étonne. Il l'a rarement croisé chez Fleury & Bott, elle ne semble pas venir pendant qu'il travaille ou alors elle s'adresse directement à quelqu'un d'autres. Souvent, il l'a vu attendre qu'il ne s'occupe plus de la caisse pour venir payer. Tu cherches quelque chose en particulier peut-être ? Pitié, dis non.

En la regardant, il se surprend à regretter. Automne est ce genre de personne qu'il apprécie, ces gens ouverts avec qui les conversations insolites sont courantes. Et si Charlie pense fermement que chaque personne est intéressante, il sait que la française le serait beaucoup plus que certains pour lui. Elle a cette culture variée qu'il recherche depuis ses voyages. Elle aime l'art et la musique, lire et vivre simplement. Il s'étonne parfois du nombre d'informations banales qu'il possède sur elle. C'est normal, se dit-il comme pour se rassurer, il travaille avec l'un de ses meilleurs amis, connaît les autres. Il entend des brides et les retient. Il hait cette idée stupide, celle d'essayer de s'expliquer pour peut-être repartir sur un meilleur départ. Il n'a jamais aimé ce genre de situation – deux personnes qui refusent de se parler à cause d'années de rancœur – il les a toujours trouvés stupides, irréfléchies. Irraisonnées. Mais il manque de courage Charlie, il n'a pas la force de se jeter dans un combat déjà perdu. Automne est comme une tempête. Elle attire, elle fascine. Elle blesse.


_________________
Far beyond the ice and snow, our voyage carries on. For blood and gold, we sold our souls. Redemption lies at Magnetic North.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Les sanglots longs des violons de l'Automne blessent mon coeur d'une langueur monotone.

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Ancienne Gryffondor - Photographe à la gazette du sorcier
ϟ AVATAR : Marine Vacth


ϟ LIENS : fiche
liens
courrier

Once Upon a Time | Charlie Brun
MessageSujet : Re: Once Upon a Time | Charlie Brun Lun 22 Juin 2015 - 14:01

Si le Français est "tout yeux",

l'Anglais est "tout oreilles".

Un sourcil légèrement levé qui notait sa surprise et un regard noir qui portait toute la rancoeur qu’elle avait accumulé pour cette personne. La raison paraissait tellement futile aujourd’hui, que la jeune femme n’osait même pas en discuter. Le croiser juste au moment où elle ne trouvait pas un livre était plus cocasse qu’amusant et la jeune femme hésitait entre l’ignorer ou lui demander un peu d’aide. Une petite voix dans sa tête qui ressemblait vaguement à celle de Hippolyte lui disait de laisser une chance à se vendeur qui avait sûrement grandi depuis leurs folles années. Automne n’aimait pas la méchanceté gratuite et décida de ne pas prendre la fuite, après tout c’était une adulte, elle ne pouvait plus se comporter ainsi. Enfin elle, elle pourrait parfaitement le faire, mais ce n’était pas très courtois et ses parents l’avaient au moins bien éduqué.

Le brun qui semblait avoir remarqué sa manie de l’éviter lui proposa néanmoins un coup de main. Elle voulait refuser et continuer à chercher toute seule plutôt qu’avoir à passer une minute de plus dans le rayon avec ce garçon, mais sur un coup de tête et surtout pour pouvoir dire à son meilleur amie qu’elle sait faire des efforts elle accepta.

« Eh bien, tu pourrais bien être utile… En fait je cherche un vieux roman d’Aldebert Grimford sur le pays de Cornouaille, mais je ne souviens pas vraiment du titre. » Eh bien, tu pourrais bien être utile… En fait je cherche un vieux roman d’Aldebert Grimford sur le pays de Cornouaille, mais je ne souviens pas vraiment du titre.

De toute manière, ce n’était pas le genre d’écrivain célèbre pour ses nombreuses oeuvres et qu’il suffisait simplement de trouver le rayon où il était classé. Si Automne était la propriétaire des lieux, elle changerait sûrement tout leur système de rangement, de toute manière la française rangeait toujours tout à sa manière. Pilcher pouvait se montrer très désagréable quand si quelqu’un s’amusait à déplacer des choses dans son appartement et avait la critique facile sur ceux des autres. Heureusement pour elle, elle savait au moins doser ses mots et rester plutôt courtoise. « J’ai cherché dans tout ce rayon, mais j’avoue que je ne vois vraiment pas où il pourrait se cacher. »

La française se tenait à distance du vendeur, même si elle faisait un effort, elle ne le voyait toujours pas d’un bon oeil et comptait bien partir aussitôt ce livre trouvé. Histoire de ne pas avoir à le regarder plus de cinq minutes, elle détourna le regard pour se concentrer sur les étagères en faisant mine de chercher ce fameux livre. Ses lunettes de soleil qui servait à maintenir ses cheveux glissèrent en avant, ainsi que sa chevelure. « Fichues lunettes. » Son français avait la facheuse habitude de revenir quand quelque chose l’agaçait. Elle rattrapa ses lunettes afin de les ranger dans son sac. Ce petit accident avait au moins le mérite détendre un peu cet atmosphère.


_________________

Tout le monde veut devenir un cat.

Parce que un chat quand il est cat retombe sur ces pattes. Tout le monde est piqué de ces pas si bien rythmés, tout semble auprès de lui très démodé. Une cloche, dès qu'il joue, sa trompette vous rend fou, ça swingue comme un pied. Mais oui, c'est pire que l'ennui, oh là là mes amis, quelle calamité.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Once Upon a Time | Charlie Brun
MessageSujet : Re: Once Upon a Time | Charlie Brun

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Radagast le brun
» Un combat avec un loup brun aux yeux oranges
» Session time out...
» CHARLIE X)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Le Chemin de Traverse :: Fleury et Bott-